30 mars 2018

HEPTA, Distorsion des lointains, à la MJC de Villebon-sur-Yvette (91)

Le violon est au premier plan, c'est lui qui ouvre la partition. Les notes partent du mouvement de l'archet et gagnent les autres instruments. Puis l’écran. Un chemin vers nulle part, dans une terre sombre, une végétation charbonneuse, une ondulation de la terre comme dans un rêve quand tout semble tanguer et t’emporter. Un visage, les yeux fermés, une photo déchirée, recollée, des enfants dans la rue, enfants d’ici mais d’où viennent-ils ? De quelles familles, de quelles fratries ? Toujours on a peut-être, enfant, ce sentiment... [Lire la suite]
Posté par onarretetout à 07:32 - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , ,

03 mars 2018

César

Au cours de la cérémonie des Césars, hier soir, quelques films ont été primés. Vous en avez entendu les titres, et peut-être les avez-vous vus en salle ou d’une autre manière.   120 battements par minuteAu revoir là-hautBarbaraPetit paysanLe brioLe sens de la fêteRaid dingueFaute d’amourI am not your negroLe grand méchant renardPépé le morseLes bigorneaux Prenez deux ou trois de ces titres et associez deux ou trois des mots qui les composent pour faire un nouveau titre, dont vous direz en une phrase de quoi il peut s’agir. ... [Lire la suite]
Posté par onarretetout à 08:28 - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , ,
02 mars 2018

Sur quelques films vraiment sonores, d'Aimé Agnel

Avec une centaine de films présentés dans ce livre, Aimé Agnel, qui enseignait le son et la musique à l’IDHEC, explore les rapports entre le son et l’image au cinéma. Entre l’oreille et l’oeil. Coïncidence : j’ai découvert ce livre quasi simultanément à la projection à laquelle j’ai assisté de Jusqu’à la garde. Dans sa préface, Aimé Agnel écrit : « (…) la mise en tension des images et des sons lorsque l’on a une claire conscience de leurs différences et de leurs oppositions. Le modèle de cette mise en tension a longtemps été,... [Lire la suite]
Posté par onarretetout à 07:39 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,
26 février 2018

Jusqu'à la garde, film de Xavier Legrand

La musique n’est pas indispensable pour faire monter l’angoisse dans une salle de cinéma. L’absence de musique (hormis celle qui se joue à l’écran) met en relief les sons et les bruits de l’action même. Et ses silences. Les pas qui nous mènent à la salle d’audience de la juge (Saadia Bentaïeb), la voix avec laquelle celle-ci lit les mots de Julien, l’élargissement du champ de la caméra qui s’accompagne des prises de parole successives, tout concourt à installer le climat d’inquiétude qui va progresser tout au long du film. Bien sûr... [Lire la suite]
Posté par onarretetout à 07:31 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
22 février 2018

Aquerò, de Marie Cosnay

Un livre attendait chez moi depuis plusieurs jours. Le film de Xavier Giannoli me l’a rappelé. Marie Cosnay y évoque Bernadette Soubirous. L’apparition, c’est tout au fond d’une grotte, tombée par temps d’orage, le souvenir de Bernadette, dont elle a lu l’histoire à l’infirmerie. Bernadette qui a « a vu aquèra, accent sur le "e", c’est‐à‐dire celle‐ci, fille, fée ou déesse ou bien elle a vu la lumière à l’état de lumière : aquerò, l’accent sur la dernière syllabe, ceci, neutre ? Bernadette a vu celle‐ci, la fille, ou ceci, la... [Lire la suite]
Posté par onarretetout à 07:42 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,
21 février 2018

L'apparition - Hadewijch - Les Combattants

Retour sur le film de Xavier Giannoli. S’il parvient à approcher la question de la foi, sans avoir besoin de justifier l’existence d’un dieu, par certains aspects il me fait penser à d’autres films. Celui de Bruno Dumont, Hadewijch dont l’héroïne (Julie Sokolowski - photo ci-dessous à droite) n’a pas de visions mais est obsédée par un Christ au tombeau vers lequel elle monte en courant à travers une forêt. Sa foi est liée à la virginité puisqu’elle veut demeurer vierge pour le Christ qu’elle aime. On trouve de tels propos dans... [Lire la suite]
Posté par onarretetout à 08:10 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

19 février 2018

L'apparition, film de Xavier Giannoli

« L’Eglise préférera toujours passer à côté d’un véritable phénomène plutôt que de reconnaître une imposture ». Une jeune fille, Anna (Galatea Bellugi), dit avoir vu la Vierge Marie. Les pèlerins affluent. Le Vatican invite un journaliste (Vincent Lindon), reporter de guerre, traumatisé par la mort d’un de ses amis, à participer à une commission d’enquête qui doit décider de la reconnaissance de cette « apparition ». Xavier Giannoli multiplie les signes : le journaliste, au début du film, est enfermé chez lui, colle des... [Lire la suite]
Posté par onarretetout à 08:24 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
13 février 2018

La Douleur, film d'Emmanuel Finkiel

Le texte de Marguerite Duras est là, lu par Mélanie Thierry en voix off, se surimprimant aux images : la ville qui devient floue, par exemple, ou, au contraire, l’image de la Place de la Concorde vide et Marguerite qui la traverse à vélo. Il y a Paris, dont il suffit qu’on voie des toits, une rue, Paris occupé : des lieux que les Allemands vont bientôt quitter mais où ils imposent encore leur superbe, des files d’attente, des cafés où se retrouve une société qui vit au marché noir (on tape au carreau pour être accepté). Et... [Lire la suite]
Posté par onarretetout à 08:16 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,
01 février 2018

Ils dorment, de Christiane Veschambre

Dès les premières lignes du livre de Christiane Veschambre, j’ai saisi qu’il y était question de Paterson, le film de Jim Jarmush. Ils dorment, c’est d’ailleurs ce qu’ils font sur l’affiche du film. Et l’heure au réveil, et le chemin pour aller au bus, et le banc, et la femme qui décore sa maison en noir et blanc. Et chaque jour de la semaine. L’émotion écrite par Christiane me rappelle celle que j’ai moi-même ressentie : celle d’un poème sur un écran, dans une salle obscure, partagée avec d’autres, inconnus pour la plupart. ... [Lire la suite]
Posté par onarretetout à 07:40 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,
07 janvier 2018

Le Crime de l'Orient Express, film de Kenneth Branagh

C’est d’abord la moustache d’Hercule Poirot qui hameçonne les spectateurs. Moustache qui mérite bien un dispositif particulier pour la nuit. Et puis il a de l’humour, ce détective brillant : il est belge. Le réalisateur nous entraîne dans un paysage de montagnes enneigées digne des images que j’en avais dans mon enfance. On a l’impression d’être ailleurs, d’où que l’on vienne. Et tellement ailleurs que se retrouvent dans ce train au superbe panache de fumée (qui rivalise avec la susdite moustache) des gens de toutes origines : des... [Lire la suite]
Posté par onarretetout à 07:41 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :