fullsizeoutput_3c3c

C'est d'abord le regard, les photos. Objets rafistolés avec du scotch ou de la rubalise, enseignes et panneaux comportant des informations originales (aptonymes, informations étranges ou humoristiques), bouts de rubalise égarés dans la nature, plantes rudérales, amas de chaises. Le quotidien pour qui veut bien regarder, y arrêter son regard. Nadine Donati, vous pouvez la croiser dans la ville (peut-être même celle où vous habitez) ou dans une exposition, un musée, un centre d'art. Et c'est de ces rencontres, de ces visites qu'est faite cette exposition, qu'elle a intitulée Le grand shaker parce qu'elle y a mélangé de multiples références : art contemporain et classique, littérature et essais, réflexions sur l'environnement, la pauvreté et les déplacements. Tout cela donne un espace où la pensée se marie avec la légéreté comme avec la profondeur ou l'élévation.

Elle y a accueilli, pour le vernissage, la librairie l'établi, l'ensemble vocal et instrumental Orage, et, ce mardi, l'atelier d'écriture des Amis de l'établi. Dans la journée, des écoles de la ville. Une exposition dans la vie, la vie dans l'exposition.

IMG_9188 IMG_9198

IMG_9202

fullsizeoutput_3c50

IMG_9218 IMG_9219

IMG_9222 IMG_9230

fullsizeoutput_3c4b
Cliquez sur les photos pour les agrandir.

J'ai vu cette exposition au 148 rue Paul Vaillant-Couturier, espace culturel, à Alfortville (94)
où on peut la voir jusqu'au 19 janvier 2020.