20 décembre 2009

Mélancolie d’un soir après la pluie

La MJC Paris Mercoeur continue son chantier. Après KSKF, c’était le tour de la Compagnie Ariel et Furie, avec ce titre doux, Mélancolie d’un soir après la pluie. Il s’agit d’une adaptation des Villes Invisibles d’Italo Calvino. La présentation qui en a été faite début décembre augure bien de ce que sera ce spectacle dont la création est prévue pour avril 2010. Quatre interprètes sur scène, même genre de costume (longues robes), mais de couleurs et de formes différentes. Le personnage de Kublai Khan parle par trois voix, celui de... [Lire la suite]
Posté par onarretetout à 08:22 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

19 décembre 2009

Dix, neuf

Aujourd’hui, c’est le 19. Un bon début pour un texte : 10, 9… Il s’agira donc aujourd’hui s’écrire un texte qui se réduira d’un mot à chaque ligne. Première ligne : 10 mots Deuxième ligne : 9 mots Troisième ligne : 8 mots Quatrième ligne : 7 mots Cinquième ligne : 6 mots Sixième ligne : 5 mots Septième ligne : 4 mots Huitième ligne : 3 mots Neuvième ligne : 2 mots Dixième ligne : 1 mot Je m’y colle le premier. - Chaque matin, je me lève à huit heures très précises. Vous n’êtes pas... [Lire la suite]
Posté par onarretetout à 07:31 - Commentaires [9] - Permalien [#]
Tags : ,
18 décembre 2009

Trophées imaginaires et objets du pays des contes de fées

Vous entrez dans la salle d’exposition de la MJC de Corbeil-Essonnes (91). Face à vous, une sorcière jaillit d’un miroir brisé et vous attire… Ne croquez pas la pomme, elle l’a déjà été, et par Blanche Neige elle-même ! Vous êtes parmi les trophées imaginaires d’un certain Pearl R. Sacreluth, un bourlingueur qui, au cours de son périple à travers le monde des contes de fées, a accumulé des objets dont tous ont entendu parler et que personne n’avait jamais vus. Les moustaches du chat botté (et ses bottes !), les véritables... [Lire la suite]
Posté par onarretetout à 07:51 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,
17 décembre 2009

La fêlure du papillon, par la Cie Les alentours rêveurs

Le spectacle n’est qu’un moment de la vie. Quand on entre dans la salle, c’est comme si ce qui allait se dérouler sur ce tapis de danse blanc nous attendait pour reprendre un mouvement arrêté. Ce n’est pas un début. Et il n’y aura pas de fin. Le danseur sans tête se défait peu à peu de ses vêtements, pardessus, chemise blanche, chemise blanc cassé, et apparaît de plus en plus nu ayant retiré peau après peau, comme sortant d’une chrysalide. Certes pas nu, mais dépouillé ou, comme on dit, à vif. Et quand il se met en mouvement, il... [Lire la suite]
Posté par onarretetout à 07:51 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
16 décembre 2009

Moi Feuerbach, de Tancred Dorst

Empédocle, philosophe grec ayant vécu avant Socrate, prétendait avoir été tour à tour l’air, l’eau, la terre ; le quatrième élément de la nature connue à cette époque, le feu, lui manquait. On prétend qu’il s’est jeté dans l’Etna pour devenir le feu, pour devenir dieu, et qu’une sandale a été trouvée au bord du cratère, attestant de la véracité de la mort d’Empédocle. Feuerbach, acteur absent des scènes de théâtre depuis 7 ans, vient passer une audition. Le metteur en scène, Monsieur Lettau, n’est pas là et Feuerbach doit se... [Lire la suite]
Posté par onarretetout à 08:25 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
15 décembre 2009

La route, de Cormac Mc Carthy

Je ferme le livre le jour où le film sort sur les écrans. Je n’ai donc pas vu le film au moment où j’écris ces lignes. L’histoire racontée dans le livre est aujourd’hui connue : un père et son fils marchent sur une route vers le sud, vers la mer, après ce qu’on pourrait nommer une apocalypse. Le ciel est plein de cendres, la lumière de la lune ou du soleil n’atteint quasiment pas la terre, morte, ne produisant plus de nourriture pour les survivants. C’est cette obscurité qui domine le roman, et la relation entre ce père et ce fils,... [Lire la suite]
Posté par onarretetout à 07:44 - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags :

14 décembre 2009

Le ruban blanc, de Michael Haneke

Le ruban blanc (sous-titré Une histoire d'enfants allemande) raconte l’histoire d’un village allemand au début du xxe siècle. Il y a seulement 100 ans. Entre 1913 et aujourd’hui, il y a toutes les guerres et les génocides du siècle passé. Et le mal est toujours proche. Le mal ? Oui, sous les aspects d’une morale de grande rigueur et de façade. Car personne, dans le film, ne respecte cette morale, les adultes ne connaissent pas l’amour, ni conjugal ni parental ; la société n’est fondée que sur la force et la violence faite aux... [Lire la suite]
Posté par onarretetout à 08:03 - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags :
13 décembre 2009

La chose, par la Compagnie Caus'toujours

J’ai eu l’impression de découvrir un auteur comédien, Titus. Et, oui, j’ai découvert un personnage sur une scène de théâtre. Pourtant… Quand je regarde son parcours, je me dis que j’aurais pu le croiser en assistant au spectacle de Pepito Mateo, Urgence, auquel il a participé. En passant à côté de La crèche à moteur, du Collier de nouilles ou de Barbe Bleue assez bien raconté, dans les festivals de rue où je suis allé. En ratant les représentations de Comment Mémé est montée au ciel (spectacle à voir à partir de 6 ans). Et je me... [Lire la suite]
Posté par onarretetout à 08:16 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,
12 décembre 2009

Entre deux pays, il y en a un troisième.

Voyager avec des mots, des noms. Il s’agit de rapprocher les villes et les pays, deux à deux. Prenant de l’un et de l’autre pays (ou ville) des lettres pour constituer le nom d’un(e) troisième. Et composant une phrase construite comme suit : « Entre … et …, il y a … ». Exemples : Entre la Belgique et la France, il y a l’Afrique. (Afrique est composé avec les lettres i, q, u, f, r, a, e dans un ordre différent) Entre Ris-Orangis et Pantin, il y a Paris. (Paris est composé avec les lettres r, i, s, p, a dans un ordre... [Lire la suite]
Posté par onarretetout à 07:38 - Commentaires [7] - Permalien [#]
Tags : ,
11 décembre 2009

Olivia Auffray et François Barbot, une exposition à Avallon

C’était à Avallon, aux anciens abattoirs, un beau bâtiment, fait de trois salles blanches, au plafond haut de briques rouges. Un système de rails y est maintenu, où des crochets de boucherie peuvent encore coulisser. C’est dans ce lieu qu’Olivia Auffray et François Barbot exposaient pendant environ trois semaines en novembre. François travaille depuis longtemps le bois et ce n’est pas sa première exposition à Avallon. Il a d’abord réalisé ses œuvres à partir de traverses de chemin de fer, ce qui a donné des formes allongées, le... [Lire la suite]
Posté par onarretetout à 08:02 - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : ,