29 mars 2017

Poétiques de Résistance à la Maison de la Poésie, à Paris

Derek Walcott est mort le 17 mars. Patrick Chamoiseau lui a rendu hommage par un poème qui nous fut offert ce dimanche soir-là, à la Maison de la poésie (Paris) : Que la mer mieux qu’Histoire te soit douce Qu’elle te fasse mémoire Que l’archipel mieux que pays te fasse collier Ces quelques vers, extraits de ce poème, font référence au titre de Derek Walcott : The sea is history. La soirée était organisée par l’Institut du Tout-Monde et l’association Sortir du colonialisme sur le thème :  Et se sont succédés des textes, des... [Lire la suite]
Posté par onarretetout à 08:12 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

27 mars 2017

POÉTIQUE : REMARQUES, de Jacques Roubaud - mars 2017

« Ce volume rassemble un demi-siècle de réflexions dans une forme particulière de prose que j’appelle remarques. », écrit Jacques Roubaud. Il ajoute qu’il se compose de 15 sections de 317 remarques chacune. 317 étant un nombre premier, comme l’est aussi 2017, ce sera notre rendez-vous mensuel : vous trouverez, chaque mois, quelques-unes des remarques de Jacques Roubaud dans ce blog, précédées du numéro qu’elles ont dans le livre. 638. Un singulier n’est appréhendé qu’après changement. 665. La « division du... [Lire la suite]
Posté par onarretetout à 08:28 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,
24 mars 2017

Atemnot (Souffle court), de Marina Skalova

De plusieurs langues, elle est venue. Et c’est de cela que sont faits ses textes. Atemnot (Souffle court) est le titre de textes brefs, chaque page en portant les mots français et les mots allemands, deux langues qui ne sont pas sa langue maternelle. Et c’est à la fois une sorte de respiration des langues elles-mêmes et une forme d’incomplétude. Deux langues pour dire la même chose, et pourtant ce qui est écrit diffère d’une langue à l’autre, par le rythme, par l’ordre des mots, comme dans ce texte : craindre la mort à chaque... [Lire la suite]
Posté par onarretetout à 07:38 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,
22 mars 2017

La mémoire nue, de Catherine Jarrett

Dans sa préface, Guy Allix joue avec les mots, y trouve des presque anagrammes. Mémoire nue devient « Mère et moi une ». Il trouve dans les poèmes de Catherine Jarrett ce cheminement sur les traces d’une mère « louve grande », qui cherche ses mots avant de mourir, qui cherche son lieu sur une terre « mangeuse et géante / et chaude de nos sangs ». Après la lecture à deux voix proposée dans l’Espace Christiane Peugeot, parmi les toiles de Noël Roch et les céramiques de Florence Lemiègre, il me... [Lire la suite]
Posté par onarretetout à 07:42 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,
20 mars 2017

Omar Youssef Souleimane, à la Rencontre poétique chez Tiasci-Paalam en mars 2017

Il n’oublie pas le pays qui souffre et où il ne pourrait rentrer aujourd’hui. Il dit sa profonde inquiétude pour les enfants qui n’ont connu que cette guerre civile, cette guerre d’un régime contre son peuple, qui ont grandi, malgré tout, dans les bombardements, les ruines des villes, les gravats dans les rues. Que deviendront-ils ? Quel sera leur monde ? Omar Youssef Souleimane n’oublie pas la Syrie. « Qu’avez-vous fait de ces blessures qui pleuvaient du ciel ? » Question lancinante. Le souffle de sa mère dans sa... [Lire la suite]
Posté par onarretetout à 07:47 - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : ,
16 mars 2017

Hommage à Guy Tirolien, au Séna

Le Séna, c’est un moment d’échange. Gerty Dambury est à l’initiative de ce rendez-vous qu’elle organise avec d’autres poètes, slameurs, comédiens, chaque trimestre. Il faut y participer pour se rendre vraiment compte de ce qu’est le Séna. C’est le lieu d’une parole qui circule, c’est l’occasion de parler et d’entendre parler des écrivains et poètes de la Caraïbe francophone, créolophone, anglophone et hispanophone.  Timalo animait, le 4 mars, cette rencontre en hommage à Guy Tirolien. C’est parce que ce poète aurait eu 100 ans... [Lire la suite]
Posté par onarretetout à 07:55 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

13 mars 2017

Le déficit indispensable, d'Anne Kawala

Anne Kawala était invitée à la soirée de la Compagnie Résonances et y a lu des extraits de son livre Le déficit indispensable (screwball). De sa lecture je retiens une élocution rapide où l’eau jaillit :  « je déferle, je cascade, je fais peur, on me fuit, je lèche pieds, mains, meubles, flammes, feu, je grésille, m’évapore, j’éteins, en moi se diluent les cendres, je flotte, me condense, suinte, … »  Ce débordement méritait que l’on s’y arrête, ne serait-ce que pour voir comment c’était écrit. Et le livre... [Lire la suite]
Posté par onarretetout à 08:20 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,
12 mars 2017

Six arbres de fortune autour de ma baignoire, de Samira Negrouche

Il y a beaucoup de chiffres dans le recueil que vient de faire paraître Samira Negrouche et qu’elle présentait récemment dans les locaux de la Compagnie Résonances, à Paris : de Moins un à Six. Le livre s’ouvre donc d’abord sur une disparition et « finir de compter les heures qui restent ». « hier tu voulais savoir si et voilà que tu ne sais plus pourquoi » Alors le voyage nous fait traverser des villes, Tunis, Tripoli, Le Caire, Sanaa, Damas, Rabat, Alger, des villes sous tension, des villes, où plonger dans... [Lire la suite]
Posté par onarretetout à 07:50 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,
11 mars 2017

Passerelle du commandant

Sous le titre « Passerelle du commandant », Benjamin Péret a écrit un poème dont tous les vers sont construits sous la forme suivante : « Il faut…… pour…… ». C’est à partir de cette structure que je vous propose le jeu suivant : vos phrases commenceront par « il faut », suivra un verbe à l’infinitif (un verbe transitif) dont le complément d’objet sera un nom commun (pas de consigne de genre et de nombre), puis viendra « pour » suivi d’un verbe à l’infinitif (un verbe transitif) dont le... [Lire la suite]
Posté par onarretetout à 07:59 - Commentaires [3] - Permalien [#]
Tags : , ,
10 mars 2017

Aller simple, poèmes d'Erri de Luca

Pour conclure cette semaine en compagnie d’Erri de Luca, voici deux poèmes extraits du recueil Aller simple, dans lequel il écrit que ce sont « des lignes qui vont trop souvent à la ligne ». La traduction est de Danièle Valin. Coro Da qualunque distanza arriveremo, a milioni di passi quelli che vanno a piedi non possono essere fermati. Da nostri fianchi nasce il vostro nuovo mondo, è nostra la rottura delle acque, la montata del latte. Voi siete il collo del pianeta, la testa pettinata, il naso delicato, siete cima di... [Lire la suite]
Posté par onarretetout à 08:19 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,