09 novembre 2017

Party Girl, film de Claire Burger, Samuel Theis et Marie Amachoukeli

C’est étrange, ce film, dont le présentateur, avant la diffusion sur Arte, annonce que tout est vrai et qui entre chez moi où rien ne lui ressemble. Mais, entrant chez moi, il me donne l’impression d’en être, de ce film. Un peu comme si j’étais invité à ce mariage improbable d’un homme prévenant, « gentil », attentionné, amoureux, et d’une femme dont toute la vie jusqu’alors était faite de liberté (« Personne ne m’a jamais donné d’ordre ») et qui, à 60 ans, ne s’attendait sans doute pas à cette demande. Ce qui... [Lire la suite]
Posté par onarretetout à 08:19 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

03 novembre 2017

Au revoir là-haut, film d'Albert Dupontel, d'après le livre de Pierre Lemaître

Les premières images de la guerre (un chien porteur de message traverse un paysage boueux jusqu’à l’intérieur des tranchées) nous collent au siège de la salle de cinéma. Albert Dupontel parvient à rendre visuelle la description faite par Pierre Lemaître. Le décor d'un Paris au début du XXe siècle, qui rappelle ceux de Jean-Pierre Jeunet, a le mérite de nous transporter dans un temps qu'aucun de nous n'a connu. On retrouve l’esprit du livre, avec des variations : tel rôle un peu plus important, une conclusion différente, une entrée... [Lire la suite]
Posté par onarretetout à 08:21 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
08 octobre 2017

Un beau soleil intérieur, film de Claire Denis

À propos des riches, les sociologues Pinçon-Charlot disent : « Autour de la table des dîners habituels, se retrouvaient toujours les représentants de tous les pôles dominants : un banquier, un journaliste, un industriel de renom, un artiste d’art contemporain, un grand chef d’exploitation, un professeur de médecine ». C'est la caste du film de Claire Denis. Vous croyez y trouver l’amour ? Il n’y est question que de sexe. Pire : la femme n’y est que cet objet sexuel. Tous les hommes du film ont « envie de la... [Lire la suite]
Posté par onarretetout à 07:49 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
02 octobre 2017

Jago : une vie aquatique - film de James Reed

L’enfant plongeur rencontre les esprits de la mer, mais que voit-il ? Je me suis laissé porter par ce documentaire montrant l’apprentissage de la mer par un vieux pêcheur d’une communauté des Célèbes. Une vie simple sur la mer et dans les fonds marins en apnée. On ne les voit pas, les esprits de la mer, mais on peut les sentir. Et c’est cela que vit le vieux pêcheur qui devient Jago, le maître. Ce ne sont que rencontres dans la lenteur. Quand on perd la lenteur, on ne respecte plus les esprits et la mort frappe. Qu’a vu l’enfant... [Lire la suite]
Posté par onarretetout à 08:15 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
27 septembre 2017

Caro / Jeunet à la Halle Saint-Pierre

L'exposition commence comme un film : un storyboard, des essais. Sur l'affiche les réalisateurs, sur l'écran les acteurs. Et dans la salle, des objets étranges, des personnages, des décors. Toute la filmographie, des films qu'on a vus, d'autres qu'on n'a pas vus, même des films qu'on ne verra jamais. On en sort étonnés, émerveillés. On y serait bien restés.        
Posté par onarretetout à 08:05 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,
15 septembre 2017

Barbara, encore

Puisque les chansons de Barbara m’obsèdent depuis quelques jours,  je reviens au film de Mathieu Amalric, et notamment au moment où Barbara - Balibar chante la chanson de Brassens, Le père Noël et la petite fille. Elle commence au piano sur un ton léger, puis, sur une indication du réalisateur, Yves Zand (Mathieu Amalric), se lève et ira finir la chanson dans les bras de sa mère (Aurore Clément) assise sur le canapé. Les gestes qu’elle fait, et notamment quand elle chante « il a mis du grain dans ma grange », ne... [Lire la suite]
Posté par onarretetout à 08:28 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

11 septembre 2017

Barbara, film de Mathieu Amalric

On allait voir Barbara. On l’avait beaucoup entendue, jamais vue sur scène, la « femme piano », la « chanteuse de boulevard ». On a su des choses à propos de sa vie, des choses auxquelles elle fait allusion dans ses chansons, mais aussi en chantant les chansons des autres, comme elle le faisait à ses débuts, le père Noël de Brassens, par exemple. Parce que, bien sûr, elle parlait d’elle, elle chantait d’elle, mais c’est parce que ses chansons nous parlaient, nous parlent qu’on a pu en faire une partie de notre... [Lire la suite]
Posté par onarretetout à 08:07 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,
07 septembre 2017

120 battements par minute, film de Robin Campillo

Chaque spectateur de ce film est accueilli par une rapide présentation d’Act Up et des règles qui régissent les RH, Réunions Hebdomadaires, où tout se discute et se décide collectivement. Lieu des rencontres, des engueulades, des rires partagés, des choix de slogans, des inimitiés, des amours. Le film présente les enjeux de la lutte engagée, dans une époque où on ne parlait pas beaucoup du sida, une maladie qu’il fallait tenir à distance des médias. C’est qu’il fallait parler du sexe, qu’il fallait parler « des pédés, des... [Lire la suite]
Posté par onarretetout à 07:38 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
01 septembre 2017

Petit paysan, film de Hubert Charuel

Le rêve qui ouvre ce film devient cauchemar. Être entouré de vaches laitières, vivre parmi elles, rythmer ses journées sur leur rythme quotidien, le film nous le donne à voir. Mais cela ne ferait que renvoyer les citadins, dont je suis, aux images ou aux discours connus sur la condition agricole. La force du film est de nous faire toucher, et presque sentir, à quel point les éleveurs sont contrôlés de la naissance du veau jusqu’à l’abattage des vaches. S’il en manque une, cela est immédiatement repéré. Et, même si ces méthodes... [Lire la suite]
Posté par onarretetout à 08:00 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
29 août 2017

Stalker, d'Andreï Tarkovski

Le souvenir que j’avais de ce film était d’abord auditif : c’était le rythme des roues du wagonnet sur les rails qui partent dans la Zone. Et les coups de feu qui visent le Stalker et ses passagers. Tout le reste je l’avais oublié. Que la Zone est en couleurs quand le reste est en noir et blanc. Que les passagers sont le Professeur et l’Écrivain (ce couple du scientifique et du littéraire qu’on trouve dans d’autres récits de science fiction comme, par exemple, récemment dans Premier contact). Que l’objectif du trajet dans la Zone... [Lire la suite]
Posté par onarretetout à 07:30 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :