22 juillet 2017

Le corbillon de Janette

La semaine dernière, je vous ai invités à chercher trois métiers en suivant une présentation d’Annie Saumont dans le Florilège de nouvelles publié par les Éditions Julliard. Revenons à ce livre. Dans une autre nouvelle, on peut lire : « Elle a dit qu’on allait jouer aux mots. Ça a commencé par le corbillon. Un truc débile. Typiquement un truc de fille. Dans mon petit corbillon rond que met-on ? Le jeu  c’est de trouver chacun son tour et en vitesse des mots qui finissent par on un melon du savon le bouton un crayon un... [Lire la suite]
Posté par onarretetout à 07:32 - Commentaires [7] - Permalien [#]
Tags : , ,

15 juillet 2017

Trois qu'est-ce

Les Éditions Julliard ont publié récemment un Florilège de nouvelles d’Annie Saumont. Plus de 400 pages, 45 nouvelles. J’y reviendrai dans quelques jours. Aujourd’hui, je m’arrête sur celle qui s’intitule Toi, qu’est-ce. « Qu’est-ce que tu veux faire plus tard ? Moi ? Quand ? Plus tard c’est quand ? Eh bien lorsque tu seras grand. Moi, grand ? C’est tellement loin. » Dans cette nouvelle, Annie Saumont fait des listes de métiers possibles. Je retiens ceux-ci : « Les cueilleurs de thé à IvohaLes marchand de pieuvres... [Lire la suite]
Posté par onarretetout à 07:58 - Commentaires [6] - Permalien [#]
Tags : , ,
08 juillet 2017

Pour accueillir les vacances d'été

En cette fin de semaine commencent les vacances d’été. Nous allons d’abord dissocier les syllabes, leurs sonorités : va - can - ce - dé - té. Nous trouverons, pour chaque sonorité, un nouveau mot d’accueil. Par exemple, « va », nous pouvons l’accueillir dans « avaler ». Et ainsi de suite pour les cinq sonorités ci-dessus. Puis nous écrirons une phrase où ces sonorités arriveront dans l’ordre qu’elles ont dans « vacances d’été » mais éloignées les unes des autres. Exemples : « va » est dans... [Lire la suite]
Posté par onarretetout à 07:53 - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags : ,
01 juillet 2017

Hiatus virulents

Dans le livre de Jacques Roubaud dont je présente dans ce blog chaque mois quelques Remarques, on peut lire celles-ci : 1675 - L’hiatus le plus virulent est celui de deux voyelles identiques : nu ustensile. 1676 - contrainte - un sonnet saturé d’hiatus virulents. J’ai essayé : Toi, ta porte close ou ouverteclaque à AnnemasseUn livreur de pizza alertet’invoque : ô Horace ! Aujourd’hui, hier t’a-t-on vu chaussé, échassesprêtées à Alberte,la femme du kiné ? Ici, il masse.  Quand elle était à Avignonelle dansait sur un quai... [Lire la suite]
Posté par onarretetout à 07:33 - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , , ,
29 juin 2017

Deux ateliers d'écriture en lycée

Au cours de cette année scolaire, j’ai animé deux ateliers d’écriture dans deux lycées de l’Essonne.  L’un au Lycée Clément Ader d’Athis-Mons (91) sur le thème « Pourquoi le théâtre ? » Au cours du premier trimestre, les deux professeurs impliqués dans ce projet, Yelena Susic et Laurent Bernal, ont récolté près de 150 textes autour de cette question. C’est à partir de cela, en réduisant peu à peu le nombre de ces textes par un jeu d’improvisations, tout en veillant à garder en tête la question, que s’est élaboré avec... [Lire la suite]
Posté par onarretetout à 07:46 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,
25 juin 2017

Dans l'atelier de l'écriture on n'apprend pas à nager par correspondance, de Jean-Noël Blanc

Jean-Noël Blanc vous invite dans sa fabrique. Ce livre n’est pas un recueil de trucs, de procédés destinés à composer des romans. Cela ne s’apprend pas comme on apprendrait à l’école. Il faut distinguer l’analyse littéraire de la pratique de l’écriture. Et, en premier lieu, il faut oser. C’était aussi ce qu’écrivait en d’autres termes Patrick Laupin dans son livre Le courage des oiseaux. Si vous lisez bien le titre de Jean-Noël Blanc, soyez attentif à l’atelier de l’écriture : il ne s’agit pas d’atelier d’écriture. Il s’agit... [Lire la suite]
Posté par onarretetout à 07:53 - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : ,

24 juin 2017

Dégât des eaux

Au début de cette semaine, un dégât des eaux a été constaté dans la librairie de la ville où j'habite. L'expression, tout le monde la connaît. Il s'agit bien des dégâts provoqués par des eaux. Singulier ou pluriel, le rapprochement de ces deux mots amène le jeu de cette semaine. Nous allons remplir des phrases avec des mots commençant soit par déga- ou des ga- (il faut entendre le son "a" et non "an" ni "ai") soit par déso- ; ces mots devront alterner dans vos phrases. Exemple : D'avoir désobéï, il fut dégalonné... [Lire la suite]
Posté par onarretetout à 08:03 - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags : ,
17 juin 2017

Les mots cachés des soirs de juin

Dans un poème fameux, intitulé Roman, Arthur Rimbaud écrit : Les tilleuls sentent bon dans les bons soirs de juin ! Savait-il que, bien des années plus tard, juin serait un mois d’élections ? Et d’abstention… On peut en effet trouver ce mot en piochant des lettres dans ce vers. Les tilleuls sentent bon dans les bons soirs de juin ! Savait-il que, des années plus tard, juin serait un mois de ramadan ? Donc de jeûne… On peut en effet trouver ce mot en piochant des lettres dans ce même vers. Les tilleuls sentent bon dans les bons... [Lire la suite]
Posté par onarretetout à 08:00 - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , ,
10 juin 2017

Samedi dix juin

Profitant du redoublement du son "di" qu'on entend quand on nomme ce jour d'hui, je vous propose d'écrire des phrases où se suivront de tels redoublements, le son "di" (qui pourra s'écrire di, dit, dis, die, dy) de la dernière syllabe d'un mot étant suivi d'un mot dont la première syllabe sera "di". Exemple :Aujourd'hui, samedi dix juin, j'écoute un air de Verdi divertissant. Et j'applaudis, distribuant mes bravos à chaque musicien. C'est à vous main tenant, postez vos di-di dans les commentaires ci-dessous. Merci.
Posté par onarretetout à 08:12 - Commentaires [3] - Permalien [#]
Tags : ,
03 juin 2017

Article 13

Le texte de l’article 13 de la Déclaration universelle des Droits de l’Homme (ci-contre oeuvre de Taysir Batniji) dit ceci : Toute personne a le droit de circuler librement et de choisir sa résidence à l’intérieur d’un Etat. Toute personne a le droit de quitter tout pays, y compris le sien, et de revenir dans son pays. Je vous propose de réécrire ce texte en changeant les mots que j’y souligne mais en en gardant l’initiale. Un nom reste un nom, un verbe reste un verbe, un adverbe reste un adverbe. Exemple avec la... [Lire la suite]
Posté par onarretetout à 08:11 - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , ,