01 avril 2018

Cap au pire (extrait), de Samuel Beckett

(...) Main dans la main ils vont tant mal que mal d’un pas égal. Dans les mains libres — non. Vides les mains libres. Tous deux dos courbés vus de dos ils vont tant mal que mal d’un pas égal. Levée la main de l’enfant pour atteindre la main qui étreint. Étreindre la vieille main qui étreint. Étreindre et être étreinte. Tant mal que mal s’en vont et jamais ne s’éloignent. Lentement sans pause tant mal que mal s’en vont et jamais ne s’éloignent. Vus de dos. Tous deux courbés. Unis par les mains étreintes étreignant. Tant mal que mal... [Lire la suite]
Posté par onarretetout à 08:25 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

28 mars 2018

Poésie & Musique . Orge à la MJC de Savigny-sur-Orge (91)

C’est un rendez-vous annuel à la MJC de Savigny-sur-Orge, le onzième, organisé et mis en espace par la Compagnie Théâtrale Les Trois Clous, huit voix portant les mots des cinq poètes invités et entrant en dialogue avec eux. La soirée est ponctuée de musiques contemporaines interprétées par le Saxiana Quartet. Bernard Fournier est le premier à parler et j’entends la rivière glisser « sur les berges et les coques ». De Sylvie Fabre G. ce sera « le ciel et la terre », et « la terre et le ciel ». Une autre... [Lire la suite]
Posté par onarretetout à 07:45 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,
26 mars 2018

L'établi, de Robert Linhart, lu par Guillaume Gilliet dans la Librairie L'établi d'Alfortville (94)

L’incipit donne le ton : « Montre-lui, Mouloud ». L’usine est un lieu où on donne des ordres, où on adapte les corps aux besoins de la production. Ici, c’est la chaîne des 2CV de Citroën, années 1970. Robert Linhart s’est fait embaucher pour découvrir la condition ouvrière et, sans doute aussi, pour lui donner une conscience de classe. C’est un « établi ». Un de ceux qui ont choisi de quitter leur confort intellectuel pour se confronter à un réel qu’ils ne soupçonnaient pas. Ils avaient construit leur pensée, ils... [Lire la suite]
Posté par onarretetout à 07:34 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,
22 mars 2018

Ceux qui m'ont croisé ne m'ont peut-être pas vu, par le Nimis Groupe

Quand une voix enregistrée nous annonce qu’en assistant à ce spectacle, nous sommes dans l’illégalité, nous rions. Pourtant, accueillir des réfugiés sans papiers ou sans permis de travail est illégal. Mais, sans doute, le Nimis Groupe a-t-il pris des dispositions pour passer la frontière entre la Belgique et la France. Et puis on peut bien en rire aussi. La représentation va démarrer doucement et s’accélérer. Il y a beaucoup à dire certes et l’art du Nimis sera de ne pas nous perdre, nous ennuyer avec trop de chiffres, d’acronymes,... [Lire la suite]
Posté par onarretetout à 07:45 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
03 février 2018

La prononciation du mot forsythia

Voici un extrait du spectacle La convivialité. Prenons par exemple le son /s/. Comment peut-on écrire ce son en français 1. s2. ss3. c4. ç5. sc6. t (-tion)7. x (dix, six)8. z (quartz)9. th (forsythia)10. sth (asthme)11. cc (succion)12. sç (il acquiesça) Je vous invite à trouver des mots où le son /s/ s’écrit de quelques-unes de ces façons (au moins quatre différentes) et de les placer dans un court texte que vous posterez dans les commentaires ci-dessous. Dans cette phrase, j’en ai placé cinq : « s’écrit »,... [Lire la suite]
Posté par onarretetout à 07:44 - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , , ,
02 février 2018

La convivialité, de et par Arnaud Hoedt et Jérôme Piron

Ce n’est pas une conférence, ni un cours magistral. C’est un spectacle. Les deux hommes sur scène ne sont pas des comédiens : l’un est professeur de français, l’autre professeur de religion catholique, ils sont belges. Ils ont mis en scène et jouent un spectacle. De quoi s’agit-il ? De la langue française.  Nancy Huston écrit, à propos des francophonies, qu’elle souhaite que la langue française « cesse de se comporter en reine agacée et se mette à l’écoute de ses peuples ». Les deux protagonistes du spectacle nous... [Lire la suite]
Posté par onarretetout à 07:45 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

22 janvier 2018

Daniel Maximin à la Rencontre poétique de janvier 2018 chez Tiasci-Paalam

L’écriture poétique est à l’origine de toute la création littéraire de Daniel Maximin. Son désir d’écrire s’est d’abord heurté à une forme de modestie qui l’a conduit à écrire des romans, à inventer des personnages et, pour se mettre lui-même à distance, un personnage féminin. Et c’est L’isolé soleil, une anagramme parce qu’il faut jouer avec les mots. Puis viendra Soufrières et L’île et une nuit. Dans son propos, Daniel Maximin rappelle que la Caraïbe est faite de quatre continents : les apports de l’Afrique, de l’Amérique, de... [Lire la suite]
Posté par onarretetout à 07:52 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,
31 décembre 2017

La Femme de l’Ogre, de Bernadette Gruson

Ça sent la viande fraîche, avec ou sans persil. Elle leur dirait de ne pas entrer, aux enfants perdus qui ne sont pas ses filles. Mais elle les laisserait entrer quand même parce que, dehors, la forêt est menaçante. Plus que l’ogre son homme. Celui qu’elle a désiré, qu’elle a épousé, qui l’a emmenée dans la forêt et avec qui elle a fait plein d’enfants, sept filles, nées toutes ensemble (comme ça, c’est fait). Un monstre, un cyclope, qui part dans la forêt tandis qu’elle reste à la maison. Elle était femme, elle devient mère. Non,... [Lire la suite]
Posté par onarretetout à 07:34 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,
29 décembre 2017

AbaTToir, de Bernadette Gruson

Ça commence à la ducasse, la fête foraine du Nord, celle où tu vas enfant avec tes parents, celle où, ado, tu retrouves tes copains, et où, plus tard, tu espères rencontrer, rencontrer… l’amour ? Perdre la tête. À la ducasse, les portes s’ouvrent. Celles de l’enfance, celles de l’abattoir où travaillent les parents. Son père qui appelle sa mère « ma poule ». Comment ça meurt une poule ? Et deux mille poules ? Comme une biche dont la tête est accrochée au mur du salon ? Et sa mère dit que l’amour donne des ailes et aussi... [Lire la suite]
Posté par onarretetout à 08:15 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,
28 décembre 2017

Fesses, de Bernadette Gruson

Le premier des trois textes que Bernadette Gruson a réunis dans ce recueil a pour titre Fesses. C’est exactement comme le début du spectacle qu’elle a créé : elle s’y montre accueillant les spectateurs nue, de dos, avant de s’enrouler dans le rideau rouge du théâtre. Le nu est un thème artistique qui se décline en peinture, sculpture, photographie, danse, théâtre… Mais elle a raison, Bernadette, quand elle interpelle son public : « Je me suis dit qu’il fallait que mes fesses soient là, dès votre entrée / Comme ça c’est... [Lire la suite]
Posté par onarretetout à 08:18 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,