26 juin 2012

Le livre (pour les) bols, de Delphine Touzet

Depuis que je viens au Marché de la Poésie, place Saint Eustache, à Paris, elle est là, juste à l’entrée. Je m’arrête, regarde les bols, feuillette les livres… Il faut du temps. C’était, cette année, un dimanche. La veille, devant la MJC – Centre social de Chilly-Mazarin, j’ai assisté à la cérémonie d’une cuisson raku. Aujourd’hui, les textes de Delphine Touzet m’invitent à participer au rite. Sommes-nous pour le moment toujours inconsolables ? Si tu trouves un jardin abandonné, si tu penses qu’il est plein de promesses, ... [Lire la suite]
Posté par onarretetout à 07:35 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

25 juin 2012

Mises en capsules, deux formes courtes

Le principe du festival Mises en capsules au Ciné 13 théâtre est de présenter cinq formes courtes (environ 30 mn) dans une soirée, pendant deux semaines. Parfois trop court pour se rendre compte vraiment de la pièce. Ainsi de Cendrillon III, par le Collectif Les Naïves. Le mariage du père de Cendrillon avec la marâtre permet certes de voir le traitement des personnages, d’entendre les voix qui chantent, de saisir le parti pris de mise en scène, mais « la suite au prochain numéro » nous laisse comme devant une publicité qui... [Lire la suite]
Posté par onarretetout à 07:37 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
24 juin 2012

Camille Chamoux, née sous Giscard

Camille Chamoux est sur la scène quand nous entrons dans la salle. Elle écrit dans un carnet, un journal intime. De temps en temps, elle lève les yeux, nous regarde nous installer et nous fait signe, comme si elle nous reconnaissait. Qui sommes-nous pour elle ? Des inconnus ? Des amis ? De vieilles connaissances ? Elle serre quelques mains, se présente : « Bonjour, moi c’est Camille. Camille Chamoux, avec un x ». Et nous ouvre son journal intime, commencé à l’âge de 7 ans : « Cher... [Lire la suite]
Posté par onarretetout à 07:38 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
23 juin 2012

Toute la musique

Il y a deux jours, à l'occasion de la Fête de la Musique, France 5 présentait Les clés de l'orchestre de Jean-François Zygel, avec la Symphonie dite italienne de Mendelssohn. Je vous propose de composer un orchestre en détournant les noms d'instruments de musique. Il s’agit de faire des phrases où apparaîtront des homonymes ou des « à-peu-près » d’instruments. L'« à-peu-près » consiste, à partir d'un mot donné, à écrire un (ou plusieurs) autre(s) mot(s) où l'on reconnaît les sonorités du mot d'origine mais pas le... [Lire la suite]
Posté par onarretetout à 06:40 - Commentaires [5] - Permalien [#]
Tags : , ,
22 juin 2012

Foottit et Chocolat - Devinette

FOOTTIT Ecoutez, Chocolat, et répondez à ma petite devinette : connaissez-vous quelqu’un qui est né de mon père et de ma mère, et qui n’est pas mon frère, et qui n’est pas ma sœur ? Quelqu’un qui n’est ni mon frère, ni ma sœur, et qui est le fils de mon père et de ma mère ? Chocolat reste interdit FOOTTIT My God qu’il est bête. C’est moi ! Chocolat éclate de rire. Il se précipite vers le funambule. CHOCOLAT Monsieur le funambule, écoutez et répondez à ma petite devinette : ce n’est pas mon frère, ce... [Lire la suite]
Posté par onarretetout à 08:03 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,
21 juin 2012

Chocolat clown nègre, par Gérard Noiriel - Extrait

« (…) il faut distinguer les préjugés et le racisme. Les préjugés entrent dans la construction des identités individuelles et collectives. Les groupes humains élaborent leur « nous » par opposition à « eux », les étrangers. Aussi longtemps qu’ils vivent en cercle fermé, ils ont tendance à se croire universels. Le contact avec les inconnus met en cause cette croyance et génère des récits justifiant le rejet des nouveaux venus. Le caractère général des préjugés n’empêche pas qu’ils évoluent et se transforment au... [Lire la suite]
Posté par onarretetout à 08:04 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

20 juin 2012

Chocolat clown nègre, par Gérard Noiriel

Alors que je sortais d’une représentation du spectacle de Chantal Loïal, On t’appelle Vénus, quelqu’un m’a parlé du clown Chocolat. J’avais vu, quelques années plus tôt, Mazout et Neutron, un spectacle où Socrate était le clown noir. Je ne savais pas qu’un autre clown noir avait eu du succès à la fin du XIXe siècle et au tout début du XXe. Le livre de Gérard Noiriel lui rend hommage, d’abord, en travaillant à lui restituer une biographie plus proche de la réalité que celle qui court dans les livres ou articles le liant presque... [Lire la suite]
Posté par onarretetout à 07:46 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,
19 juin 2012

Contre Swan, chorégraphie de Luc Petton

… Mais l’esthétisme choisi peut avoir un effet pernicieux : « Les filles sont belles et éventuellement on peut leur monter dessus ». Est-ce un propos féministe ? Pas vraiment. Le programme distribué aux spectateurs contient une citation de Dominique Lestel, ethologue partenaire du projet : « L’animal est l’avenir de l’homme ». Que font les animaux sur le plateau ? Ils suivent la main qui les nourrit au point que c’en est décevant. On attendait un miracle, on trouve une forme de dressage. Je ne... [Lire la suite]
Posté par onarretetout à 07:47 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
18 juin 2012

Pour Swan, chorégraphie de Luc Petton

Les premières images du spectacle de Luc Petton font penser à l’aventure de Zeus et Leda. Le cygne noir joue avec la nageuse, la séduit, la caresse, monte sur elle avant qu’elle sorte du bassin, tirée de l’eau par une autre. Zeus et Leda, c’était inévitable, et tant de peintres l’ont essayé qu’un chorégraphe pouvait bien s’y risquer. Faisant cela, il se confronterait aussi à la danse classique, et au fameux Lac des cygnes. Mais dans cette pièce de Tchaïkovski, les cygnes sont des femmes. Dans la pièce de Luc Petton, les femmes sont... [Lire la suite]
Posté par onarretetout à 07:44 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
17 juin 2012

Raga du jour clair en juin

Extrait de Bâtons de randonnées, d’Yves Leclair. (…) suivant les conseils du maître au cœur transparent (Matsuo Bashô),           j’ai questionné          sur le haïkaï de Chine          le papillon qui vole. Mais le papillon – et Bashô ironise – ne se laisse pas prendre comme ça. Il s’en bat les ailes. Il préfère se laisser prendre au vent. C’est un adepte de l’une des plus belles phrases du... [Lire la suite]
Posté par onarretetout à 08:06 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,