18 mars 2017

Dans ma cuisine...

Ayant commencé il y a quelques jours la lecture d’un livre de Thomas Clerc, Intérieur, livre où il décrit, pièce après pièce, son appartement, je sors, en cette fin de semaine, de sa cuisine, à la page 167. Plusieurs jours me seront encore nécessaires pour faire le tour complet des trois pièces qu’il me reste à visiter. C’est peu au regard des trois années que l’auteur a passées à écrire ce livre présentant extraordinairement l’ordinaire. J’y reviendrai donc. Aujourd’hui, nous allons visiter votre cuisine. Ou plutôt, vous allez... [Lire la suite]
Posté par onarretetout à 07:39 - Commentaires [3] - Permalien [#]
Tags : , ,

17 mars 2017

Laura Loriers exposait à la Salle Colonne, à Paris

De Laura Loriers, j’ai d’abord vu la Pluie, dans l’exposition de Melkart à l’espace Christiane Peugeot. Cette oeuvre, présentée ici, me rappelait un travail réalisé à la MJC de Chilly-Mazarin sur le thème eau - glace - miroir. Et c’est après en avoir parlé avec l’artiste que j’ai découvert ses gravures, exposées dans la Salle Colonne, à Paris, avec d’autres artistes présentés par le Secours Populaire. C’est une première gravure assez grande qui ouvrait la partie de l’exposition qui lui était réservée : un couple dont l’attitude... [Lire la suite]
Posté par onarretetout à 07:40 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
16 mars 2017

Hommage à Guy Tirolien, au Séna

Le Séna, c’est un moment d’échange. Gerty Dambury est à l’initiative de ce rendez-vous qu’elle organise avec d’autres poètes, slameurs, comédiens, chaque trimestre. Il faut y participer pour se rendre vraiment compte de ce qu’est le Séna. C’est le lieu d’une parole qui circule, c’est l’occasion de parler et d’entendre parler des écrivains et poètes de la Caraïbe francophone, créolophone, anglophone et hispanophone.  Timalo animait, le 4 mars, cette rencontre en hommage à Guy Tirolien. C’est parce que ce poète aurait eu 100 ans... [Lire la suite]
Posté par onarretetout à 07:55 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
15 mars 2017

Le jugement de Salomon au dix-septième siècle, au Louvre

Avant de sortir de l’espace réservé à l’exposition temporaire, où nous avons vu Vermeer parmi ses contemporains, un tour dans l’oeuvre de Valentin de Boulogne nous dépayse fortement. Finis les petits formats, voici des toiles impressionnantes, retravaillant Le Caravage. Et où, voyant deux toiles représentant le Jugement de Salomon, je pense à celle qu’a réalisée à la même époque Nicolas Poussin. Valentin de Boulogne Nicolas Poussin
Posté par onarretetout à 07:51 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,
14 mars 2017

Vermeer et les maîtres de la peinture de genre, au Musée du Louvre, à Paris

Il faut sans doute choisir son jour et son heure pour visiter cette exposition au Louvre (jusqu’au 22 mai 2017), pour ne pas être trop bousculé. Malgré la réservation en tranches horaires, il y a toujours les visiteurs qui veulent être devant vous pour lire les cartouches, celui ou celle qui pense avoir le privilège de se tenir seul-e devant le tableau ; mais, rassurez-vous, quand l’exposition ne montre pas de tableau de Vermeer (notamment dans la série des femmes au perroquet, des visites, des repas d’huîtres), il n’y a personne…... [Lire la suite]
Posté par onarretetout à 07:42 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,
13 mars 2017

Le déficit indispensable, d'Anne Kawala

Anne Kawala était invitée à la soirée de la Compagnie Résonances et y a lu des extraits de son livre Le déficit indispensable (screwball). De sa lecture je retiens une élocution rapide où l’eau jaillit :  « je déferle, je cascade, je fais peur, on me fuit, je lèche pieds, mains, meubles, flammes, feu, je grésille, m’évapore, j’éteins, en moi se diluent les cendres, je flotte, me condense, suinte, … »  Ce débordement méritait que l’on s’y arrête, ne serait-ce que pour voir comment c’était écrit. Et le livre... [Lire la suite]
Posté par onarretetout à 08:20 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

12 mars 2017

Six arbres de fortune autour de ma baignoire, de Samira Negrouche

Il y a beaucoup de chiffres dans le recueil que vient de faire paraître Samira Negrouche et qu’elle présentait récemment dans les locaux de la Compagnie Résonances, à Paris : de Moins un à Six. Le livre s’ouvre donc d’abord sur une disparition et « finir de compter les heures qui restent ». « hier tu voulais savoir si et voilà que tu ne sais plus pourquoi » Alors le voyage nous fait traverser des villes, Tunis, Tripoli, Le Caire, Sanaa, Damas, Rabat, Alger, des villes sous tension, des villes, où plonger dans... [Lire la suite]
Posté par onarretetout à 07:50 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,
11 mars 2017

Passerelle du commandant

Sous le titre « Passerelle du commandant », Benjamin Péret a écrit un poème dont tous les vers sont construits sous la forme suivante : « Il faut…… pour…… ». C’est à partir de cette structure que je vous propose le jeu suivant : vos phrases commenceront par « il faut », suivra un verbe à l’infinitif (un verbe transitif) dont le complément d’objet sera un nom commun (pas de consigne de genre et de nombre), puis viendra « pour » suivi d’un verbe à l’infinitif (un verbe transitif) dont le... [Lire la suite]
Posté par onarretetout à 07:59 - Commentaires [3] - Permalien [#]
Tags : , ,
10 mars 2017

Aller simple, poèmes d'Erri de Luca

Pour conclure cette semaine en compagnie d’Erri de Luca, voici deux poèmes extraits du recueil Aller simple, dans lequel il écrit que ce sont « des lignes qui vont trop souvent à la ligne ». La traduction est de Danièle Valin. Coro Da qualunque distanza arriveremo, a milioni di passi quelli che vanno a piedi non possono essere fermati. Da nostri fianchi nasce il vostro nuovo mondo, è nostra la rottura delle acque, la montata del latte. Voi siete il collo del pianeta, la testa pettinata, il naso delicato, siete cima di... [Lire la suite]
Posté par onarretetout à 08:19 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,
09 mars 2017

Ascension, chorégraphie de Denis Welkenhuyzen

Ils partent d’en bas, de la vallée, de là où nous sommes, et montent ensemble parce qu’ils sont deux et veulent porter là-haut la preuve de leur couple. Et les voilà grimpant en deux solitudes parce que l’un a un rythme différent de l’autre, mais ils se retrouvent, parfois longtemps après, pour s’appuyer l’un sur l’autre, sachant que « notre monde repose sur les épaules de l’autre ». Les mots d’Erri de Luca reviennent dire l’effort, l’altitude, la solidarité, l’amour, le danger, le vide et la surface. Nos yeux les suivent... [Lire la suite]
Posté par onarretetout à 07:59 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,