09 juillet 2019

L'exil n'a pas d'ombre, de Jeanne Benameur

L’exil, Jeanne Benameur l’a connu enfant, et ses livres, souvent, explorent ces départs, ces arrivées, ces chemins dont on ne sait pas toujours où ils vont mais dont on garde le souvenir de l’origine. Dans ce livre, une femme quitte son village, une femme dont on ne dit rien du père et dont on saura peu de la mère. Elle est celle qui lit, celle dont les autres ont déchiré le livre et qui marche. Un homme la suit, effaçant de ses pas les pas de la femme, effaçant le chemin du retour que, de toute façon, elle ne veut pas prendre. Lui,... [Lire la suite]
Posté par onarretetout à 07:30 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

03 juillet 2019

Caverne (extraits), de Makenzy Orcel

Extraits du recueil de Makenzy Orcel, j’ai imbriqué deux poèmes, celui qui paraît à la page 17 et celui qui paraît à la page 27 de cette édition de la Contre allée. futur où tu ne seras qu’une merqui n’a jamais connu l’épouvantela grandeurl’amer profond de ses rivesla pire des abyssess’illumine depuis le non-frayé  puisses-tu être l’acuité de l’oeil traqueurl’inabouti fermé dans ton poing d’eauet le sommeil profond de la cible abattue entendre gronder le fleuve de ton sangpars de ce que tu esles galops de ta soifloin de ces... [Lire la suite]
Posté par onarretetout à 08:02 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,
28 juin 2019

Accident de personne, de Guillaume Vissac

Pour qui vit en région parisienne, c’est assez fréquent. Que faire de ces annonces ? Que faire lors de ces annonces ? Guillaume Vissac a commencé par prendre des notes sur son portable, puis a créé un compte twitter sur lequel il a publié cinq fois par jour aux mêmes heures des messages de 140 signes reprenant quelques-unes de ces notes. Il a attribué ces messages puis les commentaires qu’il y a attachés à des gens (celui qui… celle que… celle qui… celui que…). De toute cette matière il a créé un livre singulier, qu’il qualifie de... [Lire la suite]
Posté par onarretetout à 08:14 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,
26 juin 2019

Apulée n°2 - juin 2019

Cette revue annuelle de littérature et de réflexion initiée par Hubert Haddad s’engage à parler du monde d’une manière décentrée, nomade, investigatrice, loin d’un point de vue étroitement hexagonal, avec pour premier espace d’enjeu l’Afrique et la Méditerranée. C’est autour du nom prestigieux d’Apulée – auteur berbère d’expression latine qui, avec l’Âne d’or ou les Métamorphoses, ouvrit au IIe siècle une extraordinaire brèche de liberté aux littératures de l’imaginaire – que se retrouvent ici écrivains et artistes venus d’horizons... [Lire la suite]
Posté par onarretetout à 08:02 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,
25 juin 2019

Géographies intimes d'un monde en commun (extraits), de Claire Le Michel

Louise, 29 ans Des jours que je te suis de loin.Cela a commencé quand je t'ai entendu marmonner devant les canards qui tendaient le cou vers le pain que tu avais dans la main.(...)Aujourd'hui, tu es assis sur un banc, en face de moi.(...)Je fais semblant de compter les nuages pour ne pas te faire face.Toi, plongé - noyé ? - dans tes pensées, tu ne vois pas mon cinéma... Je crois. Je n'ose m'approcher, crains de t'effaroucher comme un cerf, un fauve ou un tout autre animal grand, digne et hors de portée. Aujourd'hui, un oiseau tout... [Lire la suite]
Posté par onarretetout à 07:31 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,
20 juin 2019

Hala Mohammad, à la rencontre poétique chez Tiasci Paalam, en juin 2019

Un patient travail de traduction d’Antoine Jockey, de relecture, et d’accompagnement de l’éditeur, Bruno Doucey, et voici ce livre que Hala Mohammad nous présente ce soir-là, dans une lecture bilingue, Prête-moi une fenêtre. Nous l’écoutons nous parler de sa mère, de ses parents, de son fils, et des maisons. Ces maisons que la dictature détruit en Syrie parce que ce sont les maisons de l’accueil, les maisons de la vie, les maisons dont les fenêtres donnaient sur des jardins. Maisons devenues idées, parce que « le mur abattu par... [Lire la suite]
Posté par onarretetout à 08:12 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

13 juin 2019

Côté ciel, notes d'atelier - Stéphanie Ferrat

Dans ces notes d’atelier, on est au plus près du travail de Stéphanie Ferrat. L’oeil qui « ne possède qu’une face », puis les mains qui « iront comme on creuse un puits ». Il est souvent question d’eau, de pluie. Il y a les papillons, les mouches, les guêpes, les araignées. Il y a un jeune sanglier, un renard, l’aboiement d’un chien et les chevaux, le cheval. Toute cette vie, et la peur qui va avec. « Dire, c’est déjà perdre l’imprononçable ». Cet aveu invite à ne garder que la trace. Cela résonne avec... [Lire la suite]
Posté par onarretetout à 07:55 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,
22 mai 2019

Maram al-Masri et Zaü à la Librairie l'établi, à Alfortville (94)

Le jeudi 16 mai, des lycéen.ne.s du Lycée Maximilien Perret ont rencontré Maram al-Masri et Zaü à la Librairie l'établi, à Alfortville (94). Les élèves avaient préparé une lecture des textes de la poétesse et on voyait les livres passer de main en main, et la parole voyager au sein du groupe. Bien sûr les questions étaient nombreuses, tant à Maram qu'à Zaü. Celui-ci, illustrateur, a dit que les dessins contenus dans l'anthologie publiée par Bruno Doucey cherchaient à montrer le mouvement par lequel les femmes mettaient ou retiraient... [Lire la suite]
Posté par onarretetout à 08:20 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,
21 mai 2019

Maïté Villacampa, aux Rencontres poétiques chez Tiasci - Paalam, en mai 2019

« Qu’est-ce qui voudra bien se créer en moi ? » Ces mots de Ushio Amagatsu disent l’attitude de Maïté Villacampa. Accueillir serait le verbe le plus proche. Accueillir les mots des autres : citations dont elle ouvre les parties de ses livres, images retenues de clartés, de sculpture, de peinture. On pourrait la rencontrer rien qu’en croisant les noms, signatures ou dédicaces, qu’elle sème entre ses poèmes. Et si l’eau y est si présente, c’est à cause d’une barque d’Yves Bonnefoy, à cause d’affluents, à cause du bleu de... [Lire la suite]
Posté par onarretetout à 07:42 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,
08 mai 2019

La logique du pourrissement, de Joby Bernabé

(entendu récemment, sur le CD "Par les damné.e.s de la terre", ce texte de Joby Bernabé que j'ai vu disant d'autres textes au Musée d'Orsay dans le cadre de la rencontre "Patrimoines déchaînés" au sein de l'exposition "Le modèle noir de Géricault à Matisse") La logique du pourrissement c’est le fruit mûr tombé foutu de n’avoir pas été cueilli parce que l’homme n’avait pas prévu voulu ou pu connu ou su parce que l’homme a trop attendu ou peut-être tout bonnement parce qu’il l’a parfaitement voulu... [Lire la suite]
Posté par onarretetout à 07:44 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,