18 avril 2018

Black Dolls, la collection Deborah Neff, à la Maison rouge (Paris)

La collection de ces poupées soulève de nombreuses questions qui méritent sans doute qu'on s'y attarde. Avant d'être porteuses de revendications sociales, elles ont peut-être été simplement signe de la relation à la mère, d'autant plus que certains enfants en étaient séparés dans le contexte de l'esclavage. Relation à la mère, mais aussi projection de soi. Ainsi on voit sur des photos des enfants noirs portant une poupée blanche (et je me souviens de James Baldwin racontant qu'il n'a découvert qu'à près de 8 ans qu'il n'était pas... [Lire la suite]
Posté par onarretetout à 08:02 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

17 avril 2018

Ceija Stojka, une artiste rom dans le siècle - à la Maison rouge (Paris)

Ceija Stojka est née en 1933. À 10 ans elle est déportée avec sa mère et ses frères et soeurs à Auschwitz-Birkenau, puis Ravensbrück puis Bergen-Belsen. Quarante ans plus tard, elle éprouve le besoin de laisser un témoignage : écrits, dessins et peinture vont se succéder et s'accumuler jusqu'à ce qu'une documentariste autrichienne, Karin Berger, la rencontre et l'aide à restranscrire ses manuscrits et lui consacre deux documentaires. La Maison rouge expose environ 150 dessins et peintures, presque toujours accompagnés de textes,... [Lire la suite]
Posté par onarretetout à 07:38 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,
16 avril 2018

Lionel Sabatté à la Maison rouge, à Paris

Le titre, c'est Demeure. Faut-il y voir un lien avec la fermeture annoncée de la Maison rouge ? Une demande adressée au fondateur de ce lieu original dans la vie artistique parisienne ? Ou simplement un nom commun, désignant une maison. Lionel Sabatté installe sa construction dans le cube de verre au coeur du bâtiment. Étrange végétation poussant le long de fers à béton, ressemblant à des visages superposés, exprimant, me semble-t-il, toutes celles et tous ceux qui se succèdent dans un immeuble, une maison, une forêt. Car il y a de... [Lire la suite]
Posté par onarretetout à 07:30 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
15 avril 2018

Aliz'art exposait au 148, à Alfortville (94)

Les aquarellistes d'Aliz'art proposent chaque année une exposition. Et, chaque fois, c'est une approche particulière et partagée qu'ils nous offrent. Il y a quelques années, c'était autour du haïku ; cette année, ils se sont donné pour règle de n'utiliser que deux couleurs, le jaune et le bleu. Tout un mur de la salle d'exposition était réservé aux réalisations répondant à cette règle. D'autres oeuvres, sur les autres murs, pouvaient y déroger. Ce qui permettait à la fois de montrer la diversité au sein du groupe et son projet... [Lire la suite]
Posté par onarretetout à 07:58 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,
14 avril 2018

En avril

Avril a cinq lettres différentes. Et nous sommes, ce week-end, au milieu du mois. La lettre au milieu du mot avril est le R. Trouvez des mots contenant cinq lettres, toutes différentes, dont la lettre centrale sera un R. Exemples : caRpe, muRet, abRis, ouRse, poRte, paRue, PaRis, foRme... Quand vous avez trouvé quelques mots, composez avec au moins trois d’entre eux une phrase commençant par « En avril ». Et recommencez deux autres fois. Ça fera trois phrases. De quoi allonger la liste des proverbes et dictons concernant... [Lire la suite]
Posté par onarretetout à 07:35 - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : ,
13 avril 2018

L'amour est très surestimé, de Brigitte Giraud

Brigitte Giraud écrit presque toujours à la première personne. La narratrice, l’auteure, est-ce la même ? Et qu’importe au fond ? C’est peut-être moi, lecteur. Car le « je » que je lis ne se dissocie pas facilement de moi. Et quand il se dissocie, il fait de moi un « tu » à qui est adressé le texte. Ainsi les nouvelles de ce livre, L’amour est très surestimé, tantôt semblent évoquer des situations que j’ai vécues, tantôt me font destinataire du récit. Difficile face à face au matin quand la relation amoureuse a... [Lire la suite]
Posté par onarretetout à 08:18 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

12 avril 2018

Rue du monde, la poésie

À l'occasion du Printemps des poètes, l'éditeur RUE DU MONDE a publié cette année une anthologie sous forme de réponses de poètes vivants à des questions posées par des enfants. C'est Pfff ! ça sert à quoi la poésie ? Mais c'est un ouvrage plus ancien que j'ai retrouvé chez moi : Le petit Oulipo. Des poèmes, des jeux de mots, des animaux ou plutôt des ani-mots, des contraintes, des règles du jeu, car il s'agit de jouer, donc c'est sérieux, un peu. Il y a les dessins de Lucile Placin. Et des textes écrits par Michèle Audin, Marcel... [Lire la suite]
Posté par onarretetout à 07:44 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,
11 avril 2018

Les enfants du Temps qui Vient, de Gaia Guasti

« L’Ancienne est partie ». Et la Jeune est la dernière à être née dans le clan. Est-ce le climat ? Est-ce autre chose ? Il n’y a plus de naissances et le clan quitte sa montagne enneigée. Mais le Vieux et le Vaillant craignent les Nouveaux dont on ne connaît pas grand-chose, sinon qu’ils sont bruyants, sinon qu’ils ont des mains rouges, sinon qu’ils sont proches. L’esprit de l’Ancienne, sa voix qui berçait les enfants du temps qu’elle était encore vivante, va inviter la Jeune à voir de ses propres yeux ce que les autres ne... [Lire la suite]
Posté par onarretetout à 08:08 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
10 avril 2018

Le cheval qui galopait sous la terre, de Dedieu

Une histoire d’amitié dont le début m’a fait penser à Montedidio d’Erri de Luca. Sans doute parce que l’enfant, Petit Jean, commence à travailler à 13 ans. Oui des enfants ont travaillé en Europe à partir de 13 ans et c’était normal pour l’enfant que nous suivons dans le livre d’Erri de Luca. Oui, des enfants ont travaillé dans la mine, en France, à 13 ans, et ce n’est pas si ancien. À 13 ans, beaucoup d’enfants ont travaillé dans des usines, en France, et sans doute les patrons trouvaient cela normal. Comme il était normal de faire... [Lire la suite]
Posté par onarretetout à 08:09 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
09 avril 2018

Écrire. Un caractère - de Christiane Veschambre

« Écrire n’a pas de genre », « Écrire n’a pas de biographie », « Écrire ne veut pas travailler ». Christiane Veschambre nous dit, par des textes courts, sa vie avec Écrire qui parfois s’absente, parfois « nous travaille », se comporte comme « un petit anarchiste qui ne veut d’aucune contrainte — que les siennes ». Ce livre n’est pas un essai, c’est une rencontre. On y croise Ernesto qui ne veut plus aller à l’école « parce qu’à l’école on m’apprend des choses que je ne sais... [Lire la suite]
Posté par onarretetout à 08:09 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,