18 mars 2019

Susan, d’après Susan Sontag, conception Alix Riemer

Alix Riemer nous invite à rencontrer Susan Sontag. Et, à travers elle, c’est aussi Alix que nous rencontrons. Car l’actrice est à la fois le personnage et elle-même. Toute la première partie du spectacle nous fait témoins de cette découverte et de la relation qui s’ensuit. L’interview de Susan Sontag publié dans le magazine Rolling Stone (et dans un livre intitulé Tout et rien d’autre) mène à la lecture des journaux intimes de Susan. Et Alix se met à faire des listes, à écrire des mots sur des post-it, à s’inscrire dans un décor... [Lire la suite]
Posté par onarretetout à 08:25 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

22 février 2019

Le pays de Rien, de Nathalie Papin - mise en scène de Betty Heurtebise

La scène est vide, obscure, marquée par quelques traits que traverse le roi, port de tête altier, geste ferme pour repousser le manteau, un roi sûr de ses choix : l’absence de tout, « pas de larmes, pas de rires, pas même une idée. Une idée, c’est pas rien. » La loi de ce roi, il prétend la tenir de ses ancêtres, mais il en a rejeté une part, cette part qui revient indirectement par la voix du garçon qui se présente, profitant d’une faille provoquée par un cri de la fille du roi. « Un cri, c’est un crime ». C’est... [Lire la suite]
Posté par onarretetout à 08:29 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
01 février 2019

Le journal d'un fou, d'après Nicolaï Gogol, mis en scène par Oskaras Korsunovas, avec Eimantas Pakalka

Si l’on suit l’intention du metteur en scène, il faudrait voir en ce fou, raconté par Nicolaï Gogol, l’image des dictateurs issus du peuple et se laissant déborder par un délire dangereux pour le peuple. Mais c’est réduire le texte de Gogol, une courte nouvelle publiée en 1835 où un fonctionnaire chargé de tailler les plumes dans un ministère se prend, au bout d’une longue dérive, pour le roi d’Espagne et finit dans un asile de fous où il subit les mauvais traitements réservés aux fous au XIXe siècle. Sans doute, le personnage,... [Lire la suite]
Posté par onarretetout à 08:12 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
26 janvier 2019

À la fin de l'envoi

Prenons un extrait de Cyrano de Bergerac, d’Edmond Rostand BALLADE DU DUEL DE L’HOTEL DE BOURGOGNE Je jette avec grâce mon feutre,Je fais lentement l'abandonDu grand manteau qui me calfeutre,Et je tire mon espadon ;Elégant comme Céladon,Agile comme Scaramouche,Je vous préviens, cher Mirmydon,Qu'à la fin de l'envoi je touche ! Vous auriez bien dû rester neutre ;Où vais-je vous larder, dindon ?...Dans le flanc, sous votre maheutre ?...Au coeur, sous votre bleu cordon ?...- Les coquilles tintent, ding-don !Ma pointe voltige : une... [Lire la suite]
Posté par onarretetout à 07:35 - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , ,
23 janvier 2019

Edmond, film d'Alexis Michalik

Au commencement est la voix. Celle de Sarah Bernhardt (Clémentine Célarié) disant des alexandrins dans une pièce ennuyeuse que même son auteur, Edmond Rostand (Thomas Solivérès), ne croit pas digne de succès. Au commencement, donc, la voix, l’oralité, l’auteur derrière le comédien, qui lui souffle le texte. Non. Au commencement, la voix n’est pas celle de Sarah Bernhardt mais celle d’Honoré (Jean-Michel Martial), patron de bistrot, qui voit tout, qui sait beaucoup, qui porte la culture et qui sert ses clients parmi lesquels deux... [Lire la suite]
Posté par onarretetout à 07:50 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,
13 janvier 2019

Rencontre avec Laurent Gaudé à la Librairie L'Établi, à Alfortville (94)

Salina, personnage créé par Laurent Gaudé, est revenue dans ses mots après plus de dix ans. Elle était d’abord apparue au théâtre, la voici dans un roman. À la question de savoir quelle était pour lui la différence entre l’écriture théâtrale et celle du roman, il dit qu’il a d’abord écrit pour le théâtre, que, pendant une dizaine d’années, Hubert Gignoux relisait tout ce qu’il écrivait et lui faisait des remarques : ça a été son apprentissage. Et son écriture, depuis, est un peu sa voix. On entend alors comme les mots viennent dans... [Lire la suite]
Posté par onarretetout à 08:15 - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : ,

16 décembre 2018

Ionesco suite, texte Eugène Ionesco, mise en scène Emmanuel Demarcy-Mota

On entre dans le studio de l’Espace Cardin et on découvre un dispositif particulier : une grande table rectangulaire recouverte d’une nappe blanche et, sur trois côtés, les gradins qui accueillent les spectateurs. Le premier venu sur ce qui sera la scène vient du fond et dépose à jardin une paire de chaussures, puis au bout de la table il demande au public d’éteindre les téléphones portables, et quitte, à cour, la scène. Nous sommes au théâtre. Tout fait sens. La troupe qui prend place au fond de la scène, la comédienne qui semble... [Lire la suite]
Posté par onarretetout à 08:23 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
11 décembre 2018

Sylvia, d'après Sylvia Plath, texte et mise en scène de Fabrice Murgia

La musique, en haut des structures du décor, musique vivante, An Pierlé au piano et au chant, c’est d’abord ça, Sylvia, spectacle mis en scène par Fabrice Murgia. Mais c’est aussi neuf femmes, vêtues comme dans les années 50 en Amérique ou en Angleterre, qui tournent sur le plateau, s’avancent vers les spectateurs qui s’installent, mais sans dépasser la limite pour l’instant. Que cherchent-elles ? Elles semblent prisonnières de l’espace où elles évoluent. Et les caméras sur scène décident que ça commence. Sur l’écran en hauteur sont... [Lire la suite]
Posté par onarretetout à 07:59 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,
02 décembre 2018

Intra muros, d'Alexis Michalik

Intra muros, en prison. C’est de théâtre qu’il va s’agir, l’acteur qui intervient le premier, face au public, nous l’annonce. Qu’on ne vienne pas chercher là matière sociologique ; ce n’est pas un texte de Hafed Benotman. Mais ça fonctionne très bien pour les spectateurs que nous sommes. L’intrigue se noue sans même qu’on s’en aperçoive. Pourtant, tout est dit : c’est un jeu. On accepte de jouer un personnage, le voisin, l’autre, celle ou celui qui n’est pas tout à fait moi, celui qui lit quand je ne sais pas ouvrir un livre, celle... [Lire la suite]
Posté par onarretetout à 08:26 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
29 novembre 2018

L'attentat, d'après Yasmina Khadra, mis en scène par Vincent Hennebicq

Un jeune chirurgien d’origine palestinienne, qui a obtenu la nationalité israélienne, rentre chez lui après une longue soirée à soigner les blessés d’un attentat commis à Tel Aviv. Dans la nuit, on l’appelle : sa femme serait la kamikaze ayant réalisé cet attentat. Une pluie de cendres s’abat sur le plateau du théâtre. Commence alors pour lui une sorte d’enquête pour comprendre. Et pour comprendre, il revient dans la ville de son enfance, Jénine. Le spectacle prend alors une autre dimension : d’un monologue théâtral, il s’oriente... [Lire la suite]
Posté par onarretetout à 08:18 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,