20 mars 2012

Les Veuves Joyeuses, au Lavoir Moderne Parisien

Les trois clownes cachent la misère affective sous des aspects grotesques, des cris, des bruits, des musiques qui font rire certains spectateurs, et même des enfants. J’y vois qu’on souffre, qu’on a honte, qu’on est à la limite du dégoût. A la limite, parce que les trois clowns nous racontent une histoire qui dissimule l’histoire. La patronne de l’entreprise de pompes funèbres est une veuve autoritaire, mais c’est bien une veuve dont le mari n’est pas revenu d’une journée de travail et elle ne s’en est, elle-même, jamais remise. Les... [Lire la suite]
Posté par onarretetout à 07:53 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

19 mars 2012

Déshabillez mots

Si les mots étaient des personnages, à quoi les reconnaîtrait-on ? La légèreté à sa légèreté, sans doute, mais le déclic ? Ce sont les deux premiers invités de cette émission de radio sur scène. Pas de doute, la construction en est intelligente : de la technique, des micros, des cadres lumineux, des appels d’auditeurs, deux comédiennes qui incarnent tout. Incarner ne fait pas partie du vocabulaire rencontré ici : c’est un verbe à l’infinitif. Et rien ici n’est infinitif. La colère explose, la décision est prise, la... [Lire la suite]
Posté par onarretetout à 07:39 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,
16 mars 2012

Lorsqu'on vient d'en rire, on devrait en pleurer !

J'étais seul, l'autre soir, au Théâtre Français,Ou presque seul ; l'auteur n'avait pas grand succès.Ce n'était que Molière, et nous savons de resteQue ce grand maladroit, qui fit un jour Alceste,Ignora le bel art de chatouiller l'espritEt de servir à point un dénoûment bien cuit.Grâce à Dieu, nos auteurs ont changé de méthode,Et nous aimons bien mieux quelque drame à la modeOù l'intrigue, enlacée et roulée en feston,Tourne comme un rébus autour d'un mirliton.J'écoutais cependant cette simple harmonie,Et comme le bon sens fait parler... [Lire la suite]
Posté par onarretetout à 07:38 - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags : ,
14 mars 2012

Brassens n'est pas une pipe, par la Compagnie G.R.R.R.

Une sorte de cabaret qui me laisse perplexe. Je reprends, bien sûr, les chansons en sortant, mais ce sont des chansons connues, même si l’auteur est ici désigné sous le nom de Georges B. L’humour est laborieux quand la salle n’est pas remplie et que le public ne répond qu’avec peine aux sollicitations de la meneuse de ce cabaret, sollicitations décalées, sans doute pour nous permettre de découvrir tous les aspects de Brassens : anarchiste, libre, espiègle, anticonformiste, grivois… Je ne suis pas sûr que ça fonctionne, que le... [Lire la suite]
Posté par onarretetout à 07:37 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,
08 mars 2012

30 février, un mercredi

Le livre de J.-B. Pontalis, Avant, m’a rappelé un texte de théâtre, dont l’auteur, une femme, s’était donné pour pseudonyme Gerboise Francollet, texte publié en 1989 dans une conception graphique de Pascal Colrat et Françoise Gerbaulet. L’histoire d’un auteur, un homme, aux prises avec ses personnages dont les noms changent à mesure que l’auteur avance dans son écriture. Eugénie devient Sylvie ; la seconde, que ses copains appellent 2A 2B (Adèle-Aline Bonnet-Barraut) devient 3A (Adèle-Aline-Agatha), puis Adrénaline. Sylvie,... [Lire la suite]
Posté par onarretetout à 07:30 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,
06 mars 2012

Julie Victor au Théâtre de Dix heures, à Paris

Une femme, assise un rang derrière moi, s’enthousiasme : « Quelle générosité ! ». Julie Victor vient de terminer son spectacle par un « Je vous aime » dont je ne doute pas qu’il soit sincère. Julie Victor, une belle femme rousse, robe décolletée, dos nu, rouge à lèvres bien rouge, une voix capable de faire d’elle une chanteuse, mais « chanteuse comment ? », chanteuse de tout, lyrique, jazz, scat, variété, opérette… Elle est drôle, Julie Victor, nous raconte ses débuts dans la... [Lire la suite]
Posté par onarretetout à 07:54 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

02 mars 2012

Baptiste Lecaplain se tape l'affiche, au Bataclan, à Paris

C’est de lui qu’il parle, Baptiste Lecaplain. De son prénom qu’il n’aime pas. De son corps peu musclé. De ses colocataires. Du sport qu’il a pratiqué dans son enfance… Et il fait des catégories dans son public : ceux qui sont venus pleins d’enthousiasme, ceux qui ont bu « de la verveine » et ceux qui sont venus sans l’avoir vraiment choisi et qui ont l’air de porter leur croix, ceux qui sont en colocation, ceux qui sont riches et se croient encore à l’époque où la noblesse se déplaçait à cheval, ceux qui sont... [Lire la suite]
Posté par onarretetout à 08:27 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
01 mars 2012

Le lac des signes, ou la mécanique des bourrelets, par Stéphanie Djoudi

Mademoiselle Moni est convoquée pour une audition, le rôle rêvé d’une danseuse classique : Le lac des cygnes. Ici ce sera le lac des signes. Parce qu’on ne s’attaque pas à un monument sans impunité. Mademoiselle Moni, le spectateur a de la sympathie pour elle, mais qui, dans le public, croirait une seconde qu’elle décrochera le rôle ? Elle ne résiste pas à un bonbon au chocolat, elle ingurgite banane et chamallows, boit une fiole de whisky et une grande quantité d’eau. On ne se moque pas de sa fiole, notre rire est presque... [Lire la suite]
Posté par onarretetout à 08:02 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
23 février 2012

Pluie, par la Compagnie Médiane

La musique de l’eau qui tombe goutte à goutte sur des peaux de caoutchouc tendues capte les oreilles du public, enfants et adultes assis en cercle, au cœur d’un dispositif tout en ronds, aux couleurs vives de l’arc-en-ciel, qui attire les regards. Toutes sortes de sons, cristal, flûte, vibrations, petites percussions s’ajoutent et se mêlent au bruit régulier des gouttes. Mais l’eau ne fait pas que sa musique ; elle s’élève en brume et dessine des nuées dont on se rafraîchit. Jeu, sourires, curiosité. Puis, viendra le salut des... [Lire la suite]
Posté par onarretetout à 08:08 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,
15 février 2012

Alex Lutz, aux Folies Bergère (Paris)

Metteur en scène de la pièce interprétée par Pierre Palmade et Michèle Laroque (Ils se re-aiment), Alex Lutz n’est pas un débutant. Mais il le dit en commençant son spectacle aux Folies Bergère : « certains sont venus sans m’avoir jamais vu ». Il passe en effet d’une petite salle parisienne (le Point-Virgule) à cette grande salle, trop grande peut-être. Il fait quelques pas de danse avec deux danseuses très élégantes, et prend possession immédiatement du plateau (même s’il dit, à un moment, que le décor – une chaise –... [Lire la suite]
Posté par onarretetout à 08:16 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :