29 avril 2015

Prière aux vivants pour leur pardonner d’être vivants, de Charlotte Delbo

Je vous en suppliefaites quelque choseapprenez un pasune dansequelque chose qui vous justifiequi vous donne le droitd’être habillé de votre peau de votre poilapprenez à marcher et à rireparce que ce serait trop bêteà la finque tant soient mortset que vous viviezsans rien faire de votre vie. Je reviensd’au-delà de la connaissanceil faut maintenant désapprendreje vois bien qu’autrementje ne pourrais plus vivre. Et puismieux vaut ne pas y croireà ces histoiresde revenantsplus jamais vous ne dormirezsi jamais vous les croyezces... [Lire la suite]
Posté par onarretetout à 08:08 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

20 avril 2015

Perrine Le Querrec à la Rencontre poétique chez Tiasci-Paalam en avril 2015

Quand elle commence sa lecture, les mots tombent et font le silence autour d’eux. Perrine Le Querrec donne sa voix à une qui n’a pas pu élever la sienne. Elle dit qu’elle était près d’elle, près de celle qui ne disait rien, qui ne le pouvait pas. Deux phrases encadrent chaque page, l’une qui engage le corps entier dans le récit, l’autre qui en dit l’épuisement. Le prénom a été modifié, mais l’auteure veut que le livre reconnaisse son humanité à cette femme, violée à l’âge de quinze ans et pendant six mois. C’est cette humanité que... [Lire la suite]
Posté par onarretetout à 07:31 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,
17 avril 2015

Le sang des hommes, de Luc Bérimont

C’était pour moi surtout un nom. Je n’avais pas lu ses poèmes, j’avais peut-être sans le savoir entendu certains de ses textes chantés. C’est grâce au cadeau qui m’a été fait de l’anthologie publiée par Bruno Doucey que j’ai pu découvrir ce poète qui aurait 100 ans cette année. Les rimes des premiers poèmes ne m’ont guère séduit, je l’avoue, et je me suis dit qu’elles étaient d’un temps révolu. Mais Luc Bérimont n’en est pas resté à cette forme. Certes, on reconnaît souvent une métrique proche de la chanson, mais il y a aussi des... [Lire la suite]
Posté par onarretetout à 08:00 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,
25 mars 2015

L'insurrection poétique

Il y a une semaine, dans la salle des mariages de la Mairie du 2e arrondissement de Paris, était organisé par La Scène du Balcon le lancement de l’anthologie liée au Printemps des poètes et éditée par Bruno Doucey, L’Insurrection Poétique. Une quinzaine de poètes et traducteurs y ont lu des textes qu’on peut retrouver dans l’ouvrage présenté ce soir-là par Bruno Doucey, Christian Poslaniec et Murielle Szac. 22 chapitres composent un « Manifeste pour vivre ici », entre les deux vagues qui nous font une terre étroite :... [Lire la suite]
Posté par onarretetout à 08:12 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,
23 mars 2015

La pyramide des martyrs

Abderrahmane Sissako commence son film Timbuktu par des tirs détruisant des oeuvres d'art. Et puis, ce sont des êtres humains qui seront torturés, tués. Après l'attaque dans un musée en Tunisie, des mosquées ont été le lieu d'agressions meurtrières au Yemen. René Char écrivait, dans Seuls demeurent : « La pyramide des martyrs obsède la terre. (...) Dure, afin de pouvoir encore mieux aimer un jour ce que tes mains d’autrefois n’avaient fait qu’effleurer sous l’olivier trop jeune. » Abderrahmane... [Lire la suite]
Posté par onarretetout à 07:36 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,
22 mars 2015

Un poème de Tahar Bekri

Le poète tunisien Tahar Bekri avait pris la plume après les attentats contre Charlie Hebdo. Aujourd'hui, son texte vaut aussi pour son pays.  Tahar Bekri, poète né en Tunisie vivant à Paris depuis 1976, avait écrit un poème après les attentats du 7 janvier. Au lendemain de ceux survenus dans son pays natal, l'auteur confie au Point Afrique : « Hélas, il peut parler aussi de Tunis ». Place de la République Et je marche le long de l’hiverLe front en sueur comme l’arbre nuJe ne sais si c’est la nuit qui tombe... [Lire la suite]
Posté par onarretetout à 07:57 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

20 mars 2015

Patrice Cazelles à la Rencontre poétique chez Tiasci - Paalam, en mars 2015

On a ri avec Patrice Cazelles. C’est parce qu’il s’ennuyait dans les soirées poésie qu’il a découvert la poésie sonore, cet art qui joue avec les sons autant qu’avec les sens. Des mots qui se chevauchent, des accents qui se mêlent, le corps qui se met en jeu, pas tout à fait comme le ferait un comédien, plutôt comme une simple mise en mouvement. Ça vient d’où ? Ça vient de l’intérieur, ça se propage, ça souffle, ça grésille, ça vit et puis ça meurt. On rit parce que cette poésie exige un corps et que l’on entend souvent la poésie... [Lire la suite]
Posté par onarretetout à 08:07 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
19 mars 2015

Poètes en Résonances, février 2015 : Maxime N'Debeka

Le second « poète en résonances » de ce dernier vendredi de février, après Nimrod présenté hier, était Maxime N’Debeka. Un premier poème, hymne à la résistance et à la liberté, déclenche les applaudissements d’un public porté par l’enthousiasme d’un poète qui avait vingt ans. Puis les heurts des textes que lira Maxime N’Debeka, textes issus de son récent recueil, vont surprendre. Certains mots me rappellent ceux d’Aimé Césaire. Leur puissance va chercher au tréfonds de nuits antérieures des sonorités... [Lire la suite]
Posté par onarretetout à 07:39 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,
18 mars 2015

Poètes en Résonances, février 2015 : Nimrod

Le premier à prendre la parole, en cette soirée de fin février dans les locaux de la Compagnie Résonances, ce fut Nimrod. Et deux mots me reviennent en mémoire : douceur et père.  « Je me suis dévoué à la douceur », dit-il. C’est sa voix. On entend à peine la colère, le deuil, le chagrin. Tout est couvert de cette neige « avec ses songes laiteux ». S'il n'y a pas de neige, c'est l’herbe tendre au marcheur, à celui qui s’y allonge pour regarder le ciel, « l’herbe / ce mot a la saveur de la vie qu’on... [Lire la suite]
Posté par onarretetout à 07:56 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,
13 mars 2015

Faim, texte de Sylvie Nève, interprété par la Compagnie des filles de l'ogre

Le titre met en appétit. Le nom de la Compagnie me met sur mes gardes. Mais le texte mis en scène était le Poème du petit Poucet. Alors, je savais que ça se terminerait bien. Comme le dit Elzbieta ailleurs. Et, cette fois, les enfants du bûcheron et de la bûcheronne ont tourné « sept fois leur langue / au fond des poches » vides. La pauvreté n’est pas qu’un conte. La pauvreté oblige à faire des comptes. Quand il n’y a pas d’argent, il n’y en a pas. Quand il y en a, c’est tout de suite parti et il n’y en a plus. La... [Lire la suite]
Posté par onarretetout à 07:57 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,