14 juin 2009

Ombelles

Dans son poème Voyelles, Rimbaud écrit :                          (...) E, candeur des vapeurs et des tentes, Lances des glaciers fiers, rois blancs, frissons d'ombelles Ces vers me sont restés mystérieux jusqu’à ce que le nom (ombelles) soit pour moi clairement associé aux fleurs. Et c’est peut-être à travers la littérature que j’ai découvert ces inflorescences. En voici deux exemples : Les ombelles ne... [Lire la suite]
Posté par onarretetout à 08:08 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

11 juin 2009

Ecrire en pays dominé, de Patrick Chamoiseau - 4

De Chamoiseau : vivre-écrire dans un monde-relié Francis Ponge écrit qu’on « ne sort pas de l’arbre par des moyens d’arbre ». Une idée du collectif, ou plutôt du divers, peut ici émerger. Il y a chez Patrick Chamoiseau (et pas seulement chez lui), une idée en archipel, une pensée archipélique. Je l’ai évoquée après ma visite de l’exposition Kreyol Factory à La Villette (voir dans ce blog le 17 avril). L’île peut être vécue comme une prison : c’est oublier que la mer, qui sera parfois un obstacle... [Lire la suite]
Posté par onarretetout à 08:03 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,
08 juin 2009

Ecrire en pays dominé, de Patrick Chamoiseau - 1

De Chamoiseau : la naissance de l’écriture dans une boite de pommes de terre. C’est le début du livre. C’est ainsi que commence Ecrire en pays dominé. Apparaissent Man Ninotte, le système scolaire, et, pour moi, Francis Ponge et son Cageot « A mi-chemin de la cage au cachot la langue française a cageot, simple caissette à claire-voie vouée au transport de ces fruits qui de la moindre suffocation font à coup sûr une maladie.Agencé de façon qu'au terme de son usage il puisse être brisé sans effort, il ne... [Lire la suite]
Posté par onarretetout à 08:39 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,
24 mai 2009

Vertébrales, d'Ophélie Jaësan

Cousu main est une maison d’édition. Et un blog dont vous pouvez suivre le lien en cliquant sur l’image ci-contre. A cette maison d’édition, j’ai acheté Vertébrales, poèmes et photos d’Ophélie Jaësan. Un ouvrage présenté de manière originale : un papier plié en accordéon, collé sur deux feuilles cartonnées, le tout fermé par un ruban bleu. D’un autre bleu était la couverture du premier recueil d’Ophélie Jaësan, publié aux éditions Cheyne, La Mer remblayée par le fracas des hommes. Un autre bleu mais pas fondamentalement différent.... [Lire la suite]
Posté par onarretetout à 08:21 - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , ,
06 mai 2009

Une naissance

Le hasard. Une naissance, un garçon, Roman, ce matin un peu avant 6 heures. Un message, ce matin, parmi mes courriels, annonçant une soirée consacrée aux ateliers d'écriture, et ce texte de René Char : Hâte-toi de transmettreTa part de merveilleux de rébellion de bienfaisance. Effectivement tu es en retard sur la vie, La vie inexprimable, La seule en fin de compte à laquelle tu acceptes de t’unir, Celle qui t’est refusée chaque jour par les êtres et par les choses, Dont tu obtiens péniblement de-ci de-là quelques fragments... [Lire la suite]
Posté par onarretetout à 09:01 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
19 avril 2009

Thierry Metz

Thierry Metz, ses textes me touchent directement, et je ne saurais quoi écrire après Joël Vernet et d’autres (articles sur le site remue.net ci-contre). Plusieurs recueils vers lesquels je reviens souvent m’attendent dans ma bibliothèque. Je les sais sur les étagères, pas tous au même endroit, je les ouvre, l’un ou l’autre, comme pour y recevoir le bonjour, celui de l’ouvrier, celui du poète, celui du père désespéré. Son éditeur, Pleine Page, a publié à nouveau L’homme qui penche, le livre par lequel je l’ai découvert en 1997. Et... [Lire la suite]
Posté par onarretetout à 07:18 - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : ,

17 avril 2009

Kreyol Factory

Quand les colons européens parvinrent aux Antilles, ils trouvèrent des Caraïbes, des survivants arawaks. Débarquant, le premier geste de ces "Découvreurs" fut de reproduire l'esprit-village continental : planter drapeau et croix, prendre possession du sol, nommer, poser chapelle, dresser fortins, installer une souche de peuplement. Cette pratique s'opposera à celle des Caraïbes. Pour ces derniers, les îles n'étaient pas des isolats, mais les pôles d'un séjour archipélique au long duquel, de rivage en rivage, au gré des... [Lire la suite]
Posté par onarretetout à 07:59 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,
05 avril 2009

Un blog sur le chemin

Un ptit blog comme ça, l'air de rien. des photos, des ombres, des lumières. et, surtout, des haïkus. voilà ma découverte du week-end. Je l'inscris dans la colonne des liens. Et ce sera tout pour aujourd'hui. Demain il sera question ici de spectacle. Passez un bon dimanche. Composez, à votre tour, pour les offrir, des haïkus d'avril, avec poissons si vous voulez, mais sans vous découvrir d'un fil ! Vous pouvez suivre les consignes de l'auteur du blog cité ici: Qu’est ce qu’un haïku ? Le haïku s’écrit en 3 lignes : court – long... [Lire la suite]
Posté par onarretetout à 08:02 - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : ,
22 mars 2009

Un quatuor du Nord

Mon frère est allé à la rencontre de quatre écrivains, dans le Nord de la France. Il m’envoie ce courriel : « Lucien Suel a lu un passage de Mort d'un jardinier (voir dans ce blog, le 3 février) et, jubilatoire, son Patti Smith en Picard (vient de paraître avec traduction(s)  et CD) Dominique Quélen a lu un bout de Loque et une page de Système (le Porridge). C'est souvent inattendu et parfois bien drôle.  Ludovic Degroote, et pour moi c'est une découverte, devait lire quelques-unes de Soixante-neuf vies de mon père... [Lire la suite]
Posté par onarretetout à 08:03 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,
10 mars 2009

Le jour d'offrir un poème

PARTI PRIS DE VEILLER Cet arbre, qui puise dans la rigueur de l’hiver même la force nécessaire à pousser des bourgeons, à construire les saisons l’une de l’autre, cet arbre, dis-tu, a de la tendresse pour le passage ébloui du papillon devant la seule fenêtre éclairée qui s’ouvre au huitième étage. Et, même si le vent, aujourd’hui, affole les boussoles, tu connais assez bien la nuit pour ne pas croire sur parole les lampadaires. Tu la connais assez pour te méfier des appels de klaxons dans la... [Lire la suite]
Posté par onarretetout à 08:03 - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , ,