12 octobre 2019

Il était une fois...

Denis Donikian, dans son blog (suivre le lien dans la colonne de droite), revient sur le début de son livre « Vidures » : un homme pisse sur une fourmilière. Ça commence comme ça, juste après une citation de Mao Tsé Toung, un beau jet de pipi sur une fourmilière. Celui de Rod Steiger dans « Il était une fois la révolution ».Ceux qui ont lu « Vidures » doivent se souvenir qu’au tout début mon personnage pisse lui aussi sur une fourmilière, mais en dirigeant son jet sur Erevan, au loin, en contrebas.Il... [Lire la suite]
Posté par onarretetout à 08:25 - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , ,

05 octobre 2019

Page 28, page 48

Prenez un livre. Ouvrez-le à la page 28 (si vous avez vu le film de Céline Sciamma, Portrait de la jeune fille en feu, vous savez pourquoi). Choisissez une phrase dans cette page. Gardez le même livre. Ouvrez-le à la page 48 (cette fois, le choix renvoie au site de Pierre Ménard, Liminaire). Choisissez une phrase dans cette page. Vous avez désormais deux phrases. L’une sera la première, l’autre la dernière de votre texte. Entre les deux, vous écrirez une phrase qui les relie. Exemple : Phrases extraites du recueil de Maria... [Lire la suite]
Posté par onarretetout à 07:35 - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , , ,
25 septembre 2019

À propos de Robert Johnson

Après la projection du documentaire de Nicolas Finet, Mississipi Ramblin', au !POC! d'Alfortville (94), nous avons tenu un atelier d'écriture, intégrant les images du film, et quelques textes trouvés dans le recueil proposé par Olivier Apert aux éditions du Temps des cerises, Blues sur paroles. Voici le texte que j'ai écrit dans cet atelier. Cordes grattées, pincées, musique profonde, voix.Tu perds ton temps, tu perds le temps, la nuit devant le croisement et tu es seul.Pas de femme à l'écran, seulement celles sur la feuille, le... [Lire la suite]
Posté par onarretetout à 07:58 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,
22 septembre 2019

Portrait de la jeune fille en feu, film de Céline Sciamma

Qui regarde qui ? Quand la peintre regarde la jeune fille dont elle fait le portrait, que regarde cette jeune fille ? La question vaut aussi pour la réalisatrice, et pour toute création artistique. On ne peut se limiter à des codes, il faut aussi faire entrer la vie, les regards échangés, les dialogues. Le film de Céline Sciamma aborde aussi les émotions qui naissent de la musique. La musique vivante, puisque l’époque où est situé ce film ne connaît pas encore les enregistrements. Héloïse (Adèle Haenel) souhaite aller à la messe... [Lire la suite]
Posté par onarretetout à 08:03 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,
02 septembre 2019

Roubaix, une lumière, film d'Arnaud Desplechin

On peut voir le film de deux façons. Soit comme un film policier, une simple fiction dans laquelle se débattent des personnages. Soit comme la transcription du documentaire de Mosco Boucault qu’elle adapte (c’est indiqué au générique), tourné voilà près de vingt ans et diffusé il y a une dizaine d’années.  Le réalisateur, Arnaud Desplechin, est originaire de Roubaix. C’est d’abord un portrait de cette ville qu’il nous propose, sombre, à proprement parler nocturne. Où, la veille de Noël, brûle une voiture. Ce n’est pas cette... [Lire la suite]
Posté par onarretetout à 08:26 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
23 août 2019

Perdrix, film d'Erwan Le Duc

Une voiture qui roule à toute vitesse sur une route où il n’y a personne (à l’exception d’un autostoppeur), c’est Juliette, toujours à partir, depuis l’adolescence. Un policier qui reçoit sa plainte dans une petite ville tranquille des Vosges où sévissent néanmoins des nudistes révolutionnaires, c’est Pierre. Juliette Webb (Maud Wyler) et Pierre Perdrix (Swann Arlaud). Il fallait bien qu’une femme nue vole la voiture de la première pour que celle-ci rencontre le second. Elle, va de ville en ville, transportant une boite pleine de... [Lire la suite]
Posté par onarretetout à 07:34 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

23 juillet 2019

Les vaches n’auront plus de nom, film de Hubert Charuel

Petit paysan était une fiction où les parents du réalisateur tenaient un rôle. Cette fois, ils sont les acteurs du film, un documentaire. La question est, cependant, presque la même : l’arrêt d’une exploitation agricole. Dans Petit paysan, c’était pour des raisons sanitaires ; dans ce film, c’est le départ à la retraite du père, Jean-Paul, puis, trois ans plus tard, de la mère, Sylvaine, et le fait que le fils ne veut pas reprendre la ferme. La caméra est dans la ferme, l’étable et la maison comme chez elle. Elle y est, chez elle.... [Lire la suite]
Posté par onarretetout à 08:23 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
24 juin 2019

Chambres d'amies, film de Raluca Bunescu

Le pluriel du titre peut laisser croire qu’il s’agit de quatre amies, mais rien dans le film ne permet de penser qu’elles se connaissent. Les images n’en montrent que les gestes, jamais les visages. Chacune raconte comment elle en est arrivée là, dans ce logement, chambre ou appartement, à Paris ou en proche banlieue, et seule. Nous ressentons cette solitude par différents moyens : les gestes de mains qui ne rencontrent personne, qui déplacent des objets, les voix que n’accompagne aucune musique, aucune question. Et le temps qui... [Lire la suite]
Posté par onarretetout à 07:41 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
24 mai 2019

Maguy Marin, l’urgence d’agir - film de David Mambouch

« Quel est ce moment de l’histoire du monde que nous vivons ensemble ? »  Cette question hante le film de David Mambouch, . Il y a urgence parce que c’est bien ce moment de l’histoire, notre contemporanéité, et qu’il n’en est pas d’autre. La guerre d’Espagne qui fait venir en France les parents de Marguerite Marin, la naissance de David, le fils qui réalise le film : entre ces deux moments, c’est le temps de ce film. Et c’est surtout le retour à plusieurs reprises de May B., puisque 90 danseurs et danseuses l’ont... [Lire la suite]
Posté par onarretetout à 08:06 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,
02 mai 2019

L'époque, film de Matthieu Bareyre

« Je n’ai pas la haine. J’ai le feu. » C’est Rose qui parle comme ça. C’est elle que nous retrouvons tout au long de ce film de Matthieu Bareyre, une plongée dans les nuits parisiennes à la rencontre de jeunes, banlieusards, étudiants, dealers, toutes celles et ceux qui ont accepté de parler devant la caméra. Et plusieurs le disent : ils veulent être entendus, pas nécessairement en groupe mais individuellement. Et ce qu’ils ont à dire nous touche très directement. C’est au temps d’après l’attentat contre Charlie Hebdo,... [Lire la suite]
Posté par onarretetout à 07:54 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :