15 septembre 2019

Dernières nouvelles d'Ulysse, de Werner Lambersy, peintures d'Anne-Marie Vasco

Dix ans d’écriture en un livre. D’une écriture taillée en courtes strophes et en vers qui jamais n’atteignent l’alexandrin : ce n’est pas leur but. L’alexandrin serait trop installé. Des vers irréguliers, une parole sur des flots irréguliers. Et portant d’autres voyageurs que je ne pourrai tous nommer, partant avec Rilke et arrivant avec Cavafy. C’est assez justement cette citation de Cavafy qui en dit long sur le voyage : « Quand / Tu te mettras en route vers Ithaque  / Souhaite que le chemin soit / Long ». Et ne... [Lire la suite]
Posté par onarretetout à 08:13 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

14 septembre 2019

Portraits robots

Dans son livre Portraits robots, Michèle Métail propose plus de cent portraits qu’elle qualifie aussi de « poèmes figurés ». En voici un : LE CYCLOTOURISTE CHAPEAU DE ROUETÊTE DE PELOTONNEZ DANS LE GUIDONCHAÎNE DE COUDOIGT DANS L'ENGRENAGEMEMBRE D'UN CLUBJAMBE DE FORCECOL DU FÉMURSOUFFLE COUPÉÀ BOUT DE SOUFFLE Il s’agit pour elle de disposer, ligne après ligne, les éléments d’un portrait : que peut-on dire des cheveux, du front, des yeux, par exemple ? Elle trouve pour chaque trait des expressions. Elle cherche et... [Lire la suite]
Posté par onarretetout à 08:21 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,
13 septembre 2019

Apulée n°2 - septembre 2019

Cette revue annuelle de littérature et de réflexion initiée par Hubert Haddad s’engage à parler du monde d’une manière décentrée, nomade, investigatrice, loin d’un point de vue étroitement hexagonal, avec pour premier espace d’enjeu l’Afrique et la Méditerranée. C’est autour du nom prestigieux d’Apulée – auteur berbère d’expression latine qui, avec l’Âne d’or ou les Métamorphoses, ouvrit au IIe siècle une extraordinaire brèche de liberté aux littératures de l’imaginaire – que se retrouvent ici écrivains et artistes venus d’horizons... [Lire la suite]
Posté par onarretetout à 08:29 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,
12 septembre 2019

Dépotoir aux morts, poèmes d'Isaac Rosenberg

Au petit matin du 1er avril 1918, au retour d'une patrouille de nuit près d'Arras, Isaac Rosenberg disparaît sans laisser de trace. Il a vingt-sept ans. C'est par ces mots que Sarah Montin, la traductrice, le présente au début de sa préface. Du recueil bilingue publié par Alidades, je retiens aujourd'hui ce poème. KILLED IN ACTION Your 'Youth' has fallen from its shelf,And you have fallen, you yourself.They knocked a soldier on th head,I mourn the poet who fell dead.And yet I think it was by chance,By oversight you died in... [Lire la suite]
Posté par onarretetout à 07:47 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,
10 septembre 2019

Vastes sont les déserts

Álvaro de Campos est un des hétéronymes de Fernando Pessoa. Les éditions Chandeigne ont récemment publié une nouvelle traduction de plusieurs de ses textes par Max de Carvalho sous le titre  de Bureau de tabac. Ce n’est pas ce poème qui m’a touché le plus mais celui qui répète « Vastes sont les déserts et tout est désert ».  En voici quelques lignes : Vou definitivamente arrumar a mala. Je vais faire ma valise une bonne fois pour toutes. Arre, hei-de arrumá-la e fechá-la; Bon sang ! je finirai bien par la... [Lire la suite]
Posté par onarretetout à 07:56 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,
05 septembre 2019

Ovaine, La saga - de Tristan Félix

Ovaine est un personnage créé par Tristan Félix. Les éditions Tinbad ont publié récemment Ovaine, La saga. En voici le premier texte, celui qui va bien avec la rentrée.   Lorsqu'Ovaine est entrée dans la classe, les cheveux de la maîtresse brûlaient par dizaines. Elle a retenu son souffle pour ne pas l'échauffer davantage. Alors des centaines d'yeux écoliers se sont posés sur son crâne chauve. Ovaine élevait des poux dans ses tresses.C'étaient ses amis jusqu'à la racine. Mais cela n'a pas plu. On l'a rasée. Ses cheveux... [Lire la suite]
Posté par onarretetout à 07:47 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

03 septembre 2019

Pierres de rêve avec paysage opposé, de Michèle Métail

Le miroir noir, dit aussi miroir de Claude Lorrain, ou miroir de Claude, est un petit miroir, à la surface légèrement convexe et teinté d'une couleur sombre, traditionnellement au noir de fumée. Enchâssé dans une reliure similaire à celle d'un carnet d'esquisses ou bien tenu dans un étui avec couvercle, cet appareil était au XVIIIe siècle l'outil des artistes et des connaisseurs, voyageurs et amateurs de la peinture paysagiste. Le miroir noir a pour fonction de présenter le sujet à traiter isolé de son environnement et de... [Lire la suite]
Posté par onarretetout à 07:43 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,
01 septembre 2019

Le temps suit son cours

En cette veille de rentrée scolaire, je lis cette phrase de Christian Dotremont : Le temps suit son cours, est à la fois écolier, pensionnaire, maître, pensionné, chien, quel que soit notre chahut Christian Dotremont est un poète belge (1922-1979), fondateur du groupe « surréaliste révolutionnaire » de Belgique en 1947 et du mouvement d’art expérimental Cobra (Copenhague, BRuxelles, Amsterdam), mais surtout créateur de logogrammes. Un logogramme est un poème calligraphié dans l’instant, à l’encre ou la... [Lire la suite]
Posté par onarretetout à 08:18 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,
13 août 2019

Tractatus solitarius - Le retour du Loup des steppes -, de Pierre Cendors

Simultanément à Silens Moon, Pierre Cendors a publié Tractatus Solitarius, un livre fait de notes où il évoque son lien avec Le loup des steppes, ouvrage de Hermann Hesse, « une parole en venance des hautes solitudes intérieures ». C’est un carnet (incarné ?), attrapé en toute hâte quand il oublie « d’emporter de quoi lire » en voyage. Cela n’empêche pas les citations qu’il intègre ici comme dans ses autres oeuvres. Le voyage se fait sur « l’Absoluble ». Il n’y a pas de destination. Il n’y a que... [Lire la suite]
Posté par onarretetout à 08:25 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,
28 juillet 2019

Nos cabanes, de Marielle Macé

C’est un livre qui tient facilement dans une main et qu’on ouvre sur les Noues, « fossé herbeux en pente douce, qui recueille les eaux », ainsi nommé dans « un bocage en bout de Loire, vers Nantes », Notre-Dame des Landes. Les Noues, et nous.  On peut écouter Marielle Macé sur internet lors d’une conférence intitulée « Nouons-nous », conférence où elle dit que nous est « un sujet collectif et non un collectif de sujets », que ce n’est pas plusieurs « je » mais un « je... [Lire la suite]
Posté par onarretetout à 07:52 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,