11 janvier 2013

Les mots du trom

J’ai lu sur la toile un texte en monosyllabes d’Alain Chevrier. En voici un extrait :   Dans le tromya des beursya des roineset des noichsYa des feujset des tanjset des louzesqui sont zarbs Dans le tromya des keumset leurs meufset leurs ienchsYa des reupset des reumsqu’ont les oidessur leur keuss Et, poursuivant ma quête, j’ai rencontré Greg Frite et ses Gros mots. Un mot, une minute. Je vous invite à les regarder en cliquant sur la photo ci-dessous. C’est un dictionnaire chanté et mis en image, le Robert de la... [Lire la suite]
Posté par onarretetout à 07:35 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

09 janvier 2013

Pas d'ici, pas d'ailleurs

Nombreuses les femmes qui sont réunies dans cette anthologie poétique de voix francophones. J’en ai tourné les pages, m’y suis arrêté ici ou là, sans toujours savoir pourquoi. Y a-t-il une écriture féminine ? La lecture de cette anthologie pourrait m’y faire croire dans sa diversité. J’y rencontre quelques noms que je connais déjà (et que vous pouvez lire dans ce blog) et tant d’autres qui m’étaient inconnus. Pour cette seule raison, j’y suis revenu plusieurs fois. Pas d’ici, pas d’ailleurs, c’est aussi marcher ici et ailleurs,... [Lire la suite]
Posté par onarretetout à 07:40 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,
08 janvier 2013

Le bel incendie, d'Ernest Pépin

Avec ce recueil publié chez Bruno Doucey, Ernest Pépin rencontre le monde, tout ce qui fait du monde une femme. C’est une écriture sensuelle, capable de dire l’explosion solennelle d’une peau qu’on dénude. C’est une écriture d’île où la mer est aussi une histoire d’amour et de résurrection. Une écriture qui convoque les continents, qui bat au rythme du boula-gueule quand la femme parle, qu’elle demande : Suis-je fille de l’héritage ? Suis-je l’héritage ? Qui se frotte à Lam, Picasso et Césaire. Qui dit d’Edouard... [Lire la suite]
Posté par onarretetout à 07:35 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,
03 janvier 2013

Continuités d'éclats, de Mathieu Bénézet

Il n’est question que de vie dans ce livre de Mathieu Bénézet, Continuités d’éclats, titre qui réveille dans ma mémoire un titre d’un autre poète, René Char, La conversation souveraine. Parce que le livre de M.B. se lit comme une conversation à travers les livres et les temps, qu’il n’a pas de début, pas de fin, qu’il a plutôt une multitude de débuts, d’éclats en quelque sorte. « Le sujet de ce livre est le sujet de ce livre », écrit-il à plusieurs reprises. Et nous sommes l’interlocuteur de cet auteur qui nous semble si... [Lire la suite]
Posté par onarretetout à 08:11 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,
28 décembre 2012

Je te nomme Tunisie, de Tahar Bekri

La Tunisie, pays qu’il a dû quitter il y a de nombreuses années, n’est jamais sortie des pensées de Tahar Bekri, poète tunisien vivant en France après avoir connu la prison de Bordj Erroumi. De l’aube jusqu’à « la brûlure des soirs », avec les merles et les oiseaux migrateurs, en écoutant Haendel ou Bach, la Tunisie toujours parvenait à l’oreille du poète. Au passé cependant, à l’imparfait des verbes qu’il accumulait pour ne pas oublier. Et puis, d’un coup, ce fut le présent du « vieux désert », ce seul présent qui... [Lire la suite]
Posté par onarretetout à 07:40 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,
26 décembre 2012

La mort n'est jamais comme, de Claude Ber

Quand j’ai rencontré Claude Ber, je lui ai demandé laquelle de ses publications elle me conseillait de lire. Ce fut « La mort n’est jamais comme », publiée une première fois en 2003, rééditée par les éditions de l’Amandier. La mort si proche, c’est la réalité la plus présente, la plus implacable. « La mort fait de la langue entière un charabia ». Claude Ber s’y confronte. Il ne s’agit pas de la vaincre, de l’apprivoiser ou je ne sais quoi d’obséquieux, de soumis. Elle creuse dans les mots, elle frappe sa tête, elle... [Lire la suite]
Posté par onarretetout à 07:32 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

25 décembre 2012

Sharmila Roy aux rencontres poétiques chez Tiasci - Paalam

C’est une conversation qu’a ouverte Sharmila Roy en cette soirée du premier mercredi de décembre. Une rencontre avec Rabîndranâth Tagore. Elle le chante et porte ses idées dans le monde entier. Sa voix, c’est celle de Tagore quand elle mélodise, et, si je fabrique ce mot ici, c’est parce que Sharmila passe du récit biographique à la mélodie comme on se promène avec quelqu’un et qu’en marchant tantôt c’est l’un qui parle, tantôt c’est l’autre. Au rythme des pas, selon que l’on suive un fleuve, ou qu’on passe dans un sous-bois, selon la... [Lire la suite]
Posté par onarretetout à 07:48 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
13 décembre 2012

Au milieu d'Amman, de David Dumortier

David Dumortier était à Amman en 2008, une ville où on s’ennuie un peu mais qui laisse « la nuit s’asseoir par terre, les chiens marcher pieds nus », et « la pluie ne pas venir ». Une ville qui a « d’autres soucis que de séduire un homme qui ne reviendra plus », qui attend votre retour donc, parce que  les « cerfs-volants meurent sur des fils électriques », parce qu’il y a tellement de phrases et de mots qu’on s’efforce de ne pas les laisser tomber dans l’oubli, déjà qu’il n’y a pas d’eau,... [Lire la suite]
Posté par onarretetout à 07:54 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,
29 novembre 2012

Seyhmus Dagtekin, aux Rencontres Poétiques de Tiasci - Paalam

Dominique Colignon-Maurin fait parler sa flûte oblique, qu’on désigne sous le nom de ney ; elle court, coule, glisse, appelle, grince, gravit, souffle, clapote, se tait pour laisser parler à son tour Seyhmus Dagtekin. Le poète va chercher au fond de lui les mots qui jouent leurs sonorités presque sans se soucier des significations qu’elles portent. Le recueil de poèmes porte un titre inquiétant : Ma maison de guerre. Mais s’agit-il vraiment d'une guerre ? Nous referons les règles / et chacun choisira la sienne. Les mots se... [Lire la suite]
Posté par onarretetout à 07:40 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,
25 novembre 2012

John Coltrane, par Zéno Bianu, à la soirée Poètes en Résonances, à Paris

John Coltrane est désormais musique, sons qu’il a cherchés, trouvés et offerts, souffle qui monte vers les étoiles, qui descend des étoiles, Zéno Bianu lui donne des mots sur les nappes profondes d’une onde sombre et fulgurante de lumières « à côté du temps ». Il en fait un Prométhée, foie mangé par un cancer de s’être fait voleur d’éclats, « une apparition sonore / dont le métronome / est / le bruit de fond de l’univers ». La mise en page semble chercher une forme de verticalité, de colonne, tendue vers les... [Lire la suite]
Posté par onarretetout à 07:51 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,