22 août 2017

Djam, film de Tony Gatlif

Pour réparer un bateau qui ne transporte plus de touristes, un homme (Simon Abkarian) envoie sa belle-fille en Turquie. Elle doit en rapporter une bielle qu’on ne produit pas en Grèce, et des couteaux et, au retour, passer par la maison de ses grands-parents. Djam (Daphné Patakia) semble n’avoir peur de rien et connaître Istanbul comme si elle y était chez elle. Pourtant, c’est en France qu’elle a vécu son enfance, comme elle le dit à cette jeune Française (Maryne Cayon) sans argent ni papiers qu’elle rencontre par... [Lire la suite]
Posté par onarretetout à 07:56 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

11 août 2017

Paroles de cendre, par la Compagnie Delagare

Une voix sort de nulle part, dans le sous-sol d’un bâtiment un peu à l’écart, sous les bureaux, près d’une cuisine dont le carrelage blanc est couvert de dessins. Une voix sort de la grisaille qui recouvre tout : la guitare, la contrebasse, les sièges des spectateurs. Une voix que rien ne parvient à étouffer, qui résiste. À qui ? C’est peu à peu que nous comprendrons ce qui se joue dans ce sous-sol : un homme, qui dit croire en l’homme, en l’humanité, a été mis à l’épreuve. Comme Job. Mais sans Dieu, sans un Dieu qui le mettrait à... [Lire la suite]
Posté par onarretetout à 07:40 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,
04 août 2017

Chalon dans la rue 2017 (5)

Despuès… - Cie La Belle Image La Belle Image fête son vingtième anniversaire, l’occasion de rappeler des souvenirs à celles et ceux qui les ont vus dans Diabladas Corps soufflants, mais aussi d’essayer de nouveaux pas. Car cette fanfare latino ne se contente pas de jouer des airs entraînants, elle met les corps des musiciens à l’épreuve : transporter, déplacer, aligner, entasser, mettre en cercle des caisses et des caisses, y monter, en descendre, traverser le public, transmettre cette énergie dont on se dit qu’elle n’a pas de fin.... [Lire la suite]
Posté par onarretetout à 08:23 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,
14 juin 2017

Guinguettes et Compagnies 2017 - (2)

Après vous avoir présenté quelques aspects de la déco, voici quelques images du samedi. La pluie a bien tenté de perturber le début de la soirée, mais n'a finalement pas empêché que tous les spectacles aient lieu. En voici quelques-uns.   Cie des quat'saisons, l'arbre nomade   Cie les Cracottes, M. et Mme Bonheur Le petit train des Guinguettes Pont népalais de l'activité Spéléo Les frères Carton, Le réveil des vilains  Fabrication maison - Espace Ludothèques Cie cîrconflexe, Télé-friction Cie 3... [Lire la suite]
Posté par onarretetout à 07:30 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,
26 mai 2017

Chorus, chorégraphie de Mickaël Phelippeau

Une cantate de Bach, Nicht so traurig, nicht so sehr, moins d’une minute. Mickaël Phelippeau la ralentit, l’accélère, la fait tourner, lui imprime d’autres rythmes (pop, folklorique…), la situe dans une salle de gym, répartit les interprètes dans les gradins où est assis le public, la traduit façon karaoké… Il en respecte pourtant toute la musicalité, bien qu’il désarticule l’ensemble vocal qui l’interprète. Chaque moment est une surprise : de l’arc de cercle bien ordonné au mélange des emplacements, que chacun chante une syllabe à... [Lire la suite]
Posté par onarretetout à 07:33 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,
16 mai 2017

Quatorze auteurs pour 14-18, par Philippe Forcioli

C’est avec simplicité que Philippe Forcioli nous présente quatorze auteurs pour évoquer la guerre de 14-18. Une simplicité qui veut seulement dire les choses, comme elles se passent, comme elles ont été vécues. Et ça commence avec les discours à l’Assemblée Nationale après l’assassinat de Jaurès. Par sa diction même, il tente de nous restituer, sans fioritures, l’état d’esprit qui régnait à cette époque. Un hommage à Jaurès, applaudi à l’Assemblée, et l’entrée dans la guerre, tout autant applaudi. Et puis la guerre, celle où l’on... [Lire la suite]
Posté par onarretetout à 08:16 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

07 mai 2017

L'autre côté de l'espoir, film de Aki Kaurismäki

D’une cale pleine de charbon où il a été caché par un homme d’équipage, sort Khaled, un Syrien d’une trentaine d’années arrivé en Finlande où il va, immédiatement après une douche, demander l’asile. Il se lie avec un autre exilé qui lui conseille de sourire, mais pas dans la rue parce qu’on le prendrait pour un fou. Comment sourire quand l’asile est refusé et que Khaled, plutôt que de repartir en Syrie, choisit de dormir dans un local à poubelles où le trouvera Wikhström, un homme d’environ cinquante ans qui vient de quitter sa... [Lire la suite]
Posté par onarretetout à 07:49 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,
23 avril 2017

L’écorce des songes, poèmes de Antemanha

L’invitation qui nous est faite de nous laisser aller à la rêverie ne consiste pas à nous abstraire de la réalité. Les rêves se déroulent devant nous avec leur musique, des sons enregistrés, des mots décrochés de leurs phrases « fou, pas fou », des oiseaux, le son du cor de basset et du bansuri, souffles extraits des profondeurs. Profondeurs des reliefs enfouis d'une Méditerranée débondée qu’on traverserait à pied pour aller en Afrique. L’eau des rives des rêves ayant manqué revenue dans l’encrier, se mêlant à toutes... [Lire la suite]
Posté par onarretetout à 07:41 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,
02 avril 2017

Lettres en vol

C’est dans le cadre du Printemps des poètes, dans le sous-sol d’un bar nommé « La pomme d’Ève », à Paris, que j’ai entendu, et découvert, quelques poètes : France Burghelle Rey, Pascal Mora, Mona Gamal El Dine, Claudine Bohi, Germain Roesz, Roberto Reséndiz Carmona venu du Mexique, puis Sylvestre Clancier a évoqué dans un poème Gaston Miron, et Rocío Durán-Barba a conclu en présentant son livre en hommage à Nelson Mandela. Arnaud Delpoux accompagnait au piano et à la guitare ces lectures. J’y reviendrai.
Posté par onarretetout à 07:35 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,
01 avril 2017

Tigran Hamasayan au Trianon

La salle est pleine, impatiente. Et, dès qu’il est assis devant son piano, Tigran Hamasyan nous emporte dans ses notes légères, ou dans ses rythmes sidéraux, sa voix qui s'élève quand il sort la tête des notes blanches et noires du clavier, des souffles, des percussions vocales, et à nouveau les envolées subtiles ou magnifiques. Nous planons dans une musique qui sait parler du silence, dans des images qui jonglent avec la lumière. Nous planons, nous plongeons, ses mains sont sans violence et trouvent sur les cordes du piano des... [Lire la suite]
Posté par onarretetout à 07:45 - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags :