12 juin 2017

Déshumania, une allégorie contemporaine

Invité par Nadine Bilong, j'ai participé le 25 mai à la Colonie (Paris 10e) à cette "discussion-performative" où nous avons échangé autour des questions que pose l'exhibition des corps de femmes noires au XIXe siècle et au début du XXe siècle : d'une part Sarah Baartman, venue d'Afrique du Sud pour être exposée dans des baraques foraines à Londres et à Paris, examinée et disséquée par Georges Cuvier qui dira d'elle qu'elle a tous les caractères de l'animalité et qu'elle est d'une éternelle infériorité, et d'autre part les soeurs... [Lire la suite]
Posté par onarretetout à 08:05 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

08 juin 2017

Tentative(S) de Résistance(S), de et par Marie-Do Fréval

Résistance, un mot qu’il ne faut pas galvauder. Un mot qui rappelle la guerre 39-45, quand certains ont choisi la « collaboration » et que d’autres ont « résisté ». On résiste à quelque chose ou à quelqu’un, à l’oppression ou aux tentations. Alors, avec « Tentative(S) de résistance(S) », on peut s’attendre à l’inattendu. Marie-Do Fréval incarne dans la rue des personnages, une certaine De la Gaule, une vache laitière, une vieille dont les mots sont empruntés à Brigitte Fontaine et la réplique de Niki de... [Lire la suite]
Posté par onarretetout à 07:49 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,
04 juin 2017

Lys Martagon, de Sylvain Levey, mise en scène d'Émilie Le Roux

Elle danse, Lys Martagon. Elle danse au rythme des listes : fleurs, mers, îles, verbes. Elle parle sans arrêt, c’est pour ça qu’elle psalmodie des listes, parce qu’elle parle. Aux arbres, à la Belledonne, la montagne. Comme Erri de Luca. La montagne, c’est aussi la ville tout en bas, celle où travaille la mère, celle où on ne gagne pas sa vie, mais la fatigue. La fatigue qui fait tourner les heures plus vite qu’il ne faudrait. Et s’il ne répond pas, l’arbre, il est patient, il écoute. Tous les arbres, si on leur parle, écoutent. Le... [Lire la suite]
Posté par onarretetout à 07:39 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
25 mai 2017

By Heart, de Tiago Rodrigues

Parce que sa grand-mère lui demande un livre qu’elle pourra apprendre par coeur avant d’être complètement aveugle, Tiago Rodrigues écrit à Georges Steiner dont il a écouté plusieurs fois l’entretien intitulé « De la beauté et de la consolation », et dans lequel le philosophe raconte comment Boris Pasternak, dans un Congrès d’écrivains soviétiques, s’est levé, lançant à l’assemblée le chiffre 30, et comment dans cette assemblée 2000 personnes se sont levées et ont récité le Sonnet 30 de Shakespeare, traduit en russe par... [Lire la suite]
Posté par onarretetout à 07:31 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
23 mai 2017

Effervescence à Alfortville (94)

C'est un rendez-vous annuel au Pôle culturel, devenu cette année (!POC!). Des histoires de collectifs, des amateurs travaillant avec des professionnels, et le public au rendez-vous. Pour commencer quelques images du dernier jour :   GroupenfonctionWe can be heroes Émilie Rousset - Les spécialistes (À suivre demain)
Posté par onarretetout à 08:19 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,
22 mai 2017

Comment moi je ? par la Compagnie Tourneboulé

Nous sommes réunis, acteurs et public, dans l’espace de la scène, entourés de laine et de coton, tricot, crochet… Fil blanc, fil rouge, fils de toutes sortes, pour fil…osopher. Pendant que nous nous asseyons, les acteurs, actrices se présentent, « - et toi ? ». Et quand nous sommes tous assis, l’une des comédiennes vient au milieu, enfile un pull et se désigne sous le prénom de Jean-Pierre, le philosophe, qui aime « se poser des questions ». Et il va être servi, Jean-Pierre, perché sur son arbre de la connaissance :... [Lire la suite]
Posté par onarretetout à 07:50 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

16 mai 2017

Quatorze auteurs pour 14-18, par Philippe Forcioli

C’est avec simplicité que Philippe Forcioli nous présente quatorze auteurs pour évoquer la guerre de 14-18. Une simplicité qui veut seulement dire les choses, comme elles se passent, comme elles ont été vécues. Et ça commence avec les discours à l’Assemblée Nationale après l’assassinat de Jaurès. Par sa diction même, il tente de nous restituer, sans fioritures, l’état d’esprit qui régnait à cette époque. Un hommage à Jaurès, applaudi à l’Assemblée, et l’entrée dans la guerre, tout autant applaudi. Et puis la guerre, celle où l’on... [Lire la suite]
Posté par onarretetout à 08:16 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,
09 mai 2017

Presque ailleurs, avec Patrick Declerck & Jean-Christophe Quenon (et la complicité de Catherine Riboli)

Il ne se contente pas d’écrire, Patrick Declerck. Il lit, bien sûr, il joue aussi, il vit avec les autres. On l’a présenté comme le psy des clochards de Paris, qu’il a suivis pendant quinze ans, partageant leurs conditions de vie et en témoignant dans des livres, que Guillaume Barbot a mis en scène. C’est ce metteur en scène qui lui fait rencontrer Jean-Christophe Quenon. Et tous deux vont se retrouver après l’opération d’une tumeur au cerveau subie par Patrick Declerck, après laquelle celui-ci écrira Crâne, un roman qui fait entrer... [Lire la suite]
Posté par onarretetout à 07:35 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,
04 mai 2017

La trilogie d'Alexandre (Les culs de plomb, La Mante, Vivre), de Hugo Paviot

Trois moments dans la vie d’Alexandre, un homme de notre temps, héritier des guerres du siècle précédent, plongé dans celle du vingt-et-unième, cherchant son chemin, le moyen de résister au destin qui lui semble imposé. Au début, c’est à sa propre enfance qu’il est confronté. L’espace n’est matérialisé que par les lumières. Un homme, deux femmes, et la femme du désert, une souffrance qui essaie de trouver une échappatoire dans les chiffres dont la portée s’éclairera à la fin, et dans des lettres, N et Q, désignant des astres,... [Lire la suite]
Posté par onarretetout à 08:04 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
02 mai 2017

Ceux d'en face 2017, à Saulx-les-Chartreux (91)

Ceux d’en face, le festival d’Animakt à Saulx-les-Chartreux, accueillait, cette année, la Compagnie Thé à la rue. La grande affaire semblait être résumée dans le thème du « vivre ensemble ». C’est du moins le message que voulait porter le discours de bienvenue, fait de cette fichue langue de bois dont on fait des flûtes. Nous avons d’abord répondu à un questionnaire, individuellement, comme si nos réponses allaient permettre de nous placer dans un groupe. Ne fait-on pas la même chose sur les sites de recherche d’internet ?... [Lire la suite]
Posté par onarretetout à 08:06 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,