50903660_410326769706905_2046554111272288256_n

Pour qui vit en région parisienne, c’est assez fréquent. Que faire de ces annonces ? Que faire lors de ces annonces ? Guillaume Vissac a commencé par prendre des notes sur son portable, puis a créé un compte twitter sur lequel il a publié cinq fois par jour aux mêmes heures des messages de 140 signes reprenant quelques-unes de ces notes. Il a attribué ces messages puis les commentaires qu’il y a attachés à des gens (celui qui… celle que… celle qui… celui que…). De toute cette matière il a créé un livre singulier, qu’il qualifie de roman (l’éditeur le classe dans les « livres mutants »), où ce qui domine c’est l’annonce mise en titre, et ce qu’elle déclenche chez de nombreuses personnes, parmi lesquelles chacun.e trouvera quelqu’un qui lui ressemble. C’est toute une société qui a quelque chose à dire, majoritairement sous la surface de la terre. Plusieurs pages sont des questions posées aux morts : « Pourquoi mourir ? » Trop tard pour les réponses.

Et je relève ce texte d’un de « ceux qui conduisent » :

« Mes paupières sont violence, je garde les yeux ouverts, pousse le train à l’accélérateur, conjugue au nous des verbes accidentés. »

L’auteur a cherché à ordonner des textes qui surgissent tous en même temps, en classant leurs sources par ordre alphabétique, depuis « celui qui A du mal à assumer » jusqu’à « celui qui Zone ». Mais il n’y a pas d’ordre, pas de sens unique, comme le révèle la table des matières.

apersonne