31 juillet 2019

Chalon dans la rue 2019 (2)

La figure de l’érosion, par la Compagnie Pernette Dix ans que je n’avais pas vu la Compagnie Pernette. J’en gardais une forme de lenteur, un mouvement qui se grave en nous. Je la retrouve à Chalon, sous un soleil de plomb. Nathalie a dit à ses danseurs que le soleil frappe aussi les monuments, les statues dans les lieux publics. La durée du spectacle a cependant été réduite de dix minutes. La chorégraphe veille au confort du public et partage les conditions dans lesquelles sont exposés les danseurs. Comme si elle initiait les... [Lire la suite]
Posté par onarretetout à 07:46 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

30 juillet 2019

Chalon dans la rue 2019 (1)

Sources, par Humani Théâtre Dans la rue, le théâtre n’est pas contenu entre quatre murs. Rendez-vous est donné dans un Square et nous sommes sans un mot invités à suivre cet homme, qui porte des rouleaux de papier, photos qui vont jalonner notre parcours. À chaque arrêt, dans un jardin, à la porte d’une maison, à l’entrée d’un garage, la terrasse d’un café, devant la façade d’une mairie, les personnages sont figés comme s’ils attendaient qu’un geste les mette en mouvements et en paroles. Ce geste, c’est le même homme, porteur... [Lire la suite]
Posté par onarretetout à 08:12 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,
29 juillet 2019

Torrentius, de Colin Thibert

Est-ce un livre à propos de la peinture ? Ou bien au sujet de la torture et de l’intégrisme religieux ? Ou encore d’un esprit libertaire du début du XVIIe siècle ? Un peu de tout cela. L’auteur sait nous emporter dans un récit assez bien troussé. Mais peut-on évoquer le XVIIe siècle comme l’annonce du nôtre, et pour cela user tantôt d’un style parfois vulgaire, tantôt de quelque formule surannée ? Même s’il se lit facilement et décrit en peu de mots la nature morte « presque minimaliste » que dévoile le peintre avant la... [Lire la suite]
Posté par onarretetout à 07:43 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
28 juillet 2019

Nos cabanes, de Marielle Macé

C’est un livre qui tient facilement dans une main et qu’on ouvre sur les Noues, « fossé herbeux en pente douce, qui recueille les eaux », ainsi nommé dans « un bocage en bout de Loire, vers Nantes », Notre-Dame des Landes. Les Noues, et nous.  On peut écouter Marielle Macé sur internet lors d’une conférence intitulée « Nouons-nous », conférence où elle dit que nous est « un sujet collectif et non un collectif de sujets », que ce n’est pas plusieurs « je » mais un « je... [Lire la suite]
Posté par onarretetout à 07:52 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,
27 juillet 2019

Mille et un passages, photos de Sally Mann au Jeu de Paume, à Paris

Les photos de Sally Mann exposées au Jeu de Paume, à Paris, jusqu’au 22 septembre méritent une longue visite. Elles observent la vie dans une forme de simplicité, puis se complexifient non seulement parce qu’elles montrent de plus en plus d’éléments mais aussi par la mise en oeuvre de techniques dont l’effet sur l’image et notre regard est troublant. L’exposition commence et finit avec les proches, la famille et révèle une manière d’être dans la nature et dans une société américaine marquée jusque dans la terre par les guerres, les... [Lire la suite]
Posté par onarretetout à 08:09 - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , , ,
26 juillet 2019

Apulée n°2 - juillet 2019

Cette revue annuelle de littérature et de réflexion initiée par Hubert Haddad s’engage à parler du monde d’une manière décentrée, nomade, investigatrice, loin d’un point de vue étroitement hexagonal, avec pour premier espace d’enjeu l’Afrique et la Méditerranée. C’est autour du nom prestigieux d’Apulée – auteur berbère d’expression latine qui, avec l’Âne d’or ou les Métamorphoses, ouvrit au IIe siècle une extraordinaire brèche de liberté aux littératures de l’imaginaire – que se retrouvent ici écrivains et artistes venus d’horizons... [Lire la suite]
Posté par onarretetout à 07:31 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

25 juillet 2019

Le vertige à Lille Europe avec Jean Patou

C'est l'accès au métro. Plusieurs étages, des escalators, des escaliers, un plan d'eau où se reflètent les verrières et des fresques murales exceptionnelles, signées Jean Patou.    
Posté par onarretetout à 07:46 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,
24 juillet 2019

Penser avec Leslie Kaplan

« Oui, se dit Jean-Pierre Millefeuille, oui mais il y a beaucoup de façons de tuer. Il fut étonné de cette pensée, essaya de la comprendre, ne réussit pas, la tourna plusieurs fois dans sa tête, en se disant, Intéressant, très intéressant, renonça. Mais la pensée restait là, collée. Il reprit Macbeth. Après un meurtre plus rien n’est comme avant. » Voilà ce qu’on peut lire dans le livre de Leslie Kaplan, Millefeuille. J’y suis arrivé par Désordre, et les « crimes du XIXe siècle ». Et j’ai trouvé, dans Les... [Lire la suite]
Posté par onarretetout à 08:15 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
23 juillet 2019

Les vaches n’auront plus de nom, film de Hubert Charuel

Petit paysan était une fiction où les parents du réalisateur tenaient un rôle. Cette fois, ils sont les acteurs du film, un documentaire. La question est, cependant, presque la même : l’arrêt d’une exploitation agricole. Dans Petit paysan, c’était pour des raisons sanitaires ; dans ce film, c’est le départ à la retraite du père, Jean-Paul, puis, trois ans plus tard, de la mère, Sylvaine, et le fait que le fils ne veut pas reprendre la ferme. La caméra est dans la ferme, l’étable et la maison comme chez elle. Elle y est, chez elle.... [Lire la suite]
Posté par onarretetout à 08:23 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
22 juillet 2019

Christophe Manon, à la rencontre poétique chez Tiasci Paalam, en juillet 2019

Si vous lisez régulièrement ce blog, vous y avez déjà rencontré le nom de Christophe Manon : Vie et opinions de Gottfried Gröll et Pâture de vent. Ici, nous l’avons entendu, nous avons vu comment le texte entre en mouvement lorsqu’il le prononce. C’est comme s’il l’appelait, comme si chaque mot, écrit, devait retrouver le chemin du corps pour se faire entendre. Le commencement, plusieurs fois, est convoqué devant nous, et pourtant, on mesure qu’il nous est antérieur. Christophe est un homme de la langue. Il dit : « Je ne... [Lire la suite]
Posté par onarretetout à 07:35 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,