18 février 2017

Intraduisibles

Michèle Bernard, dans son anthologie présentée dans ce blog ici, chante Qui a volé les mots ? Le refrain dit : Au voleur, au voleur, au voleur !  Qui a volé les mots, qui a volé les mots ? Encore ces Français quel culot, voler les mots !  Regarde ils en ont plein la bouche, plein les poches De tous ces mots piqués partout, Tu crois pas qu'c'est moche ?Voler des mots sans en avoir l'airEt les coller en douce dans son dictionnaireVoler les mots sur toute la planèteAh vraiment ces Français sont pas... [Lire la suite]
Posté par onarretetout à 07:40 - Commentaires [3] - Permalien [#]
Tags : ,

17 février 2017

Didier Malherbe, aux Rencontres poétiques chez Tiasci - Paalam, en février 2017

Didier Malherbe est venu comme il est : avec ses anches et ses toupies. Pour commencer, il nous joue d’un instrument thaïlandais, le khên, un orgue à bouche, fait de bambous reliés dans une pièce en bois et dont la particularité est d’être à anches libres. Le son entendu est proche de l’accordéon. Nous découvrons cette musique qui a commencé il y a peut-être vingt siècles et que Didier rend présente par son seul souffle, qu’il expire ou qu’il inspire.  Cette présentation dit beaucoup de notre invité : son intérêt pour les... [Lire la suite]
Posté par onarretetout à 07:59 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,
16 février 2017

4.48 Psychosis, de Sarah Kane, mise en scène Christian Benedetti, interprétation Hélène Viviès

Je sors sidéré de ce monologue. Je craignais d’y assister, je craignais la complaisance dans le morbide de celle qui l’avait écrit, de celui qui l’a mis en scène. Et rien de tout ça. J’entends des listes de verbes : à faire ? à oublier ? à tenter à nouveau ? J’entends des noms de médicaments : camisole chimique pour masquer la souffrance. J’entends le bras lacéré, et le pourquoi, et la réponse, ironique. J’entends parce qu’elle est debout devant nous, ne fléchissant jamais, criant parfois, rarement, debout essuyant nerveusement ou... [Lire la suite]
Posté par onarretetout à 08:19 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
15 février 2017

Moonlight, film de Barry Jenkins

Comment peut-il grandir, Chiron, entre une mère junkie et les autres, enfants ou adolescents, qui le traitent de « tapette », le chassent, le traquent, le frappent ? Le hasard va faire passer sa fuite devant Juan (Mahershala Ali), le dealer incontesté du quartier, et, avec Teresa (Janelle Monae), ils vont l’accueillir et lui donner l’affection qu’il ne trouve pas auprès de sa mère (Naomie Harris) : « Moi aussi, j’ai détesté ma mère », dira Juan, « mais maintenant elle me manque ».  Être... [Lire la suite]
Posté par onarretetout à 08:11 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
14 février 2017

Continuer, de Laurent Mauvignier

Un verbe à l’infinitif, ce n’est pas un état, c’est plutôt une injonction. Et, puisque le premier chapitre de ce livre nous transporte d’entrée dans les montagnes kirghizes, nous sentons bien qu’il y a une rupture, la fin de quelque chose. C’est dans les pensées, les souvenirs, les rêves de Sibylle et de Samuel, son fils, que nous apprendrons à marcher avec les chevaux. Nous sommes tenus par le licol. Quand ils renâclent, nous le sentons ; quand ils jouent, nous sommes contents. Et nous ne comprenons que peu à peu les enjeux de... [Lire la suite]
Posté par onarretetout à 07:48 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
13 février 2017

Michèle Bernard sur l'infini des routes

Une anthologie de chansons. Une vie, en quelque sorte. Mais aussi un choix, puisqu’une anthologie est un bouquet. Ici, les fleurs ont des couleurs nomades, les amours sont des fêtes foraines, et il y a des petits cailloux qui pèsent leur poids d’espérance. Trois disques et, même si chacun porte un titre différent (« le métissage et l’exil », « l’amour », « l’espoir et le quotidien »), ils parlent tous de la même chose : nous vivons ensemble sur cette terre, nous mettons nos pas sur les mêmes chemins,... [Lire la suite]
Posté par onarretetout à 08:13 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

12 février 2017

Neruda, film de Pablo Larraín

Étrange film. La voix off, au début, m’intrigue. Qui parle ? Qui raconte Neruda, appuyant ses propos d’images qu’on pourrait croire réalistes ? Qu’est-ce que c’est que cette fiction qui prend ce qu’elle veut de ce qu’on sait de l’histoire et en fait un arrangement à sa façon ? Mais, plus encore, ce n’est pas un récit à une seule voix, il y a au moins deux narrateurs : le sénateur-poète (Luis Gnecco) qui veut être traqué et le policier (Gael Garcia Bernal) qui le traque. Leur lien : des romans policiers semés par le premier sur les... [Lire la suite]
Posté par onarretetout à 08:11 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
11 février 2017

Un soutien utopique

La semaine dernière, dans ce blog, vous étiez invités à jouer avec les consonnes voisées. Il est juste aujourd'hui de nous intéresser aux consonnes non voisées : [p – t – f – s – k]. Vous vous rendrez compte, sans doute, que les voyelles étant voisées, elles produisent un effet sur ces consonnes. Mais, qu'à cela ne tienne (je me souviens de cette orthographe, dans une exposition de Valérie Mréjen : "Casse la neutiène"), vous formerez des mots ne contenant que ces consonnes : pour [p - t - f] sont utilisées les lettres p, t... [Lire la suite]
Posté par onarretetout à 07:34 - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : ,
10 février 2017

Refonder, de Fred Griot

Un journal. Fred Griot. Une rencontre. Au café afghan, chez Karole. Pour présenter un livre, édité par « Le Dernier Télégramme » : près de 1000 pages suivant le fil de 25 années. Nous sommes quelques-uns, c’est encore le mois de janvier, le froid, la grippe. Et je suis arrivé le premier, occasion de faire connaissance avec l’auteur, avec l’homme. Une première publication avait eu lieu chez publie.net sous le même titre. Mais, cette fois c’est une course d’endurance. Ou bien la chance de pouvoir lire un peu ici et un peu... [Lire la suite]
Posté par onarretetout à 07:59 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,
09 février 2017

Traverses, de Jean-Claude Pirotte

« Il n’y a rien de plus ingrat que la tenue d’un journal ». De Jean-Claude Pirotte, je n'avais rien lu avant ce carnet intitulé Traverses. Une année de lutte intime contre une maladie très invalidante et contre une société en perte de dignité. Une année, de juin 2010 à juin 2011, tandis que le président de la République française a pour nom Sarkozy, « petit roi d’une principauté élyséenne, ignorant sans doute quel sens donner à l’Élysée, au mot élysée, à l’adjectif élyséen. Il ne s’agit même plus de détourner les... [Lire la suite]
Posté par onarretetout à 08:23 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :