DSCN7048

Les Jeunes Pousses, à Saulx-les-Chartreux, c’est tous les deux ans. Une proposition d’Animakt jamais deux fois la même. Je ne pouvais y aller, cette année, que le dimanche après-midi. J’y ai donc vu peu de spectacles (je présenterai plus tard ceux que j’ai vus). Mais j’avais lu dans le programme qu’il y avait des installations.

En arrivant vers le coeur du village, j’ai suivi une flèche rouge qui m’a fait sortir dans les champs et arriver au Festival par un chemin débouchant sur le champ des cerfs-volants, guidé par un enregistrement diffusé irrégulièrement : celui des avions qui survolent ce coin de l’Essonne. En lisière du sous-bois, des personnages filiformes se détachent, les Créatures de Philippe Bercet. En montant vers le village, on ne pouvait pas manquer les chaises musicales d’Elparo, une sculpture qui aurait eu toute sa place dans mon année deux mille chaises.

DSCN6991 DSCN6992

DSCN7021 DSCN7022 DSCN7023

Passé le lavoir, vous étiez invité à discerner trois mots plus ou moins éloignés l’un de l’autre et que vous ne lirez pas dans le même sens selon votre position face à l’horizon. On cherche « Point(s) de vue » et on trouve « de vue point ». Pourtant il y a tout à voir et tout ce qu’on ne voit pas.

DSCN6996

DSCN6997 DSCN6998

Un peu plus loin, sur la gauche, on s’enfonce sous des arbustes en suivant un chemin évoquant un labyrinthe. Des pétales blancs tombent des arbres à chaque coup de vent, neige de printemps, et, soudain, vous voici face à d’étranges cocons suspendus aux branches. Des cocons de Lika Guillemot, tressés, où  apparaissent des yeux fermés de femmes, d’hommes ou d’enfants, comme des endormi.e.s touché.e.s par un sort et attendant, attendant. Je m’installe dans le fauteuil ; des pétales tombent encore. J’attends. Peut-être vais-je bientôt à mon tour, à la prochaine pluie de pétales, être transporté dans un de ces cocons.

DSCN7002 DSCN7005

DSCN7004

DSCN7007