01 juin 2013

En juin, faites des Haïkus

Les haïkus présentés récemment vous ont certainement donné envie d’en composer vous-même. Il y a des règles, bien sûr. Et, en particulier, dans la transcription française de la forme japonaise, on s’accorde à ce que ce poème soit de trois vers, le premier de cinq syllabes, le second de sept syllabes, le troisième de cinq syllabes. Vous ayant déjà dans ce blog fait goûter au sens du jeu d’Hubert Haddad, j’ai choisi dans son recueil, Les Haïkus du peintre d’éventail, quatorze vers de cinq syllabes et sept vers de sept syllabes.... [Lire la suite]
Posté par onarretetout à 07:33 - Commentaires [8] - Permalien [#]
Tags : , , ,

31 mai 2013

Trois fois sept haïkus

Forme poétique venue du Japon, le haïku semble, malgré sa brièveté et son apparente simplicité, inépuisable. Trois exemples aujourd’hui, trois fois sept haïkus. Hubert Haddad a publié, en même temps que Le peintre d’éventail, Les Haïkus du peintre d’éventail. En voici quelques uns : Pourpre du couchant –un sang rêvé accompagnele chasseur bredouille  La bête à bon Dieuornant l’oreille de l’âneun instant de gloire  Son sac lourd et videen pavois il le promènedu rien au néant  Deux papillons blancsapplaudissent... [Lire la suite]
Posté par onarretetout à 07:35 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,
19 mai 2013

Tahar Bekri, à la rencontre poétique Tiasci - Paalam, en mai 2013

Tahar Bekri, né en Tunisie, y a connu la prison et vit en France depuis de nombreuses années. Il dit d’abord que les poètes français (Baudelaire, Rimbaud, et d’autres) ont tourné leurs yeux vers l’Orient, et qu’il appartient aux poètes arabes de n’être plus les regardés mais ceux qui regardent. Pourquoi un poète arabe devrait-il se cantonner aux images des déserts ? Pourquoi s’interdirait-il de parler de la neige ? Et, parfaitement bilingue, Tahar Bekri connaît aussi bien la poésie arabe que la poésie française ; il... [Lire la suite]
Posté par onarretetout à 07:34 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,
17 mai 2013

Salwa Al Neimi et Werner Lambersy, Poètes en Résonances, à Paris

Les deux poètes invités par la Compagnie Résonances, ce dernier vendredi d’avril, n’avaient a priori pas grand-chose en commun. Il est né en Belgique, elle est née en Syrie. Il a publié il y a quelques années une anthologie personnelle qui montre la grande diversité de sa poésie. Elle est venue avec un recueil de poèmes et deux romans. Pourtant, à les entendre l’un après l’autre en cette soirée, on entend bien quelques  résonances. « Mille et une nuits ?quelle saleté… », écrit-elle. « Six jours et sept nuits... [Lire la suite]
Posté par onarretetout à 07:57 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,
14 mai 2013

Bagdad Jérusalem à la lisière de l'incendie, de Salah al Hamdani et Ronny Someck

La rencontre est unique : les deux poètes sont nés à Bagdad en 1951. C’est le hasard qui les met au même endroit en même temps. Le hasard ? Non, c’est la poésie puisqu’ils sont tous deux invités dans un festival. Ils ne se connaissent pas. Salah al Hamdani raconte qu’il a entendu annoncer Ronny Someck, né à Bagdad en 1951, et s’est dit : « c’est moi, c’est mon frère ». C’est ainsi qu’est née l’idée de ce recueil, avec Bruno Doucey pour éditeur. Trois langues : l’arabe, l’hébreu, le français. Seule la... [Lire la suite]
Posté par onarretetout à 07:32 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,
23 avril 2013

Rimbaud d'Aden, de Salah Stétié

Dans la galerie des donateurs, à la BNF, on pouvait voir, jusqu'au 14 avril 2013, des livres d’artistes, manuscrits et éditions originales de Salah Stétié. J’y suis entré quelques instants, bien décidé à relire, en rentrant chez moi, Rimbaud d’Aden. Nous marchons avec Salah Stétié dans Aden, au Yemen, et nous y faisons de nombreuses rencontres : le poète arabe al-Mutannabi (« Je suis fils des déserts et de la poésie »), Paul Nizan (« Alors, faire bon ménage avec l’ennui, mourir de cette mort ? »), mais... [Lire la suite]
Posté par onarretetout à 08:18 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

18 avril 2013

Aqui no pasa nada, de Federico Garcia Lorca

Sous le chapiteau de la Compagnie du Bois-Midi, la MJC de Villebon-sur-Yvette (91) présentait récemment deux spectacles : Parades, un travail remarquable, dans le rythme donné par le big band Takati Takité, des jeunes de l’Ecole de Théâtre mis en mouvement par Jean-Christophe Tocqueville, jeux de paroles proférées, de gestes partagés, d’équilibres portés, de paroles tenues. Puis nous avons entendu les poèmes de Federico Garcia Lorca, mis en scène par Céline Roux, et interprétés en espagnol et en français par des artistes du... [Lire la suite]
Posté par onarretetout à 07:59 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,
16 avril 2013

Salah al Hamdani, à la rencontre poétique Tiasci Paalam, en avril 2013

Un poète ne se résume pas à sa biographie. Mais comment parler de Salah Al Hamdani sans dire qu’il est né en Irak, qu’il a connu la prison et qu’il a rencontré, en prison, la poésie. La poésie, chacun peut l’écrire, c’était la première leçon, en prison. La seconde, c’est que tu es responsable de ce que tu écris. Cette responsabilité, Salah en fait une ligne de conduite mettant ses pas dans ceux d’Albert Camus, cet Etranger. Cette soirée d’avril avec Salah Al Hamdani nous a laissé une forte impression. Un homme était là, devant nous,... [Lire la suite]
Posté par onarretetout à 07:40 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
11 avril 2013

Une neige et des baisers exacts, de Lysiane Rakotoson

Il faudrait ne rien ajouter, ne pas surcharger de mots ces textes précis et ouverts, ces poèmes délicatement posés sur les feuilles d’un recueil, laissant la plus grande part à la blancheur du papier. Je voudrais simplement vous inviter dans la journée limpide (« Le matin a remué d’un coup sa volière de silence et de lumière. ») qui mène à l’intime caresse du tutoiement (« Cette poignée de lumière dans tes yeux »). Vous inviter à devenir, vous-même, « corps conducteur » de cette poésie.  
Posté par onarretetout à 07:42 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,
07 avril 2013

Poésie & musique.orge, à la MJC de Savigny-sur-Orge (91)

C’était pendant le Printemps des Poètes, après avoir diffusé des poèmes dans les trains et quelques gares de la ligne C du RER, la Compagnie théâtrale Les Trois Clous donnait de la voix avec les poètes eux-mêmes à la MJC de Savigny-sur-Orge (91). Le plus jeune a 22 ans, le plus âgé environ quatre fois plus et leurs mots sont contemporains. Cela ne fait pas un style univoque, cela fait la diversité. Je jouerais volontiers avec vous, lecteurs de ce blog. Il y avait dans cette soirée quatre hommes et une femme. Qui a écrit, homme ou... [Lire la suite]
Posté par onarretetout à 08:14 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,