21 juin 2009

Gwenael Morin - Théâtre Permanent aux Laboratoires d'Aubervilliers

Début 2005 la Compagnie de Gwenael Morin jouait dans une installation de Thomas Hirschhorn au Centre Culturel Suisse, Swiss-Swiss Democracy, à propos de quoi le Directeur du CCS de l’époque écrivait : « Cet environnement, qui ne laisse personne indifférent, bombarde et produit des multitudes d’éléments qui incitent le visiteur à penser : le journal de Thomas Hirschhorn produit tous les jours et qui sort à 15h ; les conférences à 16h du philosophe Marcus Steinweg sur la démocratie, l’art et la politique, le sujet de la précipitation,... [Lire la suite]
Posté par onarretetout à 08:49 - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : ,

16 juin 2009

Rouge, au Café Curieux

Une exposition vient de commencer au Café Curieux de Morsang sur Orge (Essonne) : Rouge. Tout l’espace est habité par l’esprit des déportés de toute l’histoire de l’humanité. Il ne s’agit pas d’œuvres juxtaposées, mais bien d’un parcours qui vous embarque dès la vitre du Café Curieux où coule le rouge du titre pour former la rivière, le fleuve, l’océan sur lesquels vont les bateaux, rouges bien sûr, des ateliers, des écoles. Des mots au mur, la sinuosité d’une ligne au sol, je pense au flot du sang dans les veines, mais l’abondance... [Lire la suite]
Posté par onarretetout à 08:18 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,
11 juin 2009

Ecrire en pays dominé, de Patrick Chamoiseau - 4

De Chamoiseau : vivre-écrire dans un monde-relié Francis Ponge écrit qu’on « ne sort pas de l’arbre par des moyens d’arbre ». Une idée du collectif, ou plutôt du divers, peut ici émerger. Il y a chez Patrick Chamoiseau (et pas seulement chez lui), une idée en archipel, une pensée archipélique. Je l’ai évoquée après ma visite de l’exposition Kreyol Factory à La Villette (voir dans ce blog le 17 avril). L’île peut être vécue comme une prison : c’est oublier que la mer, qui sera parfois un obstacle... [Lire la suite]
Posté par onarretetout à 08:03 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,
07 juin 2009

In Memoriam, de Stéphane Audéguy

Paris en toutes lettres, un nouveau festival. Beaucoup de propositions. Bien sûr, pas possible d’aller partout. Que des regrets. A propos de regrets (éternels), je suis allé écouter Thomas Fersen lire In Memoriam de Stéphane Audéguy. D’abord, c’était au Centquatre,un lieu culturel que je ne connaissais pas, dans Paris, au Nord-Est, architecture qui m’a rappelé celle de Noisiel (briques, métal, verrières, bois) , ancien emplacement du Service Municipal des Pompes Funèbres (où, mieux qu'en cet endroit, pouvait-on écouter ce texte ?),... [Lire la suite]
Posté par onarretetout à 08:20 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,
21 mai 2009

Paris chromatique

Allant voir un spectacle au Lucernaire, 53 rue Notre-Dame-des-Champs (Paris VIe), j’ai découvert une exposition qui devait se terminer très prochainement, le 24 mai, et qui est prolongée jusqu'au 6 juin. Une très belle idée de travail sur les couleurs, associant un ou une passant(e), une façade, la localisation. Si bien que nous sommes sollicités à plus d’un titre : pour qui connaît les quartiers parisiens, c’est une nouvelle vision de l’environnement ; pour qui ne connaît pas Paris, c’est le plaisir des couleurs,... [Lire la suite]
Posté par onarretetout à 08:29 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,
17 avril 2009

Kreyol Factory

Quand les colons européens parvinrent aux Antilles, ils trouvèrent des Caraïbes, des survivants arawaks. Débarquant, le premier geste de ces "Découvreurs" fut de reproduire l'esprit-village continental : planter drapeau et croix, prendre possession du sol, nommer, poser chapelle, dresser fortins, installer une souche de peuplement. Cette pratique s'opposera à celle des Caraïbes. Pour ces derniers, les îles n'étaient pas des isolats, mais les pôles d'un séjour archipélique au long duquel, de rivage en rivage, au gré des... [Lire la suite]
Posté par onarretetout à 07:59 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

10 avril 2009

Calder à Beaubourg

Calder est exposé à Paris. Sur deux étages. Il fallait bien ça ! L’obsession de cet artiste dont on connaît surtout les mobiles (souvent sans savoir qu’ils sont de lui), c’est justement le mouvement. Très tôt, il s’intéresse aux sportifs et au cirque. Par le dessin, puis par la fabrication de petits mécanismes actionnés à la main. Il crée, au milieu des années 1920, des personnages en fils de fer, bouchons de liège, tissus divers, et donne, dès qu’il arrive à Paris en 1927, des représentations de son Cirque Calder chez lui.... [Lire la suite]
Posté par onarretetout à 08:16 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
03 avril 2009

Jephan de Villiers

Son pays, c’est l’Arbonie. Jephan de Villiers dit être « au bord du monde ». Visiter une de ses expositions, c’est être à la lisière de ce monde. Petits personnages aux grands yeux étonnés, bouche ouverte, vêtus d’une feuille tombée en automne ou d’un morceau d’écorce, ils sont le peuple de la forêt, ils sont des milliers, fragiles, vivants. Parfois ils ouvrent leurs ailes, parfois ils semblent empêchés dans leurs mouvements. Ils portent des morceaux d’une histoire accessible à ceux qui savent s’arrêter pour regarder, des messages... [Lire la suite]
Posté par onarretetout à 07:02 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,
29 mars 2009

Rencontrer Gilles Clément

Une rencontre avec Gilles Clément laisse des traces, toujours. Quand on l’a entendu présenter sa conception de la nature, de la diversité, du « jardin planétaire », du « jardin en mouvement », du « tiers paysage », on ne peut plus observer les plantes, les paysages, comme avant. On cherche à en savoir plus. On va voir le Parc André Citroën à Paris, le Parc Matisse à Lille, l’abbaye de Valloires en Picardie, le jardin du musée Branly à Paris. On visite l’exposition du «Jardin planétaire» (c’était fin 1999), « Airs de Paris » (en 2007).... [Lire la suite]
Posté par onarretetout à 08:47 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,
04 mars 2009

Sophie Ristelhueber

« Et l’on n’ose pas croire que la substance de ce vaste monde est réservée à la mort et à la ruine, lorsqu’on voit de telles masses de terre prêtes à s’écrouler ! Que, si les vents ne reprenaient haleine, nulle force ne pourrait arrêter la chute des choses, ni les ramener en arrière dans cette course à la mort. Mais comme tour à tour ils reprennent haleine et redoublent de violence, comme ils se forment et reviennent à la charge puis sont repoussés et battent en retraite tour à tour, la terre, grâce à ce jeu, menace plus souvent ruine... [Lire la suite]
Posté par onarretetout à 08:24 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,