23 juin 2017

Passage au bleu, de Brigitte Giraud

J'ai cru, d'abord, que cette Brigitte Giraud était la romancière. Les poèmes que j'ai lu dans ce livre ne me rappelaient rien de l'auteur de Nous serons des héros, de Pas d'inquiétude, ou Avoir un corps. Et j'ai compris qu'il y avait une autre Brigitte Giraud. Voici un de ses textes : Trouver un ordreAssembler rassembler trierla pensée et les émotionsdans l'ordre des choses désordonnées,un aveugle clairvoyant du monde défait,des choses défaites,à remonter. Trouver une chose une seule chose,au moins une seule,un regard,un ligot des... [Lire la suite]
Posté par onarretetout à 07:57 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

20 juin 2017

Bernardo Schiavetta à la Rencontre poétique de juin 2017 chez Tiasci-Paalam

Abracadabra, formule magique intraduisible, nous introduit à la poésie de Bruno Gonzalvi, hétéronyme de Bernardo Schiavetta, dont nous retiendrons son goût pour la forme, et plus particulièrement ce soir-là, celle du miroir. Evidemment, nous ne sommes pas loin de la contrainte oulipienne et de cette règle : « un texte écrit suivant une contrainte parle de cette contrainte ». Mais ce qui est étonnant et captive l’auditoire, c’est l’apparition, à partir des formes même et des mots qu’elles utilisent, d’un personnage, non pas... [Lire la suite]
Posté par onarretetout à 08:00 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,
17 juin 2017

Les mots cachés des soirs de juin

Dans un poème fameux, intitulé Roman, Arthur Rimbaud écrit : Les tilleuls sentent bon dans les bons soirs de juin ! Savait-il que, bien des années plus tard, juin serait un mois d’élections ? Et d’abstention… On peut en effet trouver ce mot en piochant des lettres dans ce vers. Les tilleuls sentent bon dans les bons soirs de juin ! Savait-il que, des années plus tard, juin serait un mois de ramadan ? Donc de jeûne… On peut en effet trouver ce mot en piochant des lettres dans ce même vers. Les tilleuls sentent bon dans les bons... [Lire la suite]
Posté par onarretetout à 08:00 - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , ,
12 juin 2017

Déshumania, une allégorie contemporaine

Invité par Nadine Bilong, j'ai participé le 25 mai à la Colonie (Paris 10e) à cette "discussion-performative" où nous avons échangé autour des questions que pose l'exhibition des corps de femmes noires au XIXe siècle et au début du XXe siècle : d'une part Sarah Baartman, venue d'Afrique du Sud pour être exposée dans des baraques foraines à Londres et à Paris, examinée et disséquée par Georges Cuvier qui dira d'elle qu'elle a tous les caractères de l'animalité et qu'elle est d'une éternelle infériorité, et d'autre part les soeurs... [Lire la suite]
Posté par onarretetout à 08:05 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,
07 juin 2017

ad libitum, de Dom Corrieras

Ça fait du bien d’écouter les poèmes de Dom Corrieras. Je ne le connaissais pas. Je ne connaissais pas non plus son éditeur. Et je les ai rencontrés dans un café à Malakoff. Il y avait là des gens, des qui écoutaient les poèmes lus par les uns et les autres, et des qui lisaient les poèmes de Dom Corrieras. Et oui ça faisait du bien d’être là, et d’écouter ces poèmes publiés sous le titre ad libitum, des poèmes qu’on pourrait écouter ou lire toute la nuit ou tout le temps avec « un petit verre de blanc pour faire danser encore... [Lire la suite]
Posté par onarretetout à 08:10 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,
31 mai 2017

Emily Dickinson : A Quiet Passion, film de Terence Davies

Emily Dickinson, jeune fille (Emma Bell) à l’esprit indépendant et courageuse, refuse de se plier aux règles religieuses, de s’agenouiller. Comment peut-elle finir sa vie recluse, à 56 ans, dans la maison familiale ? Quand sur l’écran, on voit le décor intérieur de cette maison, malgré les bons mots qui fusent entre les enfants et leur tante, on sent l’oppression qui règne là, une mère silencieuse, un père (Keith Carradine) attentif et rigoureux. La religion est omniprésente, de l’enfance à l’âge adulte, au point qu’Emily (Cynthia... [Lire la suite]
Posté par onarretetout à 08:09 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

29 mai 2017

POÉTIQUE : REMARQUES, de Jacques Roubaud - mai 2017

« Ce volume rassemble un demi-siècle de réflexions dans une forme particulière de prose que j’appelle remarques. », écrit Jacques Roubaud. Il ajoute qu’il se compose de 15 sections de 317 remarques chacune. 317 étant un nombre premier, comme l’est aussi 2017, ce sera notre rendez-vous mensuel : vous trouverez, chaque mois, quelques-unes des remarques de Jacques Roubaud dans ce blog, précédées du numéro qu’elles ont dans le livre. 1279. L’amour de la langue naît avec la naissance de la langue en nous. 1280. Il se peut que... [Lire la suite]
Posté par onarretetout à 08:25 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,
28 mai 2017

Exercices de poésie pratique, de François Matton

Hier, dans ce blog, j’ai cité le titre d’un chapitre de ce livre (« Soyez l’océan »). Aujourd’hui, je vous en dis un peu plus. C’est le premier livre de François Matton que je lis. Et je me méfie toujours un peu de ceux qui proposent la poésie comme une série d'exercices. Les premières pages de ce livre semblent pourtant annonciatrices d’autre chose : une attitude, une attention, une attente… Et puis, peu à peu, le malaise : confondrait-on poésie et bien-être ? Est-ce cela « habiter poétiquement le monde » ? Non,... [Lire la suite]
Posté par onarretetout à 08:18 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,
21 mai 2017

Brigitte Gyr à la Rencontre poétique chez Tiasci - Paalam en mai 2017

C’est avec la musique d’Arnaud Delpoux que commence cette lecture. C’est dans la musique que Brigitte Gyr est née. Si la ville où elle est née n’est plus la même, sa « meilleure chance est / (s)on aptitude à convoquer les morts ». On la voit chercher « à repérer l’origine des choses ». Et les titres de ses livres suffiraient presque à en marquer le chemin : Parler nu, Incertitude de la note juste, Le vide notre demeure, Lettre à mon double au fond du puits… Quand elle nous dit que ses livres sont construits,... [Lire la suite]
Posté par onarretetout à 07:37 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,
16 mai 2017

Quatorze auteurs pour 14-18, par Philippe Forcioli

C’est avec simplicité que Philippe Forcioli nous présente quatorze auteurs pour évoquer la guerre de 14-18. Une simplicité qui veut seulement dire les choses, comme elles se passent, comme elles ont été vécues. Et ça commence avec les discours à l’Assemblée Nationale après l’assassinat de Jaurès. Par sa diction même, il tente de nous restituer, sans fioritures, l’état d’esprit qui régnait à cette époque. Un hommage à Jaurès, applaudi à l’Assemblée, et l’entrée dans la guerre, tout autant applaudi. Et puis la guerre, celle où l’on... [Lire la suite]
Posté par onarretetout à 08:16 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,