26 avril 2017

Parrêsia, par le Collectif Bonheur Intérieur Brut

Une voix sort d’un haut-parleur. Elle dit : « je vois une personne qui fait ceci ou cela, qui est vêtue de telle ou telle façon… » D’abord on n’y prête pas garde, puis on se demande de qui parle cette voix. Une autre s’y joint, puis d’autres. Chacune propose son regard, un ton. On a vu les micros ouverts. On a compris qu’il se passe quelque chose, qu’il va se passer quelque chose. L’enfant qui vient d’être décrit traverse la place, l’homme qui porte un bébé se reconnaît dans les mots qui le présentent. Le public serait... [Lire la suite]
Posté par onarretetout à 08:25 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

25 avril 2017

Membre fantôme, de la Compagnie Longshow

Il faut être bien placé pour profiter pleinement de ce nouveau spectacle de la Compagnie Longshow. Nicolas nous y invite : il s’agit d’être bien en face, assis pour celles et ceux qui sont devant, de préférence assis, debout pour celles et ceux qui ne peuvent faire autrement, de préférence derrière. C’est la règle pour les spectacles de rue, pour que tous puissent voir. Voir… c’est bien cela qui est mis à l’épreuve ici, dans ce spectacle faisant suite à Opticirque. Miroir ou vitre déformante vont troubler notre perception. De... [Lire la suite]
Posté par onarretetout à 08:13 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
24 avril 2017

Place libre, à Montreuil (93)

C'était le 16 avril. Le printemps était encore très timide mais le public était au rendez-vous proposé par la Compagnie Acidu.  Les Goulus - Planet pas net    Acidu   À suivre
Posté par onarretetout à 07:54 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
23 avril 2017

L’écorce des songes, poèmes de Antemanha

L’invitation qui nous est faite de nous laisser aller à la rêverie ne consiste pas à nous abstraire de la réalité. Les rêves se déroulent devant nous avec leur musique, des sons enregistrés, des mots décrochés de leurs phrases « fou, pas fou », des oiseaux, le son du cor de basset et du bansuri, souffles extraits des profondeurs. Profondeurs des reliefs enfouis d'une Méditerranée débondée qu’on traverserait à pied pour aller en Afrique. L’eau des rives des rêves ayant manqué revenue dans l’encrier, se mêlant à toutes... [Lire la suite]
Posté par onarretetout à 07:41 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,
22 avril 2017

Des singuliers qu'on prendrait pour des pluriels

« L’échange des noms s’impose puisque la pie va toujours par deux et pas l’épi. » (Éric Chevillard - l’auto fictif - 3274) Dans cette phrase, Eric Chevillard (suivre le lien dans la colonne de droite) joue avec le singulier et le pluriel, tous deux singuliers comme vous le remarquez (pie, épi). Vous pouvez en faire autant et construire d’autres phrases où apparaîtront des mots se prêtant à ce jeu. Faites, comme d’habitude dans nos jeux sur ce blog, une liste de mots offrant cette possibilité. Par exemple : le froid -... [Lire la suite]
Posté par onarretetout à 07:52 - Commentaires [6] - Permalien [#]
Tags : ,
21 avril 2017

De Zurbarán à Rothko, exposition au Musée Jacquemart-André, à Paris

Les premières toiles de l’exposition m’ont donné une satisfaction intellectuelle, comme lorsqu’on tourne les pages d’un livre d’histoire et qu’on voit cette histoire s’exprimer dans les costumes, les personnages, la façon de les mettre en scène. Et, sans que j’y aie pris garde, mon regard s’est troublé. Le bouquet d’oeillets de Van Gogh, dans la troisième salle, penche comme l’arbre de Goya penchait dans la première ; des portraits de femmes, vues de face, de profil, de dos, nous font traverser les siècles et s’insinue dans ma... [Lire la suite]
Posté par onarretetout à 08:22 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

20 avril 2017

Mario Urbanet à la Rencontre poétique chez Tiasci - Paalam en avril 2017

Nous retiendrons sans doute de cette rencontre avec Mario Urbanet son sens profond de l’amitié qui lui est paysage, qui fait virevolter les images comme la paille dans les champs moissonnés, comme les couleurs d’un Van Gogh, d’un Chagall, d'un Magritte. Son regard semble prendre tout ce qui passe à sa portée, pour le garder, seule possession « dans un an et un jour », façon d’inscrire le souvenir pour mieux le partager. Et, de même qu’il ouvre les pages de son recueil à d’autres plumes, d’autres couleurs, mêlant la poésie... [Lire la suite]
Posté par onarretetout à 08:09 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,
19 avril 2017

Miquel Barceló (1957) – Kula Be Ba Kan – 1991 – Technique mixte sur toile – 200 x 200 cm

© Collection Alicia Koplowitz – Grupo Omega Capital © ADAGP, Paris, 2017 C’est en visitant l’exposition présentée actuellement au Musée Jacquemart-André, à Paris, que j’ai découvert cette toile de Miquel Barceló. Si j’ai d’abord pensé à la prière païenne d’Erri de Luca, que je venais de lire (présentée ici), c’est dans ma lecture, quasi-simultanée à ma visite, d’un poème de Guy Tirolien qu’elle a pris son sens, l’embarcation ressemblant à un nid, et le nid à une île : L’île pousse vers demainsa cargaison d’humanité.
Posté par onarretetout à 07:54 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,
18 avril 2017

Guy Tirolien, de Marie-Galante à une poétique afro-antillaise, entretiens recueillis par Michel Tétu

Ce livre est peut-être d’abord un grand moment de la francophonie : Michel Tétu (1938-2008), Québécois, rencontre Guy Tirolien (1917- 1988), Guadeloupéen. Ces entretiens, qui se sont déroulés peu avant la mort de ce dernier, sont riches d’informations et de réflexions autour des thèmes qui ont jalonné sa vie : la poésie, son amitié avec Léon-Gontran Damas, Léopold Sédar Senghor, Maryse Condé, son engagement dans la Négritude, sa vie en Europe, en Afrique (où il fut administrateur colonial puis représentant de l’ONU), son amitié avec... [Lire la suite]
Posté par onarretetout à 07:38 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,
17 avril 2017

À voix haute - La force de la parole, film de Stéphane de Freitas

Les concours, ceux qui font qu’un seul gagnera à la fin, ne m’ont jamais satisfait. C’est pourquoi sans doute je n’avais que peu accordé d’attention à ce documentaire quand il a été présenté à la télévision, cette machine qui multiplie ces concours : chant, danse, cuisine, etc… Mais concourir, c’est aussi courir ensemble. Et c’est, en grande partie, cela que montre ce film. L’enthousiasme qui monte n’est pas que l’engouement pour tel ou tel candidat. C’est aussi le résultat de ce qui se fait en commun : des ateliers de rhétorique,... [Lire la suite]
Posté par onarretetout à 07:58 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :