02 décembre 2010

Benda Bilili, de Renaud Barret et Florent de La Tullaye

On pense à Buena Vista Social Club, mais c’est autre chose. L’histoire du Staff Benda Bilili dit beaucoup plus. Il y a la musique, bien sûr, mais il y a surtout la rue, la lutte quotidienne pour vivre dignement quand on est handicapé à Kinshasa, qu’on croit à son talent, et que la rencontre se fait. C’est un film qui raconte des rencontres : deux documentaristes français (qui soutiendront de leurs propres deniers les premiers enregistrements du groupe), un groupe de musiciens menés par Papa Ricky (qui négocie, travaille et protège),... [Lire la suite]
Posté par onarretetout à 07:46 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

20 novembre 2010

Je t – , un free-song de Juliette Kapla

Découvrir les free-songs de Juliette Kapla, qu’elle chante avec Claire Bellamy, c’est entrer dans des jeux sonores et verbaux que je ne résiste pas à vous faire partager. Après elle, écrivez vos « Je t - ». Je t -Je t'aimeJe t'ai mentiJe t'aime entierJe t'ai menti hierJe t'aime entièrementJe t'ai menti hier et menti aujourd'hui aussi quand je t'ai dit :Je t - ... Je t -Je t'égareJe t'ai gardéJe t'égare dépressifJe t'ai gardé près, s'il faut recommencer Je recommencerai ! Je t -Je... [Lire la suite]
Posté par onarretetout à 07:03 - Commentaires [8] - Permalien [#]
Tags : , ,
16 novembre 2010

Palata singers, à Alfortville

Deux ténors, baryton et basse, quatre voix accompagnées par un piano. On pense aux quatre du Golden Gate Quartet, qui les ont d’ailleurs parrainés et à qui ils rendent hommage au cours de la soirée. Ce sont quatre belles voix qui me touchent particulièrement quand elles chantent dans une langue africaine et me rappellent des airs d’autres régions d’Afrique. Pour moi, c’est l’intérêt de ce groupe qui fête bientôt ses quarante années d’existence et se produisait au Pôle culturel d’Alfortville (94). Je fais donc abstraction du début de... [Lire la suite]
Posté par onarretetout à 07:41 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,
13 novembre 2010

Je me souviens

Georges Perec (photo ci-contre trouvée sur le blog de Vincente Alvarez) publie Je me souviens en 1978. Chacune de ses phrases commence par « Je me souviens » et évoque « des petits morceaux de quotidien, des choses que, telle ou telle année, tous les gens d'un même âge ont vues, ont vécues, ont partagées, et qui ensuite ont disparu, ont été oubliées (...) Il arrive cependant qu'elles reviennent, quelques années plus tard, intactes et minuscules, par hasard ou parce qu'on les a cherchées, un soir, entre amis ;... [Lire la suite]
Posté par onarretetout à 07:06 - Commentaires [5] - Permalien [#]
Tags : , , , ,
11 novembre 2010

Melody Gardot

Moins il y a d’instruments, plus j’aime écouter Melody Gardot. Sa voix coule avec douceur, même quand elle lui donne des allures de scat. Rien ne semble forcé, tout est doux. Elle chuchote, ne chante que pour toi, pour maîtriser la douleur, pour garder la chaleur d’une soirée d’été, pour t’envelopper d’un voile, pour te tenir compagnie. Tout a l’air si simple, si tendre. Tu te laisses prendre par la main, et tu t’assois près d’elle, quelque part, sur l’arc-en-ciel. Pour l'écouter, cliquez sur la photo ci-contre.
Posté par onarretetout à 08:21 - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : ,
01 novembre 2010

Sarah Olivier

La voix, vous ne la dissocierez pas des paroles dans lesquelles elle va vous entraîner. Sarah Olivier est une entraîneuse. Elle vous invite dans des ruelles où vous aurez l’impression d’être épié. Un univers un peu fantastique, érotique. Sarah Olivier est addictive. Et vous avez le souffle court. Vous écoutez cette voix et le contrebassiste, Stephen Harrison, se penche sur sa contrebasse, la lui présente comme un siège, une porte à laquelle on frappe, toc toc toc. Un DJ installe une ambiance et la voix de Sarah Olivier vous raconte un... [Lire la suite]
Posté par onarretetout à 08:24 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

29 octobre 2010

Sarah French Quintette, à l'Alimentation Générale

Deux filles, trois garçons, cinq personnalités au service du swing. Combien de cordes ? Deux guitares, une contrebasse, un violon et des cordes vocales. Et ça chante en italien, en espagnol, en anglais, un rythme bien enlevé, les filles devant, qui parlent, qui chantent, qui font danser et rire, les garçons derrière, concentrés, sérieux, qui donnent un tempo jazzy, et, de temps en temps, sont laissés à eux-mêmes pour une valse… On reconnaît les airs qui installent une connivence, et on apprécie les compositions originales. Dans le... [Lire la suite]
Posté par onarretetout à 07:52 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,
12 octobre 2010

Duos féminins au Festival des vendanges de Suresnes

Elles déménagent. Dans leurs textes, leur jeu de scène, dans leurs têtes… Maïon et Wenn ne peuvent pas laisser indifférents. C’est qu’elles connaissent la musique et que leur beau piano à queue rouge contient des secrets inavouables. Ou plutôt le contraire : elles passent aux aveux. Caractères bien trempés (pas seulement parce qu’elles sont bretonnes), elles n’hésitent pas, elles foncent. Et ça me choque et ça me fait rire. Elles ne nous donnent pas l’image féminine attendue d’un duo : deux belles voix, des chansons douces… Les voix... [Lire la suite]
Posté par onarretetout à 08:27 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,
06 octobre 2010

Y la muerte no tendra poder

And death shall have no dominion (Dylan Thomas) And death shall have no dominion. Dead men naked they shall be one With the man in the wind and the west moon; When their bones are picked clean and the clean bones gone, They shall have stars at elbow and foot; Though they go mad they shall be sane, Though they sink through the sea they shall rise again; Though lovers be lost love shall not; And death shall have no dominion. And death shall have no dominion. ... [Lire la suite]
Posté par onarretetout à 07:43 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,
17 septembre 2010

Hindi Zahra

Elle chantait sur la place de l’Odéon, invitée par Courrier International qui fêtait son anniversaire et sa nouvelle formule. Je l’avais découverte, comme beaucoup, avec son Beautiful tango, qui évoquait un ailleurs pas très bien défini mais chargé d’un doux exotisme. Ce soir-là, elle a chassé la pluie et le ciel s’est orné de nuages colorés. Il lui a suffi de bouger les mains, de tourner leurs paumes vers le haut et de faire ce mouvement qui invite à passer. Ou qui invite, simplement. Elle s’exprime sur scène en trois langues... [Lire la suite]
Posté par onarretetout à 08:05 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,