20 juillet 2014

Marie-Christine Mouranche à la Rencontre poétique chez Tiasci - Paalam en juillet 2014

Marie-Christine Mouranche était l’invitée de la 50ème soirée organisée chez Tiasci - Paalam. Elle y présentait son recueil, des astres, dont j’ai déjà fait lecture ici. Elle vivait à Montréal quand elle a choisi de prendre une année sabbatique. Et son sabbat à elle, ce fut une plongée dans l’écriture, plongée non préméditée mais décisive. Et très vite, des formes courtes se sont imposées à elle qui ne connaissait à cette époque rien du haïku. Elle faisait des photographies en poèmes, dit-elle, saisissant une image en effet et... [Lire la suite]
Posté par onarretetout à 07:44 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

07 juillet 2014

Contre-Allées, numéro 33/34, un rendez-vous mensuel, juillet 2014

De la revue Contre-Allées, numéro 33/34, l’édito nous invite à « prendre le temps de lire au fil d’une année ». Au cours des mois suivants, nous reviendrons dans les poèmes de cette revue. Et, pour commencer, les pages réservées à Werner Lambersy s’achèvent avec ce texte, qui pourrait convenir au lecteur. dans un coin avec un livrerelu cent foisabsentédu décompte des siècles et des minutesabsousd’être né au mauvaismomentsauvant de paixce qui est encore possiblede beauté ce qui jamaispeut-être ne futdans un coin avec... [Lire la suite]
Posté par onarretetout à 07:46 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,
06 juillet 2014

Black Variations, Théâtre du Menteur et Ernesto Timor

Black Variations est une expérience sonore et visuelle. Une tentative à plusieurs mains, à plusieurs voix, à plusieurs corps, plusieurs décors. Il y a le texte de François Chaffin qui interroge sans cesse : qui est là ? qui prend corps ? et dieu dans tout ça ? dieu, ou le metteur en scène, ou l’auteur, qu’est-ce que ça fait ? Est-ce un cerveau qui m’a pensé ? Et qui n’aurait pas vu, pas empêché le doute ? Est-ce juste un regard qui a pris de la hauteur et posé de l’amour, de la curiosité, sur ce corps qui n’est peut-être qu’autre... [Lire la suite]
Posté par onarretetout à 08:13 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,
04 juillet 2014

Un poème d'Elie Stephenson

Extrait du recueil Ismée ou les oiseaux de lumière, voici un texte d'Elie Stephenson, poète guyanais rencontré il y a quelques semaines. Je t'aimecomme si j'allais te perdrecomme si j'allais partirne plus jamais te revoir. Je t'aimecomme si le monde entiervivait sa dernière folieou comme si l'éternitéallait finir entre tes bras. Ce n'est pas pour ton regardpour ta bouche ou ta poitrinele verger de ton corpsou la douceur de ta sèveque je t'aime ! Terre antique et souverainele monde est revenu pour toila vie recommence pour... [Lire la suite]
Posté par onarretetout à 07:43 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,
30 juin 2014

La nue, d'Anne Mulpas

Qui est cette nue ? Anne Mulpas s’est créé un double sur internet, Enna Saplum. Je suis cette piste : « La nue », ou encore « ma nue », c’est peut-être un autre double, si dans « la nue » j’entends « l’Anne » ou dans « ma nue » je devine « M. Anne », mais il y a aussi « un nom que je salis que je refuse ». Une autre piste s’ouvre : « ma nue / soeur / suaire ». Ces pistes sont pour les pas que je fais, sachant qu’il ne s’agit que d’aller à la rencontre,... [Lire la suite]
Posté par onarretetout à 07:40 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,
27 juin 2014

Le courage des oiseaux

Et me touche vraiment qu’un enfant de dix ans invente avec son courage et sa souffrance ce vers admirable « le courage des oiseaux » que je lui ai demandé la permission de reprendre comme titre de cet ouvrage. Qu’il ait  à ce point intériorisé dans sa défaillance, ce qu’il faut d’amer courage pour se précipiter seul et libre au bout du ciel en bande, sous l’arche érodée d’air pur des ponts dont le corps de pierre ponctue la destinée des fleuves. Et qu’il sente dans ses bras, son corps et ses membres, ce qu’il faut de... [Lire la suite]
Posté par onarretetout à 08:07 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

26 juin 2014

Le courage des oiseaux, de Patrick Laupin

Patrick Laupin relate dans ce livre une expérience longue de dix ans et plus. Dix ans avec des enfants en grande difficulté. Instituteur, il met en place une relation de confiance telle qu’il avance avec eux sur les chemins de l’écriture poétique. De la confiance, il en faut pour que ces jeunes, blessés, acceptent d’aller à la rencontre de l’écriture. Et cette confiance grandit quand on sort de l’exigence du résultat, de la performance scolaire, de la recherche du texte tellement lisse qu’il n’a plus rien de personnel. C’est dans le... [Lire la suite]
Posté par onarretetout à 07:50 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,
25 juin 2014

L'or d'Eros, avec Arthur H et Nicolas Repac

Arthur H a trouvé le filon. Après l’or noir, voici l’or d’Eros. L’or, c’est la poésie. Avec son compère Nicolas Repac et la complicité de Nadine Eghels, le voici aux prises avec ce qu’ils nomment la « poésie sexuelle ». Ce n’est pas la poésie érotique, quoiqu’elle en fasse partie, ce sont des écrits qui parlent du sexe. Jusqu’à l’obscène, c’est-à-dire ce qui ne peut être montré sur scène. Depuis que l’homme dessine ou écrit, le sexe est un des sujets qu’il tente de représenter. Et c’est aussi le tabou. Voilà ce... [Lire la suite]
Posté par onarretetout à 07:30 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,
20 juin 2014

Gérard Noiret à la Rencontre poétique chez Tiasci - Paalam en juin 2014

Un poète ? Une espèce à part, vous savez, une de ces personnes qui crient leurs révoltes ou qui chantent leurs amours. « Ce qui vient au monde pour ne rien troubler ne mérite ni égards ni patience », a écrit René Char. Et Gérard Noiret a troublé. Il n’a pas donné ce qu’on attendait de lui. Mais il a témoigné de son parcours, de ses engagements politiques, intellectuels. Il a commencé par des affirmations et fini par des doutes. Est-ce parce que sa « grande forme » (dix livres, chacun relevant d’un genre... [Lire la suite]
Posté par onarretetout à 08:20 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
05 juin 2014

L'or noir, Arthur H et Nicolas Repac

La voix d’Arthur H. impose le silence dans cette salle comble du Théâtre Antoine Vitez, à Ivry-sur-Seine (94). Sa voix et les premiers mots qu’ils prononce, sans musique : « Moi qui Krakatoa ». Mots d’Aimé Césaire, auxquels feront suite des mots d’Edouard Glissant, et d’autres poètes des Caraïbes, des hommes à qui la voix de l’artiste en scène va bien. Elle nous entoure, elle craque ici, traîne là, explose comme bulles, coule comme la lumière ou la nuit, caresse les tombes des cimetières, et vogue autour des îles, au tour... [Lire la suite]
Posté par onarretetout à 07:58 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,