15 décembre 2009

La route, de Cormac Mc Carthy

Je ferme le livre le jour où le film sort sur les écrans. Je n’ai donc pas vu le film au moment où j’écris ces lignes. L’histoire racontée dans le livre est aujourd’hui connue : un père et son fils marchent sur une route vers le sud, vers la mer, après ce qu’on pourrait nommer une apocalypse. Le ciel est plein de cendres, la lumière de la lune ou du soleil n’atteint quasiment pas la terre, morte, ne produisant plus de nourriture pour les survivants. C’est cette obscurité qui domine le roman, et la relation entre ce père et ce fils,... [Lire la suite]
Posté par onarretetout à 07:44 - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags :

14 décembre 2009

Le ruban blanc, de Michael Haneke

Le ruban blanc (sous-titré Une histoire d'enfants allemande) raconte l’histoire d’un village allemand au début du xxe siècle. Il y a seulement 100 ans. Entre 1913 et aujourd’hui, il y a toutes les guerres et les génocides du siècle passé. Et le mal est toujours proche. Le mal ? Oui, sous les aspects d’une morale de grande rigueur et de façade. Car personne, dans le film, ne respecte cette morale, les adultes ne connaissent pas l’amour, ni conjugal ni parental ; la société n’est fondée que sur la force et la violence faite aux... [Lire la suite]
Posté par onarretetout à 08:03 - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags :
13 décembre 2009

La chose, par la Compagnie Caus'toujours

J’ai eu l’impression de découvrir un auteur comédien, Titus. Et, oui, j’ai découvert un personnage sur une scène de théâtre. Pourtant… Quand je regarde son parcours, je me dis que j’aurais pu le croiser en assistant au spectacle de Pepito Mateo, Urgence, auquel il a participé. En passant à côté de La crèche à moteur, du Collier de nouilles ou de Barbe Bleue assez bien raconté, dans les festivals de rue où je suis allé. En ratant les représentations de Comment Mémé est montée au ciel (spectacle à voir à partir de 6 ans). Et je me... [Lire la suite]
Posté par onarretetout à 08:16 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,
12 décembre 2009

Entre deux pays, il y en a un troisième.

Voyager avec des mots, des noms. Il s’agit de rapprocher les villes et les pays, deux à deux. Prenant de l’un et de l’autre pays (ou ville) des lettres pour constituer le nom d’un(e) troisième. Et composant une phrase construite comme suit : « Entre … et …, il y a … ». Exemples : Entre la Belgique et la France, il y a l’Afrique. (Afrique est composé avec les lettres i, q, u, f, r, a, e dans un ordre différent) Entre Ris-Orangis et Pantin, il y a Paris. (Paris est composé avec les lettres r, i, s, p, a dans un ordre... [Lire la suite]
Posté par onarretetout à 07:38 - Commentaires [7] - Permalien [#]
Tags : ,
11 décembre 2009

Olivia Auffray et François Barbot, une exposition à Avallon

C’était à Avallon, aux anciens abattoirs, un beau bâtiment, fait de trois salles blanches, au plafond haut de briques rouges. Un système de rails y est maintenu, où des crochets de boucherie peuvent encore coulisser. C’est dans ce lieu qu’Olivia Auffray et François Barbot exposaient pendant environ trois semaines en novembre. François travaille depuis longtemps le bois et ce n’est pas sa première exposition à Avallon. Il a d’abord réalisé ses œuvres à partir de traverses de chemin de fer, ce qui a donné des formes allongées, le... [Lire la suite]
Posté par onarretetout à 08:02 - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : ,
10 décembre 2009

Annette entre deux pays, par la Cie L'amour au travail

Partir, quitter un pays clandestinement parce qu'une autre forme de départ est impossible, abandonner son lapin pour rejoindre un père exilé, sans valise qui trahirait les intentions, donc n’avoir pour viatique que le rêve, aller au cirque (de Gavarnie?), écouter la chanson de Roland… Roland, c’est le prénom du père, parti pour la France où sa femme et sa fille vont le rejoindre, à pied, aidées d’un passeur. Mais les embûches sont nombreuses, le son du trombone est un appel entendu, un espoir qui donne le courage de marcher la nuit... [Lire la suite]
Posté par onarretetout à 08:09 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

09 décembre 2009

Les feuilles sont tombées

Il a suffi de peu de jours pour que toutes les feuilles tombent au sol.Ou presque toutes. Quelques feuilles s'accrochent encore au ginkgo biloba mâle, tandis que le ginkgo biloba femelle exhibe ses ovules,qu'on pourrait confondre avec des fruits.                  D'autres photos de ginkgo biloba ici et là. Le marronnier, lui, a tout perdu, feuilles, marrons. Mais pas sa fière allure.     L'hiver n'est pas loin.
Posté par onarretetout à 08:04 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,
08 décembre 2009

Hadewijch, de Bruno Dumont

Hadewijch, ça se prononce comment ? Et le caissier de la salle où j’ai vu ce film de me répondre : Hadévitch en aspirant bien le H. Je lui réponds que c’est du flamand et que sa prononciation ne me semble pas la bonne. Effectivement, ce nom ressemble plus à Edwige. Hadewijch est une poétesse mystique flamande du XIIIe siècle. Et il faut sans doute remercier Bruno Dumont de la sortir de l’anonymat et de la mettre ainsi en lumière. « Ce que l’Amour a de plus doux, ce sont ses violences ; son abîme insondable est sa... [Lire la suite]
Posté par onarretetout à 08:32 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,
07 décembre 2009

Conversations avec le maître (2)

Revenir au roman de Cécile Wajsbrot, Conversations avec le maître, dont j’ai déjà donné ici un aperçu. Y revenir pour trois raisons qui s’enchaînent. La première, c’est qu’en relisant l’article que Dominique Dussidour lui a consacré sur le site remue.net (lien dans la colonne de droite), je trouve cette phrase : «C’est après sa mort qu’on découvrira que le musicien n’avait plus composé depuis une quinzaine d’années, sinon " une dizaine de notes se répétant éternellement " retrouvées sur une partition.». On croirait... [Lire la suite]
Posté par onarretetout à 07:53 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,
06 décembre 2009

Iceberg Memories, d'Ophélie Jaësan

Elles sont plusieurs à parler, soeurs d'une génération ou d'une autre. Le récit d’Ophélie Jaësan nous arrive par bribes et de plusieurs côtés. Il exige une attention particulière. C’est qu’il véhicule des souvenirs tellement douloureux qu’ils n’ont jamais été répétés depuis cette première fois où Mona les a révélés à un homme, le seul auquel elle pouvait se confier. La construction du livre nous fait entrer dans la confidence, il faut la mériter. Reconstituer le cheminement de la parole qui, pour nous parvenir, passe par... [Lire la suite]
Posté par onarretetout à 08:32 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :