30 octobre 2017

Le Mois Kreyol

Le Mois Kreyol, Festival organisé par la Compagnie Difé Kako, et dont George Pau-Langevin était la marraine, a réuni, dans trois villes (Arcueil, Créteil et Paris) des publics divers autour des langues et des cultures créoles, avec l’ambition de sortir du statut d’infériorité ces langues, longtemps interdites d’apprentissage et d’expression publique. Spectacles (contes, bal et spectacle de danse), ateliers (danse, écriture, lecture, cuisine), tables rondes, exposition ont été proposés depuis le 1er octobre au public. Ce week-end,... [Lire la suite]
Posté par onarretetout à 07:51 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

28 octobre 2017

"La main faseye..."

Dans son livre, Cendrillon, Éric Reinhardt raconte les répétitions d'un spectacle de danse chorégraphié par Angelin Preljocaj, Le songe de Médée. À la page 201 (édition Livre de Poche), je suis attiré par le verbe "faseyer". Et, m'y arrêtant un instant, je constate qu'il est annoncé par d'autres mots contenant la lettre "f". Je me suis donc mis à relever ces mots dans cette partie de l'ouvrage, de la page 201 à 205. Les voici : Enfants  - Effectuer - Faseyer - Faire - Fabuleux - Funeste - Coiffeuse... [Lire la suite]
Posté par onarretetout à 08:00 - Commentaires [5] - Permalien [#]
Tags : , , ,
21 octobre 2017

Dans le train, des tranches

Il y a quelque temps, j'ai signalé que Barbara avait chanté la chanson de Brassens, Le Père Noël et la petite fille. Une des particularités de cette chanson est le retour de deux rimes : la rime en -in (ou -ain) et la rime en -anche (parfois modifiée en -ange). Nous allons essayer de reprendre cette particularité. Brassens écrit : Il a mis du pain sur ta planche (la consonne p introduit les deux mots "pain" et "planche")Il a mis les mains sur tes hanches(...)Il a mis du grain dans ta grange (les consonnes gr introduisent les deux... [Lire la suite]
Posté par onarretetout à 07:36 - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , ,
14 octobre 2017

Qui sème récolte

On connaît ce proverbe : Qui sème le vent récolte la tempête. Cette expression fait son  apparition dans la Bible (Livre d’Osée) pour évoquer la colère de Dieu contre le peuple qui lui a préféré le veau d’or (« Ils ont semé le vent, ils vont moissonner la tempête »). Depuis ce temps (8e siècle avant notre calendrier), l’expression a souvent été employée, aménagée, adaptée aux situations. Depuis quelques semaines, je trouve sur mon chemin quotidien des autocollants non signés portant des expressions en plusieurs... [Lire la suite]
Posté par onarretetout à 08:12 - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : ,
07 octobre 2017

Gnomon

Les voyelles indispensables à notre alphabet sont une source de jeux d’écriture que nous allons encore utiliser aujourd’hui. Sur le site de l’Oulipo (suivre le lien dans la colonne de droite), on trouve un texte de Michèle Audin, Gnomon (cliquer sur l'image pour atteindre le texte de Michèle Audin). Elle y développe le procédé suivant : le premier paragraphe est construit suivant la contrainte du monovocalisme, le deuxième paragraphe suivant la contrainte du bivocalisme, le troisième suit la contrainte du trivocalisme, le quatrième... [Lire la suite]
Posté par onarretetout à 08:08 - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : ,
01 octobre 2017

Mots pesés

Pendant quelques semaines, au cours de l’année scolaire 2016-2017, je suis intervenu dans une classe de Seconde professionnelle au Lycée Marguerite Yourcenar de Morangis (91). Je suis allé remettre ces jours-ci l’ouvrage rendant compte de ces ateliers. Mots pesés est son titre. La balance est un des symboles de la justice et c’est autour de ce thème que se sont déroulées plusieurs de nos rencontres hebdomadaires. Faire peser les mots, parfois même lettre à lettre, a été une action qui a soulevé bien des échanges, des discussions,... [Lire la suite]
Posté par onarretetout à 07:43 - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : ,

30 septembre 2017

lE trEntE sEptEmbrE

Si, la semaine dernière, je vous ai fait jouer avec l’eau, aujourd’hui, lE trEntE sEptEmbrE, je vous ferai jouer avec les « e ». Perec, au nom prédestiné, l’a fait avec un livre fameux intitulé Les Revenentes. D’autres oulipiens (et même d’autres que les oulipiens) l’ont fait aussi. Il s’agit de ne vous autoriser qu’une voyelle dans votre texte : le « e ».  C’est léger, c’est élémentère, ce jeu est étrenne, n’est-ce ?(Dans cet exemple, me fait-on justement remarquer, "jeu" ne respecte pas la règle : il y a... [Lire la suite]
Posté par onarretetout à 07:45 - Commentaires [3] - Permalien [#]
Tags : ,
23 septembre 2017

Trop d'eau

Il y a quelques jours, j'ai trouvé sur ma porte le message ci-contre, en lettres rouges. Il y avait en effet une fuite chez moi et l'eau avait été coupée pour éviter que les dégâts à l'étage inférieur ne soient trop graves. Depuis, la fuite a été identifiée et un plombier a réparé ce qui devait l'être. Mais regardez le message qui m'était adressé. Un mot contient la lettre "o" sur la première ligne, c'est le verbe "couper". Un peu plus loin, on rencontre le son "o" (écrit "eau"). On retrouve un "o" sur la troisième ligne. Puis, à... [Lire la suite]
Posté par onarretetout à 07:47 - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : ,
16 septembre 2017

Sur une corde dans un conte

Il y a quelques jours, je vous présentais un livre de Franck Pavloff, La nuit des enfants qui dansent. « Un garçon mince, délié, défie le vide à vingt mètres du sol ». Son prénom, Zâl. Il veut rejoindre le Simorg, roi des oiseaux dans le poème persan intitulé Le langage des oiseaux, parfois La conférence des oiseaux. Sur une coRDe, Zâl entre dans un coNTe.  Dans cette phrase que je viens d’écrire, le mot corde devient conte par le changement de seulement deux lettres : RD se transforme en NT. D’autres mots permettent... [Lire la suite]
Posté par onarretetout à 07:34 - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , ,
09 septembre 2017

D'une ville à l'autre

C’est la rentrée. Vous avez peut-être fait des voyages pendant ces vacances ou pendant d’autres vacances. Je vous propose de les évoquer ici. C’est très simple. Vous choisissez deux villes dont les noms auront en commun le début et la fin. Par exemple AlfortVILLE et AbbeVILLE. Vous composerez une phrase qui commencera par « Pour aller de ….. à ….. » et où les lettres qui ne sont pas communes aux deux villes apparaîtront dans l’ordre où elles apparaissent dans les deux noms. Ainsi : Pour aller d’AlfortVILLE à AbbeVILLE, iL... [Lire la suite]
Posté par onarretetout à 08:18 - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : ,