19 février 2013

Pas revoir, suivi de Neige rien, de Valérie Rouzeau

Ça fait longtemps que j’entends parler de Valérie Rouzeau. Je ne sais plus quand ce nom m’est arrivé aux oreilles, je me souviens qu’il était associé aux créations de la Compagnie du Praxinoscope. Et puis, récemment, ce titre, Vrouz, comme une affirmation. Il aura fallu que je traverse l’océan pour acheter, à Kourou, Pas revoir, réédité en 2010 par La Table Ronde. Le premier poème est d’une force incroyable. La chanson de Barbara (« Nantes ») me vient aussitôt en tête. Mais le travail des mots ne me laisse pas... [Lire la suite]
Posté par onarretetout à 07:36 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

15 février 2013

Maïa Brami à la Rencontre poétique de février 2013 chez Tiasci-Paalam

C’est de couleurs qu’il s’est agi ce soir-là, de ces couleurs étalées au pinceau sur une toile, les mots de Maïa Brami faisaient apparaître non seulement la couleur elle-même, mais aussi le geste du peintre, et je ne savais plus s’il s’agissait d’une lettre envoyée par une inconnue ou d’une fenêtre ouverte sur un secret d'un « bleu surnaturel ». Traversée par les mots qui lui viennent dans la main, qu’elle cueille, qu’elle cultive, qui poussent dans cette terre de désir, de souffrance et d’espoir sur laquelle marchent des... [Lire la suite]
Posté par onarretetout à 08:12 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
23 janvier 2013

Claude Ber, hommage dans la revue NU (e)

Pour qui veut approcher l’œuvre de Claude Ber, il y a à présent une revue qui lui a consacré son numéro 51. Une vingtaine d’artistes, photographes, peintres et poètes y sont réunis et dessinent avec leurs propres mots le portrait d’une femme engagée dans son temps, et, plus qu’un portrait, ils dessinent une sorte de cartographie, « Souffles. Pulsations. Respirations ». Ils mettent en évidence la poésie comme une pratique, elle-même citant Claude Simon : « L’écriture travaille celui qui la travaille ». Ils... [Lire la suite]
Posté par onarretetout à 07:31 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,
19 janvier 2013

J'y tiens main tenant

Dans l’anthologie Pas d’ici, pas d’ailleurs présentée récemment, on trouve ce texte d’Albane Gellé : Tenir audience à ses fantômes à leurs profondes protestations (…) (…) tenir du père et de la mère tenir des arbres les racines (…) Tenir à ses bibliothèques à ses bijoux à ses photos (…) Ce verbe, tenir, a des sens tellement nombreux que vous pouvez vous amuser à lister vos « tenir », « tenir à », « tenir de », « s’en tenir à », etc. Tenir bon, tenir la route, s'en tenir à la... [Lire la suite]
Posté par onarretetout à 07:48 - Commentaires [8] - Permalien [#]
Tags : , ,
17 janvier 2013

La confidence des oiseaux de passage

Dans l’église St Etienne, à Brie Comte Robert (77), lors de la Nuit du premier jour, les Souffleurs proposaient La confidence des oiseaux de passage (photo Christophe Raynaud de Lage), des poèmes dits à l’oreille de chaque personne choisie par un Souffleur haut perché, comme un oiseau aux mouvements ralentis. Le tube descendait vers les promeneurs de la nuit, s’arrêtait près de quelqu’un qui acceptait le don secret du poème. Au sol, des milliers de papiers découpés, petites phrases piétinées à peine lisibles dans la pénombre de... [Lire la suite]
Posté par onarretetout à 07:35 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,
11 janvier 2013

Les mots du trom

J’ai lu sur la toile un texte en monosyllabes d’Alain Chevrier. En voici un extrait :   Dans le tromya des beursya des roineset des noichsYa des feujset des tanjset des louzesqui sont zarbs Dans le tromya des keumset leurs meufset leurs ienchsYa des reupset des reumsqu’ont les oidessur leur keuss Et, poursuivant ma quête, j’ai rencontré Greg Frite et ses Gros mots. Un mot, une minute. Je vous invite à les regarder en cliquant sur la photo ci-dessous. C’est un dictionnaire chanté et mis en image, le Robert de la... [Lire la suite]
Posté par onarretetout à 07:35 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

09 janvier 2013

Pas d'ici, pas d'ailleurs

Nombreuses les femmes qui sont réunies dans cette anthologie poétique de voix francophones. J’en ai tourné les pages, m’y suis arrêté ici ou là, sans toujours savoir pourquoi. Y a-t-il une écriture féminine ? La lecture de cette anthologie pourrait m’y faire croire dans sa diversité. J’y rencontre quelques noms que je connais déjà (et que vous pouvez lire dans ce blog) et tant d’autres qui m’étaient inconnus. Pour cette seule raison, j’y suis revenu plusieurs fois. Pas d’ici, pas d’ailleurs, c’est aussi marcher ici et ailleurs,... [Lire la suite]
Posté par onarretetout à 07:40 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,
08 janvier 2013

Le bel incendie, d'Ernest Pépin

Avec ce recueil publié chez Bruno Doucey, Ernest Pépin rencontre le monde, tout ce qui fait du monde une femme. C’est une écriture sensuelle, capable de dire l’explosion solennelle d’une peau qu’on dénude. C’est une écriture d’île où la mer est aussi une histoire d’amour et de résurrection. Une écriture qui convoque les continents, qui bat au rythme du boula-gueule quand la femme parle, qu’elle demande : Suis-je fille de l’héritage ? Suis-je l’héritage ? Qui se frotte à Lam, Picasso et Césaire. Qui dit d’Edouard... [Lire la suite]
Posté par onarretetout à 07:35 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,
03 janvier 2013

Continuités d'éclats, de Mathieu Bénézet

Il n’est question que de vie dans ce livre de Mathieu Bénézet, Continuités d’éclats, titre qui réveille dans ma mémoire un titre d’un autre poète, René Char, La conversation souveraine. Parce que le livre de M.B. se lit comme une conversation à travers les livres et les temps, qu’il n’a pas de début, pas de fin, qu’il a plutôt une multitude de débuts, d’éclats en quelque sorte. « Le sujet de ce livre est le sujet de ce livre », écrit-il à plusieurs reprises. Et nous sommes l’interlocuteur de cet auteur qui nous semble si... [Lire la suite]
Posté par onarretetout à 08:11 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,
28 décembre 2012

Je te nomme Tunisie, de Tahar Bekri

La Tunisie, pays qu’il a dû quitter il y a de nombreuses années, n’est jamais sortie des pensées de Tahar Bekri, poète tunisien vivant en France après avoir connu la prison de Bordj Erroumi. De l’aube jusqu’à « la brûlure des soirs », avec les merles et les oiseaux migrateurs, en écoutant Haendel ou Bach, la Tunisie toujours parvenait à l’oreille du poète. Au passé cependant, à l’imparfait des verbes qu’il accumulait pour ne pas oublier. Et puis, d’un coup, ce fut le présent du « vieux désert », ce seul présent qui... [Lire la suite]
Posté par onarretetout à 07:40 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,