15 janvier 2017

Une chambre en Inde, par le Théâtre du Soleil

Nuit de cauchemars en Inde. Le metteur en scène a pété les plombs, son assistante doit reprendre le projet de la compagnie. Mais est-il possible de jouer le Mahabharata ? Est-il possible de faire du théâtre ? Car le monde tourne mal. On a perdu tous les repères. Et si on détruisait les théâtres, à qui cela manquerait-il vraiment ? Et des théâtres, on en détruit. Et qu’avons-nous fait pour empêcher les guerres ? Et le théâtre peut-il empêcher quoi que ce soit ? Le sommeil de l’assistante, Cornelia, devenue metteuse en scène, est... [Lire la suite]
Posté par onarretetout à 07:32 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

09 janvier 2017

Circus Musicae, création originale proposée par les élèves de la FSMS

À la fin d’une journée consacrée à la Formation Supérieure aux Métiers du Son, le Conservatoire National Supérieur de Musique et de Danse de Paris a ouvert ses portes pour un spectacle exceptionnel réunissant musique, cinéma et cirque. Il faudrait écrire musiques au pluriel tant les propositions étaient variées : improvisation avec des instruments et des équipements électro-acoustiques (quelque chose qui vient troubler vos perceptions de l’intérieur), trois versions musicales pour un très court-métrage de 2 minutes (ballet de... [Lire la suite]
Posté par onarretetout à 07:39 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,
02 janvier 2017

Le client, film d'Asghar Farhadi

Une première vision de ce film d'Asghar Farhadi peut conclure à la culpabilité individuelle de chacun, à son corps défendant. La femme (Taraneh Alidoosti), que la honte pousse à refuser de porter plainte. L’homme (Shahab Hosseini), qui va se perdre au piège de la vengeance. Le loueur (Babak Karimi), qui n’a pas tout dit lors de la location, pensant d’abord rendre service au couple. Les voisins. Le client présumé : l’argent, qu’il utilise pour se faire pardonner, peut-il vraiment effacer quoi que ce soit ? Pas de culpabilité... [Lire la suite]
Posté par onarretetout à 07:45 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,
26 décembre 2016

Pour ceux qui croient que la terre est ronde, de Jean-Rock Gaudreault, par la Compagnie Ici Londres

Il a vieilli, Christophe Colomb (interprété par Jean-Marc Haloche). C’est son quatrième voyage. Le voici arrêté en Jamaïque, attendant qu’on vienne l’y rechercher. Il répète chaque jour avec son fils, Hernando, 13 ans (interprété par Rémi Goutalier), ce qu’il dira à la reine à son retour. Mais quoi ? A-t-il réussi quoi que ce soit ? Il est sûr que les Indes sont là, à portée de bateau, puisque la terre est ronde et tient en équilibre dans l’espace par la répartition harmonieuse des continents sur le globe. Et peu lui importe ce que... [Lire la suite]
Posté par onarretetout à 08:23 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
19 décembre 2016

Quelles têtes ? la mort, l'amour, la mer - de Yvan Corbineau

Quelles têtes faisons-nous quand la mort, quand l’amour, quand la mer ?  Et quelles têtes elles ont, elles ? On n’en sait rien. Elles nous surprennent tout le temps. Tellement qu’on voudrait parfois en mourir. Mais comment ? En se rencontrant, en ne se trouvant plus ? En quittant le monde ? Sur la mer qui contient déjà tant de morts ? Essayer cela : partir en mer, homme femme enfant. Pour fuir le monde. Et puis la mort qui ne lâche rien. Et qui surprend encore, cagoulée, sans visage, un pseudonyme collectif, au nom de. De quoi... [Lire la suite]
Posté par onarretetout à 08:26 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
02 décembre 2016

Les cahiers de Nijinski, par C. Hervieu-Léger et J.-C. Guerri - mise en scène par B. Lefèvre et D. San Pedro

La fièvre est dans le regard de Clément Hervieu-Léger, qui a souhaité incarner ce formidable danseur et a demandé à Brigitte Lefèvre et Daniel San Pedro de le mettre en scène. Et la chute du créateur de l’Après-midi d’un Faune est répétitive. Comme l’est aussi sa quête : pas de question mais des affirmations dites et redites comme pour s’y accrocher. « Je suis Dieu », « Je ne suis pas Dieu », « Je suis amour »… Nijinski devant nous se relève, remonte et retombe. Celui qui voulait suspendre son saut,... [Lire la suite]
Posté par onarretetout à 08:06 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

29 novembre 2016

Et crie... moi demain, au Théâtre Jean Vilar de Vitry-sur-Seine (94)

À Vitry-sur-Seine (94), Hugo Paviot, auteur et metteur en scène de la Compagnie Les piqueurs de glingues, a animé avec le comédien David Arribe un vaste projet dans lequel des lycéens et des personnes âgées se sont écrit, dans un premier temps, soit s’interrogeant à propos de l’influence des conflits traversés sur leur identité et leur arrivée en France, soit en réagissant aux lettres reçues ou aux évènements vécus, aux souffrances endurées, aux espoirs gardés quand même. L’écriture de ces lettres s’est faite au cours de l’année... [Lire la suite]
Posté par onarretetout à 08:06 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,
27 novembre 2016

Il faut beaucoup aimer les hommes, de Marie Darrieussecq, par Das Plateau

Le titre est emprunté à Marguerite Duras : « il faut beaucoup aimer les hommes pour aimer les hommes ». Et c’est cette relation entre homme et femme qui est ici explorée, jusqu’à aller sur d’autres continents. Partis de Los Angeles aux États-Unis, nous irons jusqu’en Afrique à la frontière du Cameroun et de la Guinée orientale, au bord d’un fleuve puissant. C’est sans doute pourquoi le collectif Das Plateau a choisi de nous dépayser dès l’ouverture : un bruit sourd de moteur et un voyage dans les nuages à la vitesse de la... [Lire la suite]
Posté par onarretetout à 07:53 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,
24 novembre 2016

L’abattage rituel de Gorge Mastromas, par Le Théâtre de l’Argument

Au tout début, quand le public entre, les comédiens sont alignés au bord de la scène, devant le premier rang des spectateurs. Six acteurs et actrices et un musicien. Un plateau (qui tournera) et des chaises de part et d’autre. La compagnie, donc, est devant ce décor et raconte, à plusieurs voix, la conception, la naissance et les premières années de Gorge Mastromas. Rien d’original jusqu’à cette question à l’heure du premier choix qui se présente à lui : « Bonté ou lâcheté ? »  Et puis, arrive le moment de l’entrée... [Lire la suite]
Posté par onarretetout à 08:20 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
18 novembre 2016

L'étrange petite sirène, de Camille Hardouin - la Demoiselle inconnue, images de Mathilde Fournier

Le marin qui, avec une sorte de timidité, vient au-devant de nous nous promet une histoire étrange dont les effets risquent de nous hanter toute notre vie, comme il en est lui-même hanté. L’écran derrière lui s’allume, il va s’asseoir, quitte son aspect de marin et devient une jeune femme, guitariste, et qui chante. Comme chantent les sirènes, ces personnages hybrides, mi-humaines, mi-poissons. La peau et les écailles. Deux modes de respiration. Et à propos desquelles les récits sont nombreux. Pendant que la jeune musicienne et... [Lire la suite]
Posté par onarretetout à 08:24 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,