main tenant

24 mai 2015

L'orgarêve et ses joyeux nuages, au Printemps des rues (Paris)

DSCN0395

C’est un nouveau manège fabriqué dans les ateliers de la Toupine. Les enfants sont installés dans les nacelles qui flottent comme des nuages et qu’accompagnent les parents. Ce sont eux qui mettent en route le mouvement en marchant à côté de leur enfant. Pendant ce temps, quelqu’un fait tourner la manivelle du limonaire qui envoie sa musique originale dans les touches du clavier, les tubes, les cornes, l'accordéon, les bouteilles diversement remplies, la grosse caisse et les tambours. J’ai remplacé le tourneur de manivelle pour quelques minutes dans cette bonne odeur de bois, à l’occasion du Printemps des rues, sur une place parisienne. Et j’ai pris des photos.

DSCN0399

DSCN0408 DSCN0406 DSCN0404

DSCN0397

Si vous voulez voir ce manège, venez donc au Festival Guinguettes et Compagnies, au bord de l’Yvette, à Villebon-sur-Yvette et Palaiseau, les 6 et 7 juin.

affiche_guinguettes

Posté par onarretetout à 08:26 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,


23 mai 2015

Du bout des lèvres

fdvtyui

C’est par cette chanson de Barbara que je suis arrivé à ma proposition de ce samedi. « Dites-le moi du bout des lèvres… » De cette invitation, il faut bien reconnaître que seuls deux mots commencent par une consonne labiale. Une consonne labiale est une consonne qui se prononce avec les lèvres. En français il y en a cinq : b, p, m, f, v.  M’est donc venue l’idée de vous proposer d’écrire des phrases avec des mots dont l’initiale est une labiale. Faites d’abord une liste de mots commençant par b, par p, par m, par f et par v. Puis associez ces mots dans des phrases. Comme d’habitude, vous pouvez utiliser d’autres mots à condition qu’ils soient au maximum de trois lettres.

Un exemple :

Bientôt la Fête des Voisins va Proposer des Barbecues et des Musiques.

C’est à vous main tenant. Laissez-vous porter par les labiales et postez vos phrases dans les commentaires ci-dessous. Merci. 

Posté par onarretetout à 07:51 - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : ,

22 mai 2015

Limite de discrétion, par la Compagnie La Malaxe, à Massy (91)

FullSizeRender-28

La nuit arrivait sur le parking de l’allée de Dublin à Massy. Dans un appartement donnant sur le parking, une équipe de rugby attire les regards. Puis descend l’escalier de l’immeuble et traverse le public et commence à s’échauffer sous les indications d’une femme équipée d’un mégaphone. Ils sont neuf, des rugbymen, des vrais, de l’équipe de la ville, leurs courses, leurs pas, leurs mouvements dessinent l’espace au sol : des ronds, des carrés. Et les voici réunis en cercle, au centre. C’est alors que descend, au bout d’un fil, une danseuse, petite, légère. Elle se balance, elle frôle le sol, elle est retenue par les neuf hommes qui la reçoivent comme un don venu du ciel, une sorte d’ange dans la nuit. Quand elle se love sur elle-même, elle ne tient pas beaucoup plus de place qu’un ballon ovale dont les sportifs prennent grand soin. Il y a cette opposition entre la force des athlètes et la fragilité de la danseuse, entre le sol où prend appui le groupe d’hommes et le ciel où vole la femme seule. Ils sont les uns avec l’autre, les uns avec les autres, et font une sorte d’hommage à cette soirée massicoise un peu fraîche.

Ils seront à Chamarande (91) le 6 juin dans le cadre du Festival de jour // de nuit.

AFFICHE_DEJOURDENUIT2015-bdef

Posté par onarretetout à 07:34 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

21 mai 2015

Portraits signés, à la MJC Paris Mercoeur

FullSizeRender(4)

Ce sont des photos d'Anne Barthélémy. Le projet a consisté à faire des portraits de personnes sourdes, de tous âges. Avec des principes simples (vêtements noirs devant un fond noir pour que ressortent les mains et les visages), il s'agissait de témoigner de la vie des quelque trente personnes rencontrées, à travers leur langage, la langue des signes, avec lequel elles disent leur "prénom iconique" et les mots qui leur importent. Ces portraits signés emplissent le couloir du rez-de-chaussée de la MJC Paris-Mercoeur, sur fond noir, de visages et de mains qui s'adressent à ceux qui passent.

En cliquant sur la photo ici à gauche, vous atteindrez le site de la photographe.

FullSizeRender

FullSizeRender(2)

FullSizeRender(3)

Posté par onarretetout à 07:31 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

20 mai 2015

Denis Donikian à la Rencontre poétique chez Tiasci - Paalam en mai 2015

DSCN0309

La mémoire de Denis Donikian dépasse largement sa propre mémoire. Il en va sans doute ainsi de celles et ceux qui portent en eux les souffrances de leurs parents, quand celles-ci sont niées, ou non dites, « assoiffés de ce qu’ils ne voient pas mémoire d’une perdition / maudite ». Il questionne donc « le vieux pays agonisant » et le parcourt sans relâche, découvrant amoureusement les paysages, homme mobile « à la rencontre de sédentaires » par une promenade « de quête poétique ou de santé mentale ». Chemin faisant, il déchiffre les signes non encore traduits d’un disque d’argile, il construit des totems à son image, il publie ses textes en édition bilingue, français traduit en arménien, parce que cette langue est unique au sein des langues indo-européennes, qu’elle a un alphabet spécifique et qu’elle est divisée en deux groupes : l’arménien oriental (en République d’Arménie) et l’arménien occidental (parlé par la diaspora). Mais, pour Denis, le souci de l’Arménie est souci du monde : il est cet homme ayant vécu, appris et enseigné en Europe, en Asie, ayant voyagé dans des îles, sur des continents, lisant l’amour dans les gravures végétales d’Isabelle Brillant, et faisant de l’humour un de ses outils d’expression.

