main tenant

22 mai 2017

Comment moi je ? par la Compagnie Tourneboulé

comment-moi-je-45521-600-600-F

Nous sommes réunis, acteurs et public, dans l’espace de la scène, entourés de laine et de coton, tricot, crochet… Fil blanc, fil rouge, fils de toutes sortes, pour fil…osopher. Pendant que nous nous asseyons, les acteurs, actrices se présentent, « - et toi ? ». Et quand nous sommes tous assis, l’une des comédiennes vient au milieu, enfile un pull et se désigne sous le prénom de Jean-Pierre, le philosophe, qui aime « se poser des questions ». Et il va être servi, Jean-Pierre, perché sur son arbre de la connaissance : une petite fille sans nom, venue d’on ne sait où, va lui en poser, des questions. Pour comprendre, justement, d’où elle vient, comment va le monde, que la mort arrive aussi, que le musicien peut être son ami… Au fur et à mesure que l’enfant pose ses questions, elle grandit, pas tout de suite en taille (un peu comme les nains de Blanche Neige), mais elle affronte ses peurs, la tristesse, prend de l’âge et l’arbre fleurit. Cette petite fille atteste d’une grande présence au monde dont témoignent sa curiosité et son désir d’action, d’aller voir ce qui s’y trame, ce qui s’y tricote. On y va avec elle.

J'ai vu ce spectacle au Théâtre Jean Vilar, à Vitry-sur-Seine (94)

Posté par onarretetout à 07:50 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :


21 mai 2017

Brigitte Gyr à la Rencontre poétique chez Tiasci - Paalam en mai 2017

DSCN5861

C’est avec la musique d’Arnaud Delpoux que commence cette lecture. C’est dans la musique que Brigitte Gyr est née. Si la ville où elle est née n’est plus la même, sa « meilleure chance est / (s)on aptitude à convoquer les morts ». On la voit chercher « à repérer l’origine des choses ». Et les titres de ses livres suffiraient presque à en marquer le chemin : Parler nu, Incertitude de la note juste, Le vide notre demeure, Lettre à mon double au fond du puits… Quand elle nous dit que ses livres sont construits, pratiquement toujours, en deux parties, c’est peut-être qu’elle-même porte en elle ces deux parties qui se regardent l’une l’autre et s’adressent l’une à l’autre. Il y a donc le puits, le fond, et la margelle d’où elle parle : les souvenirs toujours prêts à remonter, et « l’eau du ruisseau » où affleure un « nous ». « L’au-delà du miroir / dessine / pour nous / l’esquisse d’un avenir ». Et c’est dans la « friperie » de Christian Boltanski qu’elle fouille, cherchant « sous la rouille des siècles » à « faire oeuvre régénératrice ».

DSCN5860

Posté par onarretetout à 07:37 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

20 mai 2017

Une phrase de l'esplanade

Sur l’Esplanade Charles de Gaulle, à Nanterre, des cubes de verre portent des phrases dont certaines s’effacent, la vitre ayant été brisée et/ou les lettres étant tombées au fil du temps. Y passant récemment, j’ai photographié une de ces phrases que je vous invite à compléter. Ne tenez pas compte des lettres éparpillées en haut de la vitre. Comblez seulement les espaces vides de la plus grande ligne.

fullsizeoutput_29a0

et postez la phrase recomposée à votre façon dans les commentaires ci-dessous. Merci.

Posté par onarretetout à 08:19 - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : ,

19 mai 2017

Firmin au Salon Révélations

Il y a quelques jours, je vous présentais le livre de Sam Savage, Firmin. Dans les allées du Salon Révélations, j'ai rencontré ses frères, ses cousins, au stand de Benoît Vieubled.

DSCN5897

Posté par onarretetout à 08:19 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

18 mai 2017

Salon Révélations 2017 (2)

Les oeuvres présentées hier sont transparentes. Celles que je présente aujourd'hui ne le sont pas ; la lumière s'y reflète ou s'y arrête.

