02 mars 2009

Mimosa

Même s’il fleurit dès le début de l’année, c’est, pour moi, au début du mois de mars que je pense au mimosa. Il y a déjà quelque temps que je le vois aux devantures des fleuristes. Il annonce la venue proche du printemps. Il dit, quand l’hiver s’accroche encore un peu, qu’il faut regarder dans les arbres les bourgeons se former, dans le ciel les nuages mousser, la lune en son premier quartier et l’étoile qui l’accompagne en début de soirée, le soleil blanc qui lui prendra bientôt sa couleur. Parfum qui ne dure pas, mais que l’on... [Lire la suite]
Posté par onarretetout à 08:36 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

27 février 2009

Marcher

Sans les dessins, voici une page de Gébé (publiée initialement en mars 1971): C’est l’esprit qui fait le voyage. L’esprit, la pensée… On ne pense pas avec ses pieds. Mais quand on pense, les pieds ne cessent pas d’exister, alors, autant s’en servir. Marche ! A la fenêtre d’une pensée en marche, ça défile. Laisse défiler, tout ça c’est du paysage connu. Et laisse le journal qui traîne. Et laisse la télé tranquille. Marche ! Plus tu vas de l’avant, plus les idées se raréfient et plus tu te sens mal à l’aise dans ce décor effiloché.... [Lire la suite]
Posté par onarretetout à 09:01 - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , ,
22 février 2009

Guadeloupe

Ou sav jou a ‘w pa lwen ; Tu sais que ton jour n'est pas loin ; ou ka filé lang a ‘w pou lapèldéchanpyon, tu effiles ta langue pour l'appel des champions, ou ka paré tout mo a ‘w pou chouboulé kè a moun, tu prépares tous tes mots pour chambouler le coeur des gens, pou fè zyé an nou plen dlo, pour faire que nos yeux se remplissent d'eau, pou nou anrajé, pour que nous enragions, pou nou lévé tout ansanm, pour que nous nous levions tous ensemble, maré ren an nou séré amarrions nos reins serrés é désidé nou a rantré o konba ! et nous... [Lire la suite]
Posté par onarretetout à 08:30 - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : ,
13 février 2009

Inventaire/Invention

C’est avec les petits livres d’Inventaire/Invention que j’ai découvert l’édition sur Internet, des lectures gratuites à l’écran et des livres que j’ai achetés en librairie. J’y ai découvert Albane Gellé, Louise L. Lambrichs, Liliane Giraudon, Arno Calleja, Suzanne Doppelt, Antoine Emaz, Jean-Michel Espitallier, Tanguy Viel, Emmanuel Adely. J’y ai lu Pierre Alferi, François Bon, Ludovic Janvier, Leslie Kaplan, Karim Madani, Jean-Claude Pirotte, Nathalie Quintane, Jacques Roubaud. J’ai acheté Panoptic, panorama de la poésie... [Lire la suite]
Posté par onarretetout à 09:03 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,
08 février 2009

Slam woman show

Pour en parler, éviter de copier son style, mais savourer le plaisir de la citer : ne pas rater « l’arbre qui cache le furet » et tant pis tant mieux si elle avoue des difficultés de « pornonciation »… Lauréline Kuntz slame, c’est-à-dire qu’elle évolue dans une langue poétique ancrée dans son temps. Elle parle d’enfance dixlesic, du cercle des « toqués qui se sont émancipaimés », des bandes de loubards d’aujourd’hui et d’hier, « pour vous servir, M’sieurs dames », raconte un affrontement sur les Champs Elysées entre fifilles friquées... [Lire la suite]
Posté par onarretetout à 12:07 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,
05 février 2009

Les merveilleux nuages

Christophe Tarkos écrit : Les nappes me perdent Les nappes me perdent car elles tourbillonnent Les nappes bougent Il y a ce fait que ce n'est pas fixe, que c'est en train de bouger, que c'est en pleine évolution maintenant, que des nappes disparaissent pendant que d'autres nappes blanches, grises, sans forces et sans couleurs montent en ce moment, qui les voit monter ? montent sans que personne ne les voie monter, sont bientôt en haut en train de se tordre, de s'assouplir, de... [Lire la suite]
Posté par onarretetout à 08:41 - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , ,

04 février 2009

Christophe Tarkos

Christophe Tarkos (1963-2004). Deux dates entre parenthèses, ça donne l’impression que c’est fini, limité, coincé entre deux, et pourtant, la vie (même si on ne l’a qu’en plus de la mort, comme l’écrit Attila Jozsef – voir dans ce blog, le 21 janvier) ne s’arrête pas. C’est la vie posthume. Publication pour Christophe Tarkos d’Ecrits Poétiques (éditeur P.O.L.). J’avoue que ma première lecture de cet auteur (c'était en 2000) m’a stupéfait. Je suis d’abord resté sur la marge, sur la rive de ce fleuve, de ces... [Lire la suite]
Posté par onarretetout à 10:20 - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , ,
30 janvier 2009

Miss.Tic

Je travaillais rue Debelleyme, à Paris. A un angle de la rue Rambuteau, un pochoir sur un mur a attiré mon regard. J'étais passé devant en le lisant distraitement, comme on fait dans la rue, et je suis revenu sur mes pas. Le message était à double détente. C'était Miss.Tic. Fin 2008, une très belle publication chez Grasset. Ma bibliothèque contient un autre livre, des textes anonymes, relevés à Nanterre en mai 1968 (A toi l'angoisse, à moi la rage, photos de Claude Dejacques). La qualité des textes est sans doute différente, mais... [Lire la suite]
Posté par onarretetout à 09:47 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,
27 janvier 2009

Les Chants de Maldoror

Mathias Langhoff met en scène, au Théâtre des Abbesses, les Chants de Maldoror, de Lautréamont. Mais comment traiter cette œuvre foisonnante, protéiforme, emportée, bouillonnante ? Le metteur en scène ajoute la vidéo, une image projetée sur un tulle qui se surimprime au plateau, et apporte de la confusion là où il y avait de l’emportement. Déception pour moi, parce que le texte s’affadit à être situé seulement dans l’histoire ou la sociologie. On n’entend plus les colères contre Dieu, le spectateur est égaré. Encore deux mots :... [Lire la suite]
Posté par onarretetout à 19:10 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,
21 janvier 2009

Attila Jozsef et Denis Lavant

Un poète hongrois dans ce blog, une découverte récente. Un poète mort à 32 ans, en 1937, et qui écrivait   Est un homme celui qui en son coeur n'a ni mère, ni père, et sait qu'il n'a la vie qu'en plus de la mort, et la rend comme un objet trouvé n'importe quand - pour cela il la garde bien ; qui n'est ni un dieu ni un prêtre ni pour lui-même ni pour son prochain. C’est par un livre et un CD que je l’ai découvert. Et par la voix de Denis Lavant, un comédien qui porte la poésie comme peu d’autres, que j’ai vu dans La... [Lire la suite]
Posté par onarretetout à 08:41 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :