09 avril 2017

Erri de Luca à la Maison de la Poésie, à Paris (5)

Pour conclure cette rencontre à la Maison de la Poésie, Erri de Luca revient à la Méditerranée, Mare Nostrum, notre mer. Il nous dit que chaque exilé sur un bateau est l’un de nous. Que nous sommes ces exilés. Que ces visages sont nos visages. Et il nous dit ce texte en italien, puis en français.  Mare nostro che non sei nei cieli e abbracci i confini dell'isola e del mondo,sia benedetto il tuo sale, sia benedetto il tuo fondale.Accogli le gremite imbarcazionisenza una strada sopra le tue onde,i pescatori usciti... [Lire la suite]
Posté par onarretetout à 07:38 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

08 avril 2017

Hypocoristique

J’ai lu, dans le livre de Thomas Clerc, Intérieur, qu’il qualifie un de ses manteaux de « bon ». Il écrit : « — Pourquoi dites-vous « mon bon manteau »? —Parce que je suis affectueux à l’excès ». Sa formule doit être dite hypocoristique. Selon le Centre National de Ressources Textuelles et Lexicales, est hypocoristique un terme qui exprime une intention caressante, affectueuse, notamment dans le langage des enfants ou ses imitations. Redoublement hypocoristique ; usage, valeur hypocoristique d'un mot.... [Lire la suite]
Posté par onarretetout à 08:15 - Commentaires [5] - Permalien [#]
Tags : ,
07 avril 2017

Erri de Luca à la Maison de la Poésie, à Paris (4)

Encore un mot, à propos de la beauté. Pour Erri de Luca, la beauté n’est pas du tout un élément de décoration de la réalité. C’est une force. C’est une poussée. Quand on entend ces mots, on ne peut s’empêcher de penser à ce qu’il nous a dit un peu plus tôt : les plantes, les arbres, le feu, la lave des volcans, la main d’Ève cueillant le fruit de l’arbre de la connaissance du bien et du mal, tout cela est beauté, poussée du bas vers le haut, le contraire de la gravitation. Dans l’Évangile de Marc, Jésus guérit un aveugle. Il lui met... [Lire la suite]
Posté par onarretetout à 07:37 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
06 avril 2017

Erri de Luca à la Maison de la Poésie, à Paris (3)

Naples, une ville d’Italie. Erri de Luca prend le temps de nous dire que la Méditerranée a été le passage de tous les êtres humains vivant en Europe. Énée, fondateur de Rome, était un exilé de Troie, un de ceux qu’on qualifierait aujourd’hui de réfugiés. Et ce sont les Grecs qui on bâti Naples avant de la quitter en y laissant les Napolitains. La présence du volcan, les rites qui y sont attachés, les dominations successives, et surtout la densité de population expliquent la langue napolitaine, celle qui doit dire beaucoup en mots... [Lire la suite]
Posté par onarretetout à 07:36 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
05 avril 2017

Erri de Luca à la Maison de la Poésie, à Paris (2)

Un savant anglais, un jour, reçut une pomme sur la tête, dit-on. Que l’épisode soit avéré ou non, ce savant anglais a élaboré la théorie de la gravitation universelle. Tout serait donc attiré vers le bas. Mais alors, comment expliquer que les plantes, les arbres, le feu montent vers le ciel ? C’est une poétesse russe qui a, un autre jour, parlé de l’attraction céleste : elle s’appelait Marina Tsvetaeva. Non seulement Erri de Luca ne peut que confirmer ce propos, lui qui est né à Naples, près d’un volcan qui envoie vers le ciel sa... [Lire la suite]
Posté par onarretetout à 07:35 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
04 avril 2017

Erri de Luca à la Maison de la Poésie, à Paris (1)

Italissimo est le titre d’un Festival de littérature et culture italiennes organisé par la Maison de la Poésie et l’institut culturel italien à Paris. Erri de Luca en était l’invité le 1er avril. Son propos commence avec un chantier en Tanzanie. Il y découvre une Bible, en hébreu et se met à apprendre cette langue pour traduire le livre. À plusieurs reprises, il reviendra, au cours de cette soirée, sur cette traduction.  D’abord, il est étonné de lire « il dit » au début de toutes choses. La création, selon... [Lire la suite]
Posté par onarretetout à 07:34 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

03 avril 2017

Nuit du jour, exposition de François Pourtaud

François Pourtaud m’a invité à regarder le montage de photos projeté sur un écran avant de visiter l’exposition.      « Forainde » en est le titre : mélange de forain et d’Inde. Rapprochant des photographies prises en Inde (sur la partie droite de l’écran) de photographies prises sur des fêtes foraines (sur la partie gauche de l’écran), il en révèle les couleurs similaires, de l’ordre de la joie, d’une riche apparence masquant parfois le dénuement (comme dans une chanson de Gaston Couté : « Tiens, p’tit... [Lire la suite]
Posté par onarretetout à 07:31 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
02 avril 2017

Lettres en vol

C’est dans le cadre du Printemps des poètes, dans le sous-sol d’un bar nommé « La pomme d’Ève », à Paris, que j’ai entendu, et découvert, quelques poètes : France Burghelle Rey, Pascal Mora, Mona Gamal El Dine, Claudine Bohi, Germain Roesz, Roberto Reséndiz Carmona venu du Mexique, puis Sylvestre Clancier a évoqué dans un poème Gaston Miron, et Rocío Durán-Barba a conclu en présentant son livre en hommage à Nelson Mandela. Arnaud Delpoux accompagnait au piano et à la guitare ces lectures. J’y reviendrai.
Posté par onarretetout à 07:35 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,
01 avril 2017

Un poisson dans l'eau

 Le calendrier a échappé à ma vigilance. « L’autre » et « abcl » ont donc, à juste titre, réclamé le jeu du samedi sur ce blog. Je suis la recommandation de « l’autre » et vous remercie de mettre sur ce blog de l’eau pour le poisson d’avril. Vous ferez d’abord une liste de mots se terminant par « -eau » et vous ferez des phrases qui en contiendront au moins trois. Exemple : Près du chapiteau, un étourneau jouait à saute-ruisseau. C’est à vous main tenant, postez vos eaux dans les... [Lire la suite]
Posté par onarretetout à 09:13 - Commentaires [6] - Permalien [#]
Tags : ,
01 avril 2017

Tigran Hamasayan au Trianon

La salle est pleine, impatiente. Et, dès qu’il est assis devant son piano, Tigran Hamasyan nous emporte dans ses notes légères, ou dans ses rythmes sidéraux, sa voix qui s'élève quand il sort la tête des notes blanches et noires du clavier, des souffles, des percussions vocales, et à nouveau les envolées subtiles ou magnifiques. Nous planons dans une musique qui sait parler du silence, dans des images qui jonglent avec la lumière. Nous planons, nous plongeons, ses mains sont sans violence et trouvent sur les cordes du piano des... [Lire la suite]
Posté par onarretetout à 07:45 - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags :