07 septembre 2009

Patti Smith

J’écoute Patti Smith. Visité son exposition il y a un peu plus d’un an à la Fondation Cartier. Souvenirs de certaines images, Arthur Rimbaud, photos, une cellule de prison contenant un lit et dont les murs sont couverts de mots, phrases, une pierre dans une vitrine provenant de la rivière où s’est noyée Virginia Woolf, et surtout, la Mer de Corail, salle dédiée à la mémoire de Robert Mapplethorpe, où nous restons assis à contempler la mer devant nous, à penser à des gens, à penser à des morts, bercés par le mouvement, à penser à... [Lire la suite]
Posté par onarretetout à 08:18 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

19 août 2009

Ecritures silencieuses

Les tablettes non déchiffrées de Rapa Nui (l’Ile de Pâques) sont là, devant nos yeux, au sortir de l’ascenseur. Ecritures silencieuses, tel est le titre de l’exposition à l’Espace Culturel Louis Vuitton, à Paris (jusqu’au 23 août). Seize artistes proposent une œuvre en résonance avec ces tablettes. Quelques phrases sur quelques-uns et ce qu’ils m’évoquent. Marco Nereo Rotelli est le premier, dans la vitrine de la rue Bassano, à déployer les signes de ces tablettes mystérieuses en les associant à des mots de poètes, affichant ainsi... [Lire la suite]
Posté par onarretetout à 08:11 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,
17 août 2009

Au féminin, au Centre Culturel C. Gulbenkian

Le Centre Culturel Calouste Gulbenkian expose jusqu’au 29 septembre 140 photos de 100 femmes photographes. Un évènement, d’abord, parce que cette exposition nous fait parcourir 160 ans, 5 continents, et qu’elle est entièrement consacrée à « la féminité en tant qu’objet et sujet ». Mais assez avec les chiffres. Il y a les personnalités, stars ou femmes du monde (Marilyn Monroe photographiée par une femme, Virginia Woolf par Gisele Freund, pour ne citer qu’elles), les photographes dont on a déjà entendu le nom ou peut-être vu des... [Lire la suite]
Posté par onarretetout à 08:07 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,
04 août 2009

De visage en visage

Il y a quelques jours (les 26 et 27 juillet), il était question ici d'Art Singulier. Et, notamment dans l'article consacré à Michel Macréau, j'écrivais : "On le dit précurseur de l’art urbain, on ne saurait le ranger dans quelque genre que ce soit, et sans doute pas dans l’art brut."A propos de l'art urbain (on le nomme street art ici ou là parce que sans doute ça fait mieux, américain), une exposition de la Fondation Cartier propose "Né dans la rue". Mais j'ai trouvé un blog dont l'auteur, Dandylan, parlant de... [Lire la suite]
Posté par onarretetout à 08:01 - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : ,
30 juillet 2009

Musée Nicéphore Niépce de Chalon sur Saône

J’ai découvert le Musée Nicéphore Niépce de Chalon sur Saône, un bel espace où, d’une pièce à l’autre, on voit évoluer les techniques de la photographie. La lumière, la chimie, le cadrage, les appareils, les procédés, la chambre noire, etc. tout ce qui nous est présenté donne à réfléchir à notre rapport à la photographie. Des techniques qui se succèdent, la recherche de la représentation du réel, la place du regardeur, le Musée de Chalon nous invite, pas à pas, à la découverte de nous-mêmes. Le temps ne s’est pas arrêté à... [Lire la suite]
Posté par onarretetout à 08:42 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,
27 juillet 2009

Michel Macréau

Qu’ont-ils en commun, Anselme Boix-Vives et Michel Macréau, excepté le fait d’être exposés en même temps à la Halle Saint Pierre ? Le second est mort à 60 ans, âge auquel le premier s’est mis à peindre. Leurs vies ont été très différentes, mais la biographie ne suffit pas à déterminer les critères artistiques. La signature d’Anselme Boix-Vives s’écrit en toutes lettres, celle de Michel Macréau se limite souvent à ses deux initiales. Le premier est exposé dans une salle obscure et chaque tableau est éclairé avec précision, le second... [Lire la suite]
Posté par onarretetout à 08:31 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

26 juillet 2009

Anselme Boix-Vives

Anselme Boix-Vives raconte qu’il a vu dans la lune, lorsque, enfant, il gardait ses troupeaux en Espagne, tous les êtres qu’il a peints beaucoup plus tard, après toute une vie, après avoir quitté son pays natal pour vivre en France, et y avoir exercé le métier de marchand de primeurs. On doit à cet homme un « manifeste pour la paix mondiale » qui sera négligé par ses destinataires (le Général de Gaulle, la Reine d’Angleterre, le Pape, et même Brigitte Bardot !). En 1962, sa femme meurt, il laisse son commerce à l’un de ses fils et se... [Lire la suite]
Posté par onarretetout à 08:57 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,
24 juillet 2009

Halle Saint Pierre

La Halle Saint Pierre est d’abord un lieu. On pousse la porte au pied de la butte Montmartre et on se trouve dans une grande salle ; à gauche un café dont les tables décorées attirent l’œil, à droite la librairie où je ne me lasse pas de regarder, feuilleter, prendre en mains, reposer, reprendre tel livre (cette fois-là, c’était Jean-Luc Nancy, Résistance de la poésie), découvrir un éditeur (VENUS D’AILLEURS, par exemple). Autant d’invitations à revenir (alors qu’on ne fait qu’arriver). Dès l’entrée, dans ma tête, des parenthèses... [Lire la suite]
Posté par onarretetout à 08:41 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,
23 juillet 2009

L'Arbre des Voyelles, de Giuseppe Penone

Il faut, de temps en temps, prendre le chemin qu’on ne prend jamais. C’est le meilleur moyen de voir ce qu’on n’imaginait pas. C’est ce qui m’est arrivé avec l’Arbre des Voyelles de Giuseppe Penone installé dans le Jardin des Tuileries il y a une dizaine d'années, réplique en bronze d’un arbre abattu par une tempête dans la région de Turin et dont l’artiste a relevé l’empreinte qui lui a permis de réaliser cette sculpture. Alors que les Tuileries, musée de la sculpture à ciel ouvert, présentent des œuvres dont le principal sujet... [Lire la suite]
Posté par onarretetout à 08:25 - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , ,
16 juillet 2009

Au Musée d'Art Moderne en juillet

Une récente visite au Musée d’Art Moderne de la Ville de Paris m’a permis de revoir avec bonheur quelques toiles de Bonnard, des œuvres de Viallat (qui signe quelques vitraux de la cathédrale de Nevers), d’Annette Messager, de Fernand Léger, d'André Breton, de découvrir Bernard Dufour, et surtout, pour cette fois, de revoir des œuvres d’Eugène Leroy. Cette manière et cette matière très particulières qui font trembler la perception de l’image, apparaître des anges ou des corps à la fois bruts et sensuels, un visage où les yeux brûlent... [Lire la suite]
Posté par onarretetout à 08:42 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :