17 février 2018

Un petit soldat de plomb

Il y a une semaine, je vous ai invités à écrire des phrases où les mots de plus de trois lettres contenaient une ou plusieurs des lettres  j, k et v, consonnes qu’il faut toujours prononcer en français. Les autres consonnes peuvent être muettes. Exemples (cités par les auteurs de La faute de l’orthographe) : le b de plomb le c de tabacle d de profondle f de cerfle g de doigtle h de hélicoptèrele l de gentille m de condamnéle n de colonne (un des deux n au choix)le p de baptêmele q de jacquardle r de monsieurle s de prèsle t de... [Lire la suite]
Posté par onarretetout à 07:35 - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , ,

10 février 2018

Jour anniversaire

Dans le livre La faute de l’orthographe (comme dans le spectacle La convivialité), on peut lire : « En français, il y a beaucoup de lettres qu’on ne prononce pas. Prenons les consonnes, par exemple. Il n’y en a que trois qui doivent toujours se prononcer (qui ne peuvent jamais être muettes : le j, le k et le v. Toutes les autres peuvent être muettes. » Je vous invite à faire une liste de mots contenant au moins l’une de ces trois lettres, puis à écrire une phrase (ou plusieurs) où tous les mots de plus de trois lettres... [Lire la suite]
Posté par onarretetout à 07:43 - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : ,
06 février 2018

Terre à terre, de Jean-Christophe Norman, au MacVal de Vitry-sur-Seine (94)

Le mur écrit, au MacVal, me fait d’abord penser à des oeuvres de street art dont Vitry-sur-Seine est le lieu d’exposition à ciel ouvert. Puis je me souviens de cette oeuvre vue dans l’exposition Hors les murs à Alfortville, où les mots d’un texte étaient remplacés par des rectangles à la taille desdits mots. Et en approchant, je vois une écriture, des lignes de mots, penchés vers la gauche, et formant un long texte que je voudrais lire. J’ai appris, en entrant dans l’immense salle, que Jean-Christophe Norman a été alpiniste. Il y a... [Lire la suite]
Posté par onarretetout à 08:20 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,
03 février 2018

La prononciation du mot forsythia

Voici un extrait du spectacle La convivialité. Prenons par exemple le son /s/. Comment peut-on écrire ce son en français 1. s2. ss3. c4. ç5. sc6. t (-tion)7. x (dix, six)8. z (quartz)9. th (forsythia)10. sth (asthme)11. cc (succion)12. sç (il acquiesça) Je vous invite à trouver des mots où le son /s/ s’écrit de quelques-unes de ces façons (au moins quatre différentes) et de les placer dans un court texte que vous posterez dans les commentaires ci-dessous. Dans cette phrase, j’en ai placé cinq : « s’écrit »,... [Lire la suite]
Posté par onarretetout à 07:44 - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , , ,
02 février 2018

La convivialité, de et par Arnaud Hoedt et Jérôme Piron

Ce n’est pas une conférence, ni un cours magistral. C’est un spectacle. Les deux hommes sur scène ne sont pas des comédiens : l’un est professeur de français, l’autre professeur de religion catholique, ils sont belges. Ils ont mis en scène et jouent un spectacle. De quoi s’agit-il ? De la langue française.  Nancy Huston écrit, à propos des francophonies, qu’elle souhaite que la langue française « cesse de se comporter en reine agacée et se mette à l’écoute de ses peuples ». Les deux protagonistes du spectacle nous... [Lire la suite]
Posté par onarretetout à 07:45 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,
27 janvier 2018

Quand les postiers auront des dossards

Dans un petit livre, Le livre de lecture, Gertrude Stein écrit :  « Au moment où les dattes sont mûres, au moment où les bananes sont jaunes, au moment où les olives sont vertes au moment où il n’y a pas d’entre-deux, au moment où le moment est venu de se lever et de somnoler au moment où tous les mots ont été écrits… »  Et ainsi de suite. Il y a dans son texte des choses qui peuvent arriver et des choses qui ne sont pas possibles. Ce à quoi je vous invite aujourd’hui, c’est d’écrire ces possibilités et ces... [Lire la suite]
Posté par onarretetout à 08:06 - Commentaires [5] - Permalien [#]
Tags : , ,

20 janvier 2018

Derain et l'Estaque

« En somme, je ne vois d’avenir que dans la composition, parce que, dans le travail d’après nature, je suis l’esclave de choses si stupides que mon émotion en reçoit un contrecoup. Je crois que le problème est plutôt de grouper les formes dans la lumière, de les harmoniser concurremment à la matière dont on dispose. » Cette citation d’André Derain, dans le catalogue qui lui est consacré par le Centre Pompidou a sa traduction en anglais. Dans le texte traduit, les accents ont disparu des mots écrits. « D’après... [Lire la suite]
Posté par onarretetout à 07:30 - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , , ,
13 janvier 2018

Sélection pour le Prix Marcel Duchamp 2017 au Centre Pompidou, à Paris (4)

Vittorio Santoro La quatrième installation qui concourait pour le Prix Marcel Duchamp s’intitulait « Il faut qu’une porte soit ouverte ou non fermée » (photo Massimo Rosa). On pouvait la voir sans y entrer à travers une fenêtre où était fixée une lame de guillotine. Si on entrait, on pouvait marcher sur un puzzle. Une planche était suspendue au plafond, l’autre extrémité touchant le sol. Au fond de l’installation flottait un drapeau. J’ai appris par la suite que d’autres drapeaux étaient installés dans la ville (mais je... [Lire la suite]
Posté par onarretetout à 08:05 - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , ,
06 janvier 2018

Tout change, écrivait Ovide

Marie Cosnay a traduit Les Métamorphoses d’Ovide, magnifique travail et magnifique ouvrage publié par les Éditions de l’Ogre. Elle met à jour les histoires de la mythologie, de la création du monde, des dieux, des héros. Tout, écrit Ovide au début de notre ère, change. Son immense poème ambitionne de rendre compte « du début du début du monde / jusqu’à mon temps ». Et au début du début règne le chaos. « Quand il y avait terre, il y avait mer et il y avait air, mais c’était terre instable, onde innavigable, air... [Lire la suite]
Posté par onarretetout à 08:17 - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , , ,
30 décembre 2017

C'est Noël, Bob l'Éponge offre des poèmes

Le père Noël invite au bivocalisme. Olivier Salon, dont vous avez déjà lu le nom ici ou là, et même ailleurs, le définit ainsi : Le bivocalisme consiste à écrire un texte ne comportant que deux voyelles. Le père Noël ne comporte que deux voyelles : le e et le o. C’est donc cette règle que nous allons suivre. Exemples : Le père Noël est hors de nos terres, on ne le sort des pôles, on ne le hèle. Mort donc, le père Noël ? Oh non ! Le père Noël dort contre le bord des mondes. En Essonne, Bob l'Éponge offre des poèmes, des sonnets,... [Lire la suite]
Posté par onarretetout à 07:45 - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags : ,