15 juin 2014

Guinguettes et Compagnies 2014 (5)

Plus rien ne bouge, par la Compagnie Désuète Ce spectacle de la Compagnie Désuète, voilà bien longtemps que je le suis. Je l'ai vu à la création, dans une salle d'Animakt, à Saulx-les-Chartreux, dans le cadre du festival Ceux d'en Face. Puis à Paris (MJC Mercoeur), puis à Chalon. Et puis ici, "Plus rien ne bouge". Si j'ai été touché par ce que j'avais vu la première fois, je dois reconnaître que j'ai craint qu'Aurélie Galibourg s'éloigne de son propos initial. Et puis, il y a eu ce moment, ici, entre bois et rivière, où j'ai... [Lire la suite]
Posté par onarretetout à 08:07 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

04 juin 2014

L'autre corps : scène et exhibition

« Nul ne sait ce que peut un corps. » C’est une phrase de Spinoza qui a déjà été commentée et notamment par Gilles Deleuze. Denis Guénoun l’aborde à sa manière dans un spectacle en création, qui croisera plusieurs disciplines (théâtre, danse, vidéo…) et fera la part belle à l’étonnement devant les capacités du corps : capacité de se mouvoir, d’exprimer, de rencontrer, de trouver des rythmes, d’être en scène. La question reprise ainsi par Denis Guénoun trouve un écho dans le laboratoire SeFeA (Scènes Francophones et... [Lire la suite]
Posté par onarretetout à 08:25 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,
22 avril 2014

Jeunes Pousses, festival à Saulx-les-Chartreux (91) en avril 2014 (4)

La débordante compagnie explore le temps où elle agit. Cette fois, avec "Ce qui m'est dû", c’est autour de questions écologiques qu’elle intervient, simplement, avec des mots et de la danse, un témoignage, une réflexion qui prend des allures de conférence gesticulée, peut-être me perdant en route dans la deuxième partie, avec un discours trop convenu de nos jours. La première partie m’a semblé plus juste : le parcours de vie d’une danseuse, ou plutôt comment elle est devenue danseuse. Il y a d’abord le contexte familial qui ne s’y... [Lire la suite]
Posté par onarretetout à 07:49 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,
21 avril 2014

Jeunes Pousses, festival à Saulx-les-Chartreux (91) en avril 2014 (3)

Dans cette cour où nous sommes invités, quatre tabourets de cirque laissent penser que nous allons assister à un numéro de dressage. Les coquilles d’escargots au sol seraient-elles le résultat de sauts périlleux de ces drôles d’animaux ? Voilà un spectacle qui ne peut pas être présenté en hiver : les escargots hibernent. La Compagnie La Passante choisit la forme hélicoïdale et le parapluie pour nous initier à la lenteur, nous faire prendre conscience du toucher : les escargots ont ces antennes rétractiles sensibles au moindre... [Lire la suite]
Posté par onarretetout à 07:38 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,
14 avril 2014

Loredreamsong, avec Latifa Laâbissi, Sophiatou Kossoko et Nadia Lauro

Je suis venu avec une idée de ce que j’allais voir, ayant il y a quelque temps écouté Latifa Laâbissi à propos de cette pièce. Et si j’étais a priori d’accord avec le propos, je dois avouer que le spectacle m’a troublé. Deux femmes sur scène, et une autre, fantôme blanc derrière les pendrillons noirs. Les deux femmes semblent complices, vêtues d’un drap blanc qui évoque les fantômes, les yeux devant et derrière la tête, ou le Ku Klux Klan, ou des personnages sortis d’un album de Tintin. Elles vont et viennent, entrent et sortent,... [Lire la suite]
Posté par onarretetout à 07:55 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,
10 avril 2014

Penthésilée(s), chorégraphie de Catherine Diverrès

Pour envahir le territoire du plateau, Catherine Diverrès y fait courir femmes et hommes , organise leurs combats, leurs rencontres, leurs séductions, leurs abandons. Trouvant chez Kleist et ses commentateurs les mots où s’affrontent, s’approchent Achille et Penthésilée, reine des Amazones. Gardant cette figure mythique pour évoquer la relation homme / femme, où est la limite qui les sépare, elle ouvre son propos. C’est un spectacle en deux parties. Dans la première, je retrouve un univers que je connais, des costumes noirs et... [Lire la suite]
Posté par onarretetout à 07:35 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

28 mars 2014

Change or die, par la Compagnie Toujours après minuit

  "Les arbres voyagent-ils pour se procurer ailleurs des feuilles plus vertes et se montrer fanfarons à leur tour ?" Ce moment du spectacle de la Compagnie Toujours après minuit (Brigitte Seth et Roser Montlló Guberna) est bouleversant. On nous a entraînés dans cette improbable recherche d'emploi (qui m'a fait penser à celle qu'on voit au début du film Huit fois debout) où les qualités et défauts mis en avant n'ont sans doute aucune valeur sur le marché du travail. Mais Robert Walser ne voulait sans doute pas s'adapter à ce... [Lire la suite]
Posté par onarretetout à 08:11 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,
05 mars 2014

Noir de boue et d'obus, par la Compagnie Difé Kako

Le général Mangin avait estimé que la France n’avait pas assez d’enfants pour mener une guerre et il avait promu l’idée d’une « Force noire » dès 1910, intégrée dans l’armée française pour en renforcer les rangs. Ce sont les Tirailleurs sénégalais, qui, en fait, venaient de plusieurs pays d’Afrique de l’Ouest. Les Antilles ont aussi été sollicitées et beaucoup d’Antillais ont payé « l’impôt du sang ». La première guerre mondiale a rassemblé « deux millions de fous (…) enfermés sur la terre, comme dans un... [Lire la suite]
Posté par onarretetout à 08:08 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
21 octobre 2013

Les mots d'amour, par les ateliers Flamenco de la MJC Centre social de Chilly-Mazarin (91)

Une biographie de Piaf ? Encore une ? Celle-ci modifie notre regard. C’est à travers le flamenco que nous allons retrouver cette femme, morte à 47 ans après une vie de malheurs et de bonheurs, une vie bien remplie, de passions et de combats. Quand elle arrive sur scène, Sophie Le Corre est Edith Piaf : un peu voûtée, vêtue d’une robe noire, et regardant autour d’elle, la troupe de danseuses de flamenco qu’elle traverse avec modestie et bienveillance, jusqu’à cet angle de la scène, à cour, où peu à peu viendront les... [Lire la suite]
Posté par onarretetout à 08:19 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,
11 octobre 2013

El Din, chorégraphie d'Hervé Koubi

Sur scène, il n’y a que des hommes, torse nu, pantalon blanc. C’est un peu la marque d’Hervé Koubi : la peau. Comme celle de lutteurs, comme celle de statues antiques. La peau pour exprimer quelque chose de la vérité, qui peut être, pour lui, une expression de la virilité ; c’est ainsi du moins que je l’ai rencontré, il y a quelques années, quand il créait Moon Dogs. Dans cette nouvelle chorégraphie, le mouvement est vif, tournoyant, collectif. Tout y participe : chacun et tous, les bras, la tête, le vêtement. Parfois... [Lire la suite]
Posté par onarretetout à 08:25 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,