28 février 2014

Viviane Elisabeth Fauville, de Julia Deck

Les noms des rues, les stations de métro, tout est précis. Trop, peut-être, pour croire que tout va bien. Qui parle à cette femme quadrillant ainsi la ville et mélangeant le faux et la vie comme le laisse entendre son nom : FAUville. A moins qu’il faille y entendre Viviane élit sa bête fauve… La ville, c’est Paris, décortiquée : son appartement est à l’angle des rues Cail et Louis Blanc, entre les voies ferrées qui partent de la gare du Nord et de la Gare de l’Est, son psychanalyste a son cabinet rue de la Clef,... [Lire la suite]
Posté par onarretetout à 07:59 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

27 février 2014

Des étoiles, film de Dyana Gaye

Sophie (Mareme Demba Ly) quitte Dakar pour rejoindre à Turin son mari, Abdoulaye (Souleymane Seye N’Diaye) qui est parti à New York, que vient de quitter Mame Amy (Sokhna Niang) la tante de Sophie revenue pour enterrer son mari à Dakar. Trois villes, trois personnes qui n’en sont pas au même point de leur existence. On passe d’une ville à l’autre comme si c’était la même, si les langues ne différaient pas (l’italien que Sophie doit apprendre, l’anglais qu’Abdoulaye parle un peu, le wolof quotidien dans la famille et les... [Lire la suite]
Posté par onarretetout à 07:50 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
26 février 2014

All around fades to a heavy sound, exposition de Latifa Echakhch

Trois toiles au rez-de-chaussée de cette galerie Kamel Mennour, rue du Pont de Lodi, à Paris. Et une boule rouge au sol, au milieu de quelques habits. Chacun se racontera son histoire. Elle passe nécessairement par l’espace, en sous-sol, éclairé par une verrière : le ciel s’est décroché de là-haut et se noie dans une mer agitée où tombent les nuages. La boule, j’imagine qu’elle est un soleil rouge, lui-même tombé ici, et non pas à l’horizon de son couchant, ici en haut des marches qu’il faut descendre pour assister à la... [Lire la suite]
Posté par onarretetout à 08:04 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
25 février 2014

Le quai de Ouistreham, de Florence Aubenas

C’est un reportage, mais un reportage engagé. Elle n’a pas changé son nom, seulement un peu sa biographie, pour expérimenter les conditions de vie d’une femme soudain confrontée à la recherche d’emploi, à Caen, où personne ne la connaît. Sa situation alors est telle que, comme beaucoup d’autres, elle est prête à accepter d’un employeur un salaire inférieur au SMIC, des heures de travail tôt le matin, tard le soir (véhicule obligatoire). Son lot, la précarité. Florence Aubenas raconte cette exploitation, elle dit aussi l’invisibilité... [Lire la suite]
Posté par onarretetout à 07:42 - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags :
24 février 2014

Jeux de mouvement - L'art cinétique vénézuélien, à la Maison des Arts d'Antony (92)

Cinq artistes vénézuéliens se sont confrontés à la question du mouvement, de sa représentation artistique. Quelques-unes de leurs œuvres sont sur les murs de la Maison des Arts d’Antony. On est autorisé à les photographier mais mon appareil ne saisit qu’imparfaitement ces formes mouvantes, ces entrelacs de tiges dans l’espace qui perturbent le regard, ces lignes qui ne s’alignent pas devant l’objectif, ces cercles qui tournent à l’intérieur desquels un sable monochrome tombe par paquets sans cesse… La vidéo serait-elle meilleure pour... [Lire la suite]
Posté par onarretetout à 08:19 - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags :
23 février 2014

Le voyage d'hiver & ses suites, de Georges Perec / Oulipo

Un roman d’un genre nouveau, est-il dit à l’ouverture du livre. C’est peut-être Marcel Bénabou qui en parle le mieux, qui met « en avant la vertu puissamment incitatrice de Perec, son aptitude à susciter chez son lecteur un désir, voire un besoin d’écriture en lui fournissant, le plus souvent, les moyens simples d’assouvir ce besoin ». Encore faut-il déclencher l’écriture à plusieurs mains. Et que ce projet soit tenu dans la durée : il y a plus de trente ans entre le texte de Georges Perec (Le voyage d’hiver) et ce... [Lire la suite]
Posté par onarretetout à 08:10 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

22 février 2014

La musique abolit les murs

C’était la phrase qui concluait récemment un article à propos d’Ethnofonik, formation un peu plus qu’européenne qui s’est déroulée à Villebon-sur-Yvette (91). La phrase est simple. On peut en répéter la structure à l’infini. Il ne faut garder que les initiales : un article reste un article, un nom commun reste un nom commun, un verbe reste un verbe. L… m… a… l… m… Exemples : Le malin avale les marrons. Les mains applaudissent la manifestation. C’est à vous main tenant. Ajoutez vos propositions dans les commentaires... [Lire la suite]
Posté par onarretetout à 07:57 - Commentaires [13] - Permalien [#]
Tags : ,
21 février 2014

12 Years a Slave, film de Steve McQueen

Qu’est-ce qu’on peut montrer encore de l’esclavage aux Etats-Unis au XIXe siècle ? Quand on a vu le film de Steve McQueen, on se dit qu’on ne nous en avait pas montré la violence. Même le ciel y saigne. Le réalisateur nous montre la situation des esclaves sans complaisance : ce ne sont que des objets, propriété de leurs maîtres, objets de production, objets sexuels. Le maître a tous les droits, et ne s’en prive pas. S’il confie à Michael Fassbender, l’acteur qu’on a vu dans Hunger, son plus proche interprète, le rôle du... [Lire la suite]
Posté par onarretetout à 08:21 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
20 février 2014

Christiane Veschambre aux Rencontres poétiques chez Tiasci - Paalam, en février

« Un enfant ma mère », laissons les mots faire leur chemin en nous. Laissons apparaître l’enfant qu’était cette mère, enfant que l’on n’a pas connu, dont on ne sait pas les rêves, les peines, les jours. Et nous voilà dans un temps d’avant notre venue au monde. On ne peut que l’imaginer, tenter de passer outre les souffrances, le labeur de l’adulte qu’on a connue et qui fut « ma mère ». C’est « un » enfant, mais tout de suite on sait que c’est une fille, on pourrait dire immédiatement son nom, et... [Lire la suite]
Posté par onarretetout à 08:09 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,
19 février 2014

Rivière Noire

J’ai pensé au Rio Negro quand j’ai entendu le nom du groupe. Mais il ne s’agit pas que de l’Amazone et de l’Amérique du Sud. Le nom évoque aussi le Niger, même si, comme on peut le lire sur Wikipédia, le nom Niger ne viendrait pas du latin (niger, noir) mais de son nom touareg (gher n gheren, le fleuve des fleuves). Le fleuve, en tout cas, est bien présent dans ce disque. On l’entend couler de même qu’on entend les conversations de ses rives. D’autres fleuves sont indirectement évoqués : la Tamise, la Seine (Londres... [Lire la suite]
Posté par onarretetout à 08:25 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,