09 septembre 2013

Robert & Joséphine, de Christiane Veschambre

Ce sont des souvenirs. Ceux des autres, la mère et le père. Ce sont deux vies, qui ont connu des guerres. Où l’amour est venu, où il a attendu, d’où sont nés les enfants, le grand au début de la guerre, et la p’tite après (« les guerres / charrient / dans leurs gravats / l’enfance / des petits / qui auraient pu / être des p’tits »). Ce sont deux existences, qui ont traversé des difficultés matérielles, des peurs, des fatigues, des bonheurs. Le tout n’est certes pas de tout dire, mais dans l’écriture de Christiane... [Lire la suite]
Posté par onarretetout à 08:02 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

29 août 2013

Atlantides (heroïc poésie), de Gérard Noiret

Cette « heroïc poésie » renvoie, évidemment à l’« heroïc fantasy », puisant dans une antiquité plus ou moins fantasmée un récit, ou, ici, des poèmes. Ces poèmes apparaissent comme des objets que la terre ou la mer (puisqu’il s’agit d’« atlantides ») fait resurgir et dont on découvre la civilisation à laquelle ils étaient attachés. Ils ont tout à la fois un air connu et un aspect étrange. Les majuscules, d’abord, viennent troubler la lecture : elles ne marquent ni le début d’un vers, ni celui d’une... [Lire la suite]
Posté par onarretetout à 08:06 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
01 août 2013

Exquise déréliction métisse, de Suzanne Dracius

Suzanne Dracius aime les mots, « en langue française materner / exhausser harmonies créoles / en marinades / pimentées d’hellènes latinades ». C’est le rythme des banlieues, mais aussi celui des îles. Les souvenirs de l’enfance, de la Martinique, le marronnage, les amitiés, et les joies du corps féminin « en hédoniste poésie (…) caribéenne épicurie ». Elle aime les mots et les mélange. Elle les dit en musique et frappe les sons et les caresse, comme la peau d’un tambour. Elle a aussi des colères et comprend... [Lire la suite]
Posté par onarretetout à 08:07 - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : ,
19 juillet 2013

Chris Ames, à la Rencontre poétique chez Tiasci-Paalam en juillet 2013

Ne pas oublier, donner à chacun son nom dans un poème, dans un livre ; ainsi, venu de l’Utah, d’une famille où la généalogie a beaucoup d’importance, Chris Ames (un nom qu’il tient d’un Duc d’Amiens !) écrit des portraits, ou plutôt des moments partagés avec celui-ci, celle-là, dans un pays ou dans un autre. Ici pensant à là-bas, s’efforçant d’être présent au monde, ayant voulu, voulant le connaître, non parce que le monde serait beau comme la terre est ronde, mais pour en être, de ce monde, au sortir de l’enfance, et gardant... [Lire la suite]
Posté par onarretetout à 07:39 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,
17 juillet 2013

Si je suis de ce monde, d'Albane Gellé

Il faut suivre Albane Gellé. Elle pose ici et là des mots et on pourrait passer à côté sans y prendre garde. Discrète, elle n’impose rien. Elle donne à voir les autres et semble se mettre elle-même en retrait. Le titre de son recueil est bien à son image. Le « si » est-il une condition, une hypothèse ? Ou bien une causalité ? Je penche pour celle-ci : parce que je suis de ce monde, il me faut « tenir… debout ». Chacun des textes courts du recueil dit la difficulté, la volonté d’être présent au... [Lire la suite]
Posté par onarretetout à 08:12 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,
15 juillet 2013

Elle va nue la liberté, de Maram al-Masri

Houria, c’est son nom. C’est une fille. Elle est née non pas d’avoir été seulement attendue, mais d’être désirée. Elle a fait entendre ses premiers cris dans la rue, ses premières larmes aussi. Où sont les parents de ce bébé, de cet enfant blessé ? Ses frères et sœurs peut-être déjà tombés, peut-être à nouveau debout, ici même et pourtant là-bas. Quand on voudrait partir parce que les armes tuent ; quand on voudrait rester parce que la famille, les proches sont restés. Houria, c’est son nom, on la voit sur des photos, sur... [Lire la suite]
Posté par onarretetout à 08:06 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

12 juillet 2013

Après chaque page, de Christiane Veschambre

Accueillir l’évènement, ce qui arrive, le matin qui se manifeste dans l’oscillation d’un brin d’herbe, « ce qu’il me fut donné de voir », car la vie, Christiane Veschambre l’accueille comme ce qui fut donné : les premières cerises de mai 1968 au bout d’une longue, longue phrase d’émancipation et d’espoir, les regards immobiles qui absorbent les terres qui changent quand dans le lac des yeux le temps ne passe pas, la lumière de septembre et les mots qu’on laisse venir, désemparé, comme on attend la Vie, avant de la... [Lire la suite]
Posté par onarretetout à 08:06 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,
11 juillet 2013

Le chant des Bushmen /Xam, de Stephen Watson

Bushmen ou /Xam, « dépossédés de la terre où ils avaient vécu comme chasseurs-cueilleurs pendant des siècles, pourchassés comme des bêtes sauvages par les colons blancs, considérés comme des parasites par les tribus noires voisines, ils étaient pratiquement exterminés, victimes du génocide, vers la fin du XIXe siècle. Il est impossible aujourd’hui de réaliser entièrement ce qu’a pu être leur extermination, mais il est un fait discret qui aussi bien qu’un autre inspire l’horreur et la pitié : il ne reste personne au monde... [Lire la suite]
Posté par onarretetout à 07:44 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,
10 juillet 2013

Le pyromane adolescent, de James Noël

James Noël, « maître d’œuvre » de la revue Intranqu’îllités, est un poète haïtien dont j’ai lu récemment ce recueil publié par la maison d’édition québécoise Mémoire d’encrier. En ouvrant le livre, deux noms me sont venus à l’esprit : Arthur Rimbaud et Gérard de Nerval. Mais c’est un peu faire fausse route que de vouloir filer vers le dix-neuvième siècle. « Un jour la poésie sortira du marché de la poésie / la poésie sortira de sa tanière / et prendra la route toute seule / comme une grande ». Le... [Lire la suite]
Posté par onarretetout à 07:50 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,
24 juin 2013

Evelyne Morin à la Rencontre poétique chez Tiasci-Paalam en juin

L’écriture d’Evelyne Morin tient dans la page, elle le montre, à la fin de la lecture de juin chez Tiasci. Les silences, les rythmes y sont ainsi inscrits. A l’écoute, ce sont les couleurs qui apparaissent, jusqu’aux mystères du noir et blanc, du noir-matière qu’elle travaille un peu comme Soulages. C’est aussi la traque de l’instant, d’avant que les mots soient bien en place, quand les mots commencent à venir. On peut y voir poindre une forme de mystique, mais les pieds sur la terre, et son choix d’être ici accompagnée par un... [Lire la suite]
Posté par onarretetout à 08:19 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :