24 juillet 2019

Penser avec Leslie Kaplan

« Oui, se dit Jean-Pierre Millefeuille, oui mais il y a beaucoup de façons de tuer. Il fut étonné de cette pensée, essaya de la comprendre, ne réussit pas, la tourna plusieurs fois dans sa tête, en se disant, Intéressant, très intéressant, renonça. Mais la pensée restait là, collée. Il reprit Macbeth. Après un meurtre plus rien n’est comme avant. » Voilà ce qu’on peut lire dans le livre de Leslie Kaplan, Millefeuille. J’y suis arrivé par Désordre, et les « crimes du XIXe siècle ». Et j’ai trouvé, dans Les... [Lire la suite]
Posté par onarretetout à 08:15 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

22 juillet 2019

Christophe Manon, à la rencontre poétique chez Tiasci Paalam, en juillet 2019

Si vous lisez régulièrement ce blog, vous y avez déjà rencontré le nom de Christophe Manon : Vie et opinions de Gottfried Gröll et Pâture de vent. Ici, nous l’avons entendu, nous avons vu comment le texte entre en mouvement lorsqu’il le prononce. C’est comme s’il l’appelait, comme si chaque mot, écrit, devait retrouver le chemin du corps pour se faire entendre. Le commencement, plusieurs fois, est convoqué devant nous, et pourtant, on mesure qu’il nous est antérieur. Christophe est un homme de la langue. Il dit : « Je ne... [Lire la suite]
Posté par onarretetout à 07:35 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,
14 juillet 2019

Ellis Island, de Georges Perec

Ellis Island, c’est un lieu où Georges Perec et Robert Bober, sur une idée de ce dernier, sont venus tourner un film à la fin des années 70, film qui fut diffusé en deux parties : « l’île des larmes » et « mémoires ». Le titre du film : « Récits d’Ellis Island, Histoires d’errance et d’espoir ». Ellis Island, c’est une île par où tous les candidats à l’immigration en Amérique passaient avant de mettre le pied à New York. Entre 1892 et 1924, près de seize millions de personnes y ont transité ; 2 à 3%... [Lire la suite]
Posté par onarretetout à 08:29 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
09 juillet 2019

L'exil n'a pas d'ombre, de Jeanne Benameur

L’exil, Jeanne Benameur l’a connu enfant, et ses livres, souvent, explorent ces départs, ces arrivées, ces chemins dont on ne sait pas toujours où ils vont mais dont on garde le souvenir de l’origine. Dans ce livre, une femme quitte son village, une femme dont on ne dit rien du père et dont on saura peu de la mère. Elle est celle qui lit, celle dont les autres ont déchiré le livre et qui marche. Un homme la suit, effaçant de ses pas les pas de la femme, effaçant le chemin du retour que, de toute façon, elle ne veut pas prendre. Lui,... [Lire la suite]
Posté par onarretetout à 07:30 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,
08 juillet 2019

Le soin est un humanisme, de Cynthia Fleury

« L’homme, écrivait Jean-Paul Sartre, est responsable de tous les hommes ». Pour Cynthia Fleury, il s’agit de prendre soin, de soi et des autres, tel est l’humanisme. La vulnérabilité de l’être humain est liée à son autonomie. Guérir un malade n’est pas le remettre dans son état précédent, c’est le rendre à nouveau « capacitaire », c’est-à-dire lui « redonner aptitude et souveraineté » dans ce qu’il est. Pour cela, il faut considérer le soin comme une « élaboration imaginative », terme... [Lire la suite]
Posté par onarretetout à 08:28 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
04 juillet 2019

Le drame de l'enfant doué, d'Alice Miller

D’abord, il faut dire deux mots sur le titre : la notion d’enfant doué fait ici référence à l’enfance de Hermann Hesse. À la page 88, après avoir cité des extraits de livres de l’écrivain, Alice Miller conclut : « Et l’on aboutit  à cette situation apparemment paradoxale : des parents qui sont fiers de leur enfant doué, et même l’admirent, sont entraînés par leur propre détresse à repousser, brimer, voire détruire, justement ce qu’il y a de meilleur en lui, parce que de plus authentique ». C’est  la seule fois où... [Lire la suite]
Posté par onarretetout à 07:50 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

03 juillet 2019

Caverne (extraits), de Makenzy Orcel

Extraits du recueil de Makenzy Orcel, j’ai imbriqué deux poèmes, celui qui paraît à la page 17 et celui qui paraît à la page 27 de cette édition de la Contre allée. futur où tu ne seras qu’une merqui n’a jamais connu l’épouvantela grandeurl’amer profond de ses rivesla pire des abyssess’illumine depuis le non-frayé  puisses-tu être l’acuité de l’oeil traqueurl’inabouti fermé dans ton poing d’eauet le sommeil profond de la cible abattue entendre gronder le fleuve de ton sangpars de ce que tu esles galops de ta soifloin de ces... [Lire la suite]
Posté par onarretetout à 08:02 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,
01 juillet 2019

Le jour où mon père s'est tu, de Virginie Linhart

C’est par une absence au repas de famille, organisé par le grand-père, que commence le livre. Robert, le père de Virginie Linhart, n’y est pas et personne ne dit pourquoi. Le silence dès la première page. Silence familial, silence dont on lira plus loin qu’il s’étend sur plusieurs générations. Mais ici, Virginie interroge le silence de son père, survenu après une tentative de suicide en 1981. Cet homme dont les proches disent qu’il était, avant ce silence, brillant, intelligent, voire « méchant » dans sa vie militante.... [Lire la suite]
Posté par onarretetout à 08:04 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
30 juin 2019

Le Cid en 4eB, de Véropée

Il y a quelques années, Mathilde Levesque a publié Figures stylées, un livre où elle expliquait des expressions de ses élèves en les interprétant assez justement comme des figures de style, un de ces procédés qui agit sur le sens ou la sonorité et auxquels on a attribué des noms (anaphore, pléonasme, etc.). Une autre prof vient de publier Le Cid en 4eB, une bande dessinée qui nous fait redécouvrir la pièce de Corneille, dans une classe d’aujourd’hui aux préoccupations, au premier abord, très éloignées du dilemme cornélien. Toutes... [Lire la suite]
Posté par onarretetout à 08:13 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,
29 juin 2019

USA - France : 2-1

Il y a deux jours, vous avez pu lire dans ce blog ces mots : « D’autant qu’il y a un match qui commence à la télé. Je suis sûr que vous aussi vous allez le regarder. Vous penserez à moi quand vous verrez le stade. Ils seront vingt-deux gugusses à cavaler dessus. Dites-vous que nous, on serait près de 1600 sur le même terrain. Et pour un peu plus longtemps qu’une heure et demie. » C’était une parole de détenu portée par Philippe Claudel. Le match a eu lieu hier, un quart de finale qui opposait l’équipe des États-Unis et celle... [Lire la suite]
Posté par onarretetout à 08:22 - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , , ,