1408694582

L’amour ne manque pas entre les personnages, mais il a des expressions tellement différentes de l’un à l’autre ! Et il y a pour certains la présence de l’ennemi par lequel ils se définissent. Il faut ajouter que, comme c’est toujours le cas chez Wajdi Mouawad, les secrets empoisonnent ou expliquent les relations entre les générations. Trois hommes, trois femmes. C’est au moment où Eitan vient présenter Wahida à ses parents, David et Norah que va se produire la première rupture. David, bien que vivant en Allemagne, nourrit une haine profonde à l’égard des Palestiniens, et, plus globalement, des Arabes. Et, quelque temps plus tard, parce que l’auteur fait des va-et-vient dans la chronologie, la seconde rupture sera un attentat sur un pont vers la Jordanie : Eitan est blessé, hospitalisé, dans le coma. Et c’est autour de lui, présent absent, que vont être dévoilés les secrets. Le souvenir du massacre de Sabra et Chatila revient à la charge. Etgar, le grand-père, et Leah, la grand-mère, revivent ce moment qui les a séparés. La rupture initiale. Et la question unique devient alors : qu’est-ce qu’un ennemi ? ou, autrement formulée, qui est mon ennemi ? La réponse tuera celui qui va se découvrir son propre ennemi. Ne sommes-nous vraiment que quelques chromosomes ? Qu’est-ce que nous fait, au plus profond de chacun, l’histoire ? Et où y trouver notre juste place ? être capable de dire seulement : « Me voici ! C’est moi. »

Cette pièce, éditée ici en français, est interprétée dans les théâtres en plusieurs langues, anglais, allemand, arabe, hébreu, les langues des personnages dont on peut se demander en quelle langue ils ont entendu les premiers mots à leur naissance.