10 avril 2020

Séquence 8, par la Compagnie Les 7 doigts

La Compagnie Les 7 Doigts propose de voir ou revoir Séquence 8, un de leurs spectacles enregistré à Graz en 2012 (regardez en cliquant sur le titre du spectacle : c'est bientôt le week-end). Je l’ai vu avec émotion.  D’abord, bien sûr, l’harmonie de ces mouvements me séduit. Et puis, je pense à la confiance qu’il faut dans ces acrobaties où le risque est toujours présent, faire confiance à l’autre, aux autres. Je me demande aussi à quel moment et comment il se fait qu’une femme ou un homme se dise « Je vais faire ce saut... [Lire la suite]
Posté par onarretetout à 07:53 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

01 mars 2020

Un aller-retour jusqu'à Aix-en-Provence

À Aix-en-Provence pour accompagner le spectacle de Chantal Loïal, On t'appelle Vénus, créé en 2011 et qui tourne toujours. La rencontre qui a suivi a, une fois encore, montré que ce qui fait ce spectacle exprime bien des préoccupations d'aujourd'hui. Merci à l'accueil de l'Université d'Aix-Marseille et de la Société Française des Études Victoriennes et Edouardiennes.             
Posté par onarretetout à 08:04 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,
23 janvier 2020

Carrousel, de Vincent Thomasset

J’avais vu, il y a dix ans, James Thierrée marcher comme un cheval. J’ai vu, l’année dernière, la Compagnie Seydou Boro dans un spectacle intitulé Le cheval. Et voici Vincent Thomasset. Il s’agit pour ce metteur en scène de montrer quelque chose de l’apprentissage plutôt que la figure accomplie. Donc pas de mimétisme : l’application de règles. Et pour cela, remonter quelques siècles, rappeler que danse et art militaire sont bien proches, que le roi Louis XIV même avait dans ces domaines ses exigences. Il fallait se débarrasser du... [Lire la suite]
Posté par onarretetout à 07:39 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,
21 décembre 2019

Comme ses pieds

Faut être bête comme l’homme l’est si souventPour dire des choses aussi bêtesQue bête comme ses pieds gai comme un pinson Ça c’est de Prévert, et puis il part sur autre chose pour revenir à la maison, qui n’est pas ma maison. Dans un livre intitulé Con comme la lune, Catherine Guennec et Jean-Jacques Delattre ont collecté cent expressions bâties autour de la conjonction « comme ». Prenons, par exemple, « bête comme ses pieds ». Ils cherchent d’autres expressions, dans l’histoire, la littérature, l’usage... [Lire la suite]
Posté par onarretetout à 08:03 - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , , ,
05 août 2019

Chalon dans la rue 2019 (6)

Quizàs, par la Compagnie Amare Ça commence par la diffusion sonore d’interviews, témoignages de vies amoureuses, d’élans, de ruptures… Une sorte d’ange vêtu de noir va et vient dans le public en semant ici et là des pétales de fleurs… Et puis une danseuse raconte son histoire d’amour, et de rupture. Les deux danseuses vont alors jouer ces élans, un peu comme si elles traduisaient en mouvements les Fragments d'un discours amoureux de Roland Barthes (dont le nom est cité). Il y a des longueurs, des clichés, mais aussi des moments... [Lire la suite]
Posté par onarretetout à 08:27 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,
31 juillet 2019

Chalon dans la rue 2019 (2)

La figure de l’érosion, par la Compagnie Pernette Dix ans que je n’avais pas vu la Compagnie Pernette. J’en gardais une forme de lenteur, un mouvement qui se grave en nous. Je la retrouve à Chalon, sous un soleil de plomb. Nathalie a dit à ses danseurs que le soleil frappe aussi les monuments, les statues dans les lieux publics. La durée du spectacle a cependant été réduite de dix minutes. La chorégraphe veille au confort du public et partage les conditions dans lesquelles sont exposés les danseurs. Comme si elle initiait les... [Lire la suite]
Posté par onarretetout à 07:46 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

15 juillet 2019

Les Zaccros d'ma rue à Nevers 2019 (2)

Ici, là-bas, par la Compagnie Heliotropion Le nom de la Compagnie évoque les plantes qui se tournent vers le soleil, vers la lumière, plantes que l’on nomme en fonction de leur comportement. Pas étonnant que cette compagnie travaille sur la question de l’identité, du lieu. Quand on regarde les titres des oeuvres de cette compagnie, c’est bien de cela qu’il s’agit : qui ? et où ? La ville s’impose : les chorégraphies sont urbaines. Et le livre nourrit la réflexion : Italo Calvino avec Les villes invisibles pour la création précédente,... [Lire la suite]
Posté par onarretetout à 08:20 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,
24 mai 2019

Maguy Marin, l’urgence d’agir - film de David Mambouch

« Quel est ce moment de l’histoire du monde que nous vivons ensemble ? »  Cette question hante le film de David Mambouch, . Il y a urgence parce que c’est bien ce moment de l’histoire, notre contemporanéité, et qu’il n’en est pas d’autre. La guerre d’Espagne qui fait venir en France les parents de Marguerite Marin, la naissance de David, le fils qui réalise le film : entre ces deux moments, c’est le temps de ce film. Et c’est surtout le retour à plusieurs reprises de May B., puisque 90 danseurs et danseuses l’ont... [Lire la suite]
Posté par onarretetout à 08:06 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,
12 mai 2019

Patrimoines déchaînés

Deux jours de rencontres au Musée d’Orsay, organisés par la Mission de la mémoire de l’esclavage, des traites et de leurs abolitions. Je ne pouvais malheureusement y participer que la première matinée. La question débattue au cours de la première table ronde était : Peut-on « décoloniser » son regard, sa pensée, son imaginaire, ses collections ? Les participants étaient à divers titres responsables de musées : Musée Schoelcher à Pointe-à-Pitre, Musée d’histoire de Nantes, International Slavery Museum de Liverpool, Service... [Lire la suite]
Posté par onarretetout à 08:23 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,
19 avril 2019

L'amour sorcier, Manuel de Falla, Jean-Marie Machado, l'orchestre Danzas et la Compagnie Chatha

Jean-Marie Machado revisite une musique de Manuel de Falla. Il est d’abord seul au piano dans le noir. Les musiciens et les danseurs vont peu à peu occuper tout l’espace de la scène blanche avant de se diviser en deux blocs : les musiciens au centre, dans un cercle noir de cendres d’où monte un axe blanc au-delà des cintres, et les six danseurs de la Compagnie Chatha entamant une ronde qui n’aura de fin qu’en retrouvant avec le retour de l’obscurité l’espace partagé du plateau. C’est donc un rêve qui nous est raconté en musique et... [Lire la suite]
Posté par onarretetout à 07:34 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,