06 octobre 2012

Monostiques paysagers

Depuis le mois de janvier 2012, le Parc culturel de Rentilly (77) accueille Jacques Jouet, oulipien (suivre le lien de l’Oulipo dans la colonne de droite), poète, romancier ou bien encore auteur de théâtre, pour une rési­dence d’écrivain qui prend fin en décembre prochain. Entre autres actions, Jacques Jouet écrit des monostiques paysagers, qu’il définit ainsi : Un monostique paysager est un poème d’un seul vers d’une vingtaine de mots composé sur le motif. En voici quelques-uns, composés par Jacques Jouet, relevés sur le site... [Lire la suite]
Posté par onarretetout à 07:03 - Commentaires [13] - Permalien [#]
Tags : , ,

17 septembre 2012

à perdre la raison, film de Joachim Lafosse

C’est une folle, certainement, celle qui tue ses propres enfants. Comment peut-on en venir à cette extrémité ? Joachim Lafosse a choisi un titre pour son film : à perdre la raison. Sans majuscule, cela laisse à penser qu’avant cette proposition il y en a une autre, et chacun la connaît puisqu’elle vient d’un poème de Louis Aragon : Aimer à perdre la raison… Aimer… Tout ce que j’ai commis jusqu’à présent Je le nomme œuvre d’amour… Maintenant je suis Médée, Ma nature s’est épanouie dans les souffrances (Sénèque,... [Lire la suite]
Posté par onarretetout à 07:56 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,
12 septembre 2012

Le Balayeur du désert, de Salah Al Hamdani

Salah Al Hamdani écrit en arabe et en français. Il vit en France depuis 1974, exil consécutif à prison et menace de mort en Irak, au temps de Saddam Hussein. Le Balayeur du désert est le premier recueil publié par Bruno Doucey. De l’exil, il écrit qu’il en est « captif », qu’il y est « piégé ». Dans ce recueil, les mots avancent : s’il lui semble « avoir perdu le commencement » à la page 17, il écrit à la page 71 (remarquez comme les chiffres s’inversent par hasard) que Bagdad « commence avec... [Lire la suite]
Posté par onarretetout à 07:58 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,
31 août 2012

Cauchemars et autres fulgurances du gecko, de Jean-Luc Raharimanana

D’abord, il y a un éditeur, Carnets-Livres, qui fabrique des livres à la main, couverts d’un tissu, et ne ressemblant à aucun autre. La librairie L’Etabli, à Alfortville (94), présentait plusieurs de ces livres, parmi lesquels ce recueil de textes de Jean-Luc Raharimanana. J’avais écouté cet auteur au cours d’une soirée organisée par Remue.net. Une langue particulière, à la fois douce et violente. Je n’ai pas voulu rater cette occasion de lire Cauchemars et autres fulgurances du gecko. Le gecko, sans doute déjà présent dans la... [Lire la suite]
Posté par onarretetout à 07:53 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,
27 août 2012

L'impossible, juillet 2012 (1)

Il y a deux parties dans L’impossible du mois de juillet. : celle où on retrouve les rubriques que l’on attend, le dialogue commencé depuis quelques mois et qui continue, et celle qui parle des animaux. C’est l’été, les vacances. On y rencontre ainsi Gideon Levy, un Israélien qui veut « donner aux Palestiniens leur nom, leur âge, leur visage » et montre comment, en Israël et en Palestine, « l’espoir meurt le premier ». On lit un dernier entretien avec Jean Baudrillard, rencontré en 2004 à Istanbul par Serhan... [Lire la suite]
Posté par onarretetout à 08:11 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,
26 août 2012

Femis – Travaux de fin d’étude (TFE) 2012 (6)

Depuis combien de temps vivent-ils ensemble ? Leurs mots nous touchent tout de suite : une sorte de légèreté qui dit l’habitude, et l’affection même dans ce qui pourrait paraître l’ennui. Mais on sait aussi très vite que la mort approche pour lui. Elle (Liliane Rovère) en montre l’inquiétude par ses mots et ses mains, il (Jean-Gabriel Nordmann) en fait son humour. Quand elle arrive, ce n’est qu’un fait. Le corps va dans le cercueil. Mais le voilà qui résiste, qui ne se satisfait pas de l’état des choses, et qui revient le... [Lire la suite]
Posté par onarretetout à 07:31 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

16 août 2012

Chalon dans la rue 2012 (10)

Elles vivaient cachées, on ne sait pas trop pourquoi, chacune dans un tonneau, à l’étroit. Un peu comme ces personnages de Lutz Bassmann ou de Manuela Draeger. Pas étonnant qu’on retrouve dans le texte les accents de Maria Soudaieva, autre auteur post-exotique que diffuse Antoine Volodine. Mais d’où sortent-elles ? D’un monde où l’humanité a presque disparu. Les morts sont nombreux sous et sur cette terre où que je regarde, où que je place le cadre, ceux qui ont été tués, enterrés à la va-vite, oubliés. Le titre du spectacle est... [Lire la suite]
Posté par onarretetout à 08:15 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,
12 août 2012

Raga de l’argonaute aux îles Borromées en août

Extrait de Bâtons de randonnées, d’Yves Leclair.  Le paysage (mer, montagne, île, marais) ouvre une porte au fond de nous. Plus exactement, ce serait comme des retrouvailles entre ce « tableau » que l’on porte au fond de soi, qui trempe dans l’eau la plus claire de nos mondes intérieurs (…) et, d’autre part, ce que l’on a sous les yeux. Et ces paysages peuvent être variés – car ils se superposent comme les pages d’un livre –, on ne fait rien d’autre que les découvrir, tel un archéologue, mais la plupart du temps, on en... [Lire la suite]
Posté par onarretetout à 08:08 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,
02 août 2012

Bien au-dessus du silence, par le Théâtre de l'Horizon et le Théâtre des Possibles

Les poètes engagés sont au programme de Français de plusieurs classes du secondaire. Ils sont bien souvent enfermés dans une époque révolue, même si leurs paroles méritent d’arriver jusqu’à nous. Ils défendent l’humanité contre la barbarie, la liberté contre l’esclavage, la fraternité contre toutes formes de racisme. Ils ont accompagné les engagements de la jeune République française, de la Résistance, de ceux qui ont lutté contre les dictatures, des anti-colonialistes. Les mots qu’ils ont écrits hier nous donnent du courage pour... [Lire la suite]
Posté par onarretetout à 08:28 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,
25 juillet 2012

La langue mordue, de Seyhmus Dagtekin

La langue tourne dans la bouche, derrière les dents. Seyhmus Dagtekin rumine les mots, les fait revenir, les mâche, les crache ou les retient. Un récit homérique le transporte en Amérique, les chevaux hennissent parmi les vagues. Il se laisse porter par « le va-et-vient des flux et des couleurs », parfois y résiste. « Quand je traverse ta langue, que reste-t-il de l’instant sur la mienne ? » Des traversées, ce recueil en est plein. Une des parties de ce livre ressemble même à ces traversées virtuelles des... [Lire la suite]
Posté par onarretetout à 08:00 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,