07 septembre 2009

Patti Smith

J’écoute Patti Smith. Visité son exposition il y a un peu plus d’un an à la Fondation Cartier. Souvenirs de certaines images, Arthur Rimbaud, photos, une cellule de prison contenant un lit et dont les murs sont couverts de mots, phrases, une pierre dans une vitrine provenant de la rivière où s’est noyée Virginia Woolf, et surtout, la Mer de Corail, salle dédiée à la mémoire de Robert Mapplethorpe, où nous restons assis à contempler la mer devant nous, à penser à des gens, à penser à des morts, bercés par le mouvement, à penser à... [Lire la suite]
Posté par onarretetout à 08:18 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

06 septembre 2009

Le Centre de la France, d'Hubert Lucot

Pourquoi lit-on tel ou tel livre ? C’est une des questions que je me suis posées en lisant le roman d’Hubert Lucot, Le Centre de la France (publié en 2006). De cet auteur, je n’avais lu que Grands mots d’ordre et petites phrases pour gagner la présidentielle (publié en 2007). J’ai donc découvert le romancier. Et je me demande pourquoi je n’ai pas abandonné le livre, par exemple, à la page 127 (où la Médiathèque a apposé son tampon), pourquoi je suis allé jusqu’à la page 443, relisant à la fin les titres des chapitres. Un élément de... [Lire la suite]
Posté par onarretetout à 08:42 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,
05 septembre 2009

Danser sa gamme des anagrammes

Quand l'aspirine va au parisien, quand la police picole, quand la guérison vient du soigneur, vous faites des anagrammes. Il s’agit de réorganiser les lettres d’un mot pour former un autre mot. Ce procédé a permis de fabriquer quelques pseudonymes. Des quelques noms qui suivent saurez-vous composer ou reconstituer des anagrammes ? Alcofribas Nasier, Bison Ravi, Marguerite de Crayencour, Avida Dollars, Pascal Obispo… . Michelle Grangaud a publié en 1987 un recueil d'anagrammes dont elle a fait des poèmes : Memento -... [Lire la suite]
Posté par onarretetout à 07:25 - Commentaires [9] - Permalien [#]
Tags : , , ,
04 septembre 2009

Armen Lubin

Gallimard, dans sa collection de poche Poésie a publié des poèmes d’Armen Lubin (1903-1974). En voici trois. SANS RIEN AUTOUR N’ayant plus de maison ni logis, Plus de chambre où me mettre, Je me suis fabriqué une fenêtre Sans rien autour. Fenêtre encadrant la matière Par le tracé tendre de son contour, Elle s’ouvre comme la paupière, Se ferme sans rien autour. Se sont dépouillées les vieilles amours, Mais la fenêtre dépourvue de glace ... [Lire la suite]
Posté par onarretetout à 08:00 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,
02 septembre 2009

Gérard de Nerval, encore

On m’interroge sur Sylvie. C’est un texte que j’avais lu, bien sûr, dans mon parcours scolaire. Si j’en juge par les notes retrouvées, j’appréciais beaucoup Nerval. Et la vie est passée. Parfois me revenaient en tête tels vers de sonnets fameux. « Mon front est rouge encor du baiser de la Reine », par exemple, pouvait m’entraîner dans des déplacements infinis sur un échiquier et l’absence du « e » de « encor », licence poétique disait-on, pouvait m’évoquer bien d’autres licences. J’ai retrouvé Nerval par Mathieu Bénézet et son... [Lire la suite]
Posté par onarretetout à 07:53 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,
28 août 2009

Philosophie de la Relation, d'Edouard Glissant (2)

Les critères de la connaissance ont changé depuis que je suis né. Et c’est ce que dit Edouard Glissant : «  (…) nous ne voyons plus le monde en manière grossière et projective : et par exemple, comme hier, cinq continents, quatre races, plusieurs grandes civilisations, plusieurs périples de découvertes et de conquêtes, des avenants réguliers à la connaissance, un devenir à peu près devinable. Nous entrons maintenant et au contraire dans un infini détail, et d’abord nous en concevons de partout la multiplicité, qui est inétendue,... [Lire la suite]
Posté par onarretetout à 08:02 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

27 août 2009

Philosophie de la Relation, d'Edouard Glissant (1)

« Le tissu du poème est trouble, indiscernable, le poème va sa route par-dessous, il manifeste ses éclats dans toutes les langues du monde, cri ou parole, c’est-à-dire dans toutes les directions, où nous nous sommes peut-être perdus, il s’étend de vérité d’un paysage en vécu d’un autre, le poème nomade, il roule de temps à temps. » J’étais dans ma voiture, rien de ce que j’entendais sur les radios ne m’intéressait (infos rabâchées, musiques ne laissant pas place aux silences), la recherche automatique des émetteurs s’arrêta sur... [Lire la suite]
Posté par onarretetout à 08:44 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,
24 août 2009

Poteaubiographie, de Denis Donikian

Poteaubiographie est un objet particulier. C’est un livre. Mais c’est d’abord une sculpture. Qui se tient debout. C’est un livre. Qui a deux faces. Car Denis Donikian a deux langues, l’arménienne et la française. C’est peu de dire qu’il a deux langues. Sa sculpture, sorte de totem, s’achève, en haut, par un masque africain, côté français, et par une tête de Christ, côté arménien. Il y a plusieurs fois… Mais c’est en bas que ça commence. Car c’est un livre vertical, qu’il faut accrocher au mur comme une toise. Et, comme la... [Lire la suite]
Posté par onarretetout à 08:17 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,
19 août 2009

Ecritures silencieuses

Les tablettes non déchiffrées de Rapa Nui (l’Ile de Pâques) sont là, devant nos yeux, au sortir de l’ascenseur. Ecritures silencieuses, tel est le titre de l’exposition à l’Espace Culturel Louis Vuitton, à Paris (jusqu’au 23 août). Seize artistes proposent une œuvre en résonance avec ces tablettes. Quelques phrases sur quelques-uns et ce qu’ils m’évoquent. Marco Nereo Rotelli est le premier, dans la vitrine de la rue Bassano, à déployer les signes de ces tablettes mystérieuses en les associant à des mots de poètes, affichant ainsi... [Lire la suite]
Posté par onarretetout à 08:11 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,
10 août 2009

Un poème de Denis Donikian

Itinéraire avant l’oubli Rumeur sur les paupières  Nuit de râles climatiseurs Et de noires tousseries Au matin tout à coup porte ouverte La mer Cri mauve * (Santorin 1) Sur son blog (lien dans la colonne de droite), Denis Donikian nous offre à lire son «itinéraire avant l’oubli». Il me permet de publier ici une image de son voyage à Santorin.
Posté par onarretetout à 07:29 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,