30 janvier 2019

Deux tableaux au Bon Marché

Plusieurs tableaux sont accrochés aux murs du Bon Marché. Deux d'entre eux ont, cette fois, arrêté mon regard. L'un est de Marie-Claude Bugeaud, s'intitule Marie-Madeleine et je lui trouve une résonance particulière avec Simone, la Valkyrie de Joana Vasconcelos. L'autre, qui est en face, est de Philippe Cognée dont je viens de voir deux oeuvres dans l'exposition Persona Grata, au MacVal et au Musée national de l'histoire de l'immigration.
Posté par onarretetout à 08:05 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

20 janvier 2019

Persona Grata, au Musée national de l'Histoire de l'Immigration - suite et fin

L’exposition au Musée de l’histoire de l’immigration se termine en principe aujourd’hui. Les dernières oeuvres que je vous présente évoquent le fait d’habiter. La question du logement est sans doute la plus importante pour qui a tout perdu. Les images présentées dans cette salle sont celles d’immeubles réalisés dans les années 1960-70 (ci-contre, toile de Philippe Cognée). En nombre d’habitants, ces immeubles étaient souvent aussi peuplés que des villes. C’était cependant un progrès qui permettait d’accueillir des gens, parfois... [Lire la suite]
Posté par onarretetout à 07:34 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,
14 janvier 2019

Persona Grata, au Musée national de l'Histoire de l'Immigration - suite

Derrière la porte, qu’y a-t-il ? Une pièce interdite d’accès comme dans certains contes ? Un espace de liberté que semble dessiner le contour lumineux de son chambranle ? L’issue impossible ou l’accès possible vers un ailleurs ? Voilà ce qu’évoque cette toile de Judith Reigl. Une fois qu’on a contourné cette toile, on trouve de l’autre côté un personnage de taille humaine, d’aspect humain, mais sans visage, sans rien qui le distingue. C’est peut-être un homme (la toile s’intitule L’égyptien) mais ce n’est encore qu’une... [Lire la suite]
Posté par onarretetout à 08:14 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,
06 janvier 2019

Persona Grata, au Mac-Val, à Vitry-sur-Seine (94) - suite

Il y a, au Mac-Val, dans le cadre de cette exposition, tout un mur de portraits accompagnés de textes, témoignages de personnes immigrées en Suède. Des visages qu’on voit mais qu’on n’aurait peut-être pas remarqués dans la rue, en Suède. Ces portraits rendent-ils en effet visibles les personnes ? Une autre oeuvre, dans l’exposition, nous dit le contraire : Invisible man est son titre. Est-ce qu’on voit cet homme dont l’artiste fait le portrait à grands coups de brosse et dans des tons noirs et gris ? Comment peut-on voir cet homme ?... [Lire la suite]
Posté par onarretetout à 07:31 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,
29 décembre 2018

Du français en anglais

Voici quelques mots, empruntés par les Anglais au français, et utilisés ainsi dans le langage courant outre Manche: « je-ne-sais-quoi », « déjà-vu », « rendez-vous », « fiancé », « brunette », « bon-appétit », « baguette » (une forme du pain), « croissant » (celui de la boulangerie), « chic », « boutique », même si ce deux mots ont d’abord été allemands avant d’être français, et « avant-gardiste ». Vous saurez certainement en... [Lire la suite]
Posté par onarretetout à 07:31 - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , ,
20 décembre 2018

Medusa project, de Lionel Guibout, à la Maison des Arts d'Antony (92)

Outre Jean-Michel Charpentier et Clarisse Griffon du Bellay, l’exposition présente des oeuvres de Gérard Rancinan (photos et vidéos) et de Lionel Guibout. Ce dernier, comme les artistes présentés les jours précédents, a travaillé plusieurs années sur le Radeau, déclinant pour sa part diverses oeuvres (peintures, sculptures, encres, lithographies, livre d’artiste) à partir du tableau de Géricault.     Et c’est ce qui fait l’intérêt de cette exposition : voir comment un tableau du XIXe siècle, peint à une époque de... [Lire la suite]
Posté par onarretetout à 08:11 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

18 décembre 2018

Le Radeau de Géricault, 1818-2018 - à la Maison des Arts d'Antony (92)

Le Radeau de la Méduse a une histoire. Elle est racontée dans un document (Clés de lecture) remis aux visiteurs de cette exposition à Antony. Et si ce tableau, peint en 1818, traverse les siècles, c’est parce qu’il transcende l’histoire même, qu’on aurait sans doute oubliée sans l’oeuvre de Géricault. Les sculptures de Clarisse Griffon du Bellay présentées dans cette exposition donnent chair au bois et travaillent sans doute la mémoire (« Un radeau en héritage », au premier plan ci-contre). La peinture de Jean-Michel... [Lire la suite]
Posté par onarretetout à 07:43 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,
25 novembre 2018

Nuit de la poésie à l'Institut du monde arabe, à Paris (3)

Dans la bibliothèque de l’Institut du monde arabe, les mots de Maram al Masri prennent corps dans le dessin de Zaü. Des mots que j’ai déjà lus dans un recueil, Par la fontaine de ma bouche, et qui emplissent l’espace d’une belle sensualité. « Je te donne un corps », chaque partie du corps, bras, mains, bouche, seins, ventre, dos, jambes, yeux, oreilles,  « (…) un corps fait de baiserssculpté de caresseshâlé de soleilqui désire qui embrasseet jouit »(…)« Je te donne une âme » Et le corps... [Lire la suite]
Posté par onarretetout à 07:43 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,
13 novembre 2018

Conjurer la peur, chorégraphie de Gaëlle Bourges

Avec Gaëlle Bourges, j’ai prolongé la réflexion entamée il y a quelques jours à propos de la lutte ou de la concorde. La chorégraphe, en effet, fait porter par les corps de ses danseurs les allégories présentes sur la fresque de Lorenzetti sur « les effets du bon et du mauvais gouvernement ». Son point de départ, le livre de Patrick Boucheron, Conjurer la peur, dont elle reprend le titre. Et son propos s’appuie sur son expérience : ses deux visites à Sienne, où elle est allée voir la fresque, ses voyages, ses rencontres,... [Lire la suite]
Posté par onarretetout à 08:29 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,
05 novembre 2018

La lutte ou la concorde : deux fresques

Hier, il était question dans ce blog d’une fresque de Delacroix visible dans l’église Saint Sulpice à Paris. C’est Claire Taillandier qui l’évoquait en ces termes : « Aujourd’hui, je regarde Jacob tenant la main de l’ange comme pour danser la valse, l’autre lui tenant la cuisse. Le premier lui fonce dessus, l’autre se tient droit, presque impassible. La force d’un côté, la stabilité de l’autre, l’issue du combat est incertaine. » (Adieu à l'Église) Philippe Cibois signale dans le même livre une autre fresque : « On... [Lire la suite]
Posté par onarretetout à 07:37 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,