16 mai 2011

Petit x, Histoires provisoires, d'Isabelle Clerc

Isabelle Clerc, lors de la soirée chez Tiasci, nous a lu quelques extraits de son livre Petit x, Histoires provisoires. J’ai eu envie d’en savoir plus sur ces personnages qu’elle présente en ces termes : « Un petit x, c’est un certain état d’esprit, un esprit chair, un corps esprit, ils ne font plus la différence. Les petits x voyagent la nuit, le jour, jusqu’à plus soif. C’est cela qu’ils aiment surtout, la partance, l’imprévisible, et le choc de la beauté. Ils ont épousé la vie. » Tout commence dans un magasin où... [Lire la suite]
Posté par onarretetout à 08:28 - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , ,

15 mai 2011

Dans tes yeux l'ombre de la mer, d'Amirul Arham

La soirée mensuelle chez Tiasci et Paalam Publications (10e arrondissement de Paris) saluait récemment la parution du recueil d’Amirul Arham, dans tes yeux l’ombre de la mer, édition bilingue bengali-français accompagnée de peintures de Frances Delbecq. Amirul Arham, originaire du Bangladesh, cinéaste, a réalisé plusieurs documentaires sur son pays qui témoignent de son engagement à cet égard. Mais ses poèmes ne se limitent pas à travailler autour du souvenir pourtant vivace de l’enfance et des cerfs-volants, souvenir des... [Lire la suite]
Posté par onarretetout à 08:02 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,
08 mai 2011

Mai, iris

Le jeu des fleurs Hanafuda, de Véronique Brindeau et Frédéric Clément (extrait) Dans l'ancien calendrier lunaire, la floraison des iris, au coeur de la saison des pluies, annonçait l'arrivée prochaine de l'été et l'époque du repiquage du riz. Le cinquième jour du cinquième mois - qui est encore aujourd'hui un jour férié, celui de la « fête des garçons » -, on accrochait des iris aux auvents des maisons afin d'éloigner les esprits néfastes et l'on tressait de feuilles d'iris la coiffe des jeunes garçons.(...) Oh tous ces... [Lire la suite]
Posté par onarretetout à 07:58 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,
07 mai 2011

Anagrammes en mai

En avril, nous avons décliné un dicton d’avril ; en mai, dit-on, fais ce qu’il te plaît. Et ce qu’il me plaît de faire en mai, ce sont des anagrammes. Prenons le fameux vers de Ronsard : « Comme on voit sur la branche au mois de mai la rose »Mélangeons-en les lettres, toutes les lettres, qui le composent. Et créons ainsi de nouveaux vers. Et tous ensemble, tous ensemble, ouais, nous écrirons un poème !     Ici, là-bas, on voudra  commémorer à l’enthousiasme.Commentaire normal :... [Lire la suite]
Posté par onarretetout à 06:57 - Commentaires [8] - Permalien [#]
Tags : , ,
06 mai 2011

Soirée de poésie persane

C’est par l’histoire de son nom qu’Emma Peiambari (Najmeh Mousavi) commence la soirée. Parce qu’un nom désigne une personne. Mais elle tient aussi à parler de l’histoire de la langue  du pays où elle est née. Bien que le persan soit une langue indo-européenne, il a la particularité de s'écrire avec des caractères arabes. Et la poésie persane s’est récemment émancipée de ses aînés classiques qui ont marqué de rimes et de rythmes les vers de plusieurs générations. Elle dira qu’elle aime toujours les poèmes de Hafez, poète du 14e... [Lire la suite]
Posté par onarretetout à 08:15 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
22 avril 2011

Aimé Césaire, Lam, Picasso

C’est une salle où ont poussé trois grands arbres. Leur feuillage est fait des dessins de Wifredo Lam, artiste né et enterré à Cuba, à moins que ce soit des nuages pris aux filets capteurs de rêves de leurs hautes branches. Trois artistes vous accueillent sous ces frondaisons : Aimé Césaire, Pablo Picasso et Wifredo Lam. Deux ouvrages y sont présentés : Corps perdu (Aimé Césaire – Pablo Picasso) et Annonciation (Aimé Césaire – Wifredo Lam). Des textes à lire et des gravures à regarder, aller de l’un à l’autre et voir se... [Lire la suite]
Posté par onarretetout à 08:05 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

21 avril 2011

Et les chiens se taisaient, d'Aimé Césaire

J’ai suivi le conseil de Michèle Césaire. Et, bien que je ne sois pas metteur en scène, j’ai lu Et les chiens se taisaient, texte qui suivait Les armes miraculeuses dans ma bibliothèque. J'avais lu les poèmes mais pas la pièce de théâtre. Il m’a fallu du temps pour arriver à cette lecture. Un livre acheté il y a un peu plus de 30 ans, et rangé dans mes rayonnages entre André Breton et René Char, qui m’a suivi de déménagement en déménagement et vient de s’ouvrir comme certaines graines donnent naissance à des plantes après des années... [Lire la suite]
Posté par onarretetout à 08:22 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,
13 avril 2011

Rencontre avec Thierry Cazals

Soirée poésie le 6 avril chez Tiasci, à l’invitation des éditions Paalam. La soirée a commencé avec Thierry Cazals. Il avait choisi d’aborder le printemps avec les mots de l’enfance. Ecrit comme ça, ça semble un peu niais, mais il n’y a rien de puéril dans ces propos, plutôt la recherche du simple : « Ne pas se laisser piéger par la soi-disant banalité des choses, contempler intensément ce qui se trouve autour de nous, ouvrir en grand les portes de notre cœur », écrit ailleurs Thierry Cazals. Et il nous lit quelques... [Lire la suite]
Posté par onarretetout à 08:07 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,
05 avril 2011

Une saison chez Césaire, dramaturgie Michèle Césaire, mise en scène Rudy Sylaire

Approche intelligente du théâtre d’Aimé Césaire : en feuilletant la Déclaration Universelle des Droits de l’Homme. Et d’interroger les notions de liberté, d’égalité et de fraternité. Les textes de Césaire sont des paroles combattantes, rythmées ici par les pas des comédiens, les frappes sur les percussions. Au centre des préoccupations, la situation de l’homme noir et de la femme noire dans le monde : libres ? égaux ? fraternels ? A travers des extraits de quatre pièces (Les chiens se taisaient, La tragédie du... [Lire la suite]
Posté par onarretetout à 07:50 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,
03 avril 2011

Avril, glycine

Je ne sais si les Japonais, en ces temps de catastrophes, ont le cœur de jouer à ce jeu, mais les saisons poursuivent leur ronde et le printemps avance inexorablement, mêlant la  mort et la vie, si bien que les fleurs sont à la lutte. Je poursuis donc la visite mensuelle, entreprise en ce début d’année, au livre de Véronique Brindeau et Frédéric Clément, Le jeu des fleurs Hanafuda.   (…) la vue d’une glycine apaise la fatigue du poète Bashô, accablé par le voyage et le poids de sa besace : Rompu de fatigue A l’heure... [Lire la suite]
Posté par onarretetout à 08:19 - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , ,