06 mai 2017

balAnce plAne

Dans son livre présenté hier, Lucien Suel écrit des idiOmes colOrés, où vous voyez que la lettre O est située au milieu de ces mots. Il place en exergue à ce poème trois vers d’Arthur Rimbaud, extraits des fameuses Voyelles. Comme il y a cinq voyelles colorées dans le sonnet d’Arthur, je vous propose de retenir le A. Faites donc votre liste de mots dont le centre sera A et composez de courtes phrases au centre desquelles vous placerez ces mots. Je sais que vous n’avez pas beaucoup de temps à consacrer à ce petit jeu, aussi je vous... [Lire la suite]
Posté par onarretetout à 08:02 - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , ,

05 mai 2017

Ni bruit ni fureur, de Lucien Suel

C’est une citation de Bernanos qui ouvre ce volume de poésie de Lucien Suel et qui pourrait tout aussi bien accompagner le spectacle écrit et mis en scène par Hugo Paviot et présenté hier dans ce blog : « Ma certitude est que la part du monde encore susceptible de rachat n’appartient qu’aux enfants, aux héros et aux martyrs. » Lucien Suel ici parle, lui aussi, de la guerre :  « Je ne sais pas ce que c’est, la guerre,Je n’ai pas connu la guerre. Mon grand-père a fait la guerreentre 1914 et 1918.Mon père a... [Lire la suite]
Posté par onarretetout à 07:39 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,
04 mai 2017

La trilogie d'Alexandre (Les culs de plomb, La Mante, Vivre), de Hugo Paviot

Trois moments dans la vie d’Alexandre, un homme de notre temps, héritier des guerres du siècle précédent, plongé dans celle du vingt-et-unième, cherchant son chemin, le moyen de résister au destin qui lui semble imposé. Au début, c’est à sa propre enfance qu’il est confronté. L’espace n’est matérialisé que par les lumières. Un homme, deux femmes, et la femme du désert, une souffrance qui essaie de trouver une échappatoire dans les chiffres dont la portée s’éclairera à la fin, et dans des lettres, N et Q, désignant des astres,... [Lire la suite]
Posté par onarretetout à 08:04 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
03 mai 2017

La nature exposée, d'Erri de Luca

Erri de Luca aborde, dans ce livre, l'énigme du corps et de sa représentation. Il choisit pour cela une sculpture du Christ en croix. C’est pour lui l’occasion de revisiter les préoccupations qui sont les siennes.  Un enfant rencontré à Naples demande au personnage dont nous suivons le récit « Düsseldorf », et celui-ci va lui acheter une carte pour lui montrer où se trouve cette ville alors que la demande était sans doute de l’y emmener. « Je suis un homme qui ne sait pas poser de questions. » Qu’est-ce... [Lire la suite]
Posté par onarretetout à 07:35 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
02 mai 2017

Ceux d'en face 2017, à Saulx-les-Chartreux (91)

Ceux d’en face, le festival d’Animakt à Saulx-les-Chartreux, accueillait, cette année, la Compagnie Thé à la rue. La grande affaire semblait être résumée dans le thème du « vivre ensemble ». C’est du moins le message que voulait porter le discours de bienvenue, fait de cette fichue langue de bois dont on fait des flûtes. Nous avons d’abord répondu à un questionnaire, individuellement, comme si nos réponses allaient permettre de nous placer dans un groupe. Ne fait-on pas la même chose sur les sites de recherche d’internet ?... [Lire la suite]
Posté par onarretetout à 08:06 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,
01 mai 2017

Django, film d'Étienne Comar

« Cette guerre n'est pas ma guerre, c’est la guerre des gadgé. Les Tziganes n’ont jamais fait la guerre. » C’est Django qui parle. C’est déjà une vedette adulée. Les Allemands l’invitent à faire une tournée dans le pays dirigé alors par Adolf Hitler (nous sommes en 1943). Et il sera bien payé. Son agent insiste : d’autres artistes y sont déjà allés. Pendant ce temps, des Tziganes, des Manouches, sont parqués, tués, ailleurs que dans le monde de paillettes où brille Django (Reda Kateb). On va le mettre en garde, on va lui... [Lire la suite]
Posté par onarretetout à 07:30 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

30 avril 2017

En vie, par la Compagnie lu²

Tu es venu au café. Tu y as vu des visages connus, peut-être. Des gens que tu salues comme ça, content de les voir ou par habitude. Et une radio a commencé à déverser des propos difficilement audibles. Pas des chansons comme ces clips qui passent indifférenciés dans les bars des villes, où que ce soit, des clips ou des infos ou des matchs. Une voix qui dit ces mots : « Moi manger ça m'a toujours dégouté alors c'est pas mon affaire. Mais la boisson c'est une question. J'entends bien qu'on ne boit pas n'importe quoi, que chaque... [Lire la suite]
Posté par onarretetout à 08:21 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,
29 avril 2017

Paraphrases

Hier, dans ce blog, vous avez pu lire ces mots de Jacques Roubaud : 1242. Pour dire, avoir dit, n’importe quoi, il faut pouvoir redire ce qu’on a dit autrement qu’on ne l’avait dit antérieurement.1244. Pour dire, il faut pouvoir paraphraser. La paraphrase est, étymologiquement, une « explication suivant le texte » : paraphraser (verbe dérivé du mot paraphrase ; on dit aussi faire des paraphrases), c'est donc reprendre les éléments d'un texte, mais en les formulant différemment, afin d'éclairer,... [Lire la suite]
Posté par onarretetout à 08:02 - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , ,
28 avril 2017

POÉTIQUE : REMARQUES, de Jacques Roubaud - avril 2017

« Ce volume rassemble un demi-siècle de réflexions dans une forme particulière de prose que j’appelle remarques. », écrit Jacques Roubaud. Il ajoute qu’il se compose de 15 sections de 317 remarques chacune. 317 étant un nombre premier, comme l’est aussi 2017, ce sera notre rendez-vous mensuel : vous trouverez, chaque mois, quelques-unes des remarques de Jacques Roubaud dans ce blog, précédées du numéro qu’elles ont dans le livre. 976. La vérité poétique est inépuisable plutôt qu’ineffable.  991. Il n’y a pas... [Lire la suite]
Posté par onarretetout à 07:50 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,
27 avril 2017

Intérieur, de Thomas Clerc

Thomas Clerc choisit de ne pas s’écarter de la réalité, de ne pas mentir, ce qui ne signifie pas de tout dire ou tout écrire. Il s’attache à décrire son environnement, l’endroit où il vit, ici un appartement dont il dit qu’il va le quitter quand il aura fini cette visite guidée. Est-ce un roman ? Parfois, ouvrir un tiroir lui fait écrire le début d’un récit. Si un roman est une narration, ce pourrait être le début d’un roman. Mais c’est encore autre chose. Si « un roman, c'est un miroir qu'on promène le long d'un chemin »,... [Lire la suite]
Posté par onarretetout à 08:09 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :