20 février 2018

Dominique Quelen, à la rencontre poétique chez Tiasci - Paalam, en février 2018

« Pas d’oiseau dans la neige ». Les mots disent-ils l’image ? S’agit-il des pas d’un oiseau dans la neige ? Le sens du dessin qu’y laissent les trois doigts est alors le contraire du sens de leur marche. Ou s’agit-il de constater qu’il n’y a pas d’oiseau dans la neige ? La réalité du poète est faite de mots. Car il cherche à exprimer l’indicible. Dominique Quelen parle de Loque, recueil qu’il a écrit quand il « était une loque », dit-il. Précisant qu’une loque, dans le Nord, c’est aussi une serpillière. Et que... [Lire la suite]
Posté par onarretetout à 08:04 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

26 décembre 2017

Hommage à Barbara à la Philharmonie de Paris

Magnifique concert donné par Jeanne Cherhal et Bachar Mar-Khalifé à la Philharmonie de Paris, dans le cadre de l’exposition consacrée à Barbara (jusqu’au 28 janvier). Et que vous pouvez écouter et regarder encore pendant presque un an sur Culturebox. Deux pianos et deux interprètes qui vous feront vivre une heure extraordinaire. Une main, deux, trois, quatre mains. Les musiques de la Femme-piano prennent ici une ampleur étonnante, tantôt battant comme un souffle régulier, l’émotion retenue, tantôt explosant  dans le jeu et le... [Lire la suite]
Posté par onarretetout à 08:18 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,
21 décembre 2017

Rencontre poétique chez Tiasci - Paalam en décembre 2017

Pour la dernière rencontre de l'année 2017, chacun.e était invité.e à lire ou dire un texte ou deux de sa création ou de ses lectures du moment. Tous n'ont pas pu prendre la parole devant les autres, par manque de temps, mais, comme chaque mois, l'ambiance était propice à l'échange.               
Posté par onarretetout à 08:09 - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : ,
27 novembre 2017

Nocturnes, cinq nouvelles de musique au crépuscule, de Kazuo Ishiguro

Cinq nouvelles de musique. La première et la dernière ont pour scène  la piazza à Venise. La deuxième est dans un appartement londonien. La troisième dans les collines de Malvern. La quatrième dans un hôtel de Beverly Hills. Et toujours, la musique accompagne notre lecture : guitare, saxophone, violoncelle, voix. Et des ambitions ou des désirs dont on se dit que ce serait bien qu’ils se réalisent mais… Car on pressent qu’il y aura des « mais… » L’écriture de Kazuo Ishiguro nous emmène sans en avoir l’air vers quelque... [Lire la suite]
Posté par onarretetout à 08:17 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,
22 août 2017

Djam, film de Tony Gatlif

Pour réparer un bateau qui ne transporte plus de touristes, un homme (Simon Abkarian) envoie sa belle-fille en Turquie. Elle doit en rapporter une bielle qu’on ne produit pas en Grèce, et des couteaux et, au retour, passer par la maison de ses grands-parents. Djam (Daphné Patakia) semble n’avoir peur de rien et connaître Istanbul comme si elle y était chez elle. Pourtant, c’est en France qu’elle a vécu son enfance, comme elle le dit à cette jeune Française (Maryne Cayon) sans argent ni papiers qu’elle rencontre par... [Lire la suite]
Posté par onarretetout à 07:56 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,
11 août 2017

Paroles de cendre, par la Compagnie Delagare

Une voix sort de nulle part, dans le sous-sol d’un bâtiment un peu à l’écart, sous les bureaux, près d’une cuisine dont le carrelage blanc est couvert de dessins. Une voix sort de la grisaille qui recouvre tout : la guitare, la contrebasse, les sièges des spectateurs. Une voix que rien ne parvient à étouffer, qui résiste. À qui ? C’est peu à peu que nous comprendrons ce qui se joue dans ce sous-sol : un homme, qui dit croire en l’homme, en l’humanité, a été mis à l’épreuve. Comme Job. Mais sans Dieu, sans un Dieu qui le mettrait à... [Lire la suite]
Posté par onarretetout à 07:40 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

04 août 2017

Chalon dans la rue 2017 (5)

Despuès… - Cie La Belle Image La Belle Image fête son vingtième anniversaire, l’occasion de rappeler des souvenirs à celles et ceux qui les ont vus dans Diabladas Corps soufflants, mais aussi d’essayer de nouveaux pas. Car cette fanfare latino ne se contente pas de jouer des airs entraînants, elle met les corps des musiciens à l’épreuve : transporter, déplacer, aligner, entasser, mettre en cercle des caisses et des caisses, y monter, en descendre, traverser le public, transmettre cette énergie dont on se dit qu’elle n’a pas de fin.... [Lire la suite]
Posté par onarretetout à 08:23 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,
14 juin 2017

Guinguettes et Compagnies 2017 - (2)

Après vous avoir présenté quelques aspects de la déco, voici quelques images du samedi. La pluie a bien tenté de perturber le début de la soirée, mais n'a finalement pas empêché que tous les spectacles aient lieu. En voici quelques-uns.   Cie des quat'saisons, l'arbre nomade   Cie les Cracottes, M. et Mme Bonheur Le petit train des Guinguettes Pont népalais de l'activité Spéléo Les frères Carton, Le réveil des vilains  Fabrication maison - Espace Ludothèques Cie cîrconflexe, Télé-friction Cie 3... [Lire la suite]
Posté par onarretetout à 07:30 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,
26 mai 2017

Chorus, chorégraphie de Mickaël Phelippeau

Une cantate de Bach, Nicht so traurig, nicht so sehr, moins d’une minute. Mickaël Phelippeau la ralentit, l’accélère, la fait tourner, lui imprime d’autres rythmes (pop, folklorique…), la situe dans une salle de gym, répartit les interprètes dans les gradins où est assis le public, la traduit façon karaoké… Il en respecte pourtant toute la musicalité, bien qu’il désarticule l’ensemble vocal qui l’interprète. Chaque moment est une surprise : de l’arc de cercle bien ordonné au mélange des emplacements, que chacun chante une syllabe à... [Lire la suite]
Posté par onarretetout à 07:33 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,
16 mai 2017

Quatorze auteurs pour 14-18, par Philippe Forcioli

C’est avec simplicité que Philippe Forcioli nous présente quatorze auteurs pour évoquer la guerre de 14-18. Une simplicité qui veut seulement dire les choses, comme elles se passent, comme elles ont été vécues. Et ça commence avec les discours à l’Assemblée Nationale après l’assassinat de Jaurès. Par sa diction même, il tente de nous restituer, sans fioritures, l’état d’esprit qui régnait à cette époque. Un hommage à Jaurès, applaudi à l’Assemblée, et l’entrée dans la guerre, tout autant applaudi. Et puis la guerre, celle où l’on... [Lire la suite]
Posté par onarretetout à 08:16 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,