03 février 2018

La prononciation du mot forsythia

Voici un extrait du spectacle La convivialité. Prenons par exemple le son /s/. Comment peut-on écrire ce son en français 1. s2. ss3. c4. ç5. sc6. t (-tion)7. x (dix, six)8. z (quartz)9. th (forsythia)10. sth (asthme)11. cc (succion)12. sç (il acquiesça) Je vous invite à trouver des mots où le son /s/ s’écrit de quelques-unes de ces façons (au moins quatre différentes) et de les placer dans un court texte que vous posterez dans les commentaires ci-dessous. Dans cette phrase, j’en ai placé cinq : « s’écrit »,... [Lire la suite]
Posté par onarretetout à 07:44 - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , , ,

02 février 2018

La convivialité, de et par Arnaud Hoedt et Jérôme Piron

Ce n’est pas une conférence, ni un cours magistral. C’est un spectacle. Les deux hommes sur scène ne sont pas des comédiens : l’un est professeur de français, l’autre professeur de religion catholique, ils sont belges. Ils ont mis en scène et jouent un spectacle. De quoi s’agit-il ? De la langue française.  Nancy Huston écrit, à propos des francophonies, qu’elle souhaite que la langue française « cesse de se comporter en reine agacée et se mette à l’écoute de ses peuples ». Les deux protagonistes du spectacle nous... [Lire la suite]
Posté par onarretetout à 07:45 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,
22 janvier 2018

Daniel Maximin à la Rencontre poétique de janvier 2018 chez Tiasci-Paalam

L’écriture poétique est à l’origine de toute la création littéraire de Daniel Maximin. Son désir d’écrire s’est d’abord heurté à une forme de modestie qui l’a conduit à écrire des romans, à inventer des personnages et, pour se mettre lui-même à distance, un personnage féminin. Et c’est L’isolé soleil, une anagramme parce qu’il faut jouer avec les mots. Puis viendra Soufrières et L’île et une nuit. Dans son propos, Daniel Maximin rappelle que la Caraïbe est faite de quatre continents : les apports de l’Afrique, de l’Amérique, de... [Lire la suite]
Posté par onarretetout à 07:52 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,
31 décembre 2017

La Femme de l’Ogre, de Bernadette Gruson

Ça sent la viande fraîche, avec ou sans persil. Elle leur dirait de ne pas entrer, aux enfants perdus qui ne sont pas ses filles. Mais elle les laisserait entrer quand même parce que, dehors, la forêt est menaçante. Plus que l’ogre son homme. Celui qu’elle a désiré, qu’elle a épousé, qui l’a emmenée dans la forêt et avec qui elle a fait plein d’enfants, sept filles, nées toutes ensemble (comme ça, c’est fait). Un monstre, un cyclope, qui part dans la forêt tandis qu’elle reste à la maison. Elle était femme, elle devient mère. Non,... [Lire la suite]
Posté par onarretetout à 07:34 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,
29 décembre 2017

AbaTToir, de Bernadette Gruson

Ça commence à la ducasse, la fête foraine du Nord, celle où tu vas enfant avec tes parents, celle où, ado, tu retrouves tes copains, et où, plus tard, tu espères rencontrer, rencontrer… l’amour ? Perdre la tête. À la ducasse, les portes s’ouvrent. Celles de l’enfance, celles de l’abattoir où travaillent les parents. Son père qui appelle sa mère « ma poule ». Comment ça meurt une poule ? Et deux mille poules ? Comme une biche dont la tête est accrochée au mur du salon ? Et sa mère dit que l’amour donne des ailes et aussi... [Lire la suite]
Posté par onarretetout à 08:15 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,
28 décembre 2017

Fesses, de Bernadette Gruson

Le premier des trois textes que Bernadette Gruson a réunis dans ce recueil a pour titre Fesses. C’est exactement comme le début du spectacle qu’elle a créé : elle s’y montre accueillant les spectateurs nue, de dos, avant de s’enrouler dans le rideau rouge du théâtre. Le nu est un thème artistique qui se décline en peinture, sculpture, photographie, danse, théâtre… Mais elle a raison, Bernadette, quand elle interpelle son public : « Je me suis dit qu’il fallait que mes fesses soient là, dès votre entrée / Comme ça c’est... [Lire la suite]
Posté par onarretetout à 08:18 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

12 décembre 2017

Camille Chamoux, l'esprit de contradiction

Il sera question, ici, d’éducation. Pas de celle qui vous rend ponctuel au rendez-vous, même quand il vous faut aller chercher votre enfant à la crèche. Ni de celle qui vous ferait soumis aux injonctions de la société. Mais de celle qu’on lit dans un texte de Rudyard Kipling : « Si… ». Il me semble n’avoir jamais lu ce poème à l’exception de sa dernière phrase : « Tu seras un homme mon fils ». Et c’est au-dessus du lit de Camille enfant que sa mère avait accroché le poème. Elle en dit les premiers vers et se met... [Lire la suite]
Posté par onarretetout à 07:50 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
26 novembre 2017

L'affranchie, de Pauline Moingeon Vallès, mise en scène par Elise Touchon Ferreira

Des voix, d’abord, enregistrées, celles par lesquelles l’histoire d’Alice s’ancre dans le théâtre. Alice, qui aurait pu se perdre dans les difficultés qu’elle a traversées dès le plus jeune âge. Pauline Moingeon Vallès nous la révèle, enfant, ado, jeune femme, mère, et se transforme elle-même, assise d’abord puis debout comme celles et ceux à qui on impose d’abord leur attitude et qui, à force de résister intérieurement, sont capables de s’assumer et de construire leur propre existence. Libérant, au bout de quelques minutes, ses... [Lire la suite]
Posté par onarretetout à 07:48 - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags :
15 novembre 2017

Lettres de non-motivation, de Julien Prévieux, mises en scène par Vincent Thomasset

La première fois que j'ai vu, dans une exposition, une oeuvre de Julien Prévieux, c’était une lettre de non-motivation. J’y ai lu une forme de plaisanterie, ridiculisant les employeurs qui ne lisent pas les lettres des candidats et envoient pour toute réponse des courriers-types. On pouvait donc jouer avec ce rituel qui part de l’annonce, revient avec une lettre où le candidat est invité à afficher sa motivation et repart avec une réponse souvent écrite d’avance. Un jeu de dupes. Mais un jeu auquel nous sommes nombreux à avoir joué,... [Lire la suite]
Posté par onarretetout à 07:50 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,
12 octobre 2017

L'amour et les forêts, d'Éric Reinhardt, mis en scène par Laurent Bazin

La mise en scène est imparable : nous sommes enfermés dans ce huis clos avec des personnages qui se mettront à nu devant nous, et d’autres sans visage. Les lumières, la structure (barreaux de la chambre, escalier, rideaux sur lesquels sont projetés des images ou les jeux d’ombres d’une forêt), tout ce qui se voit nous projette dans l’intimité d’un couple. De temps en temps une voix féminine semble témoigner, faire le lien, permettre de raconter ce qu’on voit, ce qu’on entend. Car le dispositif sonore a son importance : les voix nous... [Lire la suite]
Posté par onarretetout à 08:03 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :