23 avril 2017

L’écorce des songes, poèmes de Antemanha

L’invitation qui nous est faite de nous laisser aller à la rêverie ne consiste pas à nous abstraire de la réalité. Les rêves se déroulent devant nous avec leur musique, des sons enregistrés, des mots décrochés de leurs phrases « fou, pas fou », des oiseaux, le son du cor de basset et du bansuri, souffles extraits des profondeurs. Profondeurs des reliefs enfouis d'une Méditerranée débondée qu’on traverserait à pied pour aller en Afrique. L’eau des rives des rêves ayant manqué revenue dans l’encrier, se mêlant à toutes... [Lire la suite]
Posté par onarretetout à 07:41 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

21 avril 2017

De Zurbarán à Rothko, exposition au Musée Jacquemart-André, à Paris

Les premières toiles de l’exposition m’ont donné une satisfaction intellectuelle, comme lorsqu’on tourne les pages d’un livre d’histoire et qu’on voit cette histoire s’exprimer dans les costumes, les personnages, la façon de les mettre en scène. Et, sans que j’y aie pris garde, mon regard s’est troublé. Le bouquet d’oeillets de Van Gogh, dans la troisième salle, penche comme l’arbre de Goya penchait dans la première ; des portraits de femmes, vues de face, de profil, de dos, nous font traverser les siècles et s’insinue dans ma... [Lire la suite]
Posté par onarretetout à 08:22 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,
20 avril 2017

Mario Urbanet à la Rencontre poétique chez Tiasci - Paalam en avril 2017

Nous retiendrons sans doute de cette rencontre avec Mario Urbanet son sens profond de l’amitié qui lui est paysage, qui fait virevolter les images comme la paille dans les champs moissonnés, comme les couleurs d’un Van Gogh, d’un Chagall, d'un Magritte. Son regard semble prendre tout ce qui passe à sa portée, pour le garder, seule possession « dans un an et un jour », façon d’inscrire le souvenir pour mieux le partager. Et, de même qu’il ouvre les pages de son recueil à d’autres plumes, d’autres couleurs, mêlant la poésie... [Lire la suite]
Posté par onarretetout à 08:09 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,
19 avril 2017

Miquel Barceló (1957) – Kula Be Ba Kan – 1991 – Technique mixte sur toile – 200 x 200 cm

© Collection Alicia Koplowitz – Grupo Omega Capital © ADAGP, Paris, 2017 C’est en visitant l’exposition présentée actuellement au Musée Jacquemart-André, à Paris, que j’ai découvert cette toile de Miquel Barceló. Si j’ai d’abord pensé à la prière païenne d’Erri de Luca, que je venais de lire (présentée ici), c’est dans ma lecture, quasi-simultanée à ma visite, d’un poème de Guy Tirolien qu’elle a pris son sens, l’embarcation ressemblant à un nid, et le nid à une île : L’île pousse vers demainsa cargaison d’humanité.
Posté par onarretetout à 07:54 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,
18 avril 2017

Guy Tirolien, de Marie-Galante à une poétique afro-antillaise, entretiens recueillis par Michel Tétu

Ce livre est peut-être d’abord un grand moment de la francophonie : Michel Tétu (1938-2008), Québécois, rencontre Guy Tirolien (1917- 1988), Guadeloupéen. Ces entretiens, qui se sont déroulés peu avant la mort de ce dernier, sont riches d’informations et de réflexions autour des thèmes qui ont jalonné sa vie : la poésie, son amitié avec Léon-Gontran Damas, Léopold Sédar Senghor, Maryse Condé, son engagement dans la Négritude, sa vie en Europe, en Afrique (où il fut administrateur colonial puis représentant de l’ONU), son amitié avec... [Lire la suite]
Posté par onarretetout à 07:38 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,
09 avril 2017

Erri de Luca à la Maison de la Poésie, à Paris (5)

Pour conclure cette rencontre à la Maison de la Poésie, Erri de Luca revient à la Méditerranée, Mare Nostrum, notre mer. Il nous dit que chaque exilé sur un bateau est l’un de nous. Que nous sommes ces exilés. Que ces visages sont nos visages. Et il nous dit ce texte en italien, puis en français.  Mare nostro che non sei nei cieli e abbracci i confini dell'isola e del mondo,sia benedetto il tuo sale, sia benedetto il tuo fondale.Accogli le gremite imbarcazionisenza una strada sopra le tue onde,i pescatori usciti... [Lire la suite]
Posté par onarretetout à 07:38 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

02 avril 2017

Lettres en vol

C’est dans le cadre du Printemps des poètes, dans le sous-sol d’un bar nommé « La pomme d’Ève », à Paris, que j’ai entendu, et découvert, quelques poètes : France Burghelle Rey, Pascal Mora, Mona Gamal El Dine, Claudine Bohi, Germain Roesz, Roberto Reséndiz Carmona venu du Mexique, puis Sylvestre Clancier a évoqué dans un poème Gaston Miron, et Rocío Durán-Barba a conclu en présentant son livre en hommage à Nelson Mandela. Arnaud Delpoux accompagnait au piano et à la guitare ces lectures. J’y reviendrai.
Posté par onarretetout à 07:35 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,
29 mars 2017

Poétiques de Résistance à la Maison de la Poésie, à Paris

Derek Walcott est mort le 17 mars. Patrick Chamoiseau lui a rendu hommage par un poème qui nous fut offert ce dimanche soir-là, à la Maison de la poésie (Paris) : Que la mer mieux qu’Histoire te soit douce Qu’elle te fasse mémoire Que l’archipel mieux que pays te fasse collier Ces quelques vers, extraits de ce poème, font référence au titre de Derek Walcott : The sea is history. La soirée était organisée par l’Institut du Tout-Monde et l’association Sortir du colonialisme sur le thème :  Et se sont succédés des textes, des... [Lire la suite]
Posté par onarretetout à 08:12 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,
27 mars 2017

POÉTIQUE : REMARQUES, de Jacques Roubaud - mars 2017

« Ce volume rassemble un demi-siècle de réflexions dans une forme particulière de prose que j’appelle remarques. », écrit Jacques Roubaud. Il ajoute qu’il se compose de 15 sections de 317 remarques chacune. 317 étant un nombre premier, comme l’est aussi 2017, ce sera notre rendez-vous mensuel : vous trouverez, chaque mois, quelques-unes des remarques de Jacques Roubaud dans ce blog, précédées du numéro qu’elles ont dans le livre. 638. Un singulier n’est appréhendé qu’après changement. 665. La « division du... [Lire la suite]
Posté par onarretetout à 08:28 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,
24 mars 2017

Atemnot (Souffle court), de Marina Skalova

De plusieurs langues, elle est venue. Et c’est de cela que sont faits ses textes. Atemnot (Souffle court) est le titre de textes brefs, chaque page en portant les mots français et les mots allemands, deux langues qui ne sont pas sa langue maternelle. Et c’est à la fois une sorte de respiration des langues elles-mêmes et une forme d’incomplétude. Deux langues pour dire la même chose, et pourtant ce qui est écrit diffère d’une langue à l’autre, par le rythme, par l’ordre des mots, comme dans ce texte : craindre la mort à chaque... [Lire la suite]
Posté par onarretetout à 07:38 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,