18 mars 2020

Seule la femme qui gratte le sol semble totalement étrangère à la folie des gens, exposition de Sarah Trouche

Le titre de cette exposition de Sarah Trouche est tiré d’un livre d’Andreï Makine, L’amour humain. Pour autant, l’exposition n’illustre pas ce roman. La phrase, extraite pour devenir titre, est comme cette terre creusée, modelée, transformée par l’artiste (« qui gratte ») et offerte au regard « des gens ». Cela est particulièrement sensible, à mon sens, dans le film documentaire, Les protagonistes, où nous voyons des artistes danser dans la nature, les champs de colza, au milieu de bâtiments industriels et de... [Lire la suite]
Posté par onarretetout à 07:43 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :