25 mai 2019

Le Parc Montsouris en mai 2019

Il a suffi de quelques pas, récemment, dans le Parc Montsouris pour voir cette plaque sur le chemin le long du lac. Et bien sûr m'est revenu le refrain d'une chanson de Jacques Higelin : "Je ne vis pas ma vie / je la rêve / c'est comme une maladie / que j'aurais chopée tout petit". Mais quand me revient toute la chanson, je me souviens de son début : "Le parc Montsouris / C'est le domaine / Où je promène mes anomalies". Ce mot que je viens d'écrire, on pourrait le découper en quatre syllabes : a - no - ma - li. Chacune de... [Lire la suite]
Posté par onarretetout à 08:03 - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , ,

08 mai 2019

La logique du pourrissement, de Joby Bernabé

(entendu récemment, sur le CD "Par les damné.e.s de la terre", ce texte de Joby Bernabé que j'ai vu disant d'autres textes au Musée d'Orsay dans le cadre de la rencontre "Patrimoines déchaînés" au sein de l'exposition "Le modèle noir de Géricault à Matisse") La logique du pourrissement c’est le fruit mûr tombé foutu de n’avoir pas été cueilli parce que l’homme n’avait pas prévu voulu ou pu connu ou su parce que l’homme a trop attendu ou peut-être tout bonnement parce qu’il l’a parfaitement voulu... [Lire la suite]
Posté par onarretetout à 07:44 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,
17 avril 2019

Par les damné-e-s de la terre - Des voix de luttes 1969-1988

Deux jours après avoir publié sur ce blog un texte à propos d'une poignée de main entre Jean-Marie Tjibaou et Jacques Lafleur, il se trouve qu’on m’offre ce CD compilé par Rocé, qui commence avec un extrait de discours de Jean-Marie Tjibaou : « Nous sommes des hommes ayant une culture et cette culture il faut la montrer ; si on ne la montre pas, on pense qu’on n’existe pas. » Dans le texte de présentation, Amzat Boukari-Yabara cite un entretien avec Jean-Marie Tjibaou paru en 1985 dans la revue Temps Modernes : « Le... [Lire la suite]
Posté par onarretetout à 07:51 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
08 mars 2019

Les dézingués du vocal

Deux Sophie, deux Guillaume. Elles chantent (Sophie Jolis, Sophie Kaufmann), Ils chantent et s’accompagnent au piano (Guillaume Ménard) et à la guitare (Guillaume Nocture). D’abord, ils montrent leurs voix et ce qu’ils peuvent en faire mais, surtout, ils chantent comme ça leur chante. Et ça plaît bien au public. Une mise en scène signée Marinette Maignan et Eddy Lacombe. Des chamallows à l’opéra, des duos sur la longueur des jours, des poupées du Kentucky et traitées aux barbituriques, et surtout des mots qui tournent dans tous les... [Lire la suite]
Posté par onarretetout à 07:31 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
04 décembre 2018

The times they are a-changin', de Bob Dylan

Come gather around people, wherever you roam  And admit that the waters around you have grown  And accept it that soon you'll be drenched to the bone  If your time to you is worth savin'  Then you better start swimmin' or you'll sink like a stone  For the times they are a-changin'  Come writers and critics, who prophesize with your pen  And keep your eyes wide, the chance won't come again  And don't speak too soon, for the wheel's still in spin  And there's no tellin' who... [Lire la suite]
Posté par onarretetout à 08:20 - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags :
02 novembre 2018

FBLADI DELMOUNI

Abdellah Taïa a publié sur Facebook ce texte : « Une chanson politique qui ébranle le Maroc et interpelle directement le pouvoir. Du Gruppo Aquilè. Publiée il y a sept mois, elle est en train de devenir le HIT du moment grâce aux supporters (très politisés) du club de football casablancais RAJA, les Ultras Eagles, qui en ont fait leur hymne: très courageux, ils la chantent d'une manière totalement bouleversante dans les stades (voir vidéo en cliquant sur la photo ci-contre). On pourrait traduire le titre ainsi: Dans mon pays... [Lire la suite]
Posté par onarretetout à 08:01 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

13 mai 2018

Abd-Al-Malik rencontre Albert Camus / L'art et la révolte, hommage musical

Ce n’est pas Camus qui est au centre de ce spectacle, c’est Abd-Al-Malik, du quartier du Neuhof à Strasbourg. C’est lui qui se raconte, se raccrochant à quelques oeuvres de Camus, certes, mais comme s’il y cherchait un prétexte. Mais je ne devais pas attendre de ce spectacle une analyse de textes. Le rappeur fait un concert de rap. Certainement, la construction de ce concert en trois parties, dont chacune est introduite par un texte de Camus en voix off, en fait un spectacle particulier, littéraire. Mais Camus, qu’il dit avoir lu à... [Lire la suite]
Posté par onarretetout à 08:26 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,
09 mars 2018

Naître quelque part

On choisit pas ses parents, on choisit pas sa familleOn choisit pas non plus les trottoirs de ManilleDe Paris ou d'Alger pour apprendre à marcherÊtre né quelque partÊtre né quelque part, pour celui qui est néC'est toujours un hasard(Nom'inqwando yes qxag iqwahasa)(Nom'inqwando yes qxag iqwahasa) Y a des oiseaux de basse cour et des oiseaux de passageIls savent où sont leur nidsQu'ils rentrent de voyage ou qu'ils restent chez euxIls savent où sont leurs oeufsÊtre né quelque partÊtre né quelque part, c'est partir quand on veutRevenir... [Lire la suite]
Posté par onarretetout à 07:56 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,
26 décembre 2017

Hommage à Barbara à la Philharmonie de Paris

Magnifique concert donné par Jeanne Cherhal et Bachar Mar-Khalifé à la Philharmonie de Paris, dans le cadre de l’exposition consacrée à Barbara (jusqu’au 28 janvier). Et que vous pouvez écouter et regarder encore pendant presque un an sur Culturebox. Deux pianos et deux interprètes qui vous feront vivre une heure extraordinaire. Une main, deux, trois, quatre mains. Les musiques de la Femme-piano prennent ici une ampleur étonnante, tantôt battant comme un souffle régulier, l’émotion retenue, tantôt explosant  dans le jeu et le... [Lire la suite]
Posté par onarretetout à 08:18 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,
07 décembre 2017

La Villa, de Robert Guédiguian (3)

« Ils se tiennent la main, ils ont peur de se perdre ». Jacques Brel chante cela à propos des Vieux. Mais se tenir la main pour ne pas se perdre est aussi un geste des enfants qui ne veulent pas être perdus dans la foule ou dans un pays étranger. Dans le film de Robert Guédiguian, ce geste est répété. Il y a ceux qui veulent partir ensemble et ceux qui ne veulent pas être séparés. Des enfants, deux garçons et une fille, la même fratrie que celle d’Armand, Joseph et Angèle, mais venus d’ailleurs, par la mer. Et qui sauvent... [Lire la suite]
Posté par onarretetout à 08:17 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,