22 novembre 2018

Nuit de la poésie à l'Institut du monde arabe, à Paris (1)

La nuit du samedi 17 au dimanche 18 novembre, à l’Institut du monde arabe, à Paris, était la Nuit de la Poésie. Il y avait du monde, beaucoup de monde. Les salles où se déroulaient les lectures étaient, pour la plupart, totalement remplies. Mais on pouvait aussi croiser un magicien dans les couloirs, se faire lire des poèmes en tête à tête, ou flâner dans la librairie, acheter ce recueil dont on vient d’entendre la musique… Commencée à 19h, cette nuit s’est achevée avec un petit déjeuner oriental vers 7h le lendemain matin. Je n’y... [Lire la suite]
Posté par onarretetout à 08:05 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

21 novembre 2018

Impressions Japonaises

C’est une musique qui emplit l’espace, non pas de trop de décibels, mais vous entourant comme on caresse, comme on embrasse, comme on berce. Ce sont des berceuses et des comptines chantées par Akémi Nakayama accompagnée par Fumie Hihara (chant, koto et shamisen) et Véronique Piron (flûtes shakuhachi et fue, percussions). Les textes, traduits en français, sont joints au CD. Aka tombo (Libellule rouge) Au coucher du soleil, libellule rouge,Je te courais après. Les mûriers dans les vergers de montagne, dont je cueillais les... [Lire la suite]
Posté par onarretetout à 07:44 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
08 novembre 2018

Fêter Diwali

Hier, nous avons fêté Diwali chez Tiasci. De la lumière, de la poésie, et, pour conclure, Sharmila Roy nous a offert le chant d'un poème. Le poème traduit et interprété par Sharmila Roy a été écrit par Mallika Sengupta, que Sharmila présente comme "une militante féministe, une enseignante qui est partie trop tôt victime d'une maladie incurable".
Posté par onarretetout à 07:57 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,
07 octobre 2018

Stabat Mater Furiosa, de Jean-Pierre Siméon

La guerre, toujours la guerre. L’homme ne sait-il rien faire d’autre ? Et que faire devant la guerre ? Pleurer ? Crier ? S’arrêter ? Elle vient devant nous, cette femme, dans le poème de Jean-Pierre Siméon. Elle est debout. Elle est furieuse. Certes, elle peut être douce, elle peut aimer. Elle prie, mais « c’est sans dieux ». Et surtout, elle ne veut pas comprendre ; comprendre ce serait déjà accepter. Deux femmes ici, ce soir, au milieu de nous, l’une par les mots, l’autre par la musique, font entendre cette prière, cette... [Lire la suite]
Posté par onarretetout à 07:42 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,
25 septembre 2018

Mâäk Kojo au Théâtre Jean Vilar de Vitry-sur-Seine (94)

Six percussionnistes, six « soufflants », des danseurs et des danseuses. Ils viennent du Bénin et de la Belgique. Le vent et la pluie ont empêché les musiciens de jouer sur l’esplanade du Théâtre Jean Vilar de Vitry-sur-Seine ce dimanche, mais la musique s’est exprimée, instruments et voix, dès le début de l’après-midi. D’abord dans le grand hall où le public est accueilli, où les tables ont été changées pour cette rentrée, permettant une plus grande convivialité pour les repas qui y sont servis. Et, comme il se doit dans... [Lire la suite]
Posté par onarretetout à 08:37 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
20 août 2018

Ren Yashio aux Rencontres poétiques chez Tiasci - Paalam, en juillet 2018

Cette soirée de juillet était particulière. Elle a commencé par un hommage à Éric Meyleuc, ses textes étant lus à deux voix. Pedro Vianna en a souligné l’humour et l’engagement. Il a aussi annoncé que les poèmes d‘Éric seront publiés progressivement sur son site, http://poesiepourtous.free.fr. Il sera ainsi toujours présent. C’est ensuite avec Ren Yashio que nous avons fait connaissance. Poète japonaise, qui revenait du Festival « Et dire et ouïssance » en Pays de Brocéliande. Deux femmes, un homme, deux pour dire, Ren... [Lire la suite]
Posté par onarretetout à 07:50 - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : ,

01 août 2018

Chalon dans la rue 2018 (9)

Manoviva, par Girovago e Rondella Des marionnettes à doigts : la tête est sur le majeur, les mains sur l’index et l’annulaire, les pieds sur le pouce et l’auriculaire, voilà un personnage nu ou vêtu. Les artistes, vous les oubliez en concentrant votre regard sur ces petits acrobates prenant tous les risques du cirque : les équilibres, la danse, même le feu. Pas de mot, seulement des situations jouées en musique. Quand seront rangés les instruments du cirque, nos deux personnages joueront une petite histoire de rencontre amoureuse... [Lire la suite]
Posté par onarretetout à 08:08 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,
30 juillet 2018

Chalon dans la rue 2018 (7)

VibratO La Fausse Compagnie a construit un kiosque, tantôt ouvert, tantôt fermé, tantôt Volière, tantôt Baraques. Et vous y donne rendez-vous pour une expérience nouvelle, inouïe. Le premier mot qui me vient à l’esprit est « accueil ». Elle aligne des cailloux comme un message de bienvenue ; il me donne un morceau de pomme. Tous les musiciens sourient nous voyant installés, ou tournant autour de l’objet posé là comme une soucoupe venue d’on ne sait où. Les instruments inventés il y a plus d’un siècle par John Stroh ont... [Lire la suite]
Posté par onarretetout à 07:37 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,
25 mai 2018

Danbé, par la Compagnie (Mic)zzaj

Le danbé, en malinké, c’est la dignité. « Le danbé ne nous demande ni obéissance ni même volonté. Il doit nous imprégner, nous modeler assez profondément pour s'imposer à nous. Il n'y a pas d'âge pour se conduire dignement, ni de circonstances qui vaillent ». Aya Cissoko et Marie Desplechin ont écrit l’histoire de la première, championne du monde de Boxe française et anglaise. La compagnie (Mic)zzaj en a fait un spectacle très particulier. Certes, la vie d’Aya Cissoko est marquée d’évènements dramatiques et douloureux. Mais c’est... [Lire la suite]
Posté par onarretetout à 07:45 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,
06 mai 2018

Poètes en Résonances, avril 2018

C’est une anthologie de la poésie syrienne contemporaine que la Compagnie Résonances et Seyhmus Dagtekin présentaient en invitant, le vendredi 27 avril 2018, Saleh Diab. Comme toute anthologie, bien sûr, la sélection réalisée par Saleh Diab dans l’ouvrage publié par le Castor Astral est le résultat d’un choix. On n’y trouve ni Maram Al Masri ni Omar Youssef Souleimane, ni même Salwa Al Neimi, ces deux derniers entendus pour la première fois dans ce même lieu. Mais on y découvre d’autres noms. Et c’est une lecture à deux voix qui... [Lire la suite]
Posté par onarretetout à 07:59 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,