15 septembre 2018

Dansez, dansez sinon nous sommes perdus

Dans le film de Pascale Diez présenté dans ce blog, la phrase citée sur l’affiche de Wim Wenders, Pina, dit : « Dansez, dansez sinon nous sommes perdus ». Les enfants discutent de cette phrase, disent ce qu’ils en comprennent, la prononcent à tour de rôle, puis font une liste de mots liés à « dansez » et à « perdus ». C’est une séquence qui m’a beaucoup intéressé. À mon tour, j’ai cherché des synonymes au mot « perdu ». Et je vous propose d’en faire autant. Puis, vous allez remplacer le mot... [Lire la suite]
Posté par onarretetout à 08:21 - Commentaires [3] - Permalien [#]
Tags : , ,

11 septembre 2018

d'une école à l'autre, film de Pascale Diez

Ici on apprend. Les maths, l’orthographe. On a les mêmes outils : dictionnaires, tableau, papier, craie, peinture, affiches, livres… Mais on ne se connaît pas. La carte scolaire segmente le territoire, rend très difficile la rencontre d’un quartier à un autre. Même à l’intérieur d’une même ville, les espaces ne communiquent pas. Il a fallu sans doute beaucoup d’engagement pour que les deux écoles parisiennes, l’une de Belleville et l’autre de la rue Saint Jacques, élaborent ensemble ce projet. Les préjugés, la peur de l’inconnu, les... [Lire la suite]
Posté par onarretetout à 07:59 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
10 septembre 2018

Sofia, film de Meryem Benm'Barek (encore)

J’ai déjà présenté le film Sofia après l’avoir vu une première fois. Je suis allé, depuis, à Casablanca, et il me semble que le film témoigne bien de la vie dans cette ville, dans ce pays, pour ce que j’en ai vu. Mais je dois ajouter un nouveau point-de-vue après avoir revu le film.  La première fois, c’est à Sofia (Maha Alemi) que je me suis intéressé : c’est le rôle-titre et j’ai observé la transformation du personnage qui refuse le statut de victime auquel on voudrait la cantonner. Cette fois, j’ai suivi l’évolution du... [Lire la suite]
Posté par onarretetout à 07:35 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
21 août 2018

Souvenirs de Casablanca

« Dakar m’impressionna. Casablanca m’éblouit. Une ville immense en comparaison de laquelle Léopoldville était une naine. Elle était associée pour moi à Marcel Cerdan, le boxeur dont je lisais les exploits dans les magazines Miroir Sprint et But et Club, aux photos de souleur sépia. Quelques images de la ville blanche ne se sont jamais effacées de ma mémoire. Les artères à double voie, séparées par des allées parsemées de palmiers nains, la population coiffée du tarbouche, les jeunes garçons qui vendaient des journaux à la criée... [Lire la suite]
Posté par onarretetout à 08:09 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,
19 août 2018

Carré 35, film d'Éric Caravaca

Je ne sais pas ce que j’aurais ressenti dans une salle, le film projeté sur un grand écran. Je l’ai vu sur un écran d’ordinateur. La proximité s’est immédiatement imposée. Le réalisateur s’adresse à moi, à chacun.e. Il s’est engagé dans la recherche du fantôme qui hante dans le secret sa famille. Une enfant, l’aînée de la fratrie, qu’il n’a pas connue parce qu’elle est morte trois ans avant sa naissance et parce que toutes les photos et les films où elle apparaissait ont été détruits : « Qu’est-ce que tu veux faire avec une... [Lire la suite]
Posté par onarretetout à 08:11 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
18 juin 2018

Retour à Bollène, de Saïd Hamich

Dans Juste la fin du monde, Jean-Luc Lagarce (et Xavier Dolan) racontent le retour dans sa famille d’un homme qui n’a pas donné de nouvelles depuis plusieurs années et revient pour tenter d’annoncer sa maladie, ce qu’il ne fera finalement pas, mais ce retour réveillera des souvenirs et révèlera l’écart qui s’est creusé entre lui et les autres. Retour à Bollène m’a fait penser à ce texte, à ce film. Parce qu’il s’agit d’un retour, parce qu’il y a une discussion entre les deux frères dans une voiture, parce que le réalisateur sait... [Lire la suite]
Posté par onarretetout à 07:31 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

24 mai 2018

Sofia, film de Meryem Benm'Barek

Le cadre, c’est la famille, et Sofia va en sortir. Sans doute pas de façon intentionnelle, du moins au début. On ne sait pas ce qu’elle pense, avec son visage fermé, ses yeux qui s’efforcent de cacher les sentiments. Ce n’est pas une fille rebelle. C’est presque encore une enfant, l’enfant de la maison, « notre seule fille ». Très vite s’installent autour d’elle différentes strates de la société marocaine : la tante mariée à un Français, la cousine qui fait des études de médecine, les parents dont l’ascension sociale est... [Lire la suite]
Posté par onarretetout à 08:13 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
11 mai 2018

La forme de l'eau, film de Guillermo del Toro

Il y a tellement de salles de cinéma où je ne suis pas encore entré… J’avais raté la sortie de La forme de l’eau et j’ai dû attendre que le film revienne dans une salle à une heure qui me convienne. Ce fut une salle de cinéma dans le Grand Palais, à Paris. Il pleuvait dehors et on voyait la pluie tomber avant que les volets obturant les vitres de la salle soient fermés. J’avais vu la bande annonce et j’attendais quelque chose sans doute proche d’Alien. J’ai vu un film dont l’esthétique m’a fait penser à ceux de Jeunet et Caro. Et... [Lire la suite]
Posté par onarretetout à 07:39 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
30 mars 2018

HEPTA, Distorsion des lointains, à la MJC de Villebon-sur-Yvette (91)

Le violon est au premier plan, c'est lui qui ouvre la partition. Les notes partent du mouvement de l'archet et gagnent les autres instruments. Puis l’écran. Un chemin vers nulle part, dans une terre sombre, une végétation charbonneuse, une ondulation de la terre comme dans un rêve quand tout semble tanguer et t’emporter. Un visage, les yeux fermés, une photo déchirée, recollée, des enfants dans la rue, enfants d’ici mais d’où viennent-ils ? De quelles familles, de quelles fratries ? Toujours on a peut-être, enfant, ce sentiment... [Lire la suite]
Posté par onarretetout à 07:32 - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , ,
03 mars 2018

César

Au cours de la cérémonie des Césars, hier soir, quelques films ont été primés. Vous en avez entendu les titres, et peut-être les avez-vous vus en salle ou d’une autre manière.   120 battements par minuteAu revoir là-hautBarbaraPetit paysanLe brioLe sens de la fêteRaid dingueFaute d’amourI am not your negroLe grand méchant renardPépé le morseLes bigorneaux Prenez deux ou trois de ces titres et associez deux ou trois des mots qui les composent pour faire un nouveau titre, dont vous direz en une phrase de quoi il peut s’agir. ... [Lire la suite]
Posté par onarretetout à 08:28 - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , ,