27 novembre 2016

Il faut beaucoup aimer les hommes, de Marie Darrieussecq, par Das Plateau

Le titre est emprunté à Marguerite Duras : « il faut beaucoup aimer les hommes pour aimer les hommes ». Et c’est cette relation entre homme et femme qui est ici explorée, jusqu’à aller sur d’autres continents. Partis de Los Angeles aux États-Unis, nous irons jusqu’en Afrique à la frontière du Cameroun et de la Guinée orientale, au bord d’un fleuve puissant. C’est sans doute pourquoi le collectif Das Plateau a choisi de nous dépayser dès l’ouverture : un bruit sourd de moteur et un voyage dans les nuages à la vitesse de la... [Lire la suite]
Posté par onarretetout à 07:53 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

24 novembre 2016

L’abattage rituel de Gorge Mastromas, par Le Théâtre de l’Argument

Au tout début, quand le public entre, les comédiens sont alignés au bord de la scène, devant le premier rang des spectateurs. Six acteurs et actrices et un musicien. Un plateau (qui tournera) et des chaises de part et d’autre. La compagnie, donc, est devant ce décor et raconte, à plusieurs voix, la conception, la naissance et les premières années de Gorge Mastromas. Rien d’original jusqu’à cette question à l’heure du premier choix qui se présente à lui : « Bonté ou lâcheté ? »  Et puis, arrive le moment de l’entrée... [Lire la suite]
Posté par onarretetout à 08:20 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
18 novembre 2016

L'étrange petite sirène, de Camille Hardouin - la Demoiselle inconnue, images de Mathilde Fournier

Le marin qui, avec une sorte de timidité, vient au-devant de nous nous promet une histoire étrange dont les effets risquent de nous hanter toute notre vie, comme il en est lui-même hanté. L’écran derrière lui s’allume, il va s’asseoir, quitte son aspect de marin et devient une jeune femme, guitariste, et qui chante. Comme chantent les sirènes, ces personnages hybrides, mi-humaines, mi-poissons. La peau et les écailles. Deux modes de respiration. Et à propos desquelles les récits sont nombreux. Pendant que la jeune musicienne et... [Lire la suite]
Posté par onarretetout à 08:24 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,
17 novembre 2016

Nils, par la Compagnie Paule et Paule

Tout est là, sous nos yeux, mais nous ne le voyons que si la lumière en projette les ombres. À l’heure de dormir, mettre en mouvement les objets inanimés, prendre son envol sur l’oie d’un conte et franchir la ville, les montagnes, la mer et la campagne, franchir et rencontrer, écouter les bruits, les paroles, les sons, la musique, comme on les entend à l’approche du sommeil, acceptant le connu et la surprise. Nommer les paysages comme on tourne les pages d’un livre d’images.  La Compagnie Paule et Paule propose un voyage où on... [Lire la suite]
Posté par onarretetout à 07:52 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,
16 novembre 2016

Oulipolisson, par la Compagnie L'amour au travail (Conception, adaptation et jeu : Jehanne Carillon et Olivier Salon)

Après Chant'oulipo, la Compagnie L'amour au travail revient sur les scènes proposer un florilège de jeux oulipiens (suivre le lien Oulipo dans la colonne de droite). J'ai tenté, ci-dessous, d'évoquer ce spectacle au moyen d'une variation proposée au public (plus ou moins jeune), détournant la fable de La Fontaine, Le Corbeau et le Renard. Maître Comédien, sur un aphorisme perché,Tenait en son bagout une fable.Maître Rédacteur, par l'ouvrage alléché,Lui tint à peu près ces lazzi :"Hé ! bonjour, Monsieur du Comédien.Que vous êtes... [Lire la suite]
Posté par onarretetout à 07:56 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
14 novembre 2016

Dans la poussière des étoiles rouges, par la Fabrique de Théâtre

Quatre sur scène (plus un metteur en scène, un guitariste, un scénographe, une costumière, et un créateur des sons et des lumières), voilà la Fabrique de Théâtre. Un collectif. Une utopie.  Ils présentent de courtes pièces de Heiner Müller, un auteur qui « a écrit l’essentiel de son oeuvre dans un pays qui n’existe plus, la République Démocratique Allemande ». Ils nous invitent à tourner le regard vers cette époque où les Allemands de l’Est espéraient la construction de l’homme nouveau (quand ils ont vu la... [Lire la suite]
Posté par onarretetout à 08:08 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

13 novembre 2016

Tamèrantong! et Intermèdes Robinson à la Maison des Métallos, à Paris

Pour présenter Tamèrantong! je recopie un texte de la Maison des Métallos (Paris) : « En 1988, la compagnie Tamèrantong! est créée par une comédienne, Christine Pellicane, qui réunit autour d’elle des équipes artistiques et techniques issues du spectacle, du rock alternatif, des arts martiaux, des Beaux-Arts… La compagnie se donne pour mission de monter des spectacles dans les quartiers populaires. En 1992, encouragée par les habitants et soutenue par le tissu associatif des quartiers, Tamèrantong! se constitue en... [Lire la suite]
Posté par onarretetout à 08:28 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,
10 novembre 2016

Le dépeupleur, de Samuel Beckett

« Séjour où des corps vont chercher chacun son dépeupleur. Assez vaste pour permettre de chercher en vain. Assez restreint pour que toute fuite soit vaine ». L’entrée de Serge Merlin suit de près l’entrée des spectateurs. Ce séjour est donc notre séjour et il sera question de nous-mêmes, venus ici pour, chacun, chercher son dépeupleur. Attendons-nous donc à mourir puisqu’il n’est pas d’autre issue. Et ce comédien qui vient après nous, fermant la porte, se joue de nous. Il décrit avec précision ce lieu, un cylindre... [Lire la suite]
Posté par onarretetout à 08:04 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
20 octobre 2016

Juste la fin du monde, film de Xavier Dolan

Je ne sais plus quand j’ai vu, au théâtre, la pièce de Jean-Luc Lagarce, mais je me souviens d’en avoir ressenti un ennui profond, peut-être lié à son interprétation, ou au sujet qu’elle aborde. Mais, tout au long de sa vie, on ne perçoit pas les choses tout le temps de la même façon. L’ennui arrive aussi bien vite dans le film de Xavier Dolan. Et c’est le premier film de ce réalisateur que je vois. Mais l’ennui a, pour le combattre, une musique et ça passe. Xavier Dolan nous emmène là où il veut : dans la solitude absolue, où nul... [Lire la suite]
Posté par onarretetout à 07:56 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,
19 octobre 2016

Tristan Félix à la Rencontre poétique chez Tiasci - Paalam en octobre 2016

Tout dire, c’est disséminer toutes les langues après les avoir ingurgitées puis proférées, voix changeante. Même cette voix étrange sortie d’une manche, où s’est logée une face de porcelaine ou de raku qui nous regarde silencieusement. Puis, titre après titre, Tristan Félix nous entraîne dans son univers, accompagnée d’un saxophoniste, Éric Quenot, qui partage aussi quelques-uns de ses mots lus. C’est notre monde, bien sûr, mais ce n’est plus tout-à-fait notre monde. Ovaine pourrait en témoigner, elle qui invente des langages et va... [Lire la suite]
Posté par onarretetout à 07:30 - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , ,