28 février 2017

La tour de Babylone, de Ted Chiang

Après L’histoire de ta vie, je suis revenu au livre de Ted Chiang qui s’ouvre avec La tour de Babylone, où le ciel est une sorte de plafond retenant des masses d’eau qui descendent parfois quand s’ouvrent les vannes de la pluie : la tour peut-elle donc atteindre le ciel ?  Plusieurs nouvelles se suivent où je retrouve d’abord l’intérêt de l’auteur pour le langage et pour les sciences. Il explore aussi les croyances sous l’angle du savoir. En d’autres termes : qu’est-ce qui se passe si on pousse le plus loin possible la... [Lire la suite]
Posté par onarretetout à 08:01 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

27 février 2017

POÉTIQUE : REMARQUES, de Jacques Roubaud - février 2017

« Ce volume rassemble un demi-siècle de réflexions dans une forme particulière de prose que j’appelle remarques. », écrit Jacques Roubaud. Il ajoute qu’il se compose de 15 sections de 317 remarques chacune. 317 étant un nombre premier, comme l’est aussi 2017, ce sera notre rendez-vous mensuel : vous trouverez, chaque mois, quelques-unes des remarques de Jacques Roubaud dans ce blog, précédées du numéro qu’elles ont dans le livre. 344. La poésie ne dit pas le vrai, et ne dit pas le beau, le bon, le juste, etc. puisqu’elle... [Lire la suite]
Posté par onarretetout à 08:23 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,
18 février 2017

Intraduisibles

Michèle Bernard, dans son anthologie présentée dans ce blog ici, chante Qui a volé les mots ? Le refrain dit : Au voleur, au voleur, au voleur !  Qui a volé les mots, qui a volé les mots ? Encore ces Français quel culot, voler les mots !  Regarde ils en ont plein la bouche, plein les poches De tous ces mots piqués partout, Tu crois pas qu'c'est moche ?Voler des mots sans en avoir l'airEt les coller en douce dans son dictionnaireVoler les mots sur toute la planèteAh vraiment ces Français sont pas... [Lire la suite]
Posté par onarretetout à 07:40 - Commentaires [3] - Permalien [#]
Tags : ,
14 février 2017

Continuer, de Laurent Mauvignier

Un verbe à l’infinitif, ce n’est pas un état, c’est plutôt une injonction. Et, puisque le premier chapitre de ce livre nous transporte d’entrée dans les montagnes kirghizes, nous sentons bien qu’il y a une rupture, la fin de quelque chose. C’est dans les pensées, les souvenirs, les rêves de Sibylle et de Samuel, son fils, que nous apprendrons à marcher avec les chevaux. Nous sommes tenus par le licol. Quand ils renâclent, nous le sentons ; quand ils jouent, nous sommes contents. Et nous ne comprenons que peu à peu les enjeux de... [Lire la suite]
Posté par onarretetout à 07:48 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
10 février 2017

Refonder, de Fred Griot

Un journal. Fred Griot. Une rencontre. Au café afghan, chez Karole. Pour présenter un livre, édité par « Le Dernier Télégramme » : près de 1000 pages suivant le fil de 25 années. Nous sommes quelques-uns, c’est encore le mois de janvier, le froid, la grippe. Et je suis arrivé le premier, occasion de faire connaissance avec l’auteur, avec l’homme. Une première publication avait eu lieu chez publie.net sous le même titre. Mais, cette fois c’est une course d’endurance. Ou bien la chance de pouvoir lire un peu ici et un peu... [Lire la suite]
Posté par onarretetout à 07:59 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,
09 février 2017

Traverses, de Jean-Claude Pirotte

« Il n’y a rien de plus ingrat que la tenue d’un journal ». De Jean-Claude Pirotte, je n'avais rien lu avant ce carnet intitulé Traverses. Une année de lutte intime contre une maladie très invalidante et contre une société en perte de dignité. Une année, de juin 2010 à juin 2011, tandis que le président de la République française a pour nom Sarkozy, « petit roi d’une principauté élyséenne, ignorant sans doute quel sens donner à l’Élysée, au mot élysée, à l’adjectif élyséen. Il ne s’agit même plus de détourner les... [Lire la suite]
Posté par onarretetout à 08:23 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

06 février 2017

Ma bibliothèque - Lire, écrire, transmettre -, de Cécile Ladjali

Quand elle présente sa bibliothèque, Cécile Ladjali indique que celle-ci est adossée à un mur de pierre et que la porte d’entrée se trouve en son milieu. Imaginant cette situation, j’ai pensé que cette bibliothèque était un mur. La traverser n’était pas chose aisée. Y étions-nous vraiment invités ? D’autant qu’il fallait aussi franchir les pages du livre où elle énumérait les auteurs et les titres de sa bibliothèque. Puis des visages sont apparus : Virginia Woolf, Emily Dickinson, Charles Baudelaire, Dostoïevski, Ingeborg Bachmann,... [Lire la suite]
Posté par onarretetout à 08:21 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
31 janvier 2017

Appels d’air ! avec la Maison des Écrivains et de la Littérature

Quatre rencontres fin janvier 2017 pour la 10e édition des Enjeux contemporains. Le programme du 27 janvier annonçait plusieurs auteurs dont j’avais déjà lu quelques livres, et d’autres dont je n’avais encore rien lu : Mathieu Brosseau, Dominique Quelen, Fabien Clouette, Christophe Manon,  Sophie Wahnich, Antoine Mouton, Caroline Hoctan, Colombe Boncenne, Jean-Marc Lanteri, Laurent Gaudé, Ivan Jablonka, Emmanuel Venet. Pas de compte-rendu ici mais des mots entendus qui peut-être disent ce que sont ces enjeux dans un monde... [Lire la suite]
Posté par onarretetout à 08:17 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
25 janvier 2017

trop de monde, de Pierre Mabille

La lecture des Courtes pièces de Noëlle Renaude m’a conduit à celle de trop de monde, de Pierre Mabille, un livre que j’ai acheté il y a six ou sept ans et qui attendait ce moment dans une pile. Comment il en est sorti, je ne saurais le dire, mais on ne lit certains livres que lorsqu’ils sont prêts à l’être.  La forme, d’abord, de ce livre, ce qui m’avait attiré quand je l’ai acheté, c’est une liste de personnages, alignée sur la partie droite de la page de droite du livre ouvert. Liste qui commence par « l’homme à bloc -... [Lire la suite]
Posté par onarretetout à 08:22 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,
24 janvier 2017

Courtes pièces, de Noëlle Renaude

Il y a toujours du monde dans les Courtes pièces de Noëlle Renaude, des vies pas faciles, des engueulades parfois, des gens qui se cherchent, des familles entières, en remontant la généalogie, faite de hasards, de rencontres, peine d’espoirs, « saleté de famille ». Et dans chacune, des individus, tous différents, même si certains ont des chiens, d’autres des aventures criminelles, tous différents. Et ils ont des noms, nombreux les noms, pas ceux inventés par Novarina en quête de nouvelle Genèse, non, ceux d’aujourd’hui et... [Lire la suite]
Posté par onarretetout à 08:15 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,