08 septembre 2011

Septembre, chrysanthème

Le jeu des fleurs Hanafuda, de Véronique Brindeau et Frédéric Clément (extrait)   « Le chrysanthème japonais porte en lui le soleil. Fleur de l’automne, il est pourtant la fleur même de la lumière et de l’éclat, en laquelle rayonne l’empire du Soleil Levant dont il est le symbole. (…) Chez les fleuristes de nos contrées, où les chrysanthèmes sont acclimatés depuis le XVIIe siècle, on appelle communément « tokio », en usant de l’ancienne graphie de la capitale japonaise, ces fleurs jaune vif que le botaniste... [Lire la suite]
Posté par onarretetout à 08:16 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

21 août 2011

Obstacle, chorégraphie de Sébastien Lefrançois, Compagnie Trafic de Styles

Trois danseurs, une danseuse, dans la Cour des Invalides. Où il sera question de la ville, des chemins qu’on y cherche, qu’on n’y trouve pas forcément – mais, comme on peut le lire ailleurs (dans l’exposition Morceaux Exquis, par exemple), n’est-ce pas parce qu’on a toujours les yeux fixés sur ce qu’on cherche et non sur ce qu’on trouve ? Les danseurs luttent avec des barrières Vauban. Vauban a son mausolée aux Invalides. Le message du spectacle, s’il en est un,  prend donc ici de multiples dimensions. Il s’agit, d'abord,... [Lire la suite]
Posté par onarretetout à 07:44 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,
16 août 2011

Allain Leprest est mort

Allain Leprest a choisi de « se foutre à la porte de soi-même / Mourir de soi » (Pauvre Lélian), en ce milieu du mois d’août, à Antraigues-sur-Volane, chez des amis. J’ai voulu comprendre, si on peut comprendre, non pourquoi il s’est suicidé, mais pourquoi là, dans le pays de Jean Ferrat. J’ai sorti de ma bibliothèque un recueil de poèmes de Patrick Pérez-Sécheret, L’Ardèche brûle à torrents, parce que je me souvenais qu’il s’ouvrait par une préface de Jean Ferrat et que, sur la quatrième de couverture, on pouvait lire un... [Lire la suite]
Posté par onarretetout à 23:21 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,
15 août 2011

Chalon dans la rue, 2011 (5)

Rictus. Sa veste est blanchie par la craie avec laquelle il a écrit ses poèmes sur l’armoire métallique qu’il transporte, et sur les murs. Place publique, un homme prend la parole. C’est « l’homm’ modern’ qui pouss’ sa plainte », c’est Jehan Rictus, poète à la charnière du XIXe et du XXe siècle, mais dont les propos résonnent aujourd’hui avec une grande acuité. « J’veux pus êt’ des écrasés / D’la muflerie contemporaine ».  C’est dit, avec cette élégance que revendique le poète qui fait son feu comme il peut,... [Lire la suite]
Posté par onarretetout à 08:22 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,
05 août 2011

Août, miscanthe

Le jeu des fleurs Hanafuda, de Véronique Brindeau et Frédéric Clément (extrait) « De toutes ces herbes vagabondes, la miscanthe dit à elle seule la lande et la lune, la désolation et l’abandon, mais aussi la douceur des lumières qui succèdent à l’été trop brûlant, le renoncement serein du souvenir. Pleine lune d’automne dans l’ombre des miscanthes savourant du saké.   Issa »   Aujourd'hui, la 38000e visite à ce blog est venue de Marseille sur la page des 26000 couverts. Merci. 
Posté par onarretetout à 08:11 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,
27 juillet 2011

Chevelure

Hasard des lectures d’été…   Ma femme à la chevelure de feu de bois (André Breton)   Chevelure flammes ingénues qui léchez un cœur insolite la forêt se souviendra de l’eau et de l’aubier (Aimé Césaire)   Une femme qui se peigne remplit de son geste le ciel (Auguste Rodin, cité par Jean-Christophe Bailly)
Posté par onarretetout à 07:59 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

19 juillet 2011

Yvan Berrebi, à la soirée Tiasci Paalam

Le premier mercredi de juillet, Tiasci et les Editions Paalam ont accueilli leur rencontre mensuelle de poésie, dans le 10e arrondissement de Paris. Rares sont les lieux offrant cette possibilité, a dit Yvan Berrebi, l’invité du jour, auteur de trois recueils publiés par la Librairie – Galerie Racine. Le poète se présente comme un Professeur d’Economie, soulignant à quel point, d’une manière générale, on tient pour éloignées poésie et économie. Cette soirée sera peut-être une révélation pour ceux des présents qui ne connaissent qu’un... [Lire la suite]
Posté par onarretetout à 07:35 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,
18 juillet 2011

Vous ne regardez pas, vous lisez - Exposition Scanreigh à la Médiathèque du Carré d'Art de Nîmes

Il faut descendre l’escalier (ou prendre l’ascenseur) pour arriver au niveau où sont exposés les dessins et livres d’artiste de Jean-Marc Scanreigh. Un grand panneau mural et des vitrines de tous côtés pour présenter ce travail très abondant de dessin, d’illustration, pas seulement dans des livres qui se ferment mais aussi dans des lieux qui s’ouvrent. Deux salles permettent de visiter cet univers du flux, du trait et de la couleur, le plus souvent liés au texte. Les auteurs sont nombreux à avoir travaillé avec Jean-Marc... [Lire la suite]
Posté par onarretetout à 07:34 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,
09 juillet 2011

Blasons

Nous ne voyons directement de notre corps que certaines parties. Notre dos, par exemple, nos fesses et notre visage ne sont accessibles à notre regard qu’au moyen d’un subtil jeu de miroirs. C’est sans doute pour cela que Clément Marot et d’autres poètes du XVIe siècle ont inventé le genre des Blasons du corps féminin. Depuis, nombreux sont ceux qui s’y sont essayés. Vous avez pu lire ici une présentation des Blasons d’un corps enfantin, de Régine Detambel, mais il y a aussi ses Blasons d’un corps masculin. J’ai parfois écouté, dans... [Lire la suite]
Posté par onarretetout à 06:58 - Commentaires [15] - Permalien [#]
Tags : , , ,
05 juillet 2011

juillet, lespédèze

Extrait du livre de Véronique Brindeau et Frédéric Clément, Le jeu des fleurs Hanafuda « A qui passe en hâte sur les chemins, le buisson de lespédèze parait sans qualités. Il n'a pour se distinguer ni le rouge intense des érables, ni l'éclat lunaire des miscanthes. Rien de l'ineffable odeur des glycines, de l'éphémère des cerisiers, de l'éternité des pins n'accompagne sa rencontre. Aucun symbole impérial ne s'attache à ses branches ténues, ses pétales minuscules d'un violine pâle qui se marque à peine.(...) Sans faire tomberune... [Lire la suite]
Posté par onarretetout à 08:20 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,