9782211067140

Philippe Dorin est auteur de théâtre. On le dit auteur pour la jeunesse mais j’ai toujours été touché par les textes qu’il écrit et par les spectacles que j’ai vus écrits par lui. En particulier, j’ai toujours eu le sentiment que lorsqu’un de ses mots arrive sur un plateau de théâtre, ce qu’il désigne existe instantanément. C’est le cas pour cette pièce, Dans ma maison de papier, j’ai des poèmes sur le feu, dont les premiers mots qu’on entend, dits par une petite fille, sont les suivants :

Là, c’est la porte. Là, c’est le couloir. Là, c’est la cuisine. Là, c’est la table. Là, c’est la chaise. Lui, c’est mon petit frère. Pousse-toi !
Là, c’est la fenêtre. Derrière, c’est la mer. Non, c’est la montagne. Non, c’est le désert. Non ! Derrière, c’est juste un petit pré, avec des moutons, un berger et son chien
Là, c’est le salon. Là, c’est le tapis. Ça, c’est mes chaussures. Là, c’est le fauteuil. Ça, c’est moi qui attends.

Vous le voyez, le décor. Pourtant il y aurait encore beaucoup à dire pour le décrire complètement. Mais ce ne sera pas notre sujet. J’ai entendu, sur France-Inter, un matin de cette semaine, la présentation d’une série de 10 épisodes intitulée Tu préfères. Je suis allé voir sur arte.tv à quoi ressemble cette série. Devant chaque évènement, les ami.e.s posent cette question : « tu préfères quoi, ceci ou cela ? » Quand on avance dans la série, on prend conscience que ce qui n’est qu’un jeu au début, et permet d’aborder parfois des questions importantes, peut devenir un piège dont il est difficile de se sortir.

Restons-en ici au jeu. Dans la liste qu’énonce la petite fille, choisissez deux mots (parmi ceux que j’ai soulignés). Posez à quelqu’un une question commençant par « tu préfères », suivi des deux mots accompagnés d’un verbe, et séparés par  « ou ». Développez en au moins trois phrases la réponse de votre interlocuteur qui doit faire un choix et expliquer son choix.

Exemple :
Mes deux mots sont cuisine et moutons.
Ma question est : Tu préfères faire la cuisine ou garder les moutons ?
La réponse de mon interlocuteur : Pour me rendre intéressant, je dirais bien que je préfère la cuisine mais tu me connais, je ne réussis aucune sauce et je fais brûler les plats qu’il faut laisser mijoter. Alors je choisis de garder les moutons : c’est la vie au grand air. Je pars avec du pain et du fromage, de quoi boire, à la main un bâton pour marcher avec le troupeau. Et je les accompagne dans le pré et dans la montagne. Il faut éviter qu’un mouton s’égare ou qu’un loup s’approche mais ça je sais le faire.

On peut développer en inventant un dialogue. La question peut ne comporter qu’un même verbe pour les deux mots (marcher dans la montagne ou dans le désert, par exemple, ou, autre exemple, dormir dans le pré ou sur le tapis), et proposer un vrai dilemme (battre le chien ou le tapis, par exemple).

C’est à vous main tenant. Posez votre question et répondez-y. Postez le tout dans les commentaires ci-dessous. Merci.