28 mai 2017

Exercices de poésie pratique, de François Matton

Hier, dans ce blog, j’ai cité le titre d’un chapitre de ce livre (« Soyez l’océan »). Aujourd’hui, je vous en dis un peu plus. C’est le premier livre de François Matton que je lis. Et je me méfie toujours un peu de ceux qui proposent la poésie comme une série d'exercices. Les premières pages de ce livre semblent pourtant annonciatrices d’autre chose : une attitude, une attention, une attente… Et puis, peu à peu, le malaise : confondrait-on poésie et bien-être ? Est-ce cela « habiter poétiquement le monde » ? Non,... [Lire la suite]
Posté par onarretetout à 08:18 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

21 mai 2017

Brigitte Gyr à la Rencontre poétique chez Tiasci - Paalam en mai 2017

C’est avec la musique d’Arnaud Delpoux que commence cette lecture. C’est dans la musique que Brigitte Gyr est née. Si la ville où elle est née n’est plus la même, sa « meilleure chance est / (s)on aptitude à convoquer les morts ». On la voit chercher « à repérer l’origine des choses ». Et les titres de ses livres suffiraient presque à en marquer le chemin : Parler nu, Incertitude de la note juste, Le vide notre demeure, Lettre à mon double au fond du puits… Quand elle nous dit que ses livres sont construits,... [Lire la suite]
Posté par onarretetout à 07:37 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,
15 mai 2017

Fenêtre ouverte / Ventana abierta, anthologie de poésie bilingue sous la direction de Maggy De Coster

Près de cinquante poètes sont réunis dans cette anthologie. Mais ils ne sont pas qu’un bouquet qu’on tiendrait dans une main. Ils sont une fenêtre ouverte. Telle est en effet la volonté de Maggy De Coster, qui les a choisis avec Alexandra Botto pour présenter à l’Université de Nuevo León du Mexique des poètes français et francophones vivants. L’originalité de cette édition est de proposer des poèmes écrits en français et traduits en espagnol. C’est cela qui résonnait à la Maison de l’Amérique latine, à Paris, dans une lecture... [Lire la suite]
Posté par onarretetout à 08:13 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,
12 mai 2017

Chambres, d'Armelle Caron

J’avais lu le livre de Thomas Clerc, Intérieur, et j’en avais visité l’appartement. Aussi, je me suis laissé tenter par une autre aventure : celle des chambres où Armelle Caron a vécu, et dont elle se souvient, le livre en compte cinquante-six. Un petit livre où chaque chambre n’occupe qu’une double page : d’un côté un plan succinct — portes, fenêtres, emplacement du ou des lit(s) —, de l’autre une description en moins de dix lignes et quelques mots pour localiser la chambre. Et on se laisse gagner par l’idée de poursuivre... [Lire la suite]
Posté par onarretetout à 08:28 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
11 mai 2017

Firmin, de Sam Savage

C'est un peu par hasard qu’il naît dans une librairie de Boston, « sur la carcasse effeuillée du chef d’oeuvre le moins lu au monde ». Il est le treizième d’une portée et sa mère n’a que douze mamelles. Mais ce n’est pas seulement ce manque qui motive sa quête. Naître parmi les livres, y apprendre spontanément la lecture, voire l’écriture malgré des membres souvent inadaptés à cette activité, prendre goût aux séances de cinéma d’après minuit dans le quartier parce qu’il y trouve de quoi manger certes, mais aussi le désir... [Lire la suite]
Posté par onarretetout à 07:46 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
10 mai 2017

Inhumaines, de Philippe Claudel

Il y a quelques années, j’ai lu J’abandonne, un roman où, confronté à la mort de sa femme, un homme voulait tout lâcher, dans une société qui fonçait tout droit vers son propre néant, son obscénité. Il va cependant tenter de vivre parce qu’il le doit à sa fille, à présent que la mère de cette enfant est décédée.  Avec Inhumaines (pourquoi ce titre au féminin pluriel ? pour Histoires inhumaines ?), Philippe Claudel semble nous dire que nous y sommes, dans l’obscénité, que le comique du slip de Bigard (qui prétendait faire... [Lire la suite]
Posté par onarretetout à 08:22 - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags :

09 mai 2017

Presque ailleurs, avec Patrick Declerck & Jean-Christophe Quenon (et la complicité de Catherine Riboli)

Il ne se contente pas d’écrire, Patrick Declerck. Il lit, bien sûr, il joue aussi, il vit avec les autres. On l’a présenté comme le psy des clochards de Paris, qu’il a suivis pendant quinze ans, partageant leurs conditions de vie et en témoignant dans des livres, que Guillaume Barbot a mis en scène. C’est ce metteur en scène qui lui fait rencontrer Jean-Christophe Quenon. Et tous deux vont se retrouver après l’opération d’une tumeur au cerveau subie par Patrick Declerck, après laquelle celui-ci écrira Crâne, un roman qui fait entrer... [Lire la suite]
Posté par onarretetout à 07:35 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,
05 mai 2017

Ni bruit ni fureur, de Lucien Suel

C’est une citation de Bernanos qui ouvre ce volume de poésie de Lucien Suel et qui pourrait tout aussi bien accompagner le spectacle écrit et mis en scène par Hugo Paviot et présenté hier dans ce blog : « Ma certitude est que la part du monde encore susceptible de rachat n’appartient qu’aux enfants, aux héros et aux martyrs. » Lucien Suel ici parle, lui aussi, de la guerre :  « Je ne sais pas ce que c’est, la guerre,Je n’ai pas connu la guerre. Mon grand-père a fait la guerreentre 1914 et 1918.Mon père a... [Lire la suite]
Posté par onarretetout à 07:39 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,
03 mai 2017

La nature exposée, d'Erri de Luca

Erri de Luca aborde, dans ce livre, l'énigme du corps et de sa représentation. Il choisit pour cela une sculpture du Christ en croix. C’est pour lui l’occasion de revisiter les préoccupations qui sont les siennes.  Un enfant rencontré à Naples demande au personnage dont nous suivons le récit « Düsseldorf », et celui-ci va lui acheter une carte pour lui montrer où se trouve cette ville alors que la demande était sans doute de l’y emmener. « Je suis un homme qui ne sait pas poser de questions. » Qu’est-ce... [Lire la suite]
Posté par onarretetout à 07:35 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
29 avril 2017

Paraphrases

Hier, dans ce blog, vous avez pu lire ces mots de Jacques Roubaud : 1242. Pour dire, avoir dit, n’importe quoi, il faut pouvoir redire ce qu’on a dit autrement qu’on ne l’avait dit antérieurement.1244. Pour dire, il faut pouvoir paraphraser. La paraphrase est, étymologiquement, une « explication suivant le texte » : paraphraser (verbe dérivé du mot paraphrase ; on dit aussi faire des paraphrases), c'est donc reprendre les éléments d'un texte, mais en les formulant différemment, afin d'éclairer,... [Lire la suite]
Posté par onarretetout à 08:02 - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , ,