24 juin 2019

Chambres d'amies, film de Raluca Bunescu

Le pluriel du titre peut laisser croire qu’il s’agit de quatre amies, mais rien dans le film ne permet de penser qu’elles se connaissent. Les images n’en montrent que les gestes, jamais les visages. Chacune raconte comment elle en est arrivée là, dans ce logement, chambre ou appartement, à Paris ou en proche banlieue, et seule. Nous ressentons cette solitude par différents moyens : les gestes de mains qui ne rencontrent personne, qui déplacent des objets, les voix que n’accompagne aucune musique, aucune question. Et le temps qui... [Lire la suite]
Posté par onarretetout à 07:41 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

24 mai 2019

Maguy Marin, l’urgence d’agir - film de David Mambouch

« Quel est ce moment de l’histoire du monde que nous vivons ensemble ? »  Cette question hante le film de David Mambouch, . Il y a urgence parce que c’est bien ce moment de l’histoire, notre contemporanéité, et qu’il n’en est pas d’autre. La guerre d’Espagne qui fait venir en France les parents de Marguerite Marin, la naissance de David, le fils qui réalise le film : entre ces deux moments, c’est le temps de ce film. Et c’est surtout le retour à plusieurs reprises de May B., puisque 90 danseurs et danseuses l’ont... [Lire la suite]
Posté par onarretetout à 08:06 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,
02 mai 2019

L'époque, film de Matthieu Bareyre

« Je n’ai pas la haine. J’ai le feu. » C’est Rose qui parle comme ça. C’est elle que nous retrouvons tout au long de ce film de Matthieu Bareyre, une plongée dans les nuits parisiennes à la rencontre de jeunes, banlieusards, étudiants, dealers, toutes celles et ceux qui ont accepté de parler devant la caméra. Et plusieurs le disent : ils veulent être entendus, pas nécessairement en groupe mais individuellement. Et ce qu’ils ont à dire nous touche très directement. C’est au temps d’après l’attentat contre Charlie Hebdo,... [Lire la suite]
Posté par onarretetout à 07:54 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
14 avril 2019

Mississipi Ramblin', film de Nicolas Finet

C’est un film qui vous fait voyager. Pas comme un voyage avec tour operator pour voir des monuments et des sites touristiques incontournables. Non, un voyage avec des accords de guitare et des voix où vibre la mélancolie. Avec des fresques sur des murs de briques. Ça commence avec le Mississipi, ce grand fleuve, le delta et l’évocation des champs de coton. C’est de là que vient le blues, des champs. Et puis, il y a Robert Johnson. C’est pour le rencontrer qu’on est venu. Jusqu’au carrefour où il aurait, paraît-il, passé un pacte... [Lire la suite]
Posté par onarretetout à 07:57 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,
08 avril 2019

Les miroirs de Curiosa (film de Lou Jeunet)

Présentant hier le film de Lou Jeunet, Curiosa, j’ai évoqué le miroir sans tain. En effet, c’est avec ce procédé, qui permet de voir sans être vu, que s’ouvre le film. Il faudrait y revenir pour souligner l’importance des miroirs dans cette oeuvre. Ils sont partout, dans l’appartement de la famille Heredia, comme on l’a déjà signalé, mais aussi lors de l’explication entre Henri de Régnier (qui vient de demander la main de Marie) et Pierre Louÿs ; on y prend, ailleurs, un cliché (un selfie ?) ; il y a aussi un miroir à main avec... [Lire la suite]
Posté par onarretetout à 08:24 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,
07 avril 2019

Curiosa, film de Lou Jeunet

Minables aristocrates, minables poètes. Un José-Maria de Heredia (Scali Delpeyrat) désargenté qui n’hésite pas à vendre ses filles pour profiter de la dot et de la situation, qui regarde ses filles derrière un miroir sans tain où il surprend Pierre Louÿs (Niels Schneider) au début du film. Un Henri de Régnier (Benjamin Lavernhe) qui trahit son ami et épouse Marie de Heredia (Noémie Merlant) malgré une promesse qu’il avait faite à Pierre Louÿs. Celui-ci, collectionneur de conquêtes et photographe de corps et de scènes érotiques,... [Lire la suite]
Posté par onarretetout à 07:55 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

19 mars 2019

Rebelles, film d'Allan Mauduit

La bande annonce, qui en montre un peu trop, m’avait cependant laissé espérer un film proche de Louise - Michel : de l’action, de l’humour, une certaine expression de la lutte des classes. Je n’ai pas retrouvé l’esprit de Gustave Kervern et Benoît Delépine, mais il y a Yolande Moreau. Et avec Audrey Lamy et Cécile de France elle forme un trio dont l’énergie va aller croissant. Pas d’opposition entre patron et ouvrières ici : les antagonistes sont tous du même milieu social, certains du côté des truands, les autres (essentiellement... [Lire la suite]
Posté par onarretetout à 08:10 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
13 mars 2019

Si Beale Street pouvait parler, film de Barry Jenkins

Une citation de James Baldwin ouvre le film. Beale Street est la rue où sont nés le père de l’auteur et Louis Armstrong. Une rue où est né le blues. Écouter la batterie dans le brouhaha de la rue, tel est le message de Baldwin. Et puis le film oublie le bruit de la rue et donne trop d’importance à sa propre esthétique. S’il ne s’agissait que de montrer la pureté de l’amour des deux jeunes gens, Tish (KiKi Layne) et Fonny (Stephan James), qui apparaissent à l’écran, aussi beaux l’une que l’autre, ce serait réussi. Mais les... [Lire la suite]
Posté par onarretetout à 08:03 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,
10 mars 2019

Une intime conviction, film d'Antoine Raimbault

On entre dans une affaire judiciaire grâce au personnage de Nora (Marina Foïs), quelqu’un comme vous et moi, qui s’occupe de son garçon, exerce un métier, a une vie sentimentale. Ce personnage fictif nous permet de trouver une place dans cet imbroglio judiciaire. Elle connaît les enfants dont la mère a disparu et dont le père est accusé de l’avoir assassinée. Elle est convaincue de l’innocence du père. Que les éléments de ce film, à l’exception du personnage de Nora, soient réels, là n’est pas son intérêt. C’est plutôt de montrer... [Lire la suite]
Posté par onarretetout à 08:21 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
28 février 2019

La dernière folie de Claire Darling, de Julie Bertuccelli

Bien sûr il y a Catherine Deneuve (mêmes initiales que Claire Darling) et on sait qu’elle joue mais on se laisse prendre une fois ou une autre, par une phrase bien sentie, par une réaction dans la solitude. Cette femme se défait de tout pour disparaître. Mais pour se défaire de tout, elle doit tout revoir, les objets, les souvenirs qui surgissent d’un simple mouvement de caméra, surtout les mauvais souvenirs. Ceux qui la font alors solitaire dans cette grande maison trop pleine et qu’il faudrait vider. Mais est-ce seulement possible... [Lire la suite]
Posté par onarretetout à 07:35 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :