04 août 2014

Yanowski - La Passe interdite

Si on veut le comparer, c’est Brel qui arrive en premier. Pour le mouvement de ses mains, de ses bras… Pourtant, c’est ailleurs qu’on trouve sa trace, dans les textes d’un Edgar Poe, d’un auteur de nouvelles fantastiques, de ceux qui jouent avec les miroirs, avec les objets trouvés chez les brocanteurs. Toute cette littérature qui donne vie aux poupées mécaniques, aux redingotes volées, aux bars enfumés de Buenos Aires ou de Bratislava. L’accompagnent Anne Lepape au violon et Samuel Parent au piano. Et le voici, lui, Yanowski,... [Lire la suite]
Posté par onarretetout à 08:22 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

30 juillet 2014

Makana

Je n’avais pas entendu parler de cet artiste, pourtant connu aux Etats-Unis pour avoir composé (et chanté jusqu’à la Maison Blanche) We are the Many, devenu en 2011 la chanson du mouvement Occupy Wall Street. Et il y a du Bob Dylan dans cet air. Mais Makana est aussi un joueur de slack key guitar, une technique particulière hawaïenne de désaccorder - accorder les cordes de la guitare. On pourrait croire, si nous n’avions pas l’artiste devant nos yeux, qu’il joue de deux instruments à la fois. Il m’est même arrivé d’entendre une... [Lire la suite]
Posté par onarretetout à 07:51 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,
05 juillet 2014

Enverbez-vous.

Les néologismes de Jacques Brel sont nombreux. En voici quelques-uns, qui font d’un substantif un verbe conjugué : C’était au temps où Bruxelles bruxellait. L’escalier colimaçonne. Je me suis derriérisé. Les bigotes qui cimetièrent à petits pas. Et il y en a beaucoup d’autres. Et il y a aussi beaucoup de chanteurs qui en font autant. Par exemple, Loïc Lantoine qui dit « je me détruie... je décadence... je désastre », ou le groupe Volumatik qui prétend que « les facteurs ça facte (…) les moniteurs ça monite »... [Lire la suite]
Posté par onarretetout à 07:32 - Commentaires [5] - Permalien [#]
Tags : , ,
02 juillet 2014

J'ai changé, de Loïc Lantoine

« C’est nouveau ce goût de toujours », chante Loïc Lantoine. Il a changé, c’est peut-être l’amour, c’est peut-être une naissance olympienne. Mais on le retrouve, lui, sa voix, ses mots qui se bousculent, qui se font verbe à conjuguer. Qui s’en dessoudent suent. Toujours cette belle fraternité, « qui borde ma route », et ce « grand matin » quand on ne savait « pas qu’on était tant » et que « papa il nous attend » ; c’est « la rage des lendemains ». Et ce regard qui tangue de... [Lire la suite]
Posté par onarretetout à 07:40 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
27 juin 2014

Le courage des oiseaux

Et me touche vraiment qu’un enfant de dix ans invente avec son courage et sa souffrance ce vers admirable « le courage des oiseaux » que je lui ai demandé la permission de reprendre comme titre de cet ouvrage. Qu’il ait  à ce point intériorisé dans sa défaillance, ce qu’il faut d’amer courage pour se précipiter seul et libre au bout du ciel en bande, sous l’arche érodée d’air pur des ponts dont le corps de pierre ponctue la destinée des fleuves. Et qu’il sente dans ses bras, son corps et ses membres, ce qu’il faut de... [Lire la suite]
Posté par onarretetout à 08:07 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,
25 juin 2014

L'or d'Eros, avec Arthur H et Nicolas Repac

Arthur H a trouvé le filon. Après l’or noir, voici l’or d’Eros. L’or, c’est la poésie. Avec son compère Nicolas Repac et la complicité de Nadine Eghels, le voici aux prises avec ce qu’ils nomment la « poésie sexuelle ». Ce n’est pas la poésie érotique, quoiqu’elle en fasse partie, ce sont des écrits qui parlent du sexe. Jusqu’à l’obscène, c’est-à-dire ce qui ne peut être montré sur scène. Depuis que l’homme dessine ou écrit, le sexe est un des sujets qu’il tente de représenter. Et c’est aussi le tabou. Voilà ce... [Lire la suite]
Posté par onarretetout à 07:30 - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , ,

26 mai 2014

Le Printemps des Rues 2014, Paris (3)

Boudin et chansons, par la Compagnie Thank You for Coming Qui est boudin , qui est chansons ? Le boudin c’est de la charcuterie et les hommes sont des cochons, Juliette l’a chanté. Mais le boudin c’est aussi une fille moche. Et les chansons ? Ce ne sont pas des songs, mais des chansons françaises. Le spectacle est plein d’hommages ou de moqueries ou de comptes réglés : Pierre Perret chante « ses p’tits oeufs au plat sous son ch’misier », eh bien voilà ceux de Sarah. Et la Brelite de Fleur, il faut la calmer quand elle... [Lire la suite]
Posté par onarretetout à 08:00 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,
06 mai 2014

TiNoof come Bach

On nous avait annoncé un spectacle pour enfants. Et nous avons vu un concert pour toutes les oreilles et pour les yeux. Les musiques, Mozart, Beethoven, Saint-Saëns, Satie, Schumann, Vivaldi, réorchestrés pour une scène rock, un peu distordus, joués avec vraiment le sens du jeu, jusqu’à mettre des perruques. Et puis les textes qui parlent d’aujourd’hui, de la finance, de la xénophobie, des OGM, de la biodiversité, et, si vous pensez que ça ne concerne pas les enfants, écoutez donc le texte lu par une enfant au sommet de Rio en 2012,... [Lire la suite]
Posté par onarretetout à 07:55 - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : ,
06 avril 2014

Billie, Le Baiser

Elle a choisi pour nom de scène Billie, comme Billie Holiday sans doute, à qui elle rend hommage dans ce disque. On y voit des couleurs mêlées, des circuits bleus, comme le sang qui serait un « don des dieux » pour une « sirène du Mississippi », une sirène dont la voix envoûte, enchante. Et, quand elle est en apnée, elle appelle le baiser, « ta bouche sur ma bouche, ça fait mouche », est-ce à dire que je suis mordu par cette « Sangtimentale », que je mords à l’hameçon, à l’âme-son,... [Lire la suite]
Posté par onarretetout à 08:13 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
12 mars 2014

D'une île à l'autre, par Serena Fisseau

D’un côté, il y a des instruments de musique, surtout des percussions. De l’autre, il y a une ombrelle d’où pendent des jouets à l’effigie d’animaux, de végétaux. Le musicien (Fred Soul) entre en scène, venu des coulisses ; la chanteuse vient du fond de la salle, chantant « Nina Bobo ». Et elle monte sur la scène. Là, elle raconte les difficultés que rencontre Nina au moment rituel où sa mère quitte sa chambre le soir et la laisse dans le noir. Et comment Nina va, peu à peu, de berceuse en berceuse, d’île en île, trouver... [Lire la suite]
Posté par onarretetout à 07:32 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :