31 décembre 2019

Voir venir - Écrire l'hospitalité, de Marie Cosnay et Mathieu Potte-Bonneville

C’est le titre du livre, mais il a été choisi après l’écriture. Il dit exactement ce à quoi on assiste en le lisant : Voir venir, ce n’est pas tout à fait regarder, ce n’est pas analyser ou juger ce qui vient ou ceux qui viennent ; c’est le fait même de venir qu’on voit. Le dictionnaire des synonymes Crisco propose trois verbes pour « voir venir » : attendre, s’attendre, deviner ; on pourrait ajouter « pressentir ». Et il y a un sous-titre à ce livre : Écrire l’hospitalité. Il ne s’agit donc pas d’être passif... [Lire la suite]
Posté par onarretetout à 08:10 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

30 décembre 2019

République, film interactif pour smartphones de Simon Bouisson et Olivier Demangel

Nul ne sait comment il réagirait s’il était confronté à un attentat. C’est un peu ce que montre ce film de Simon Bouisson et Olivier Demangel. Ce sont trois « lives », comme filmés et diffusés en direct (des commentaires apparaissent comme sur les « lives » de Facebook). Nous suivons trois histoires simultanées sans pourtant les regarder entièrement puisqu’on choisit de regarder alternativement un moment de l’une ou d’une autre. On s’y perd un peu, mais c’est que les personnages eux-mêmes vivent des situations... [Lire la suite]
Posté par onarretetout à 07:47 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
29 décembre 2019

2 des 188 contes à régler, de Jacques Sternberg

Feuilletant, un peu par hasard, un livre de Jacques Sternberg, Contes glacés, je me suis souvenu d’un autre de ses livres, 188 contes à régler. Je l’ai sorti de ma bibliothèque et vous en donne deux courts textes qui auraient pu être écrits en cette fin d’année. Le bois Vint le jour où le bois, matériau si banal, devint rare, très rare, puisqu’on avait rasé et saccagé presque toutes les forêts. Alors on en arriva à récupérer à prix d’or tout ce qui était fabriqué en bois, meubles, portes, étagères, et partout on construisit des... [Lire la suite]
Posté par onarretetout à 07:41 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
28 décembre 2019

Pressentir, prédire, prévenir

Dans le livre que je suis en train de lire, Voir venir, écrire l’hospitalité, un dialogue entre Marie Cosnay, écrivaine dont j’ai déjà présenté ici un ouvrage, et Mathieu Potte-Bonneville, philosophe, les auteurs évoquent, en trois verbes, différentes attitudes par rapport à l’avenir. Trois verbes : pressentir, prédire, prévenir. M’écartant un peu du sujet du livre (auquel je reviendrai bientôt), j’ai cherché trois citations, une pour chacun de ces verbes. Nous traversons le présent les yeux bandés. Tout au plus pouvons-nous... [Lire la suite]
Posté par onarretetout à 08:08 - Commentaires [3] - Permalien [#]
Tags : , ,
27 décembre 2019

Lapetitegens d'Isabelle Pinçon, un texte extrait du livre

         Lapetitegens   n'est   pas   unexemple, elle est un brouillon, un gri-bouillis,  un grabouillage,  on  entenddes bruits de source, des cailloux quis'agitent,  on entend  une cascade etla course  des petits  animaux,  aussil'énervement   d'un   buisson   et  aubout de la colline, le duvet du silencequi glisse le long de nos cous.
Posté par onarretetout à 08:26 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,
26 décembre 2019

Lapetitegens, d'Isabelle Pinçon

Lapetitegens, c’est trois mots collés. C’est en rapport avec l’enfance, avec l’écriture. Parfois lapetitegens va jusqu’au bord de la page et a peur du vide. C’est la poésie. Isabelle Pinçon, vous vous souvenez, elle avait écrit à propos de lhommequicompte. Si lhommequicompte était différent d’elle, lapetitegens est un peu elle, parfois cachée tout au fond, parfois traînant comme un fil détaché. C’est le secret. C’est l’indéfinissable, la curiosité, l’étonnement, le jeu, la colère aussi, qui traîne ou dessine des mots et qu’on porte... [Lire la suite]
Posté par onarretetout à 08:25 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

25 décembre 2019

Mur Méditerranée, de Louis-Philippe Dalembert

Lorsque nous apprenons qu’un bateau demande à accoster à un port de la Méditerranée, une île, Lampedusa ou Malte, par exemple, que savons-nous des passagers ? On les regroupe dans un mot : les migrants. Mais ce sont des gens que rien n’avait sans doute destinés à faire cette traversée ensemble. Louis-Philippe Dalembert nous présente trois femmes, Chochana, Semhar et Dima, une Nigériane, une Érythréenne et une Syrienne, montées dans ce bateau après des mois d’une attente épuisante, d’un espoir tenace, de mauvais traitements aussi.... [Lire la suite]
Posté par onarretetout à 08:15 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
24 décembre 2019

Au seuil de l'hiver, trois arbres

Photographiés à Paris, Alfortville et à Ivry-sur-Seine. Saurez-vous attribuer à chacun la ville où il pousse ?   
Posté par onarretetout à 08:07 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,
23 décembre 2019

Mosaïque des Lexiques (Laboratoires d'Aubervilliers)

Grand Magasin est aux Laboratoires d’Aubervilliers. GRAND MAGASIN a été fondé en 1982 par Pascale Murtin et François Hiffler. Ces derniers ont conçu ensemble une trentaine de pièces, numéros et performances, s’adjoignant à l’occasion les services de leurs amis, nombreux. Ils travaillent la langue et c’est le sujet de leur Journal des Laboratoires, Mosaïque des Lexiques, dont les cinq premiers cahiers sont parus. Questions, traduction, grammaire, sont au coeur de leurs préoccupations et des rencontres qu’ils provoquent. Comment je... [Lire la suite]
Posté par onarretetout à 07:39 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,
22 décembre 2019

Brigitte Brami, à la rencontre poétique chez Tiasci - Paalam, en décembre 2019

« Après la monstruosité immonde de mon arrestation, de mes différentes arrestations dont chacune est toujours la première, qui m’apparut avec ses caractères d’irrémédiable, en une vision intérieure d’une vitesse et d’un éclat fulgurants, fatals, dès l’emprisonnement de mes mains dans le cabriolet d’acier, brillant, comme un bijou ou comme un théorème, la cellule de prison, que j’aime maintenant comme un vice, m’apporta la consolation de moi-même par soi-même. » (Jean Genet - Notre-Dame-des-Fleurs) J’aime ma cellule comme... [Lire la suite]
Posté par onarretetout à 07:54 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :