15 novembre 2018

Brèves de plaisanterie, de Denis Donikian (novembre 2018)

Après les avoir publiées sur son site internet (suivre le lien dans la colonne de droite), Denis Donikian a publié ses Brèves de plaisanteries dans un ouvrage en juillet 2017. Dans sa préface, il en dit : « À y regarder de près, c’est l’improbable et la fragilité qui dominent dans ces variations intimes, extimes et parfois infimes du moi. (…) Le sourire importe autant que les armes. Mais l’interrogation est préférée aux certitudes, l’amour adulé plus que la peur. » Six de ces brèves (précédées du numéro qui les annonce... [Lire la suite]
Posté par onarretetout à 08:01 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

08 novembre 2018

Fêter Diwali

Hier, nous avons fêté Diwali chez Tiasci. De la lumière, de la poésie, et, pour conclure, Sharmila Roy nous a offert le chant d'un poème. Le poème traduit et interprété par Sharmila Roy a été écrit par Mallika Sengupta, que Sharmila présente comme "une militante féministe, une enseignante qui est partie trop tôt victime d'une maladie incurable".
Posté par onarretetout à 07:57 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,
07 novembre 2018

André Balthazar, extraits

André Balthazar (1934-2014) a fondé avec Pol Bury le Daily-Bul.  De lui, j'ai lu et relu Les petits pavés, un recueil de phrases (une par page). En voici quelques-unes : "La philosophie de l’histoire ne manque pas d’à-propos."/"Il prit le deuil de la Mer morte."/"Le ventre s’attendrit devant la baïonnette."/"En arriver à oublier le soldat inconnu." (Les petits pavés) Et d'autres textes, parmi lesquels celui-ci : "Il ne portait pas d’étendard, son silence suffisant à sa gloire. Mais il aimait le son des trompettes comme du... [Lire la suite]
Posté par onarretetout à 07:34 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,
01 novembre 2018

Deux poèmes de Mandelstam (traduits par Henri Deluy)

Je pourrais m'étonner encore un peuDu monde, des enfants, de la neige,Mais l'authentique sourire, comme un cheminRebelle, n'est pas un domestique. (décembre 1936) Comme un cadeau tardifL'hiver se fait sentir en moi -J'aime qu'au débutSon élan soit indécis. Belle est sa frayeur,Début de choses terribles -Devant ce cercle déboiséLe corbeau lui-même intimidé. Mais surtout paraissent inconsistantes -Les saillies bleues azur.Demi-cercle temporel de glace,Des eaux bercées sans sommeil. (29-30 décembre 1936) extraits de Voronej... [Lire la suite]
Posté par onarretetout à 07:47 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,
29 octobre 2018

Brèves de plaisanterie, de Denis Donikian (octobre 2018)

Après les avoir publiées sur son site internet (suivre le lien dans la colonne de droite), Denis Donikian a publié ses Brèves de plaisanteries dans un ouvrage en juillet 2017. Dans sa préface, il en dit : « À y regarder de près, c’est l’improbable et la fragilité qui dominent dans ces variations intimes, extimes et parfois infimes du moi. (…) Le sourire importe autant que les armes. Mais l’interrogation est préférée aux certitudes, l’amour adulé plus que la peur. » Six de ces brèves (précédées du numéro qui les annonce... [Lire la suite]
Posté par onarretetout à 07:47 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,
22 octobre 2018

Patricia Castex Menier, à la rencontre poétique chez Tiasci Paalam, en octobre 2018

Patricia Castex Menier nous dit qu’elle commence par la fin, les épitaphes. Textes courts comme elle le fait souvent parmi lesquels j’entends qu’elle souhaite à la terre même de reposer en paix. De la terre, elle en vient au village, « il attend / un lieu reste immobile ». Un lieu avec ses morts qui « parlent trop bas », mais aussi une maison où venir « avec toi c’est mieux ». Et « si on doit toujours nommer la nuit / par le mot nuit », que dire de l’éternité, de l’infini ?... [Lire la suite]
Posté par onarretetout à 08:02 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

21 octobre 2018

Le mois kreyol 2018

C'était le 20 octobre. Un programme pour l'après-midi et la soirée à l'espace Henry Miller de Clichy-la-Garenne (92).   Raymonde Torin pour un atelier Maré tèt (attacher les cheveux avec un foulard), Jocelyn Régina pour une dikté kreyol et un spectacle Mikandaj pawol et Chantal Loïal pour son solo de danse, "On t'appelle Vénus". Quelques mots à propos de Jocelyn Régina. Il a d'abord proposé, pour la dictée créole, un texte relatant l'histoire de Sarah Baartman, à qui Chantal Loïal consacre son solo depuis 2011. Puis,... [Lire la suite]
Posté par onarretetout à 08:23 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,
07 octobre 2018

Stabat Mater Furiosa, de Jean-Pierre Siméon

La guerre, toujours la guerre. L’homme ne sait-il rien faire d’autre ? Et que faire devant la guerre ? Pleurer ? Crier ? S’arrêter ? Elle vient devant nous, cette femme, dans le poème de Jean-Pierre Siméon. Elle est debout. Elle est furieuse. Certes, elle peut être douce, elle peut aimer. Elle prie, mais « c’est sans dieux ». Et surtout, elle ne veut pas comprendre ; comprendre ce serait déjà accepter. Deux femmes ici, ce soir, au milieu de nous, l’une par les mots, l’autre par la musique, font entendre cette prière, cette... [Lire la suite]
Posté par onarretetout à 07:42 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,
21 septembre 2018

Nasser-Edine Boucheqif, à la rencontre poétique chez Tiasci - Paalam, en septembre 2018

Il a, pendant plusieurs années, organisé des rencontres poétiques à Paris, y accueillant des jeunes poètes et d’autres dont les noms étaient déjà connus. C’est que, pour lui, la poésie n’est pas un exercice confidentiel à garder au secret. Bien au contraire, Nasser-Edine Boucheqif, depuis toujours, défend une idée du poète agissant dans le monde. On l’a vu au théâtre, auteur et metteur en scène. On l’a vu peintre. On l’a vu un peu partout, dans les pays arabes ou européens. Attentif aux autres, gardant vive sa révolte quand... [Lire la suite]
Posté par onarretetout à 07:37 - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : ,
20 septembre 2018

Caillot, de Stéphanie Ferrat

Ce sont des textes courts, posés dans la partie supérieure de la page. Blanche la page pour recevoir ces quelques mots, les laisser prendre place dans « l’éloignement du monde ». La bouche, le corps, les mains. La terre, l’eau, les pierres. Le vent. Les arbres. Le livre commence par la perte, la pioche qui creuse, une cicatrice. Le sang a coulé sur la terre. Elle convoque des animaux, leur esprit, pour « rester digne ». « Quelque chose s’est passé » que nous ne saurons pas, « ce qui s’est fermé un... [Lire la suite]
Posté par onarretetout à 08:19 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,