514t9j1bCqL

Auguste est un jeune scientifique chargé par le Musée d’histoire naturelle de Lille d’observer la faune du nord de l’Europe. Il assiste à une chasse qui tue tous les grands pingouins de l’île Eldey. Tous sauf un que Gus va garder avec lui pour le présenter au Musée. Nous sommes en 1834. Les courriers et les voyages sont plus lents qu’aujourd’hui. Le séjour de Gus va se prolonger : des Orcades aux îles Féroé, puis au nord-ouest de l’Islande.

Les grands pingouins sont une espèce disparue (officiellement depuis 1844) mais Gus ne le sait pas et ne peut pas concevoir l’idée même de la disparition d’une espèce. Sa relation avec Prosp (c’est ainsi qu’il nomme l’animal qui va partager sa vie) va le troubler puisqu’il a bien conscience qu’il ne lui trouve aucun congénère pour compagnon ou compagne (il ne saura pas déterminer si Prosp est mâle ou femelle). Comment une sorte d’amitié peut-elle s’installer entre deux êtres d’espèces aussi différentes ? Comment être le dernier de son espèce sans en avoir conscience ? Être le dernier homme à voir vivre le dernier individu d’une espèce ? La curiosité fait place peu à peu à l’affection dans ce roman en trois parties qui nous fait témoins de l’inimaginable et pourtant réelle histoire bouleversante des liens qui unissent les êtres vivants dans leurs interactions. L’homme un jour sera-t-il seul sur cette planète ?

à paraître en août 2022