15 septembre 2017

Barbara, encore

Puisque les chansons de Barbara m’obsèdent depuis quelques jours,  je reviens au film de Mathieu Amalric, et notamment au moment où Barbara - Balibar chante la chanson de Brassens, Le père Noël et la petite fille. Elle commence au piano sur un ton léger, puis, sur une indication du réalisateur, Yves Zand (Mathieu Amalric), se lève et ira finir la chanson dans les bras de sa mère (Aurore Clément) assise sur le canapé. Les gestes qu’elle fait, et notamment quand elle chante « il a mis du grain dans ma grange », ne... [Lire la suite]
Posté par onarretetout à 08:28 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

11 septembre 2017

Barbara, film de Mathieu Amalric

On allait voir Barbara. On l’avait beaucoup entendue, jamais vue sur scène, la « femme piano », la « chanteuse de boulevard ». On a su des choses à propos de sa vie, des choses auxquelles elle fait allusion dans ses chansons, mais aussi en chantant les chansons des autres, comme elle le faisait à ses débuts, le père Noël de Brassens, par exemple. Parce que, bien sûr, elle parlait d’elle, elle chantait d’elle, mais c’est parce que ses chansons nous parlaient, nous parlent qu’on a pu en faire une partie de notre... [Lire la suite]
Posté par onarretetout à 08:07 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,
07 septembre 2017

120 battements par minute, film de Robin Campillo

Chaque spectateur de ce film est accueilli par une rapide présentation d’Act Up et des règles qui régissent les RH, Réunions Hebdomadaires, où tout se discute et se décide collectivement. Lieu des rencontres, des engueulades, des rires partagés, des choix de slogans, des inimitiés, des amours. Le film présente les enjeux de la lutte engagée, dans une époque où on ne parlait pas beaucoup du sida, une maladie qu’il fallait tenir à distance des médias. C’est qu’il fallait parler du sexe, qu’il fallait parler « des pédés, des... [Lire la suite]
Posté par onarretetout à 07:38 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
01 septembre 2017

Petit paysan, film de Hubert Charuel

Le rêve qui ouvre ce film devient cauchemar. Être entouré de vaches laitières, vivre parmi elles, rythmer ses journées sur leur rythme quotidien, le film nous le donne à voir. Mais cela ne ferait que renvoyer les citadins, dont je suis, aux images ou aux discours connus sur la condition agricole. La force du film est de nous faire toucher, et presque sentir, à quel point les éleveurs sont contrôlés de la naissance du veau jusqu’à l’abattage des vaches. S’il en manque une, cela est immédiatement repéré. Et, même si ces méthodes... [Lire la suite]
Posté par onarretetout à 08:00 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
29 août 2017

Stalker, d'Andreï Tarkovski

Le souvenir que j’avais de ce film était d’abord auditif : c’était le rythme des roues du wagonnet sur les rails qui partent dans la Zone. Et les coups de feu qui visent le Stalker et ses passagers. Tout le reste je l’avais oublié. Que la Zone est en couleurs quand le reste est en noir et blanc. Que les passagers sont le Professeur et l’Écrivain (ce couple du scientifique et du littéraire qu’on trouve dans d’autres récits de science fiction comme, par exemple, récemment dans Premier contact). Que l’objectif du trajet dans la Zone... [Lire la suite]
Posté par onarretetout à 07:30 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
22 août 2017

Djam, film de Tony Gatlif

Pour réparer un bateau qui ne transporte plus de touristes, un homme (Simon Abkarian) envoie sa belle-fille en Turquie. Elle doit en rapporter une bielle qu’on ne produit pas en Grèce, et des couteaux et, au retour, passer par la maison de ses grands-parents. Djam (Daphné Patakia) semble n’avoir peur de rien et connaître Istanbul comme si elle y était chez elle. Pourtant, c’est en France qu’elle a vécu son enfance, comme elle le dit à cette jeune Française (Maryne Cayon) sans argent ni papiers qu’elle rencontre par... [Lire la suite]
Posté par onarretetout à 07:56 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

04 juillet 2017

AVA, film de Léa Mysius

Avoir 13 ans et apprendre brutalement qu’on va perdre la vue… Cette façon d’entrer dans le conte a de quoi nous intriguer. Comme nous intrigue ce chien noir qui traverse une plage encombrée de vacanciers aux gestes répétitifs d’un farniente sous le soleil. Le soleil qui va s’obscurcir pour AVA, un nom de trois lettres qui n’en sont qu’une à l’endroit ou à l’envers, qui signifie, dit-on, « je désire » mais que désire-t-elle, cette fille ? Car c’est dans cet âge où naissent les désirs liés à la sensualité, à la sexualité... [Lire la suite]
Posté par onarretetout à 08:23 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
11 juin 2017

I Am Not Your Negro, film de Raoul Peck

Raoul Peck met en images les mots de James Baldwin. Une lycéenne noire va à l’école sous les insultes des autres lycéens, blancs. Trois assassinats vont se succéder, ceux de Medgar Evers, Martin Luther King Jr. et Malcolm X. Et Baldwin remonte à son enfance, une enfance américaine. Avant l’âge de 9 ans, l’enfant qu’il était avait des héros, les cow-boys qui tuaient les Indiens. Et c’est en sortant de l’enfance qu’il prend conscience qu’on le considère non comme un cow-boy mais comme un Indien. C’est comme s’il ne s’était jamais vu... [Lire la suite]
Posté par onarretetout à 08:11 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
06 juin 2017

Paris la Blanche, film de Lidia Terki

Ils sont venus à la fin des années 1960. beaucoup d’entre eux ont construit des immeubles, et ils ont vécu, parfois dans des bidonvilles, parfois dans des foyers. Quarante huit ans plus tard, une femme entreprend de partir de sa Kabylie, de traverser l’Algérie, la Méditerranée et la France pour aller chercher à Paris son mari, qui n’a plus donné de nouvelles depuis quatre ans, depuis qu’il est à la retraite. Si ce film fait découvrir la vie des Chibanis (littéralement « cheveux blancs »), ces retraités qui sont restés en... [Lire la suite]
Posté par onarretetout à 07:39 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
31 mai 2017

Emily Dickinson : A Quiet Passion, film de Terence Davies

Emily Dickinson, jeune fille (Emma Bell) à l’esprit indépendant et courageuse, refuse de se plier aux règles religieuses, de s’agenouiller. Comment peut-elle finir sa vie recluse, à 56 ans, dans la maison familiale ? Quand sur l’écran, on voit le décor intérieur de cette maison, malgré les bons mots qui fusent entre les enfants et leur tante, on sent l’oppression qui règne là, une mère silencieuse, un père (Keith Carradine) attentif et rigoureux. La religion est omniprésente, de l’enfance à l’âge adulte, au point qu’Emily (Cynthia... [Lire la suite]
Posté par onarretetout à 08:09 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,