17 janvier 2019

Frères sorcières, d'Antoine Volodine (Éditions du Seuil)

Lorsqu’il a créé les auteurs post-exotiques, Antoine Volodine a annoncé qu’ils seraient les auteurs de 49 livres. Frères sorcières est le 43ème.  Il contient trois parties qui s’articulent autour de la parole proférée, des imprécations, des slogans étranges, venus du fond des âges. La grand-mère d’Éliane Schubert, comédienne dans la Compagnie de la Grande-Nichée, les prononçait déjà et Éliane Schubert elle-même les scande à son tour pour résister au sort violent, qu’elle partage avec les autres comédiennes et ses... [Lire la suite]
Posté par onarretetout à 07:47 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

16 janvier 2019

Persona Grata, au Musée national de l'Histoire de l'Immigration - suite

Dôme, de Moataz Nasr Une tente, un abri arrondi de bois tressés reposant sur un lit de cristal, verre brisé ou vagues remuées doucement. Un abri où s’arrêter un temps court ou long, une demeure de nomade, qui accueille ou protège. De son coeur monte une lumière vive, peut-être cette même lumière qui filtre derrière la porte de Judith Reigl. Cette lumière-là projette vers le ciel obscurci un mot, un seul, dans la langue de l’artiste Moataz Nasr, le mot arabe qui dit « amour ».
Posté par onarretetout à 08:15 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
15 janvier 2019

Persona Grata, au Musée national de l'Histoire de l'Immigration - suite

Extraire d’un document une phrase lui fait dire sans aucun doute autre chose qu’elle était censée signifier. Ici, Latifa Echakhch extrait d’un formulaire à remplir auprès de l’administration cette indication « à remplir par l’étranger ». D’autres espaces seront « à remplir par l’administration ». Et soudain apparait nettement qu’il y a d’un côté l’administration, anonyme et vaguement collective, et de l’autre côté l’étranger, seul. Mais l’artiste va encore plus loin : elle creuse cet « à remplir par... [Lire la suite]
Posté par onarretetout à 07:35 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
14 janvier 2019

Persona Grata, au Musée national de l'Histoire de l'Immigration - suite

Derrière la porte, qu’y a-t-il ? Une pièce interdite d’accès comme dans certains contes ? Un espace de liberté que semble dessiner le contour lumineux de son chambranle ? L’issue impossible ou l’accès possible vers un ailleurs ? Voilà ce qu’évoque cette toile de Judith Reigl. Une fois qu’on a contourné cette toile, on trouve de l’autre côté un personnage de taille humaine, d’aspect humain, mais sans visage, sans rien qui le distingue. C’est peut-être un homme (la toile s’intitule L’égyptien) mais ce n’est encore qu’une... [Lire la suite]
Posté par onarretetout à 08:14 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,
13 janvier 2019

Rencontre avec Laurent Gaudé à la Librairie L'Établi, à Alfortville (94)

Salina, personnage créé par Laurent Gaudé, est revenue dans ses mots après plus de dix ans. Elle était d’abord apparue au théâtre, la voici dans un roman. À la question de savoir quelle était pour lui la différence entre l’écriture théâtrale et celle du roman, il dit qu’il a d’abord écrit pour le théâtre, que, pendant une dizaine d’années, Hubert Gignoux relisait tout ce qu’il écrivait et lui faisait des remarques : ça a été son apprentissage. Et son écriture, depuis, est un peu sa voix. On entend alors comme les mots viennent dans... [Lire la suite]
Posté par onarretetout à 08:15 - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : ,
12 janvier 2019

Vie & opinions de Gottfried Gröll, de Christophe Manon

« Gröll c’est le pantin qui fait le clownjuste derrière mon dos. » C’est. Christophe Manon, à la première personne du singulier, et tantôt Gröll, « Il y a du réel qui s’échappe / mais on n’est jamais sûr de le retrouver ». Il recherche l’amour, ça compte. Il s’exprime en poèmes de onze vers. Il « parle français dans une langue étrangère et c’est drôle ». Le vide le hante, qui « se divise / à l’infini ». Bien sûr, dans le réel, il y a des flics, du fric et d’autres trucs, comme « le... [Lire la suite]
Posté par onarretetout à 08:17 - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , , ,

11 janvier 2019

Persona Grata, au Musée national de l'Histoire de l'Immigration - suite

The new world’s climax IIIde Barthélémy Toguo À chaque passage de frontière, un tampon sur le passeport et l’empreinte digitale. Ici, le doigt qui a servi à l’empreinte est la trace du gros orteil de l’artiste. Et je pense à Aimé Césaire qui écrit, dans le Cahier d’un retour au pays natal : Et je me dis Bordeaux et Nantes et Liverpool et New York et San Franciscopas un bout de ce monde qui ne porte mon empreinte digitaleet mon calcanéum sur le dos des gratte-ciel et ma crasse dans le scintillement des gemmes !Qui peut se... [Lire la suite]
Posté par onarretetout à 08:17 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,
10 janvier 2019

Apulée n°2 - janvier 2019

Cette revue annuelle de littérature et de réflexion initiée par Hubert Haddad s’engage à parler du monde d’une manière décentrée, nomade, investigatrice, loin d’un point de vue étroitement hexagonal, avec pour premier espace d’enjeu l’Afrique et la Méditerranée. C’est autour du nom prestigieux d’Apulée – auteur berbère d’expression latine qui, avec l’Âne d’or ou les Métamorphoses, ouvrit au IIe siècle une extraordinaire brèche de liberté aux littératures de l’imaginaire – que se retrouvent ici écrivains et artistes venus d’horizons... [Lire la suite]
Posté par onarretetout à 07:47 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,
09 janvier 2019

Persona Grata, au Musée national de l'histoire de l'immigration

Eldorado, de Lahouari Mohammed Bakir, néon dont la lumière est tournée vers l’intérieur et n’éclaire pas au loin. Je pense au livre de Laurent Gaudé. Un peu plus loin, dans la nuit, Laura Henno a filmé au large des Comores l’initiation de Patron, un enfant de onze ans, par son père adoptif, Commandant Ben. Et c’est encore à Laurent Gaudé que je pense (Le soleil des Scorta) mais aussi à Natacha Appanah (Tropique de la violence)
Posté par onarretetout à 07:35 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,
08 janvier 2019

Une Élégie du Nord d'Anna Akhmatova - Sophie Benech

S’il y est question de traduire, ce livre de Sophie Benech est aussi celui d’Anna Akhmatova. Car il ne contient qu’un poème de la poétesse russe née en 1889 et morte en 1966, une Élégie du Nord. Mais c’est à travers six versions différentes en français que nous allons l’approcher. Sophie Benech montre simplement comment les traducteurs ont dû faire des choix, parfois, souvent, entre le rythme et les sonorités, et, ces choix, les faisant avec leur sensibilité. Dans cet ouvrage, elle nous offre une lecture ouverte d’un poème qu’on ne... [Lire la suite]
Posté par onarretetout à 08:13 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,