15 novembre 2017

Lettres de non-motivation, de Julien Prévieux, mises en scène par Vincent Thomasset

La première fois que j'ai vu, dans une exposition, une oeuvre de Julien Prévieux, c’était une lettre de non-motivation. J’y ai lu une forme de plaisanterie, ridiculisant les employeurs qui ne lisent pas les lettres des candidats et envoient pour toute réponse des courriers-types. On pouvait donc jouer avec ce rituel qui part de l’annonce, revient avec une lettre où le candidat est invité à afficher sa motivation et repart avec une réponse souvent écrite d’avance. Un jeu de dupes. Mais un jeu auquel nous sommes nombreux à avoir joué,... [Lire la suite]
Posté par onarretetout à 07:50 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

12 octobre 2017

L'amour et les forêts, d'Éric Reinhardt, mis en scène par Laurent Bazin

La mise en scène est imparable : nous sommes enfermés dans ce huis clos avec des personnages qui se mettront à nu devant nous, et d’autres sans visage. Les lumières, la structure (barreaux de la chambre, escalier, rideaux sur lesquels sont projetés des images ou les jeux d’ombres d’une forêt), tout ce qui se voit nous projette dans l’intimité d’un couple. De temps en temps une voix féminine semble témoigner, faire le lien, permettre de raconter ce qu’on voit, ce qu’on entend. Car le dispositif sonore a son importance : les voix nous... [Lire la suite]
Posté par onarretetout à 08:03 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
10 octobre 2017

Rencontre avec Éric Reinhardt et Laurent Bazin

L’amour et les forêts étant au programme du !POC!, salle de spectacle d’Alfortville (94), Éric Reinhardt et Laurent Bazin, l’auteur et le metteur en scène, ont rencontré le public à la Médiathèque.  Éric Reinhardt, d’abord, nous a parlé de sa pratique de l’écriture. Ce ne sont pas des romans qu’il écrit, au sens où il n'y aurait qu'une histoire à dérouler. C’est un mélange particulier du réel et de la fiction, qui l’amène à évoquer sa propre vie dans ses livres, car c’est de là qu’ils partent. Et c’est de là qu’il crée ses... [Lire la suite]
Posté par onarretetout à 07:39 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,
24 août 2017

Le porteur d'histoire, d'Alexis Michalik

Je n’ai pas vu ce spectacle qui a récolté plusieurs récompenses et continue de remplir les salles. Mais je viens d’en lire le texte qui se dévore comme un grand roman d’aventures. Traversant les temps et les frontières, il nous fait rencontrer des personnages réels et imaginaires, croiser la grande Histoire et les petites histoires. Mais y a-t-il vraiment des petites histoires ? Quand il semble que la colonisation de l’Algérie, par exemple, aurait été décidée dans un salon parisien, et que les croisades, initiées soi-disant pour des... [Lire la suite]
Posté par onarretetout à 08:03 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,
16 août 2017

La BNF, à Paris, expose le Théâtre du Mouvement

Je me souviens d’un titre : Attention la marche. Et du nom de la compagnie : Théâtre du Mouvement. Mimes et gestes, poésie du mouvement, du corps. Parfois le rire naissait, parfois seulement l’émotion, l’échange sans un mot et la pédagogie du corps qui parle. Dans la galerie des donateurs, à la Bibliothèque nationale de France, le Théâtre du Mouvement est exposé : textes, dessins, photos, affiches, vidéos. Encore une heure si courte (création 2014), Ce corps qui parle (création 2012), Alba (création 2015), Ombre claire (création... [Lire la suite]
Posté par onarretetout à 07:47 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,
11 août 2017

Paroles de cendre, par la Compagnie Delagare

Une voix sort de nulle part, dans le sous-sol d’un bâtiment un peu à l’écart, sous les bureaux, près d’une cuisine dont le carrelage blanc est couvert de dessins. Une voix sort de la grisaille qui recouvre tout : la guitare, la contrebasse, les sièges des spectateurs. Une voix que rien ne parvient à étouffer, qui résiste. À qui ? C’est peu à peu que nous comprendrons ce qui se joue dans ce sous-sol : un homme, qui dit croire en l’homme, en l’humanité, a été mis à l’épreuve. Comme Job. Mais sans Dieu, sans un Dieu qui le mettrait à... [Lire la suite]
Posté par onarretetout à 07:40 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

06 août 2017

Chalon dans la rue 2017 (6)

D'autres spectacles de cette 31e édition du Festival Chalon dans la rue. Big Shoot - Une peau rouge Amor - Bilbobasso L'évadée - Teatro Golondrino Blanche Aurore Céleste - La Niña Don Quichotte, sur les routes de la Manche - T. du Vide-Poches La terrible histoire de Thomas Sankara - Cie Transe Express No/More - Tournoyante production Silencis - Claire Ducreux
Posté par onarretetout à 07:54 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,
02 août 2017

Chalon dans la rue 2017 (3)

Café Ulysse - Cie Caracol Il y a quelques années, cette Compagnie présentait une création, Café Ulysse, polyglotte (anglais, arabe, français, langue des signes), qui racontait l’attente de Télémaque. Depuis, la Compagnie Caracol a repris ce projet, l’a retravaillé, en a fait une version de trois fois une heure (chaque partie pouvant se voir séparément), lui permettant de reprendre cette histoire en lui faisant rejoindre le temps présent, et toujours polyglotte. Ce n’est donc plus le seul regard du fils attendant son père qui est... [Lire la suite]
Posté par onarretetout à 07:55 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,
01 août 2017

Chalon dans la rue 2017 (2)

La guerre est finie - Cie Cîrconflexe Un homme à tête de cheval… mais c’est Ulysse ! Retenu dans le bar bien nommé « Le Calypso », où Zeus lui offre un dernier verre, puis un autre et encore un autre, pour la route, le retenant dans son trajet du retour vers Ithaque où l’attend Pénélope. Et, dans ce bar, il va voir défiler Zeus, bien sûr, et Héra, son épouse et soeur, une sorte de coach appelée Polyphème, des sirènes venues chanter et faire chanter le public dans un karaoké auquel il ne peut résister qu’attaché à un... [Lire la suite]
Posté par onarretetout à 08:15 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,
18 juillet 2017

Les Zaccros d'ma rue 2017, à Nevers (58) - (5)

A&O et Flying Fish - Love Box Ça se passe de mots, mais ça demande des gestes. Le geste de donner, pourtant, s’accompagne d’un petit mot, le seul : « tiens ». C’est à la fois la deuxième personne du verbe tenir (à l’impératif), et c’est aussi le pronom possessif de la deuxième personne. Tiens, c’est à toi. Cadeau. À toi. Prends. C’est aussi comme un soupir. Est-ce ainsi que se construit un amour ? Brique après brique, souffle après souffle, don après don ? Est-ce ainsi que deux êtres se rejoignent ? Qui est première... [Lire la suite]
Posté par onarretetout à 07:56 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,