18 janvier 2019

Vous êtes ici, poèmes de John Freeman, traduits par Pierre Ducrozet

Avec ces poèmes de John Freeman, vous ferez un tour du monde : Rocklin, Beyrouth, Californie, Sarajevo, Alger, Dubaï, Damas, Manhattan, New York, Montréal, Paris. En chaque ville, une image gravée dans la mémoire, la sienne ou celle de quelqu’un d’autre. En chaque endroit, comme si vous y étiez avec lui, à tenter de cartographier la souffrance, de partager un peu de la vie des autres et de leurs errances, les fleurs des fleuristes avant l’ouverture des boutiques… SARAJEVO (ÉTÉ 2016) Elle a montré quelque chose, à deux cents mètres... [Lire la suite]
Posté par onarretetout à 07:53 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

12 janvier 2019

Vie & opinions de Gottfried Gröll, de Christophe Manon

« Gröll c’est le pantin qui fait le clownjuste derrière mon dos. » C’est. Christophe Manon, à la première personne du singulier, et tantôt Gröll, « Il y a du réel qui s’échappe / mais on n’est jamais sûr de le retrouver ». Il recherche l’amour, ça compte. Il s’exprime en poèmes de onze vers. Il « parle français dans une langue étrangère et c’est drôle ». Le vide le hante, qui « se divise / à l’infini ». Bien sûr, dans le réel, il y a des flics, du fric et d’autres trucs, comme « le... [Lire la suite]
Posté par onarretetout à 08:17 - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , , ,
11 janvier 2019

Persona Grata, au Musée national de l'Histoire de l'Immigration - suite

The new world’s climax IIIde Barthélémy Toguo À chaque passage de frontière, un tampon sur le passeport et l’empreinte digitale. Ici, le doigt qui a servi à l’empreinte est la trace du gros orteil de l’artiste. Et je pense à Aimé Césaire qui écrit, dans le Cahier d’un retour au pays natal : Et je me dis Bordeaux et Nantes et Liverpool et New York et San Franciscopas un bout de ce monde qui ne porte mon empreinte digitaleet mon calcanéum sur le dos des gratte-ciel et ma crasse dans le scintillement des gemmes !Qui peut se... [Lire la suite]
Posté par onarretetout à 08:17 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,
10 janvier 2019

Apulée n°2 - janvier 2019

Cette revue annuelle de littérature et de réflexion initiée par Hubert Haddad s’engage à parler du monde d’une manière décentrée, nomade, investigatrice, loin d’un point de vue étroitement hexagonal, avec pour premier espace d’enjeu l’Afrique et la Méditerranée. C’est autour du nom prestigieux d’Apulée – auteur berbère d’expression latine qui, avec l’Âne d’or ou les Métamorphoses, ouvrit au IIe siècle une extraordinaire brèche de liberté aux littératures de l’imaginaire – que se retrouvent ici écrivains et artistes venus d’horizons... [Lire la suite]
Posté par onarretetout à 07:47 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,
08 janvier 2019

Une Élégie du Nord d'Anna Akhmatova - Sophie Benech

S’il y est question de traduire, ce livre de Sophie Benech est aussi celui d’Anna Akhmatova. Car il ne contient qu’un poème de la poétesse russe née en 1889 et morte en 1966, une Élégie du Nord. Mais c’est à travers six versions différentes en français que nous allons l’approcher. Sophie Benech montre simplement comment les traducteurs ont dû faire des choix, parfois, souvent, entre le rythme et les sonorités, et, ces choix, les faisant avec leur sensibilité. Dans cet ouvrage, elle nous offre une lecture ouverte d’un poème qu’on ne... [Lire la suite]
Posté par onarretetout à 08:13 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,
24 décembre 2018

Brèves de plaisanterie, de Denis Donikian (décembre 2018)

Après les avoir publiées sur son site internet (suivre le lien dans la colonne de droite), Denis Donikian a publié ses Brèves de plaisanteries dans un ouvrage en juillet 2017. Dans sa préface, il en dit : « À y regarder de près, c’est l’improbable et la fragilité qui dominent dans ces variations intimes, extimes et parfois infimes du moi. (…) Le sourire importe autant que les armes. Mais l’interrogation est préférée aux certitudes, l’amour adulé plus que la peur. » Six de ces brèves (précédées du numéro qui les annonce... [Lire la suite]
Posté par onarretetout à 07:33 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

21 décembre 2018

Gérard Cartier à la Rencontre poétique chez Tiasci-Paalam, en décembre 2018

Gérard Cartier nous invite à le suivre : trois à quatre poèmes de chaque recueil pour explorer son écriture et les chemins où sa mémoire, ses savoirs et son attrait pour la vie monacale nous entrainent. Robert Desnos, Tristan et Yseult, Bougainville, Brendan, voilà quelques-uns des noms que l’on rencontre dans ses livres où pas une page ne ressemble à une autre. Ses textes dessinent des silhouettes en creux : nous ne sommes jamais seuls. Le poète lui-même n’est jamais seul, il est toujours en compagnie, ici avec Desnos pendant les... [Lire la suite]
Posté par onarretetout à 08:26 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
11 décembre 2018

Sylvia, d'après Sylvia Plath, texte et mise en scène de Fabrice Murgia

La musique, en haut des structures du décor, musique vivante, An Pierlé au piano et au chant, c’est d’abord ça, Sylvia, spectacle mis en scène par Fabrice Murgia. Mais c’est aussi neuf femmes, vêtues comme dans les années 50 en Amérique ou en Angleterre, qui tournent sur le plateau, s’avancent vers les spectateurs qui s’installent, mais sans dépasser la limite pour l’instant. Que cherchent-elles ? Elles semblent prisonnières de l’espace où elles évoluent. Et les caméras sur scène décident que ça commence. Sur l’écran en hauteur sont... [Lire la suite]
Posté par onarretetout à 07:59 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,
28 novembre 2018

Un poème de Gérard Cartier

.Praecipitationes. Quartier de la Chapelle petite Sibérie Des tentes de fortune au milieu des neiges Malheur ! malheur ! un prophète malheur ! Demi-nu chancelant barbe hirsute hoquetant De terribles présages      et longtemps Un faune me poursuit dans les rues Boiteux soixante ans accouché au couteau Usurpant mon baptême et mon nom Qui jadis dans l’horreur des provinces Se rêvait en Rimbaud      l’instable Providence Nous fait un jour basculer hors du monde Et nous voilà... [Lire la suite]
Posté par onarretetout à 07:59 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,
25 novembre 2018

Nuit de la poésie à l'Institut du monde arabe, à Paris (3)

Dans la bibliothèque de l’Institut du monde arabe, les mots de Maram al Masri prennent corps dans le dessin de Zaü. Des mots que j’ai déjà lus dans un recueil, Par la fontaine de ma bouche, et qui emplissent l’espace d’une belle sensualité. « Je te donne un corps », chaque partie du corps, bras, mains, bouche, seins, ventre, dos, jambes, yeux, oreilles,  « (…) un corps fait de baiserssculpté de caresseshâlé de soleilqui désire qui embrasseet jouit »(…)« Je te donne une âme » Et le corps... [Lire la suite]
Posté par onarretetout à 07:43 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,