DSCN5876
Armin Kolb

DSCN5889
Huang Yu Long

DSCN5896
Daum

DSCN5916
Ellen van der Woude

DSCN5922
Mylinh-Nguyen

DSCN5919
Carine Mertes

DSCN5931
Catherine Nicolas

DSCN5941 DSCN5911
Tcharé - Rosset Gaulejac

DSCN5934
Caroline Léger

DSCN5904

DSCN5930

Posté par onarretetout à 07:34 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :


17 mai 2017

Salon Révélations 2017 (1)

revelations_2017

Le Salon Révélations présentait, pour la troisième fois, de très nombreuses oeuvres d'artisans d'art. Cette biennale est l'occasion de retrouver quelques créateurs, comme Pascal Oudet dont j'apprécie particulièrement l'art et la sensibilité, ou comme Anathomie dont j'avais vu des oeuvres chez Empreintes, ici "animées d'émotions". C'est aussi l'occasion de rencontres et de découvertes, prenant le temps de flâner dans les allées, de stand en stand, ou le long de ce banquet montrant des oeuvres de plusieurs pays. Le salon Révélations porte bien son nom.

DSCN5903

DSCN5910
Pascal Oudet

DSCN5906 DSCN5908
Anathomie

DSCN5881 DSCN5880 DSCN5882
Marie-Anne Thieffry ---- Nicolas Desbons

DSCN5868
Françoise Tellier-Loumagne

DSCN5890
Shin-Ho Yoon

DSCN5945
Mathilde Caylou

(à suivre)

Posté par onarretetout à 08:05 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

16 mai 2017

Quatorze auteurs pour 14-18, par Philippe Forcioli

vz-412a8eef-b814-4c84-94fd-0bbd8618a7c5

C’est avec simplicité que Philippe Forcioli nous présente quatorze auteurs pour évoquer la guerre de 14-18. Une simplicité qui veut seulement dire les choses, comme elles se passent, comme elles ont été vécues. Et ça commence avec les discours à l’Assemblée Nationale après l’assassinat de Jaurès. Par sa diction même, il tente de nous restituer, sans fioritures, l’état d’esprit qui régnait à cette époque. Un hommage à Jaurès, applaudi à l’Assemblée, et l’entrée dans la guerre, tout autant applaudi. Et puis la guerre, celle où l’on part sûr de vaincre et celle qui fait les gueules cassées, où des hommes tuent des hommes (et, bien sûr, des écrivains) en pleine jeunesse, celle qui fait aussi des solidarités. Quelques chansons se glissent entre les textes lus, accompagnées à la guitare. Une musique signée Claude Debussy. Dans ces pages où l’Histoire tient une si grande place qu’elle risque d’étouffer l’humanité, Philippe Forcioli sait imposer, avec une sorte de douceur et avec humilité, les voix de ceux qui les ont écrites : Charles Péguy, Alain-Fournier, Louis Pergaud, Guillaume Apollinaire, Jean Giono, Blaise Cendrars, Roland Dorgelès, Gabriel Chevalier, Louis Ferdinand Céline, Joseph Delteil, Paul Fort, et Georges Brassens , Sylvie Germain, Jean-Marie Gustave Le Clézio.

J’ai assisté à cette lecture au CAEL, MJC-Centre social de Bourg-la-Reine (92), et le texte de Péguy avec lequel Philippe Forcioli termine cette lecture y vibrait tout particulièrement, quand on sait que Péguy est parti, pour mourir à la guerre, de cette ville où il habitait à cette époque : 

Ce qui m’étonne, dit Dieu, c’est l’espérance.
Et je n’en reviens pas.
Cette petite espérance qui n’a l’air de rien du tout.
Cette petite fille espérance.
Immortelle.

Car mes trois vertus, dit Dieu.
Les trois vertus mes créatures.
Mes filles mes enfants.
Sont elles-mêmes comme mes autres créatures.
De la race des hommes.
La Foi est une Épouse fidèle.
La Charité est une Mère.
Une mère ardente, pleine de cœur.
Ou une sœur aînée qui est comme une mère.
L’Espérance est une petite fille de rien du tout.
Qui est venue au monde le jour de Noël de l’année dernière.
Qui joue encore avec le bonhomme Janvier.
Avec ses petits sapins en bois d’Allemagne couverts de givre peint.
Et avec son bœuf et son âne en bois d’Allemagne.
Peints.
Et avec sa crèche pleine de paille que les bêtes ne mangent pas.
Puisqu’elles sont en bois.
C’est cette petite fille pourtant qui traversera les mondes.
Cette petite fille de rien du tout.
Elle seule, portant les autres, qui traversera les mondes révolus.

Posté par onarretetout à 08:16 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

15 mai 2017

Fenêtre ouverte / Ventana abierta, anthologie de poésie bilingue sous la direction de Maggy De Coster

fenetreouverte

Près de cinquante poètes sont réunis dans cette anthologie. Mais ils ne sont pas qu’un bouquet qu’on tiendrait dans une main. Ils sont une fenêtre ouverte. Telle est en effet la volonté de Maggy De Coster, qui les a choisis avec Alexandra Botto pour présenter à l’Université de Nuevo León du Mexique des poètes français et francophones vivants. L’originalité de cette édition est de proposer des poèmes écrits en français et traduits en espagnol. C’est cela qui résonnait à la Maison de l’Amérique latine, à Paris, dans une lecture bilingue, lors de la présentation de cet ouvrage publié par Idem éditions dans la collection Réel merveilleux dirigée par Suzanne Dracius. L’éditeur, qui a assumé cette publication, a donc voulu faire aboutir un projet né de la volonté de deux poétesses, Alexandra Botto et Maggy De Coster, et qu’une troisième, Suzanne Dracius, a souhaité concrétiser. Elles mettent, ce faisant, en oeuvre cette affirmation de Paul Eluard : « La poésie doit avoir pour but la vérité pratique ».

Pour commander l’anthologie FENÊTRE OUVERTE : info@desnel.com
Éditions Idem, février 2017. 334 pages. 16,80 €

Posté par onarretetout à 08:13 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

14 mai 2017

Aquarium Sea Life - Val d'Europe

Quelques images d'une visite début mai.

DSCN5831

DSCN5838 DSCN5850

DSCN5836 DSCN5844

DSCN5848

IMG_1641

DSCN5851 DSCN5854

DSCN5856

DSCN5859

 

Cliquer sur les photos pour les agrandir.

Posté par onarretetout à 07:52 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

13 mai 2017

Itinéraires

Carte Paris-Orbec-Tordouet

Dans son livre, Chambres, Armelle Caron indique les lieux où elle a dormi, où elle a vécu, parfois peu de temps, parfois plus longtemps. Si on voulait, on pourrait relier sur un planisphère ces lieux, puisqu’elle a dormi au Gabon, en Chine, dans plusieurs villes de France.

J’ai imaginé qu’on pourrait aussi tenter de faire la liste de villes par lesquelles on est passé. Je vous propose d’inventer le trajet que vous feriez pour atteindre une ville de votre choix. Pour cela, vous utiliserez les lettres de cette ville comme initiales des villes ou villages par lesquel-le-s vous passeriez.

Exemple : Je vais à Rouen. Partant de Paris, mon itinéraire passera par Rueil-Malmaison, Orgeval, Umpeau, Ecquevilly et Notre-Dame-du-Bec. La ville de départ et la ville de destination ne seront pas obligatoirement nommées dans votre liste. Des détours sont évidemment possibles mais essayez de proposer un trajet relativement cohérent.

Merci de nous proposer votre itinéraire dans les commentaires ci-dessous.

Posté par onarretetout à 07:32 - Commentaires [3] - Permalien [#]
Tags : ,