fullsizeoutput_3a39

Confession d’une femme hachée, par la Compagnie Nanoua

Dans la famille, on est boucher de père en fils. C’est un peu étonnant de nos jours : de père en fils. Et alors, que deviennent les mères et les filles ? Et les grands-mères ? C’est une histoire de transmission. Les outils sont tranchants, les mots parfois aussi, les souvenirs qui reviennent de loin ne sont pas toujours heureux. Et le bruit des lames sur le billot frotte et trotte dans la mémoire. Pourtant, le message de la grand-mère prend l’aspect d’une recette de cuisine dans laquelle il faut hacher, mélanger, faire cuire, une recette où les oignons font pleurer bien sûr, mais qui permet la rencontre. Et rehausse le goût de la liberté.

Fanny Bérard s’adresse au public, les grands et les plus petits (à partir de 8 ans), parle bien en face, les yeux dans les yeux, et sait très bien quoi faire d’une tomate coeur de boeuf.