Posté par onarretetout à 08:19 - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags :



19 mai 2015

La Philharmonie de Paris

DSCN0379

N'ayant pas suivi les débats et démêlés - emmêlés autour de ce nouveau bâtiment, je n'en peux que montrer quelques photos. Depuis le boulevard périphérique, on se demande ce que c'est. Je ne comprends pas non plus que l'avancée qui sort de la Cité le la Musique (photo ci-contre) n'ait pas été reliée à ce nouveau bâtiment. Mais, comme il n'est pas achevé au moment où je le découvre de près, j'imagine qu'il se passera encore des évènements (et des frais) avant qu'on puisse le voir tel qu'il a été conçu. Je n'ai pas visité les expositions en cours, et n'y ai pas assisté à un concert, j'ai seulement saisi l'opportunité d'une visite à La Villette pour m'en approcher.

DSCN0364 DSCN0365

DSCN0376 DSCN0390

DSCN0382

DSCN0380
Cliquer sur les photos pour les agrandir

Posté par onarretetout à 08:00 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

18 mai 2015

Felice Varini - La Villette en suites

felice-varini-illusions-realistes_xl

De Felice Varini, je vous ai présenté ici les cercles du MacVal. À La Villette, il déstructure, ou restructure selon ce qu’on en pense, les espaces. Le Pavillon Delouvrier semble bien vide. C’est qu’il faut trouver les points d’où on reconstituera les formes qu’il a dessinées dans l’espace. Ça fait s’agglutiner des petits groupes en trois endroits, le reste étant vide. Mais nous sommes toujours, qu’on le veuille ou non, dans le cadre qui nous contient pour les autres regardeurs. Puis, sortant de ce lieu, et cherchant les arcades que l’artiste a redessinées, on voit partout se modifier le cadre, d’une Folie à une autre, le long d’une pelouse, depuis la terrasse de la nouvelle Philharmonie. J'ai regardé différemment le sol et même le mur du métro.

DSCN0338

DSCN0340 DSCN0341

DSCN0392

DSCN0394

DSCN0337

Posté par onarretetout à 07:53 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

17 mai 2015

Street Art à La Villette (Paris)

Le Street Art est-il encore un art de la rue ? On peut se poser la question quand des toiles carrées sont exposées les unes à côté des autres à La Villette (et seront vendues aux enchères au profit d’Emmaüs). Le Street Art n’est donc plus seulement un art dans la rue (ce n’est certes pas la première fois). Est-ce un style ? Une petite voix me dit : Et que penser d’Akhenaton (du groupe IAM) chantant pour une publicité Coca-Cola ? Le marché brouille tout…

DSCN0343
Ender

DSCN0345
Pure Evil
(Coïncidence : Les anneaux olympiques de Sydney 2000 viennent d'être vendus sur Ebay !)

DSCN0347
C 215

DSCN0350
Zepha
(bois)

DSCN0352
Lenz
(lego)

DSCN0358
Marko 93

DSCN0360
L'Atlas

Aujourd'hui, vers 22h, la 165000e visite à ce blog, venue de Cayenne, est arrivée sur une page présentant un poème d'Élie Stephenson. Merci.

Posté par onarretetout à 07:35 - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags :

16 mai 2015

D'un chiffre à un autre

FullSizeRender

Un groupe d’acrobates a choisi pour nom « Les sept doigts de la main ». On peut penser qu’ils ont préféré ce nom à celui-ci : « Les cinq merveilles du monde ». Vous comprenez, bien sûr, que mon jeu consiste à intervertir les chiffres dans deux expressions différentes.

Autre exemple, intervertir les deux chiffres dans les expressions suivantes : « couper la poire en deux » et « haute comme trois pommes ». Cela donne « couper la poire en trois » (parce que, lorsqu’il y en a pour deux, il doit y en avoir pour trois) et « haute comme deux pommes » (dirait une pom-pom girl).

Les expressions contenant des chiffres sont nombreuses. Vous pourrez sans difficulté vous livrer au petit jeu que je vous propose : intervertir les chiffres dans deux expressions différentes. Cela donnera de nouvelles expressions dont il ne restera qu’à trouver l’usage.

Merci de poster vos expressions dans les commentaires ci-dessous.

La photo ci-dessus a été prise à la MJC-Centre social de Chilly-Mazarin (91) à l'occasion d'une exposition concernant les activités de vacances. La majorité municipale de cette ville a décidé de ne pas reconduire la Convention qui la liait à cette association, créée il y a cinquante ans !

 

Posté par onarretetout à 08:11 - Commentaires [3] - Permalien [#]
Tags : ,

15 mai 2015

Stromb

stromb

C’est un projet particulier. Les musiciens ont abandonné leurs saxophones, trombones et autres instruments à souffler pour se saisir de conques, ces coquillages qui ne nous font pas entendre la mer mais les sons de tous les voyages. Et c’est d’ailleurs ce qu’ils nous proposent, des chants en plusieurs langues, qu’elles soient des Caraïbes, d’Afrique du Nord ou d’Afrique subsaharienne, du Japon, d’Australie. Les chants et les musiques rencontrent des percussions, des instruments à cordes. Et ce sont ces rencontres qui offrent à nos pas des danses sans limite, sans frontière.

Posté par onarretetout à 07:36 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,