lacorrectiona

« La crise sanitaire donne enfin la formule que le capitalisme espérait tant. Travail, santé, éducation, rien ne peut et ne devra se faire sans être connecté.e.s. Sans différence entre vie privée et vie professionnelle, les employé.e.s se sentent constamment obligé.e.s de répondre aux sollicitations qui leur sont faites, quel.le.s que soient le jour et l’heure. La destruction des 35 h, vieux rêve du MEDEF, a enfin été exaucé. Ces derniers mois ont aussi donné l’image de la médecine de demain. Au lieu d’augmenter le nombre de médecins et de chercher des solutions au problème des déserts médicaux, la téléconsultation se présente comme remède miracle (…) Plus besoin pour l’État d’investir pour résoudre la vétusté des équipements de l’hôpital public, plus besoin d’organiser des Ségur de la santé (…) La santé apparaît aujourd’hui encore davantage, avec Doctolib en figure de proue. (…) »

suite à lire dans La correction (éd. Le dernier télégramme)

L'image ci-dessus vient d'un blog intitulé Quart-nez, daté de 2016 et présentant une lecture de La correction, de Heiner Müller