02 avril 2018

Je m'oralise - Gherasim Luca

Il faut avoir entendu, écouté, Gherasim Luca pour saisir ce titre : Je m'oralise. Les Éditions Corti viennent de publier ce petit livre, fac-similé d'un manuscrit écrit et dessiné en deux exemplaires ; le site de l'éditeur précise : "Les dates et lieux de composition sont précisément indiqués : Paris Vaduz Valbella 1964-1968". L'auteur y présente sa démarche :  Celui qui ouvre le mot ouvre la matière et le mot n'est que le support matériel d'une quêtequi a la transmutation du réel pour fin En cliquant sur l'image... [Lire la suite]
Posté par onarretetout à 08:15 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

28 mars 2018

Poésie & Musique . Orge à la MJC de Savigny-sur-Orge (91)

C’est un rendez-vous annuel à la MJC de Savigny-sur-Orge, le onzième, organisé et mis en espace par la Compagnie Théâtrale Les Trois Clous, huit voix portant les mots des cinq poètes invités et entrant en dialogue avec eux. La soirée est ponctuée de musiques contemporaines interprétées par le Saxiana Quartet. Bernard Fournier est le premier à parler et j’entends la rivière glisser « sur les berges et les coques ». De Sylvie Fabre G. ce sera « le ciel et la terre », et « la terre et le ciel ». Une autre... [Lire la suite]
Posté par onarretetout à 07:45 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,
25 mars 2018

POÉTIQUE : REMARQUES, de Jacques Roubaud - mars 2018

« Ce volume rassemble un demi-siècle de réflexions dans une forme particulière de prose que j’appelle remarques. », écrit Jacques Roubaud. Il ajoute qu’il se compose de 15 sections de 317 remarques chacune. Je pensais d’abord citer quelques remarques chaque mois de l’année 2017, mais j’ai choisi de les présenter par section ; il y en a 15, cela dépasse l’année. Ou bien, nous dirons qu’une année Roubaud vaut plus que douze mois. Vous trouverez, dans chacun des trois mois suivants (février, mars, avril), quelques-unes des... [Lire la suite]
Posté par onarretetout à 08:21 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,
23 mars 2018

Mauvais sang, Arthur Rimbaud

Le titre de la pièce du Nimis Groupe présentée hier est extrait d'un texte de Rimbaud : Mauvais sang. Le voici.  Encore tout enfant, j'admirais le forçat intraitable sur qui se referme toujours le bagne ; je visitais les auberges et les garnis qu'il aurait sacrés par son séjour ; je voyais avec son idée le ciel bleu et le travail fleuri de la campagne ; je flairais sa fatalité dans les villes. Il avait plus de force qu'un saint, plus de bon sens qu'un voyageur — et lui, lui seul ! pour témoin de... [Lire la suite]
Posté par onarretetout à 08:03 - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : ,
20 mars 2018

Pedro Vianna à la Rencontre poétique de mars 2018 chez Tiasci-Paalam

Une voix, deux voix. Pedro Vianna et Eric Meyleuc lisent les poèmes de Pedro. Toute une vie, ou presque, une vie de poésie. Pedro dit y être arrivé par hasard. Ne s’est pas dit un jour « je vais écrire des poèmes » (il écrivait alors des pièces de théâtre) mais a écouté quand quelqu’un lui a dit « tu devrais publier tes poèmes ». Quels poèmes ? Et c’est ainsi que ça a commencé, en 1975, et ça n’a plus arrêté.  Ce soir-là, il nous a proposé de visiter son écriture, depuis son premier poème jusqu’à un inédit.... [Lire la suite]
Posté par onarretetout à 07:47 - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags :
18 mars 2018

Lait et miel, poèmes de Rupi Kaur

Le livre a quatre chapitres. Voici un poème de chaque chapitre. SOUFFRIR tu as une tristesse qui vit dans des endroits où la tristesse ne devrait pas vivre AIMER je sais que je devrais m’effondrer pour de meilleures raisons mais avez-vous vu ce garçon il fait capituler le soleil tous les soirs ROMPRE je suis un musée rempli d’oeuvres d’art mais tu avais les yeux fermés GUÉRIR la prochaine fois qu’il te fait remarquer que les poils sur tes jambes repoussent rappelle à ce garçon que ton corps n’est pas sa maison il est un... [Lire la suite]
Posté par onarretetout à 08:04 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

10 mars 2018

Sonnet à doubles rimes

C’est une suggestion de Jacques Roubaud. Denis Donikian (suivre le lien dans la colonne de droite : PROSE POESIE 17 février 2018) en a repris le principe dans une récente publication sur son blog. Il s’agit d’écrire un poème dont les rimes ne seraient pas à la fin du vers mais au début. Pour vous aider, j’ai emprunté un sonnet connu dont j’ai supprimé les milieux de vers, gardé les rimes finales, et modifié les débuts pour que d’autres rimes y apparaissent : « la treizième » et « la très », par exemple. À vous de... [Lire la suite]
Posté par onarretetout à 08:03 - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , ,
07 mars 2018

En vers et pour tous, d'Aimé Nouma

Ai-mé Nou-ma (ad libitum) C’est ainsi que s’est terminée une soirée à la Manufacture 111, à Paris, en février. Aimé Nouma l’avait organisée, entouré de quelques musiciens et d’autres slameurs.  Il s’agissait de présenter son nouveau recueil. Mais le slam appelle la mémoire par le rythme et les allitérations et c’est d’abord de mémoire qu’Aimé dira ses textes antérieurs à ce recueil : le métro de Paris et des virées à Paname depuis la banlieue avec des amis. Ça circule fluide d’un mot à l’autre avec la seule prétention d’aller... [Lire la suite]
Posté par onarretetout à 08:01 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
05 mars 2018

Lespugue (extraits), poème de Robert Ganzo

L’ultime pas, le dernier feu, tout signe, le chaos l’efface.Rien que des vents plein de froid bleuentre des mâchoires de glace.Dans l’ombre de ton lourd sommeilparmi les neiges et les pierres,un premier rêve éclôt, pareilau gel qui brûle tes paupières. Ton souffle comme une eau s’élèvevers quel fleuve encore incertain ?Ouvre les yeux au bout du rêve ;voici l’aube et le ciel s’éteint.C’est donc ici ? Faims, soifs, saccages,  tumultes : nous fûmes conduits. Seules tes mains, comme des cages,  gardent ce qui reste... [Lire la suite]
Posté par onarretetout à 08:06 - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : ,
20 février 2018

Dominique Quelen, à la rencontre poétique chez Tiasci - Paalam, en février 2018

« Pas d’oiseau dans la neige ». Les mots disent-ils l’image ? S’agit-il des pas d’un oiseau dans la neige ? Le sens du dessin qu’y laissent les trois doigts est alors le contraire du sens de leur marche. Ou s’agit-il de constater qu’il n’y a pas d’oiseau dans la neige ? La réalité du poète est faite de mots. Car il cherche à exprimer l’indicible. Dominique Quelen parle de Loque, recueil qu’il a écrit quand il « était une loque », dit-il. Précisant qu’une loque, dans le Nord, c’est aussi une serpillière. Et que... [Lire la suite]
Posté par onarretetout à 08:04 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,