14 mars 2019

Pâture de vent, de Christophe Manon

« C’est ainsi que tout a commencé. » Tout. La référence à la Genèse s’impose, bien plus que le clin d’oeil à Céline (« Ça a débuté comme ça », incipit de Voyage au bout de la nuit). La Genèse donc, mais Dieu s’est laissé déborder et le garçon découvre le désir et le plaisir avec une fille, ou sans. Jusqu’à ce qu’une vieille femme vienne le chasser du paradis qui n’en est pas vraiment un. Les choses étant ce qu’elles sont, les nuits pleines de cauchemars, la mort succède à la naissance ou lui est concomitante. Le... [Lire la suite]
Posté par onarretetout à 07:37 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

12 mars 2019

Un poème de Hamid Larbi

extrait de son recueil Les reflets du verbe Le jour s'enfuitEt la nuit le suitL'existence s'envole aussiEmportée par la brise du tempsLes saisons s'évadent incroyablementEt se dérobent sans faire de bruit Des intervalles interminablesDes solitudes d'ennuisEt quelques secondes de joie Le passé, des vies monotonesLe présent, des oeuvres éphémèresLe futur, de sublimes fictionsOù vas-tu ainsi ?Que fais-tu de moi ? La lassitude de l'apparenceÀ suivre le hasardL'errance des désirsSeules les paroles résonnentContre le murL'impossible... [Lire la suite]
Posté par onarretetout à 08:07 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,
04 mars 2019

Un poème de Leslie Kaplan, extrait de son recueil, L'excès—L'usine

Je ne sais exactement pourquoi la lecture du recueil de Sophie Braganti, Avant le lac, m'a ramené à celle du livre de Leslie Kaplan, publié en janvier 1982, L'excès—L'usine, dont voici le premier texte : L'usine, la grande usine univers, celle qui respire pour vous. Il n'y a pas d'autre air que ce qu'elle pompe, rejette.On est dedans. Tout l'espace est occupé : tout est devenu déchet. La peau, les dents, le regard. On circule entre des parois informes. On croise des gens, des sandwiches, des bouteilles de coca, des... [Lire la suite]
Posté par onarretetout à 08:21 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,
03 mars 2019

Crue poétique, février 2019

C'était il y a quelques jours, sur l'esplanade du Trocadéro à Paris. Des poètes se sont rassemblés pour un monde sans murs ni barbarie. La pluie s'est invitée au rassemblement. Les paroles des poètes, portées par le vent, se sont reflétées sur les dalles jusqu'aux nuages.
Posté par onarretetout à 07:51 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,
26 février 2019

Avant le lac, de Sophie Braganti

Le lac, c’est celui de Serre-Ponçon. Dans le lac, il y a un village englouti, avec ses maisons, son église, dynamitée. Des noyés peut-être. On y pense ou on n’y pense pas quand on y reste à la surface. Sophie Braganti y découvre des objets, bouteilles, clou, barbelés… Elle interroge l’Ancien, cherche des souvenirs, des photos, un film. Pour ne pas oublier. Elle choisit d’écrire des phrases incomplètes, des bouts de phrases dans lesquelles on trouve de dates, parfois seulement un adverbe : « Déjà. » Sans doute parce que tout ce... [Lire la suite]
Posté par onarretetout à 07:54 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,
24 février 2019

Deux recueils d'Adeline Baldacchino

Ce sont des « poèmes pour », « pour jouer avec la lumière » ou « pour traverser l’hiver ».  Les premiers, 33 poèmes composés dans le noir (pour jouer avec la lumière), sont 33 comme dans un autre recueil, 33 sonnets de Jean Cassou. Ils ont une forme presque fixe : six strophes de sept vers chacune. Je ne saurais ici interpréter ces chiffres mais il faudrait sans doute le faire. La référence liminaire à Jean Cassou est certainement liée à la notion de secret, d’intime, de solitude, « les... [Lire la suite]
Posté par onarretetout à 08:03 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

21 février 2019

Aimé Nouma à la Rencontre poétique de février 2019 chez Tiasci-Paalam

C’est dans son quotidien qu’Aimé Nouma trouve ses mots et dans Paris où on pourrait le suivre, selon les noms des stations du métro, ou à la Gare saint-Lazare, ou encore dans le Quartier de l’Horloge. Au fil de ses déambulations verbales, souvent souriantes, on l’entend parler de ses amours, de ses embrouilles, de ses amitiés ou de personnages qu'il invente. Ce sont toujours les mots qui le mènent, les rythmes qu’il en fait surgir, les mélodies parfois qui les portent. Son prénom, par exemple, selon qu’on en prend le début ou la... [Lire la suite]
Posté par onarretetout à 07:56 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
19 février 2019

Les ronces, de Cécile Coulon

Cécile Coulon publie Les ronces fin 2018 chez Le castor astral. Ce recueil a obtenu le prix Apollinaire, cent ans après la mort du poète. Faut-il chercher un lien entre Cécile Coulon et Apollinaire ? L’une est attachée à son Massif central, l’autre est bien parisien. L’une choisit la forme poétique (des lignes qui ne vont pas jusqu’au bord de la page, des répétitions, marquant ainsi des rythmes) pour raconter des souvenirs, pour exprimer sa mélancolie, pour évoquer la nature. L’autre a choisi de bousculer la poésie au tournant du... [Lire la suite]
Posté par onarretetout à 08:04 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,
17 février 2019

Apulée n°2 - février 2019

Cette revue annuelle de littérature et de réflexion initiée par Hubert Haddad s’engage à parler du monde d’une manière décentrée, nomade, investigatrice, loin d’un point de vue étroitement hexagonal, avec pour premier espace d’enjeu l’Afrique et la Méditerranée. C’est autour du nom prestigieux d’Apulée – auteur berbère d’expression latine qui, avec l’Âne d’or ou les Métamorphoses, ouvrit au IIe siècle une extraordinaire brèche de liberté aux littératures de l’imaginaire – que se retrouvent ici écrivains et artistes venus d’horizons... [Lire la suite]
Posté par onarretetout à 08:29 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,
22 janvier 2019

Ballast (tenir tête, fédérer, amorcer), numéro 7

Vous entrez dans ce numéro 7 de la revue Ballast en vous glissant dans une rencontre improbable il y a encore peu de temps : trois femmes, une éducatrice spécialisée, une aiguilleuse de trains, une aide médico-psychologique dans une maison de retraite. Trois femmes en lutte pour la dignité. Trois femmes que le lecteur retrouvera plus loin dans la revue. Cette première rencontre éclaire assez bien l’esprit de la revue : militante, sans dogme. Et nous faisons connaissance avec Issa, né au Mali il y a 62 ans et vivant à Malakoff où il... [Lire la suite]
Posté par onarretetout à 07:54 - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , ,