07 février 2012

Prête-moi tes vers pour te dire que je t'aime

Du rouge pour Prévert. Du rouge pour l’amour. Rouge comme les poivrons accrochés au mur blanc d’un premier texte comme un art poétique et une déclaration d’amour (« Dans ma maison tu viendras »). Cette maison, c’est la scène, plancher noir, mur noir, deux rectangles rouges et les tissus de l’acrobatie, arbre aux profondes racines où s’élever, se nicher, prendre son envol et glisser pour reprendre pied. L’amour, dans les textes choisis pour ce spectacle, c’est parfois juste l’affaire de « quelqu’un », quiconque,... [Lire la suite]
Posté par onarretetout à 07:53 - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , ,

02 février 2012

Le petit chaperon jaune, blanc, vert, par la Compagnie La Madone des Sleepings

Un théâtre de papier, c’est comme un livre qui parlerait, comme des images qui se succéderaient, comme un théâtre dans une boite. Ici, tout est blanc pour commencer : la boite, la table sur laquelle elle est posée, et même le costume de la comédienne qui entre en scène et fait surgir la couleur : des oranges, des citrons, et plus tard, bien plus tard, du persil… Trois histoires se succèdent : le petit chaperon est d’abord jaune, accompagné par des canaris, blanc dans la neige qui recouvre tout, puis vert, enfin, dans la... [Lire la suite]
Posté par onarretetout à 08:12 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
31 janvier 2012

Petits chocs des civilisations, de et par Fellag

Fellag ferraille dans les idées reçues. Et il les bouscule en provoquant le rire. Par exemple: "La France, c'est une Algérie française qui aurait réussi." Petite phrase qui dit beaucoup de nos proximités. De même, un peu plus tard dans le spectacle, il réussit à rapprocher Algériens et Français en passant par les ressemblances entre Français et Italiens et entre Algériens et Marocains, les uns les autres croisant leur calme ou leur colère. En sortant de la salle, on se dit que les mêmes choses racontées dans la rue n'auraient... [Lire la suite]
Posté par onarretetout à 08:25 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
30 janvier 2012

François-Xavier Demaison s'évade

Etre acteur c’est être libre, pouvoir interpréter des personnages très différents les uns des autres. François-Xavier Demaison ne s’en prive pas. Et, pour accentuer cette liberté, il prend presque le ton de la confidence : exposant quelques éléments de sa vie (une femme, un enfant, le grand-père, le métier qu’il a quitté pour la scène, les petites salles du début) pour mieux introduire les personnages qu’il incarne avec un talent exceptionnel (le conteur québécois, le vieillard qui fait du soutien scolaire dans le 9 3, les... [Lire la suite]
Posté par onarretetout à 07:30 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
29 janvier 2012

Marieettonio, chez Animakt

Le premier Beau Dimanche de l’année 2012 chez Animakt, à Saulx-les-Chartreux (91), c’était avec Marieettonio et leur prochaine création. De magnifiques marionnettes nous ont été présentées, L’Homme Fort sorti de sa cage, les serveurs automates du bar. Et le spectacle en préparation a séduit le public venu nombreux ce dimanche : Marie se fait espagnole, sous le sobriquet de « Diesel », et biographe de Bitonio, Mireille et Fred sont la musique vivante de leurs instruments originaux, et Tonio, c’est le patron de la foire.... [Lire la suite]
Posté par onarretetout à 08:02 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,
27 janvier 2012

Les acrostiches

C’est un mélange sympathique d’acrobaties et de musique, de petites chansons sans autre prétention que d’accompagner les mouvements : jonglage, équilibres, portés. Et ça fonctionne plutôt bien. Le mélange des genres y est permanent et sans esbroufe. Tout se fait et se défait comme si de rien n’était. On y reconnaît chacun tel qu’il se présente dès le début et chaque spectateur repart avec son mot, le geste qu’il aura retenu. Le rire ici est assez subtil parce qu’il ne vient pas de grosses ficelles. Le spectacle produit du... [Lire la suite]
Posté par onarretetout à 07:56 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

26 janvier 2012

Résistances - Tristan 1938, par François Godard

C’est incroyable comme les destins se mêlent. Le grand-père du conteur se trouvait sur le chemin de brigadistes à la frontière pyrénéenne. Sans vraiment comprendre ce qui arrivait, parce qu’il était conscrit, parce qu’ils étaient chassés par les franquistes. Le troisième chapitre de Résistances s’est ouvert selon le rite des deux premiers : les musiciens s’installent, puis le conteur entre en scène. Il arrache de sa propre histoire une page : cette fois c’est l’histoire que le grand-père racontait aux réunions de famille.... [Lire la suite]
Posté par onarretetout à 08:22 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,
23 janvier 2012

L'Art du Rire, par Jos Houben

La conférence à laquelle nous allons assister va joindre la pratique à la parole. Nous allons rire, Jos Houben nous le dit, le répète, et y parvient avec une aisance qui a sans doute nécessité beaucoup de travail. Pourquoi nous rions ? Il ne saurait nous le dire. Il y a du mystère dans le rire. Mais il décortique ce qu’il y a d’humain dans cette façon que nous avons d’expulser bruyamment des sons par la bouche ouverte. Et, d’abord, la verticalité, signe distinctif de notre condition. Tenir debout, en équilibre, garder sa dignité... [Lire la suite]
Posté par onarretetout à 07:46 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
20 janvier 2012

Festival d'humour, organisé par le CAEL de Bourg-la-Reine (92)

Pour accompagner ce Festival qui commence le 21 janvier et dure une semaine, voici, récoltées dans le dictionnaire de J-L. Chifflet, intitulé Oxymore, mon amour, quelques définitions de l’humour. « La seule chose absolue, dans un monde comme le nôtre, c’est l’humour. » (Albert Einstein) « Où il n’y a pas d’humour, il n’y a pas d’humanité ; où il n’y a pas d’humour (cette liberté prise, ce détachement vis-à-vis de soi-même), il y a le camp de concentration. » (Eugène Ionesco) « L’humour est le plus... [Lire la suite]
Posté par onarretetout à 08:02 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
18 janvier 2012

Le monde point à la ligne, de Philippe Dorin, par la Compagnie des Petits Pas

Philippe Dorin crée le monde avec des mots. Rien d’autre. Pourtant ce sont des textes de théâtre. Il faut en trouver le volume, la couleur, la lumière, la musique. Ici, on est entraîné dans une histoire même pas vraie mais qu’on aimerait croire : au début le monde aurait été bien rangé dans une armoire, les océans en dessous, et, au-dessus, les fleuves, les rivières, les prairies, les montagnes, le ciel… Mais, avant ça, il y a le langage perdu dont ne restent que les o-u-oi, oua, et voilà comment un petit chien monte la garde…... [Lire la suite]
Posté par onarretetout à 08:09 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :